Paranoïa climatique

Paranoïa climatique
Paranoïa climatique

Par Simplicius Le Penseur – Le 12 août 2023 – Source Dark Futura

La prochaine et dernière phase de la prise de pouvoir du cartel globaliste sur l’humanité est plus claire que jamais. Elle prend forme tout autour de nous. Le réchauffement climatique est devenu… l’ébullition mondiale.

Ici, un apparatchik de CNN admet que la prochaine crise artificielle sera le Changement Climatique™, qui sera poussé à tout prix par des diktats venant d’en haut :  (Voir la vidéo sur l’article original)

La plupart d’entre vous ont probablement déjà remarqué les changements [souvent pas si] subtils qui se glissent dans toutes les chaînes et tous les sites météorologiques. Le langage est progressivement intensifié pour susciter un sentiment de peur et de calamité, même dans les bulletins météorologiques les plus anodins.

Je me souviens du bon vieux temps, où les tempêtes étaient de simples tempêtes, la pluie était de la pluie, et les températures élevées étaient simplement un été moite. Aujourd’hui, les moindres intempéries sont accompagnées de graphiques effrayants et de modificateurs encore plus effrayants. Sur weather dot com, par exemple, la simple bruine devient une “menace potentielle” ou, plus alarmant encore, une “alerte au mauvais temps”. En fait, le mot “grave” est aujourd’hui prononcé avec une désinvolture qui en atténue la puissance.

Le maire de Londres a récemment été rejoint par le nouveau “roi” pour inaugurer une nouvelle horloge sinistre de l’apocalypse climatique, parfaitement coordonnée avec les directives venant d’en haut et diffusée simultanément sur les principaux réseaux d’information : (Voir la vidéo sur l’article original)

Les organes de propagande qui se font passer pour des stations d’information se plient sans vergogne au scénario de Davos :

Il est d’ailleurs amusant de constater que l’horloge de l’apocalypse indique qu’il reste six ans. À de nombreuses reprises dans le passé, on nous a présenté une fenêtre similaire de cinq ans ou plus avant de faire face à l’anéantissement putatif. Par exemple, en 2009, John Kerry proclamait au monde entier qu’il ne restait que cinq ans avant que l’Arctique ne soit totalement libéré des glaces : (Voir la vidéo sur l’article original)

Aujourd’hui, des études montrent régulièrement que l’Arctique devient plus glacial que jamais. Et que dire de ce fameux pronostic sur cinq ans qui, il y a un mois, a lui aussi révélé une fraude éhontée :

De même, dans les années 70, Leonard Nimoy s’est fait le porte-parole du Syndicat en affirmant que, du vivant de “nos petits-enfants” – c’est-à-dire à peu près aujourd’hui – le monde entier serait plongé dans un désert de glace cauchemardesque :

Scientific American a même annoncé qu’il n’utiliserait plus le terme “changement climatique”, le remplaçant par “urgence climatique” à partir de maintenant : (Voir la vidéo sur l’article original)

Chaque décennie, les élites financières mondiales brandissent une nouvelle menace risible d’extinction totale pour nous effrayer et nous inciter à céder davantage de contrôle à leur appareil globaliste. Elles ne se soucient même pas de la cohérence du scénario : une décennie, c’est le gel total, la suivante, c’est la fonte totale. Et la population est trop distraite par le pain et le cirque de la culture pop dégénérée pour demander des comptes aux pourvoyeurs de ce poison.

Nous commençons à comprendre que la crise Covid était en fait la répétition générale de la vraie pièce, comme de nombreuses personnes avisées l’ont signalé très tôt. La “pandémie” était un ballon d’essai destiné à conditionner la société pour qu’elle accepte non seulement les confinements, mais aussi les spectacles manifestement absurdes que nous serons obligés d’endurer pour présenter l’apparence d’une situation d’urgence. Pendant la pandémie, il s’agissait du spectacle humiliant et casse-gueule de l’obligation d’enfiler des masques en guise de rituel d’asservissement. Certains s’en sont même donné à cœur joie, masquant peut-être leur propre honte et leur désespoir par l’ironie ou l’humour :

Pour les confinements climatiques, nous serons conditionnés à normaliser les combinaisons ignifuges, les tissus anti-fonte et tous les autres accessoires brisant la volonté qui seront jugés nécessaires pour donner l’impression d’une “urgence sérieuse”.

Les scénaristes ont depuis longtemps déduit le secret de cette méthode : si l’on parvient à habiller la réalité d’un maximum d’artifices, elle fait la moitié du travail à sa place. Comme au théâtre, plus les décors, les accessoires et les costumes sont tangibles et évocateurs, plus le public sera convaincu de la réalité de la construction.

La première phase de ce déploiement du haut vers le bas est déjà en cours. Regardez n’importe quelle chaîne ou réseau météorologique et vous verrez le même défilé de températures – communiquées nonchalamment sans grand bruit il y a quelques années – aujourd’hui couramment montées en épingle avec un faste théâtral : (Voir la vidéo sur l’article original)

Voici un échantillon de comparaisons – des températures d’il y a plusieurs années maintenant embellies avec des graphiques de l’enfer pour augmenter la peur :

25-35 degrés Celsius – autrefois doux, aujourd’hui à feu et à sang :

À point nommé, les apparatchiks de l’establishment signalent la prochaine phase du plan. Écoutez ci-dessous le ministre allemand de la santé exposer le plan visant à restreindre les déplacements des citoyens pendant la “crise climatique”. Surveillez particulièrement la fin, où l’animateur intelligent lui dit que cette sorte de “dictature du climat” est exactement ce que la société craignait de voir se profiler avec les confinements Covid. Le vomi sociopathe rejette cette affirmation en la qualifiant de “théorie du complot” – naturellement !

Bien sûr, quiconque n’est pas d’accord ou s’oppose à ces idées est immédiatement réduit au silence, déplacé ou voit ses moyens de subsistance détruits afin que le plan puisse se poursuivre : (Voir la vidéo sur l’article original)

Le fait est que la “poussée climatique” moderne a été conçue conformément au “Sommet de la Terre” de Rio de Janeiro de 1992, parrainé par Maurice Strong, Rockefeller et Edmund de Rothschild, au cours duquel le document fondateur de l’Agenda 21 a été signé pour la première fois. L’objectif a toujours été de créer un contrôle autoritaire sur tous les gouvernements du monde en les liant ingénieusement à des réglementations climatiques draconiennes et arbitraires qui pourraient être utilisées à volonté pour contraindre les gouvernements à adopter pratiquement n’importe quel type de restriction et à céder leur souveraineté à des institutions mondiales nébuleuses.

Un autre objectif était de s’emparer d’une grande partie du territoire disponible – y compris les terres agricoles si importantes – du sud de la planète en les rendant redevables au FMI dans le cadre d’“accords” coercitifs, par lesquels les nations africaines et latino-américaines devaient garantir leurs terres vierges contre des dettes qu’elles ne pourraient jamais rembourser.

Cette absorption progressive des ressources les plus précieuses de la planète permet au cartel globaliste de faire avancer son programme climatique en contrôlant, en ruinant ou en mettant à l’écart les terres agricoles (au nom de la séquestration du carbone), ce qui entraîne invariablement une privation encore plus grande qui est alors commodément imputée au “changement climatique” et utilisée pour imposer encore plus de restrictions et de politiques destructrices.

Edmund Leopold de Rothschild, banquier de l’escroquerie du réchauffement climatique

Après qu’Edmund [Leopold] de Rothschild a déclaré, sans fondement, lors du 4e Congrès mondial de la nature en 1987, que le CO2 était la cause d’un réchauffement planétaire inexistant et que la lutte contre ce phénomène nécessitait de l’argent (notre argent), il a fondé la Banque mondiale de la conservation pour cette raison. En 1991, son nom a été modifié pour devenir le Fonds pour l’environnement mondial (FEM).

L’objectif de ce mécanisme est de prêter de l’argent aux pays les plus pauvres, imprimé par le FMI à partir de rien, avec la garantie de nos gouvernements. Le fonds prend comme garantie les régions sauvages riches en minerais. L’argent du FEM doit ensuite être reversé à nos gouvernements en guise de remboursement des prêts accordés. En d’autres termes, nous donnons l’argent de nos impôts. Pour quoi faire ?

Lorsqu’un pays ne peut pas rembourser ses prêts au FEM, il doit céder une partie de son territoire aux banques Rothschild (FEM, FMI, Banque mondiale) – jusqu’à 30 % de la Terre sont concernés. Si la terre ne peut être offerte en garantie, le pays doit mourir de faim (Haïti, Argentine et autres).

Le coup de génie de Rothschild a été de faire entrer clandestinement son FEM dans le système des Nations unies lors du sommet de Rio en 1992, par l’intermédiaire de son ami Maurice Strong. Aujourd’hui, des ministres de haut rang de 179 pays siègent au conseil de la banque, ce qui permet à Rothschild de s’emparer du monde !

Ce qui précède peut sembler farfelu, mais un coup d’œil rapide à la page Wikipedia officielle du FEM montre que l’un de ses principaux instruments est “l’échange de dette contre nature”, décrit comme des “accords” conclus entre des ONG/banques occidentales et des pays en développement, dans le cadre desquels une partie de leur dette est annulée, ou plutôt rachetée, en échange de diverses concessions sur les habitats naturels de ce pays.

Sans oublier que l’institution “environnementale” se concentre, pour une raison ou une autre, sur “l’égalité des sexes” comme l’une de ses principales missions.

Mais le plus intéressant, c’est que le fait que la “Banque mondiale pour la conservation” de Rothschild soit même devenue le FEM est aujourd’hui passé à la trappe de l’histoire – pour une raison ou une autre, les pouvoirs en place ne veulent vraiment pas que nous soyons au courant de ce qui s’est passé. Ce n’est que grâce à un obscur article du National Geographic, qui n’existe plus mais que l’on peut retrouver grâce à la machine à remonter le temps, que l’on peut entrevoir une confirmation officielle du pedigree du FEM :

Banque mondiale pour la conservation : qui a conduit à la création du Fonds pour l’environnement mondial (FEM) de la Banque mondiale.

Par ailleurs, le Congrès mondial de la nature de 1987, organisé par Rockefeller, Rothschild, Maurice Armstrong et bien d’autres, a lui aussi été soigneusement escamoté, et il n’existe pratiquement aucune confirmation sur l’internet, à l’exception d’un obscur article du Chicago Tribune derrière un mur payant :

Regardez les participants ci-dessous :

Mais pourquoi est-ce important ? Peu après les dispenses du congrès de 1987 et du sommet de Rio de 1992, l’ordre du jour a commencé à se diviser en vertu de ses nombreux nouveaux partisans, à travers le vaste réseau d’interconnexion du WEF et d’innombrables organes adjacents :

Lors du Sommet de la Terre de Rio en 1992, Al Gore a dirigé la délégation du Sénat américain et Maurice Strong a été secrétaire général de ce sommet. Maurice Strong a également contribué à la création de la Fondation des Nations unies (FNU) avec Emma de Rothschild et Ted Turner. Maurice Strong et Al Gore sont tous deux directeurs de la Fondation du Forum économique mondial (WEF), qui organise chaque année à Davos, en Suisse, une réunion de banquiers internationaux, de chefs d’entreprise, de dirigeants politiques, d’intellectuels choisis et de journalistes pour débattre des questions mondiales. Maurice Strong fait partie du comité directeur de l’initiative de gouvernance mondiale du WEF. Maurice Strong a également été président du World Resources Institute, dont Al Gore était membre du conseil d’administration.

Une autre des rares sources primaires qui ont réussi à échapper à la censure est ce rapport de 1991 du groupe LaRouche EIR sur le prochain Sommet de la Terre. Ce qui est frappant, c’est de voir à quel point le document était en avance sur la courbe en prédisant correctement la nature néfaste des chartes et de l’ordre du jour prévus :

Et pour en revenir aux graphiques d’ouverture sur les températures manipulées, c’est ici que l’on entre dans le territoire de l’effroi. Aussi incroyable que cela puisse paraître, Rothschild a acquis le premier fournisseur mondial de graphiques météorologiques pour la télévision, le web et les téléphones portables :

Écoutez attentivement Sir Evelyn de Rothschild en personne expliquer la décision [très inhabituellement à gauche] d’acquérir les fournisseurs de services météorologiques les plus puissants : (Voir la vidéo sur l’article original)

Notez qu’il mentionne spécifiquement le “changement climatique” et qu’il dit qu’il est important “d’utiliser la technologie pour [sensibiliser] les gens” aux changements. En bref, il signale l’achat par sa dynastie du plus important système météorologique au monde dans le seul but d’élaborer un récit, à savoir que le changement climatique est réel et qu’il nous guette. Le fait qu’ils aient spécifiquement acquis des “services de données et de graphiques météorologiques interactifs” pour le web, la télévision, etc. est d’une importance capitale et pourrait probablement expliquer le changement global marqué dans la présentation des graphiques de température.

Tout cela fait partie de l’effort organisé pour susciter la peur et créer un faux récit de “conditions météorologiques de plus en plus violentes et intempestives” afin de faire avancer leur programme. Sans parler de la myriade d’autres circonstances suspectes, comme le fait que le plus grand fournisseur d’énergie des États-Unis, la PG&E de Californie, était présidé par un conseil d’administration de Rothschild lors des pires incendies de forêt survenus il y a plusieurs années :

À l’époque, les soupçons portaient également sur ces incendies. De nombreuses personnes soupçonnaient PG&E d’en être directement responsable ou d’y être impliquée d’une manière ou d’une autre :

Mais certains pensent qu’il ne s’agissait pas d’un simple accident à mettre sur le compte de la négligence et d’une “infrastructure électrique vieillissante”, mais plutôt d’un sabotage délibéré visant à promouvoir le canular climatique. En fait, la récente vague d’incendies de forêt dans le monde s’est révélée être un incendie criminel, ce qui laisse supposer que beaucoup d’entre eux, sinon la plupart, pourraient avoir été déclenchés artificiellement.

Nous avons tous vu l’étrange configuration des nuages et l’inexplicable simultanéité des foyers d’incendie vus de l’espace au-dessus du Canada. Vous savez, ceux-là mêmes que LeadStories, le découpage frauduleux de la CIA, a déboulonnés comme étant normaux parce que “les photos satellites ont été prises à 10 minutes d’intervalle et n’apparaissent instantanément que sur la vidéo” – comme si le fait que des feux de forêt se déclarent sur une zone massive de 150 000 km2 à 10 minutes d’intervalle était moins suspect. Bien entendu, ils ont également déclaré qu’il était normal que la foudre déclenche des incendies sur une telle étendue, ignorant complètement l’absence de nuages d’orage sur les photos satellite.

Il est clair que le syndicat mondial de la finance qui nous gouverne a décidé de faire de la poussée climatique le dernier vecteur de contrôle. À bien des égards, c’est le vecteur ultime ; contrairement aux maladies et aux pandémies, qui sont transitoires et n’offrent qu’une petite fenêtre pour usurper les structures gouvernementales souveraines, le canular sans fin du changement climatique offre un cadeau illimité qui ne cesse de donner, qui peut être exploité aussi longtemps qu’il le faut, puisqu’il est compris comme étant de nature générationnelle.

En outre, contrairement aux pandémies qui dépendent en fin de compte de notre propre santé, que nous pouvons utiliser pour dissiper les peurs inventées, le climat peut être réquisitionné comme un “spectre” omniprésent et invisible, qui est quelque part autour de nous et qui change pour le pire, que nous nous sentions directement affectés par lui ou non. En bref : contrairement à la santé, le climat n’est pas très falsifiable pour nous autres. Et comme, comme nous l’avons vu plus haut, ils contrôlent les mécanismes par lesquels ce spectre est filtré, nous restons à jamais à la merci de leurs affirmations.

J’ai déjà longuement écrit sur la manière dont ce plan s’articule avec divers développements parallèles tels que la séquestration du carbone, qui permet aux auteurs de dissimuler continuellement leurs actions sous le couvert de la lutte contre ce spectre invisible, tout en contribuant en réalité à l’accélération et à l’exacerbation de celui-ci. Tout un portefeuille de nostrums désastreux est en préparation pour contrer ce qui n’existe pas, ce qui créera en fait le problème lui-même, devenant ainsi une sorte d’hyperstition ingénieusement auto-réalisatrice.

Par exemple, nous avons tous entendu parler du projet démoniaque de Bill Gates de “bloquer le soleil” afin de réduire un “réchauffement climatique” anthropique inexistant.

(Voir la vidéo sur l’article original)

Ou que dire de ce dernier projet de déverser des dizaines de milliers de tonnes de bois dans l’océan. Tiré de New Scientist :

La raison stupéfiante :

Dix mille tonnes de déchets de bois ont été immergées dans l’océan Atlantique dans le but d’éliminer le dioxyde de carbone de l’atmosphère. L’entreprise américaine Running Tide, à l’origine de cette initiative, affirme que le CO2 contenu dans le bois, qui aurait autrement été brûlé, ne sera pas évacué des profondeurs de l’océan avant des centaines, voire des millions d’années.

Cette initiative est la plus importante à ce jour parmi une série croissante de jeunes entreprises visant à emprisonner le CO2 de l’atmosphère dans les fonds marins.

Incroyable.

La situation ne fait qu’empirer :

Et bien sûr, l’autre grand stratagème consiste à séquestrer le carbone de la même manière dans toutes les exploitations agricoles du monde en les mettant hors circuit, ce contre quoi les Néerlandais et beaucoup d’autres se battent actuellement, et qui créera en fait des privations, des pénuries, des perturbations et des ruptures sociétales massives qui s’intégreront parfaitement dans le récit d’une bête noire invisible qui nous tue pendant que nous dormons.

Rappelons que l’une des conditions de l’échange “dette contre nature” dont il a été question plus haut est la mise hors circuit potentielle des exploitations agricoles en Afrique et dans les pays en développement – bien que cela soit souvent décrit sous des euphémismes astucieux, comme la “conservation naturelle” et d’autres choses de ce genre. Bien entendu, l’un des avantages secondaires bienvenus est que les pays en développement restent pauvres et dépendants de leurs dirigeants coloniaux et des conglomérats d’entreprises rapaces qui continueront volontiers à extorquer et à piller leurs ressources pour en tirer des profits incalculables à peu de frais. Tout va si bien pour eux.

Le modus operandi du cartel mondial consiste à créer secrètement le problème, puis à proposer la solution, qui implique justement un “compromis” pour l’humanité sous la forme de concessions de droits et de libertés. Et comme dans le cas Covid, la solution renforce secrètement le problème afin de maintenir le niveau de tension élevé, le spectre de la catastrophe se profilant à l’horizon.

Nous savons tous maintenant que, lors de la fraude Covid, la grande majorité des dommages ont été causés par une politique délibérément erronée et une faute médicale pure et simple. Tout y est passé, depuis le confinement, qui nous a privés de la lumière naturelle du soleil et de la vitamine D, jusqu’aux infâmes respirateurs et l’interdiction de traitements comme l’ivermectine. Ces mesures, et bien d’autres encore, ont entraîné un nombre démesuré de décès, qui ont ensuite été frauduleusement comptabilisés comme ayant été causés par la Covid-19, ce qui a permis d’arroser le jardin de leur programme.

De la même manière, leurs politiques génocidaires et lunatiques de déversement de carbone dans les océans, de produits chimiques dans l’atmosphère, de destruction d’une grande partie des exploitations agricoles de l’humanité, tout cela pour le culte rituel de la “crise climatique” anthropogénique, créeront en fait les conditions mêmes d’une prophétie auto-réalisatrice. Le remède comme la maladie.

Mais la nature quasi-religieuse de ce prochain et dernier acte de crise soulève quelques questions. S’agit-il simplement de consolider le contrôle ? Ou existe-t-il en fait un autre aspect, peut-être ésotérique, en ce qui concerne les élites fanatiques à l’origine de ces programmes ?

Ce qui est frappant, c’est la quantité de connotations religieuses qu’ils intègrent eux-mêmes dans leurs introspections, pour peu qu’on leur en donne l’occasion. Par exemple, lors de ce même Congrès mondial de la nature en 1977, Edmund de Rothschild a semblé invoquer d’intéressantes dimensions théologiques – et, oserais-je dire, messianiques – dans sa quête du perfectionnisme environnemental :

Lors du premier Congrès mondial de la nature (WWC) en 1977, Edmund Leopold de Rothschild a présenté un document au congrès (pp. 47-52) intitulé “Augmenter les niveaux de vie par le biais de grands développements techniques sans mettre en danger la flore et la faune”. Dans sa présentation, Rothschild déclare : “Il est clair qu’il est possible de transformer le paysage de manière significative au profit de l’humanité sans pour autant saccager l’environnement”.

Rothschild ajoute : “Il y a une centaine d’années, le célèbre philosophe allemand Nietzsche écrivait : “Inéluctablement, avec hésitation, terriblement comme le destin, la grande tâche approche : comment doit-on administrer la terre dans son ensemble ? Dans quel but l’homme, qui n’est plus un peuple ou une race, doit-il être élevé et éduqué ?”

Rothschild pose ensuite la question rhétorique suivante : “Pouvons-nous contrôler les éléments, maîtriser la nature elle-même tout en conservant notre humanité ?” Et il donne sa réponse dans les remarques finales : “Teilhard de Chardin, le théologien français, a écrit avec beaucoup de sagesse : Un jour, après avoir maîtrisé les vents, les vagues, les marées et la gravité, nous maîtriserons pour Dieu les énergies de l’amour, et alors, pour la deuxième fois dans l’histoire du monde, l’homme aura découvert le feu”.

Au cas où vous penseriez que de telles citations poussiéreuses tirées d’un coin révolu de l’internet pourraient avoir une attribution douteuse, voici le rare audio de son discours : (Voir la vidéo sur l’article original)

Mark Zuckerberg a lui aussi récemment donné une tournure biblique à sa quête d’un simulacre transhumaniste de la réalité avec son projet Meta : (Voir la vidéo sur l’article original)

Et le plus troublant, et le plus perspicace, est ce rare regard de 2004 sur les motivations cachées de George Soros, à une époque où, on le suppose, il se sentait un peu plus à l’aise pour s’ouvrir, avant que le monde en ligne n’arrive vraiment à maturité et ne commence à exposer ses sombres machinations.

Dans l’article du LA Times cité plus haut, Soros fait des confessions étonnantes :

Il semble que Soros soit convaincu d’avoir reçu l’onction de Dieu. “Je me suis pris pour une sorte de dieu…”, a-t-il écrit un jour. “À vrai dire, j’ai nourri dès l’enfance des fantasmes messianiques assez puissants, que je me devais de contrôler, sous peine de m’attirer des ennuis”.

Il poursuit en développant :

C’est une sorte de maladie de se considérer comme une sorte de dieu, le créateur de tout, mais je me sens à l’aise avec ça maintenant depuis que j’ai commencé à le vivre.

Ceux qui ne connaissent pas Soros rejetteraient probablement cette déclaration d’un revers de main. Mais pour ceux qui ont suivi sa carrière et ses activités sociopolitiques, elle ne peut être prise à la légère.

Ainsi, non seulement il admet avoir des fantasmes messianiques “puissants”, mais il révèle même qu’il s’en accommode maintenant qu’il les “vit”.

Il poursuit le thème de la divinité en se qualifiant de deus-ex-machina et de “force non naturelle” – quoi que cela puisse signifier :

Malgré sa réputation de philanthrope international, Soros reste candide quant à ses véritables tendances caritatives. “Je suis en quelque sorte un deus ex machina”, a-t-il déclaré au New York Times en 1994. “Je suis quelque chose d’anormal. Je suis très à l’aise avec mon personnage public parce que c’est celui que je me suis créé. Il représente ce que j’aime être, à la différence de ce que je suis vraiment. Vous savez, à titre personnel, je ne suis pas un philanthrope désintéressé. Je suis très égocentrique”.

Enfin, il ajoute : “Je n’accepte pas les règles imposées par d’autres…. Et dans les périodes de changement de régime, les règles normales ne s’appliquent pas”.

Et il termine par la réflexion la plus révélatrice, et peut-être la plus effrayante :

“Outre mes fantasmes sur le fait d’être Dieu, j’ai aussi de très forts fantasmes sur le fait d’être fou”, a confié Soros à la télévision britannique. “En fait, mon grand-père était paranoïaque. Il y a beaucoup de folie dans ma famille. Jusqu’à présent, j’y ai échappé”.

Un dieu fou, dites-vous ?

“Dans l’Apocryphon de Jean, vers 120-180 après J.-C., le démiurge déclare avec arrogance qu’il a créé le monde tout seul :

L’archonte [“chef”] qui est faible a trois noms. Le premier nom est Yaltabaoth, le deuxième est Saklas [“fou”], et le troisième est Samael [“dieu aveugle”]. Il est impie par l’arrogance qui est en lui. Car il a dit : ‘Je suis Dieu et il n’y a pas d’autre Dieu à côté de moi’, parce qu’il ignorait sa force, le lieu d’où il était venu.” – Wiki

Il n’est pas étonnant que les choses soient ce qu’elles sont aujourd’hui.

Et ces dieux fous engendrent chaque jour, voire chaque heure, des légions de fidèles fanatiques : (Voir la vidéo sur l’article original)

Ô, malheur à nous.

Simplicius Le Penseur

Traduit par Hervé, relu par Wayan, pour le Saker Francophone

Adblock test (Why?)

Source: Lire l'article complet de Le Saker Francophone

À propos de l'auteur Le Saker Francophone

« Le chaos du monde ne naît pas de l'âme des peuples, des races ou des religions, mais de l'insatiable appétit des puissants. Les humbles veillent. »Un groupe de citoyens francophones qui désire faire partager au public francophone des analyses venues du monde entier et exprimées dans d'autres langues. Rendre accessible la pensée dissidente où qu'elle se trouve.Ce site est une émanation du Saker US mais avec notre propre sensibilité francophone.Nous n'avons pas besoin de vos dons, nous sommes tous bénévoles, mais vos talents sont bienvenus si vous avez des dispositions pour la traduction (anglais, allemand, russe, etc.) et aussi pour la relecture en Français

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Recommended For You