théories du complot

Certains se sont offusqués que Le Devoir ait fait le portrait d’Alexis Cossette-Trudel. Quoi, pensent-ils, il s’agit d’un complotiste, d’un type qui croit que la pandémie du coronavirus est une arnaque, que l’élite mondiale est sataniste et pédophile et que l’armée a mis Trump en place pour sauver le pays de la menace libérale ! Il se trouve que la même semaine j’enseignais la pensée de John Stuart Mill. Dans son livre De la liberté (1859), il nous met en garde contre les détracteurs de la libre expression des opinions. En effet, « si l’opinion est juste, on les prive de l’occasion d’échanger l’erreur pour la vérité », écrit-il. Ce ne serait pas la première fois que dans l’histoire un seul ou quelques-uns aient eu raison contre une majorité. Va pour l’opinion juste, mais qu’en est-il des opinions fausses ? Mill voit un bienfait même dans la libre expression d’une opinion fausse, car « si elle est fausse, ils perdent un bénéfice presque aussi consi­dé­rable : une perception plus claire et une impression plus vive de la vérité que produit sa confrontation avec l’erreur. » Alors que devait-on faire avec la liberté d’exprimer des opinions fausses ou bizarres — les appels à la haine ou les diffamations sont évidemment à proscrire — comme la théorie de la Terre plate ou des vaccins implantant des puces électroniques sous-cutanées ? Mill nous dit qu’il faudrait saisir ces occasions pour sortir de notre confort mental. Il arrive que nous ayons des opinions vraies que nous défendons mal ou parfois même pas du tout. Cette opinion existe alors en nous à l’état de préjugé ; on ne se donne même plus la peine d’en démontrer le bien-fondé. On cesse de lutter activement pour elle. On se contente souvent d’insultes. Il demeure pourtant plus que jamais essentiel pour le dialogue public que ceux et celles qui sont dans le vrai fassent des efforts pour bien réfuter les opinions mal fondées. Censurer des opinions fausses, voire les dénigrer ne peut que conforter leurs défenseurs dans leurs errements : « voyez, ils ne nous écoutent pas, ils ne nous prennent pas au sérieux, ils ne font que nous insulter, il faut se défendre. » Pour que le vrai puisse être effectif et triompher, il faut aller plus loin que le combat de tartes à la crème qu’on lancerait au visage de ses adversaires. Il me semble que c’est ce que Le Devoir a tenté de faire.... Lire la suite

Sources

Catégories

Archives

octobre 2020
D L M M J V S
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031

Recherche avancée

  • Catégories

  • Étiquettes

  • Date (min..max)

  • Texte

Derniers articles parus