La visite de Pelosi n’a pas été une bonne chose pour Taïwan

La visite de Pelosi n’a pas été une bonne chose pour Taïwan

Par Moon of Alabama – Le 4 août 2022

Lorsque Nancy Pelosi a effectué sa visite à Taïwan, les États-Unis semblaient espérer une réaction militaire chinoise. Ils avaient positionné un porte-avions et deux navires de débarquement amphibies dans la région. Ils avaient également envoyé des avions de combat supplémentaires au Japon et en Corée du Sud.

Les commentateurs chinois et internationaux ont élaboré des scénarios potentiels d’affrontement, comme le détournement forcé de l’avion de Pelosi. Cependant, le gouvernement chinois a gardé son calme. La réintégration de Taïwan dans la Chine n’est pas une question urgente. Il a plutôt prévu des mesures à long terme destinées à faire pression sur le gouvernement indépendantiste de Taïwan pour qu’il obéisse.

Des exercices militaires chinois seront désormais organisés autour de l’île sans tenir compte de ce que Taipei revendique comme étant ses frontières. Ces tirs de missiles et ces manœuvres maritimes et aériennes ne seront pas suffisamment menaçants pour provoquer une dangereuse confrontation militaire. Mais ils seront répétés au cours des prochaines années et se rapprocheront de plus en plus des côtes de Taïwan.

La ligne médiane entre la Chine et Taïwan, jamais officiellement reconnue mais respectée, sera désormais ignorée.

La Chine a essentiellement décidé de faire bouillir la proverbiale grenouille de l’indépendance taïwanaise en augmentant lentement, lentement, la pression :

L’Armée populaire de libération (APL) chinoise ferme six zones autour de Taïwan, de jeudi à dimanche, et devrait organiser des exercices, y compris des exercices à munitions réelles, dans certaines zones situées à moins de 30 km de l’île.

Ces exercices devraient être plus importants que les essais de missiles lancés par la Chine lors de la troisième crise du détroit de Taïwan, déclenchée en 1995 par l’octroi par les États-Unis d’un visa à l’ancien président taïwanais, Lee Teng-hui.

Les analystes chinois et américains estiment que ces exercices militaires sans précédent pourraient devenir une routine, conséquence de la visite provocatrice de Mme Pelosi.

Taïwan dépend du commerce maritime. Les manœuvres militaires chinoises vont bloquer ce commerce pendant les prochains jours. C’est une démonstration de ce qui pourrait arriver si la Chine devenait vraiment sérieuse.

Cette posture militaire sera soutenue par des sanctions économiques choisies pour supprimer le soutien au gouvernement indépendantiste actuel de Taïwan :

La Chine a également imposé des sanctions à Taïwan à cause de Pelosi, notamment l’interdiction d’exporter du sable naturel et l’arrêt des importations de poissons et de fruits en provenance de l’île.

Une interdiction d’exporter du sable naturel, que Taïwan importe à 90 % de Chine, peut sembler anodine. Mais si vous vivez sur un rocher dans une région sujette aux tremblements de terre, vous voudrez peut-être construire vos gratte-ciels en béton. Pas de sable, pas de béton. Les coûts de construction à Taïwan vont augmenter et le gouvernement sera blâmé pour cela.

Le soft power taïwanais sera également mis à mal :

Les autorités vont prendre des mesures punitives contre la « Taiwan Foundation for Democracy » (TFD) et l’ »International Cooperation and Development Fund » (ICDF), deux organisations qui entretiennent des liens étroits avec les sécessionnistes, a déclaré Ma Xiaoguang, porte-parole du Bureau des affaires taïwanaises du Conseil d’État.

Les entreprises qui ont fait des dons à ces deux fonds, comme Speedtech Energy, Hyweb Technology, Skyla Corporation, Skyeyes GPS Technology, ne pourront plus effectuer de transactions ni coopérer avec des organisations, des entreprises et des particuliers du continent. Les personnes responsables de ces entreprises sont interdites d’entrée sur le continent.

La population de Taïwan n’a pas soutenu la prestation de Pelosi :

Les sites d’information ont réalisé des sondages, et près des deux tiers des personnes interrogées par UDN ont déclaré que cette visite était déstabilisante. Les radios ont discuté de la préparation de la visite et des plans d’évacuation, et ont aidé leurs auditeurs à gérer leur anxiété croissante.

La surdité de Pelosi n’a rien arrangé :

Lors d’une conférence de presse avec la présidente taïwanaise Tsai Ing-wen, mercredi, on a demandé à Mme Pelosi ce qu’elle pouvait offrir à Taïwan pour compenser les coûts éventuels que l’île encourrait – y compris les représailles économiques de la Chine – à la suite de sa visite.

Elle a répondu que sa visite s’inscrivait dans le cadre d’un effort plus large des États-Unis pour avoir de « meilleurs échanges économiques » avec Taïwan, et elle a déclaré que d’ »importantes » entreprises taïwanaises prévoyaient déjà d’investir dans la fabrication aux États-Unis. »

« Vous serez sanctionnés tandis que nous vous volerons votre avantage principal dans la fabrication de puces » n’est pas exactement un message édifiant.

D’autres pays que Mme Pelosi a également visités se sont sentis mis à l’écart par ses singeries anti-chinoises :

La visite de Mme Pelosi pourrait également nuire à la volonté de la Maison Blanche de renforcer le soutien contre la Chine de la part d’alliés clés de la région qui, selon les analystes, se sont sentis mis à l’écart par ce voyage et frustrés par la spirale des tensions. Les fulminations de la Chine au sujet de la visite ont accaparé une grande partie de l’attention récente, et les alliés ont laissé entendre qu’ils auraient souhaité être mieux consultés avant le voyage de Mme Pelosi.

La Corée du Sud, dont le récent déséquilibre économique et le déficit commercial suscitent des inquiétudes, a snobé Mme Pelosi :

Le président Yoon Suk-yeol prévoit de s’entretenir par téléphone avec la présidente de la Chambre des représentants des États-Unis, Nancy Pelosi, en visite aux États-Unis, plus tard dans la journée de jeudi, a indiqué son bureau.

Cela n’a pas plus à Pelosi :

Korea Pro @southkoreapro – 2:00 UTC – 4 aout 2022

L’administration Yoon et l’Assemblée nationale de la République de Corée n’ont pas envoyé de délégation pour accueillir l’arrivée de Pelosi hier soir. Cette situation n’a pas plu à Mme Pelosi, selon de nombreux rapports.

Dans l’ensemble, le voyage de Mme Pelosi n’a pas été le succès qu’elle espérait. Ce fut un piège qu’elle s’est tendu à elle-même dès la première « fuite » indiquant qu’elle se rendrait à Taïwan. Si elle n’y était pas allée, les Républicains l’auraient traitée de lâche. Maintenant, elle portera la responsabilité d’une nouvelle détérioration des relations entre les États-Unis et la Chine.

Taïwan, qui est l’objet de tout ce brouhaha, perdra encore davantage dans ses relations économiques avec la Chine et s’étiolera en tant que puissance économique.

Finalement, la population de Taïwan votera pour un autre parti et l’unification sera à nouveau en vue.

Moon of Alabama

Traduit par Wayan, relu par Hervé, pour le Saker Francophone.

Adblock test (Why?)

À propos de l'auteur

Source: Lire l'article complet de Le Saker Francophone

À propos de l'auteur Le Saker Francophone

« Le chaos du monde ne naît pas de l'âme des peuples, des races ou des religions, mais de l'insatiable appétit des puissants. Les humbles veillent. »Un groupe de citoyens francophones qui désire faire partager au public francophone des analyses venues du monde entier et exprimées dans d'autres langues. Rendre accessible la pensée dissidente où qu'elle se trouve.Ce site est une émanation du Saker US mais avec notre propre sensibilité francophone.Nous n'avons pas besoin de vos dons, nous sommes tous bénévoles, mais vos talents sont bienvenus si vous avez des dispositions pour la traduction (anglais, allemand, russe, etc.) et aussi pour la relecture en Français

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

Recommended For You