Ils règnent sur des ruines dysfonctionnelles, mais ils règnent quand même

Ils règnent sur des ruines dysfonctionnelles, mais ils règnent quand même

Depuis 2008, nous vivons dans un monde occidental façonné par l’ »État d’urgence permanent » ou par nos technocrates gestionnaires – étiquette au choix.


Par Alastair Crooke – Le 31 octobre 2022 – Source Strategic Culture

Depuis 2008, nous vivons dans un monde occidental façonné par l’« État d’urgence permanent » ou par nos technocrates gestionnaires – étiquette au choix.

Cette « classe créative » (comme elle aime à se considérer) est particulièrement définie par sa position intermédiaire entre la cabale oligarchique contrôlant les richesses, en tant que maîtres ultimes de l’argent, d’une part, et la « classe moyenne » abrutie, d’autre part, dont elle se moque et qu’elle tourne en dérision.

Cette classe intermédiaire n’avait pas l’intention de dominer la politique (disent-ils) ; c’est arrivé comme ça. Au départ, l’objectif était d’encourager les valeurs progressistes. Mais au lieu de cela, ces technocrates professionnels, qui avaient accumulé des richesses considérables et étaient étroitement regroupés en cliques dans les grandes zones métropolitaines américaines, ont fini par dominer les partis de gauche du monde entier, qui étaient auparavant des véhicules pour la classe ouvrière.

Ceux qui convoitaient l’appartenance à cette nouvelle « aristocratie » cultivaient cette image de cosmopolite, d’argent en circulation rapide, de glamour, de mode et de culture populaire ; le multiculturalisme leur convenait parfaitement. Se présentant comme la conscience politique de l’ensemble de la société (si ce n’est du monde), la réalité était que leur Zeitgeist refléte principalement les caprices, les préjugés et de plus en plus les psychopathies d’un segment de la société libérale.

Dans ce contexte, deux événements déterminants sont survenus : en 2008, Ben Bernanke, président de la Réserve fédérale, a réuni, à la suite de la crise financière mondiale, une salle pleine d’oligarques les plus riches, les « enfermant » jusqu’à ce qu’ils trouvent la solution à la faillite systémique des banques.

Les oligarques n’ont pas trouvé de solution, mais ont tout de même été libérés de leur enfermement. Ils ont choisi, à la place, d’injecter de l’argent dans des problèmes structurels, aggravés par des erreurs de jugement flagrantes en matière de risque.

Et pour financer les pertes massives qui en ont résulté, plus de 10 000 milliards de dollars rien qu’aux États-Unis, les banques centrales du monde ont commencé à imprimer de l’argent. Depuis, elles n’ont jamais cessé !

C’est ainsi qu’a commencé en Occident l’ère où les problèmes profonds ne sont pas résolus, mais simplement traités avec de l’argent fraîchement imprimé. Cette méthode a été adoptée sans hésitation par l’Union européenne, qui l’a baptisée « Merkelisme » (du nom de l’ancienne chancelière allemande). Les contradictions structurelles sous-jacentes ont tout simplement été laissées à l’abandon ; jusqu’à arriver au pied du mur.

Une deuxième caractéristique de cette époque est que, alors que les grands oligarques se retiraient de la production industrielle et se lançaient dans l’hyper-financiarisation, ils ont vu l’avantage d’adopter le programme naissant de l’élite métropolitaine, centré sur des idéaux utopiques de diversité, d’identité et de justice raciale ; des idéaux poursuivis avec la ferveur d’une idéologie millénaire abstraite. (Leurs dirigeants n’avaient presque rien à dire sur la pauvreté ou le chômage, ce qui convenait parfaitement aux oligarques).

Ainsi, voyant l’avantage, les oligarques se sont eux aussi radicalisés. Dirigés par des organisations telles que les fondations Rockefeller et Ford, la grande philanthropie et le monde des affaires, ils ont adopté des codes de pensée et des discours de guerre. Et ont approuvé le fait de mettre de la richesse directement dans les mains de ceux qui ont été systématiquement victimisés, à travers l’histoire. Mais une fois encore, le changement structurel profond de la société a été abordé de manière superficielle, comme un simple transfert d’argent d’une « poche à l’autre » .

Le véritable problème découlant de la crise de 2008 n’était toutefois pas fondamentalement financier. Certes, les pertes ont été transférées des bilans des institutions défaillantes à celui de la Fed, mais les véritables problèmes structurels n’ont jamais été abordés. Ainsi, les gens ont vite cru que presque tous les problèmes pouvaient être résolus par des techniques de discours et de pensée, associées à la planche à billets.

Les compromis politiques ne devaient plus être considérés comme une nécessité. Les coûts n’étaient plus pertinents. Dans cet environnement, aucun problème n’était trop important pour ne pas pouvoir être résolu par des techniques de gestion comportementale et la banque centrale. Et s’il n’y avait pas de crise pour imposer et « liquéfier » le changement de programme, on pouvait toujours en inventer une. Et, bien sûr, dès que la Fed américaine a commencé à revenir à des politiques « normales » en 2018 et 2019, une nouvelle crise, encore plus importante, a été trouvée.

Il n’est pas surprenant que, dans le contexte de ce qui était considéré comme un échec des réformes des droits civiques et du New Deal, les mouvements activistes financés par les « fonds de richesse » oligarchiques se soient radicalisés. Ils ont adopté un activisme culturel révolutionnaire déployé pour « résoudre les problèmes une fois pour toutes » et visant à provoquer un changement structurel profond au sein de la société.

Cela signifiait que le pouvoir devait à nouveau échapper à la classe moyenne libérale, qui était si souvent blanche et masculine, et faisait donc partie de l’injustice structurelle de la société. En d’autres termes, la classe moyenne occidentale a été considérée par les technocrates comme une plaie.

Ce qu’il faut retenir, c’est que ce qui a été oublié dans tous les discours sur les mesures de « discrimination positive » en faveur des « victimes » , c’est le revers de la médaille : la discrimination négative et préjudiciable pratiquée à l’encontre de ceux qui « bloquent le chemin » , c’est-à-dire ceux qui ne s’écartent pas du chemin.

Le Manifeste du réveil de Scott McKay appelle ce processus discriminatoire hostile, « la militarisation de l’échec du gouvernement » – comme le dysfonctionnement gouvernemental induit dans les villes américaines pour faire fuir la classe moyenne. La « fuite des Blancs fait partie du projet. Ce n’est pas un problème » , prêchaient ses défenseurs. La gauche socialiste urbaine veut un petit noyau de résidents riches et une masse grouillante de pauvres malléables, et rien entre les deux. C’est ce que produit la militarisation de l’échec gouvernemental, et c’est un succès à grande échelle.

La Nouvelle-Orléans vote à 90 % Démocrate, Philadelphie à 80 % Démocrate, Chicago à 85 %. Los Angeles ? 71 %. Aucune de ces villes n’aura à nouveau un maire ou un conseil municipal Républicain, ou du moins pas dans un avenir prévisible. Par contre, le parti Démocrate existe à peine en dehors des ruines que ces machines urbaines produisent.

Le message le plus important est que la « dysfonctionnalité induite » peut produire une société qui peut être dirigée (rendue docile par le désagrément et la douleur) – sans qu’il y ait besoin de la gouverner (c’est-à-dire de faire fonctionner les choses !).

Ce processus est également évident dans l’UE d’aujourd’hui. L’UE est en crise parce qu’elle a fait un gâchis de sa gouvernance en ce qui concerne les sanctions sur l’énergie russe. La classe dirigeante pensait que les effets des sanctions de l’UE sur la Russie seraient « sans appel » : la Russie plierait en quelques semaines, et tout redeviendrait comme avant. Les choses reviendraient à la « normale » . Au lieu de cela, c’est l’Europe qui risque de s’effondrer.

Pourtant, certains dirigeants européens – zélateurs de l’Agenda vert – poursuivent néanmoins une approche parallèle à celle des États-Unis – celle de « la militarisation de l’échec », conçu comme un atout stratégique pour atteindre les objectifs du « Net zéro vert » .

Parce que… cela oblige leurs sociétés à se lancer dans la désindustrialisation, à accepter le contrôle de l’empreinte carbone et la transition verte, et à en supporter les coûts. Yellen et certains dirigeants de l’UE ont célébré la douleur financière comme une accélération de la transition, que vous le vouliez ou non, même si elle vous pousse hors de l’emploi, en marge de la société. Les aéroports européens dysfonctionnels sont un exemple pour décourager les Européens de voyager et ajouter à la charge de carbone !

En bref, il s’agit d’un autre trait nocif qui a émergé avec le « tournant » de 2008. La sociopathie désigne un ensemble de comportements et d’attitudes antisociaux, notamment la manipulation, la tromperie, l’agressivité et un manque d’empathie pour les autres, qui s’apparente à un trouble mental. La caractéristique principale du sociopathe est un profond manque de conscience – une amoralité qui peut cependant  être cachée par un comportement extérieur charmant.

La nouvelle façon de gouverner consiste à nous pousser par le « nudge » à la conformité par le biais du coût ou en nous rendant la vie intolérable. Mais notre monde se fracture rapidement en zones de « vieilles normalités » et en bassins de désintégration.

Ce qui nous amène à la grande question : alors que l’Occident contourne à nouveau l’échec systémique économique, pourquoi ne pas réunir les oligarques milliardaires, comme en 2008, et les enfermer dans une pièce, jusqu’à ce qu’ils trouvent une solution ?

Oui, les oligarques peuvent se tenir en haute estime (étant si riches), mais leur dernier effort n’a donné aucune solution,et a été plutôt un exercice d’auto-préservation, réalisé en jetant de l’argent fraîchement imprimé sur de larges problèmes structurels, facilitant ainsi la transition de leurs empires vers leur nouvelle identité financiarisée.

Cependant, quelque chose semble avoir changé vers 2015-2016 – une réaction a commencé. Celle-ci ne provient pas des oligarques mais de certains milieux du système américain qui craignent les conséquences, si la dépendance psychologique de masse à l’égard de l’impression de toujours plus d’argent n’était pas abordée. Leur crainte est que le glissement vers un conflit sociétal, alors que les distorsions de richesse et de bien-être explosent, devienne imparable.

Cependant, la Fed pourrait tenter de mettre en œuvre une démolition contrôlée de la bulle économique américaine en augmentant les taux d’intérêt. Les hausses de taux ne tueront pas le « dragon » de l’inflation (il faudrait qu’elles soient beaucoup plus élevées pour cela). L’objectif est de rompre une « habitude de dépendance » généralisée à l’égard de l’argent gratuit.

La seule question que se posent tous les acteurs du marché est de savoir quand la Fed va pivoter (revenir à l’impression)… quand ? Ils veulent leur « dose » et la veulent rapidement.

Beaucoup sont « accros » : l’administration Biden en a besoin ; l’UE en dépend ; le Reset a besoin de la planche à billets. L’agenda Vert en a besoin ; le soutien au « Camelot » ukrainien en a besoin. Le complexe militaro-industriel en a également besoin. Tous ont besoin d’une « dose » d’argent gratuite.

Peut-être la Fed peut-elle briser cette dépendance psychologique avec le temps, mais la tâche ne doit pas être sous-estimée. Comme l’a dit un stratège du marché : « Le nouvel environnement opérationnel est totalement étranger à tout investisseur vivant aujourd’hui. Nous devons donc nous dés-ancrer d’un passé qui n’est plus et procéder avec un esprit ouvert » .

Cette période de taux zéro, d’inflation zéro et d’assouplissement quantitatif était une anomalie historique tout à fait extraordinaire. Et elle se termine (pour le meilleur ou pour le pire).

Un petit « cercle intérieur » de la Fed peut avoir une bonne compréhension de ce que signifiera le nouvel environnement opérationnel, mais toute mise en œuvre détaillée ne peut tout simplement pas être appliquée fidèlement par une longue chaîne de commandement orientée vers le paradigme inverse de la « croissance » qui demande un « pivot » . Parmi les personnes actuellement impliquées dans cette transition, combien en comprennent toute la complexité ? Combien sont d’accord avec cela ?

Qu’est-ce qui peut mal tourner ? Commencer le changement au sommet est une chose. Mais le remède au « dysfonctionnement induit de la gouvernance » en tant que stratégie opérationnelle dans un « État d’urgence permanent » composé de sociopathes de guerre froide et de technocrates sélectionnés pour leur conformité n’est pas évident. Les plus sociopathes peuvent dire au public américain : F*** you ! Ils ont l’intention de « régner », même sur des ruines.

Alastair Crooke

Traduit par Zineb, relu par Wayan, pour le Saker Francophone
Adblock test (Why?)

Ils règnent sur des ruines dysfonctionnelles, mais ils règnent quand même

Source : Lire l'article complet par Le Saker Francophone

Source: Lire l'article complet de Le Saker Francophone

À propos de l'auteur Le Saker Francophone

« Le chaos du monde ne naît pas de l'âme des peuples, des races ou des religions, mais de l'insatiable appétit des puissants. Les humbles veillent. »Un groupe de citoyens francophones qui désire faire partager au public francophone des analyses venues du monde entier et exprimées dans d'autres langues. Rendre accessible la pensée dissidente où qu'elle se trouve.Ce site est une émanation du Saker US mais avec notre propre sensibilité francophone.Nous n'avons pas besoin de vos dons, nous sommes tous bénévoles, mais vos talents sont bienvenus si vous avez des dispositions pour la traduction (anglais, allemand, russe, etc.) et aussi pour la relecture en Français

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Recommended For You