‘Nous ne mobilisons que 1% de nos forces’ : Interview complète de Sergueï Choïgou, ministre de la défense russe

‘Nous ne mobilisons que 1% de nos forces’ : Interview complète de Sergueï Choïgou, ministre de la défense russe

Interview du ministre de la Défense de la Fédération de Russie, le général d’armée Sergueï Choïgou, le 21 septembre 2022.

Source : Ambassade russe à Londres

Traduction : lecridespeuples.fr

– Monsieur Choïgou, comment décririez-vous la situation générale actuelle des Forces armées de la Fédération de Russie ?

– Toutes les armes et branches des Forces armées, y compris la triade nucléaire, opèrent conformément à la Constitution de la Fédération de Russie et aux décrets du Commandant en chef suprême de la Fédération de Russie, notre Président.

– Quelle est la situation actuelle en Ukraine ?

– En fait, il y a un grand travail de combat compliqué effectué avec honneur par nos militaires, par les militaires des républiques populaires de Lougansk et de Donetsk, ainsi que par d’autres unités et volontaires impliqués dans cette opération.

La République populaire de Lougansk a été libérée, l’avancée dans la République populaire de Donetsk est en cours. Une partie de la région de Kherson et de Zaporozhye est également sous contrôle.

Et à cet égard, je ne peux m’empêcher de souligner que nous sommes actuellement en guerre non seulement avec l’Ukraine ou l’armée ukrainienne, mais avec l’Occident collectif. Parce que l’Ukraine a presque épuisé l’armement dont elle disposait. Il s’agit d’un ancien armement soviétique. Divers Jeunes Européens, surtout les zélés, se démènent. On dirait qu’ils ont vidé tout ce qu’ils avaient, tous les dépôts ont été balayés pour tout transférer.

Nous ne cessons de tout détruire et c’est de cette manière que nous sommes réellement en guerre avec l’Occident collectif et l’OTAN.

Quand nous en parlons, nous pensons non seulement à l’armement qui est fourni en grand nombre, et nous trouvons certainement des moyens et des méthodes pour contrer cet armement, mais aussi aux systèmes : systèmes de communication, systèmes de traitement des données et de reconnaissance, systèmes de reconnaissance par satellite.

Imaginez qu’ils sont soutenu, ou plutôt, nous sommes contrés par la quasi-totalité du groupe de satellites de l’OTAN : selon nos estimations, plus de 70 satellites militaires et plus de 200 satellites civils. Ils fonctionnent pour reconnaître l’emplacement de nos unités.

Et c’est suivi par la fourniture des articles appelés armement de haute précision. Nous sommes surpris qu’il y ait eu des tentatives de dissimulation de son nombre. Cela peut être un secret pour un grand nombre de personnes, mais pas pour nous.

Nous comprenons pourquoi ces données sont cachées au grand public. C’est parce que nous voyons des attaques de cet armement sur la population civile presque tous les jours.

Hier encore, des civils ont été tués par une frappe de ce type d’armement et ce n’était pas les premiers décès. Des attaques sont lancées contre des hôpitaux et des lieux bondés. Cette sorte d’absence de contrôle, comme nous le pensions, est en fait un contrôle total. Le contrôle d’un assez grand nombre d’instructeurs et de conservateurs occidentaux. Le dernier groupe d’anciens militaires et de militaires actifs qui est arrivé était composé de 150 personnes. Presque tous sont des commandants. Le commandement occidental est déployé à Kiev et guide toutes les opérations.

Nous savons également qu’au départ, les forces armées ukrainiennes comptaient environ 201 000 à 202 000 hommes. Pendant cette période, elles ont subi des pertes de plus de 100 000 personnes : 61 207 tués et 49 368 blessés. Ce sont des pertes assez considérables. Lorsqu’il y a un peu plus de 200 000 militaires et plus de 100 000 blessés, cela signifie que la moitié de l’armée est perdue. [Côté russe, les pertes sont de 5 937 soldats tués, a affirmé Shoïgou.]

C’est pour cela qu’ils ont mené la quatrième vague de mobilisation, environ 300 000 personnes ont été mobilisées. Et, comme vous pouvez le voir sur différents canaux et sources d’information, ce travail se poursuit dans différentes directions, comme s’il s’agissait de passer « d’une plage à une gare ».

Il est nécessaire de mentionner les instructeurs. Et pas seulement les instructeurs, mais les mercenaires qui opèrent dans cet environnement, et il y en a actuellement un peu plus de 1 000 qui sont directement impliqués sur place. La plupart d’entre eux sont partis ou sont morts, plus de 2 000 mercenaires sont morts.

Mais eux, cependant, ont essayé et essaient d’apporter leur contribution… Le point principal n’est pas leur arrivée, le point principal est qu’ils sont en fait recrutés sous la supervision d’États. Cela signifie que les pays d’où ils viennent recrutent réellement ces mercenaires ou ferment les yeux sur ceux qui sont chargés de les recruter.

Je ne peux m’empêcher de mentionner nos pertes. Le nombre de nos victimes est actuellement de 5 937 personnes. Et je dois distinguer nos camarades qui accomplissent courageusement leur devoir. Je dois également mentionner nos professionnels de la santé : plus de 90 % du total des blessés ont repris le service. Ce sont ceux qui sont passés par nos hôpitaux, nos installations médicales, qui ont repris le travail et continuent leur service.

Et je reviens ici à la situation en Ukraine : nous continuons à remplir les tâches qui nous sont confiées. Oui, ce n’est pas facile. Parfois, c’est très loin d’être facile. Mais nous les accomplirons.

– Le Président de la Russie a pris la décision d’initier une mobilisation partielle. S’il vous plaît, commentez plus en détail sa procédure. Qui doit être conscrit ? Quel sera le nombre de conscrits ? Quelles procédures seront appliquées aux conscrits de la réserve ?

– Vous avez raison : nous parlons exactement de la réserve. Ce ne sont pas des gens qui n’ont jamais vu quoi que ce soit en rapport avec l’armée… Ce sont certainement ceux qui ont servi, qui ont une profession militaire, une profession qui est actuellement nécessaire dans les forces armées, qui ont une expérience du combat.

Et, bien sûr, je veux précéder les questions qui peuvent apparaître à ce sujet : il n’y a rien à voir avec la mobilisation ou la conscription des étudiants qui étudient actuellement dans des établissements d’enseignement supérieur. Ils suivent tous des cours et personne ne va les mobiliser ou les enrôler.

Il en va de même pour ceux qui sont actuellement en service militaire. Ils n’y participent pas non plus. Ils ne seront pas mobilisés ou envoyés pour participer à l’opération militaire spéciale. Nos conscrits continuent à servir sur le territoire de la Fédération de Russie comme avant.

C’est parce que nous avons une énorme ressource de mobilisation, la ressource de ceux qui ont servi. Il y en a environ 25 millions qui ont une expérience du combat et une profession militaire.

Vous pouvez donc comprendre que cette mobilisation est partielle : 1 % ou un peu plus de la ressource totale de mobilisation [exactement 1,2 %].

La ligne de front s’étend elle-même sur plus de 1 000 kilomètres. Cette ligne est naturelle et il est nécessaire de consolider ce territoire, de le contrôler, et, surtout, c’est dans ce but que le travail est effectué, je veux dire la mobilisation partielle.

Bien sûr, une fois qu’ils seront enrôlés, ils seront formés et requalifiés. Les équipages, les équipes, les escouades, les pelotons seront coordonnés, et ce n’est qu’ensuite qu’ils commenceront à remplir les tâches qui leur sont assignées.

– Peut-on mentionner un certain nombre de réservistes conscrits ?

– Oui, bien sûr, 300 000 réservistes seront conscrits. Mais je m’empresse de dire que ce travail sera effectué non pas instantanément, mais de manière routinière, comme je l’ai déjà dit. Il ne s’agit pas d’une « moisson à grande échelle » qui « attrape » tout le monde rapidement, non.

Il se trouve qu’elle a été menée au même moment où nous étions sur le point de réaliser des formations de mobilisation.

Comme vous le savez, nous effectuions ce genre d’entraînements pendant deux semaines ou un peu plus pour quelqu’un afin de rétablir les compétences de conduite des véhicules de combat. Cela a coïncidé avec cet événement, l’annonce de la mobilisation partielle. C’est pourquoi nous annulons les entraînements prévus et commençons à effectuer la mobilisation partielle.

– C’est une information très complète et importante, mais l’opération est en cours. Quelles sont ses perspectives ?

– Vous savez qu’il peut y avoir des particularités ou des déviations en termes de temps et d’action. Mais il y a aussi la tâche principale assignée et cette tâche est en train d’être remplie. Bien sûr, nous faisons tout pour la remplir.

***

Conclusion du discours de Poutine annonçant la mobilisation générale

Source : en.kremlin.ru, 21 novembre 2022

Traduction : lecridespeuples.fr

[…] L’Occident est allé trop loin dans sa politique anti-russe agressive, proférant des menaces sans fin à l’encontre de notre pays et de notre peuple. Certains politiciens occidentaux irresponsables ne se contentent pas de parler de leurs plans visant à organiser la livraison d’armes offensives à longue portée à l’Ukraine, qui pourraient être utilisées pour frapper la Crimée et d’autres régions russes.

De telles attaques terroristes, y compris avec l’utilisation d’armes occidentales, sont menées dans les zones frontalières des régions de Belgorod et de Koursk. L’OTAN effectue des reconnaissances dans les régions méridionales de la Russie en temps réel et à l’aide de systèmes modernes, d’avions, de navires, de satellites et de drones stratégiques.

Washington, Londres et Bruxelles encouragent ouvertement Kiev à déplacer les hostilités sur notre territoire. Ils affirment ouvertement que la Russie doit être vaincue sur le champ de bataille par tous les moyens, puis privée de sa souveraineté politique, économique, culturelle et de toute forme de souveraineté, qu’elle doit être saccagée. Ils ont même eu recours au chantage nucléaire. Je fais référence non seulement au bombardement, encouragé par l’Occident, de la centrale nucléaire de Zaporozhye, qui fait peser la menace d’une catastrophe nucléaire, mais aussi aux déclarations de certains hauts représentants des principaux pays de l’OTAN sur la possibilité et l’admissibilité de l’utilisation d’armes de destruction massive, c’est-à-dire les armes nucléaires, contre la Russie.

Je voudrais rappeler à ceux qui font de telles déclarations concernant la Russie que notre pays dispose également de différents types d’armes, dont certaines sont plus modernes que celles des pays de l’OTAN. En cas de menace contre l’intégrité territoriale de notre pays et pour défendre la Russie & notre peuple, nous utiliserons certainement tous les systèmes d’armes dont nous disposons. Il ne s’agit pas d’un bluff.

Les citoyens de Russie peuvent être assurés que l’intégrité territoriale de notre Patrie, notre indépendance et notre liberté seront défendues – je le répète – par tous les systèmes dont nous disposons. Ceux qui utilisent le chantage nucléaire contre nous doivent savoir que le vent peut tourner.

C’est notre tradition historique et le destin de notre nation que d’arrêter ceux qui veulent dominer le monde et menacent de diviser et d’asservir notre Patrie. Soyez assurés que nous le ferons cette fois aussi.

Je crois en votre soutien.

Voir notre dossier sur la situation en Ukraine.

Pour soutenir ce travail censuré en permanence (y compris par Mediapart) et ne manquer aucune publication, faites un don, partagez cet article et abonnez-vous à la Newsletter. Vous pouvez aussi nous suivre sur TwitterFacebookYoutube et VKontakte.

À propos de l'auteur

Source: Lire l'article complet de Le Cri des Peuples

À propos de l'auteur Le Cri des Peuples

« La voix des peuples et de la Résistance, sans le filtre des médias dominants. »[Le Cri des Peuples traduit en Français de nombreux articles de différentes sources, principalement sur la situation géopolitique du Moyen-Orient. C'est une source incontournable pour comprendre ce qui se passe réellement en Palestine, en Syrie, en Irak, en Iran, ainsi qu'en géopolitique internationale.]

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

Recommended For You