Premier ministre hongrois : “Soros est l’une des personnes les plus corrompues au monde”

Vues : 42

Source: Traduction de Breitbart par Aube Digitale

Le Premier ministre hongrois Viktor Orbán a fustigé le ploutocrate milliardaire George Soros comme étant “l’une des personnes les plus corrompues du monde” après avoir appelé l’Union européenne à faire en sorte que la Hongrie et la Pologne se soumettent aux valeurs d’une “société ouverte”.

“George Soros menace la Hongrie et la Pologne”, a déclaré vendredi le Premier ministre Orbán à Kossuth Radio, faisant référence au lobbying public que l’archi-militant de 90 ans exerce auprès de l’UE pour priver les pays d’Europe centrale dirigés par les conservateurs de tout financement.

“George Soros est l’une des personnes les plus corrompues au monde ; il a plein de politiciens dans sa poche qui veulent maintenant faire chanter la Hongrie et la Pologne pour avoir accès aux fonds de l’UE”, a poursuivi le leader hongrois, accusant le milliardaire de diffuser des “déclarations absurdes, au-delà de la ligne rouge” sur son pays.

Soros avait affirmé, entre autres, qu’Orbán a bâti en Hongrie un système kleptocratique élaboré pour voler le pays à l’aveuglette”. Il est difficile d’estimer le montant dont il a enrichi sa famille et ses amis, mais beaucoup d’entre eux sont devenus extrêmement riches”, dans un article récent – non sans un certain degré d’ironie, compte tenu de sa propre immense fortune et de sa condamnation passée pour délit d’initié.

La Hongrie et la Pologne sont en conflit avec l’establishment européen et ses alliés mondialistes après leur récente décision d’opposer leur veto au projet de budget septennal, qui contenait des dispositions qui, selon le ministre polonais de la justice Zbigniew Ziobro, les auraient réduites à un “asservissement politique et institutionnalisé”.

En apparence, les dispositions en question étaient incontestables, engageant les États membres de l’UE à respecter les valeurs européennes et le soi-disant “État de droit”.

Les Hongrois et les Polonais, cependant, y voyaient un mécanisme permettant de priver les pays conservateurs de leur part des fonds de l’UE s’ils ne se soumettaient pas aux programmes politiques des États dominants de l’UE – principalement l’Allemagne et la France – qui ont été révoltés par le refus persistant de la Hongrie et de la Pologne d’accepter leurs efforts visant à imposer des quotas obligatoires de redistribution des migrants.

L’UE s’oppose également aux efforts déployés par la Pologne pour réformer ses tribunaux. L’UE qualifie ces réformes d’attaque contre l’indépendance de la justice, mais les Polonais insistent sur le fait qu’elles ne sont qu’une tentative de défaire l’héritage népotique de l’ancien régime communiste (et une affaire intérieure dans laquelle les fonctionnaires étrangers ne devraient pas s’immiscer, en tout cas).

“Lors de la table ronde de 1989 entre les communistes polonais et l’opposition démocratique, le général Wojciech Jaruzelski, alors président de la Pologne, qui dirigeait le gouvernement de la loi martiale pour les Soviétiques, a été autorisé à nommer un tout nouveau groupe de juges de l’ère communiste pour les tribunaux postcommunistes. Ces juges ont dominé notre système judiciaire pendant le quart de siècle qui a suivi. Certains restent en place”, a expliqué le premier ministre polonais Mateusz Morawiecki en 2017.

La Pologne et la Hongrie ont des raisons de croire que les dispositions relatives à l’État de droit auraient été utilisées pour forcer le respect de la loi, la vice-présidente allemande du Parlement européen, Katarina Barley, ayant suggéré qu’ils devraient être “affamés financièrement” avant le vote au cours duquel ils ont exercé leur veto.

Soros, pour sa part, a tenté de dépeindre le veto polono-hongrois comme égoïste et irresponsable, “à un moment où l’Europe souffre d’une dangereuse recrudescence de cas de COVID-19” – bien que les gouvernements polonais et hongrois puissent raisonnablement rétorquer que ce n’était pas leur décision d’inscrire des clauses de sanction pour de supposées violations des valeurs sur un budget qui aurait pu limiter son champ d’application à l’aide au coronavirus et aux mesures économiques.

“L’UE ne peut pas se permettre de faire des compromis sur les dispositions relatives à l’État de droit. La façon dont elle répondra au défi posé par Orbán et [le dirigeant polonais Jarosław] Kaczynski déterminera si elle survivra en tant que société ouverte et fidèle aux valeurs sur lesquelles elle a été fondée, a insisté le milliardaire.

“Si vous avez toujours voulu savoir comment fonctionne le plan de Soros, le voici”, a déclaré le secrétaire d’État hongrois à la communication et aux relations internationales, Zoltan Kovacs, dans une réponse directe.

“[George Soros] a suggéré des sanctions fiscales contre ceux qui n’acceptent pas de migrants en 2015. Aujourd’hui, nous voyons le chantage financier et la rétribution politique mis en œuvre par les institutions européennes”, a-t-il expliqué.

Ne vous y trompez pas, le “débat sur l’État de droit” de l’UE n’a jamais vraiment porté sur l’État de droit à proprement parler. Si nous regardons les cinq dernières années, nous pouvons voir clairement comment le sujet de l’État de droit a pris de l’ampleur chaque fois que les forces libérales de l’UE, favorables à l’immigration, n’ont pas réussi à imposer leur volonté aux États membres, comme la Hongrie et la Pologne, qui s’opposent à l’immigration”, a-t-il expliqué dans un article officiel de blog, en fournissant une chronologie des événements.

Traduction de Breitbart par Aube Digitale

Source: Lire l'article complet de Strategika

À propos de l'auteur Strategika

Strategika est à la fois un groupe de recherche indépendant (think tank) et un projet éditorial qui publie les recherches d'analystes et de politologues indépendants reconnus internationalement pour leur expertise. Strategika met en relation ses auteurs et le grand public au travers de la vente de dossiers inédits directement accessibles sur notre site. Strategika développe une activité de conseil stratégique auprès des décideurs et des acteurs politiques et géopolitiques contemporains. Pour ce faire, le cabinet de conseil Strategika dispose d’un panel d’experts et d’analystes exclusifs avec lequel vous mettre en relation. Nous contacter à l’adresse : contact@strategika.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Recommended For You