Ça devient vraiment pénible

Ça devient vraiment pénible

par Andrei Martyanov.

Je ne cesserai de le répéter jusqu’à ma mort – la Russie ne doit rien à personne, point final. Vous voulez quelque chose de la Russie ? Prenez un numéro et soyez gentil au guichet une fois que votre numéro est appelé. Je vais aussi le répéter ad nauseam – les tentatives constantes « d’analyser » quoi que ce soit dans les relations internationales contemporaines selon le point de vue de certaines chimères diplomatiques des jours passés devraient cesser et comme le disait le Docteur Lecter « Quid Pro Quo », Clarice. Ou plutôt, Emmanuel. Une chose contre une autre, plus une puissance militaire de pointe écrasante – ce sont les deux seules choses qui comptent aujourd’hui. Pas de bonne volonté, pas d’émotions, juste du Quid Pro Quo et la prise de conscience que derrière cette offre se trouve un gros bâton mortel capable de garantir que si ce Quo n’est pas assez bon, les négociations sont terminées et qu’aucun nouveau Quid n’arrive. De la cave des bonnes volontés géopolitiques sortent les nouvelles idées de Macron :

« La Russie et la France ont des objectifs différents, mais toutes deux reconnaissent la nécessité de repousser l’expansionnisme de la Turquie, l’influence intrusive des États-Unis et l’architecture de sécurité à somme nulle en Europe, qui menace la stabilité. Emmanuel Macron a appelé l’Union Européenne à reconsidérer sa politique à l’égard de la Russie et à améliorer ses relations. La démarche du Président français mérite une réponse favorable, car le rapprochement est malheureusement devenu une démarche politiquement audacieuse au sein de la communauté euro-atlantique. La France a également demandé à jouer un rôle dans l’établissement d’une paix durable au Haut-Karabakh. Paris a approuvé la collaboration de la Turquie avec des groupes militants radicaux en Syrie, bien qu’elle s’y oppose maintenant, car Ankara exporte les mêmes combattants en Libye et dans le Caucase du Sud. Paris a traditionnellement dépeint tous les Tchétchènes anti-russes comme des combattants de la liberté, bien que la France appelle maintenant à une plus grande coopération anti-terroriste avec Moscou ».

La question immédiate, s’il est vrai qu’il existe une sorte d’expansionnisme de la Turquie, est – et comment la France se voit-elle « repousser » tout le mal pour tout le bien dans cette « combinaison » géopolitique ? La Russie, comme cela a été souligné à maintes reprises, ne va pas « rapatrier » ces « tchétchènes anti-russes », ils sont sous la responsabilité de la France, la Russie va laisser la France s’en occuper. De plus, quelle est la réelle portée de la France pour « lutter contre l’influence intrusive des États-Unis et l’architecture de sécurité à somme nulle en Europe » ? Peut-on faire en sorte que les abeilles détestent le miel ? Non, vraiment ? Le prochain stratagème, la « vision », est tout à fait hilarant :

« Macron veut que la France prenne la tête d’une UE souveraine et renforcée, ce qui n’implique pas l’inclusion de la Russie dans une architecture de sécurité européenne partagée. Entre-temps, la Russie a également abandonné ses anciennes illusions sur une Grande Europe et poursuit maintenant un partenariat stratégique avec la Chine pour développer une Grande Eurasie. Compte tenu de ces réalités, un partenariat russo-français se limiterait à atténuer et à gérer les lignes de démarcation en Europe ».

Non, vraiment, hahaha, Macron ne cherche pas un « leadership », ce qu’il cherche c’est un arrangement séculaire au cas où les Allemands s’énerveraient vraiment avec un suicide national continu et que la France, comme d’habitude, serait dans le chemin, c’est là que la Russie entre en jeu. Non, ce navire a pris la mer. En fait, ni l’Allemagne ni, surtout, la France moderne ne sont les acteurs d’une envergure qui peut VRAIMENT intéresser Moscou à autre chose qu’aux marchés et, dans le cas de la France, à une sorte de soutien au Conseil de Sécurité des Nations Unies. « Une UE souveraine » sonne comme un mème, surtout quand on a un leader comme Macron – c’est tout à fait hilarant. Le paragraphe suivant est plus qu’hilarant, comme dans un cas psychiatrique, c’est-à-dire clinique.

« Macron est très critique à l’égard de la Russie, mais il a averti que « repousser la Russie loin de l’Europe est une profonde erreur stratégique car nous poussons la Russie soit à s’isoler, ce qui augmente les tensions, soit à s’allier avec d’autres grandes puissances comme la Chine ». Macron tente apparemment de jouer le rôle d’un nouveau Kissinger qui tend la main à Moscou pour empêcher la Russie de se mettre à dos la Chine ».

Les Russes ont un mème, ce n’est pas vraiment délibérément offensant, c’est juste un mème, sur les Estoniens, comme s’ils étaient lents à reconnaître une réalité. Eh bien, sur l’échelle estonienne de la lenteur, Macron et la France découvrent finalement que non seulement la Russie a été « repoussée » il y a longtemps, mais ce qui est le plus remarquable, c’est qu’une majorité écrasante de Russes considèrent l’Europe comme un endroit hostile et effrayant et ne veulent rien avoir en commun avec elle. Ils sont assez satisfaits d’être « repoussés ».

Je ne parle même pas de cette comparaison stupide avec Kissinger qui a été non seulement « vendu » au monde par la propagande en tant que diplomate rusé, mais qui n’est en réalité, comme le veut la tradition de la vie politique américaine, qu’un penseur de second ordre qui s’est surtout livré à l’auto-promotion et à la construction de son propre mythe. Il était une figure médiatique de premier ordre et un diplomate de second ordre qui observe aujourd’hui les fruits juteux de l’école américaine de « diplomatie » mordant le cul de tout l’establishment américain. Au fond, Kissinger est à la diplomatie ce que Patton est à la guerre des blindés. Si Macron se voit comme Kissinger, bonne chance, mais la réalité géostratégique est telle que la France n’est pas un protagoniste dans le processus de formation de l’équilibre des pouvoirs mondiaux.

Paris et Berlin se sont tous deux fait « poliment » dire par Moscou d’aller se faire foutre en ce qui concerne le Haut-Karabakh et c’est la seule façon de procéder, et cela devrait être le cas à partir de maintenant. Vous avez le pouvoir et vous avez des biens ? Faites une offre, sinon, dégagez. Et même dans les relations russo-chinoises, comme je l’écris sans arrêt, tout n’est pas comme il semble en Occident. Mais j’y reviendrai plus tard. Cependant, il y a une raison pour laquelle la Russie soutient les mouvements conservateurs européens, car l’Europe de Macron est condamnée. Il est évident que l’ampleur de la division entre la Russie et l’Occident n’est pas encore très bien comprise par beaucoup de gens en Occident. Ils pensent toujours que tout cela n’est qu’un jeu. Ce n’est pas le cas, et le vecteur asiatique de la Russie n’est qu’une partie du puzzle – je suis constamment sur le dossier : ne surestimez pas le rôle de la Chine dans le réalignement géopolitique de la Russie. La Chine est extrêmement importante, mais elle n’est pas le seul facteur dans les considérations géopolitiques de la Russie. Je suis généralement d’accord avec Patrick Armstrong sur nombre de ses conclusions, mais pas sur celle-ci :

« Alors, est-ce que Moscou est sur le point de dire qu’elle en a assez ? Si c’est le cas, elle a un certain problème. Pour l’instant et dans un avenir prévisible, selon la gravité des troubles civils qui suivront leurs élections présidentielles, les États-Unis sont la principale puissance du monde, ne serait-ce que parce qu’ils ont un pouvoir de destruction bien plus grand que n’importe qui d’autre. Moscou doit faire preuve de prudence à cet égard ; couper les relations avec Washington coûterait plus que ce qu’il en vaut la peine. Londres est probablement perdue pour Moscou, mais Berlin, Paris et Rome ne le sont pas nécessairement. Et, au fur et à mesure, de nombreux autres Européens suivront. Moscou peut donc espérer qu’à court terme, dans un délai raisonnable, des relations plus normales avec certaines des principales puissances européennes seront possibles. Ce serait donc une mauvaise chose de couper les relations avec elles ».

Pour commencer, Moscou n’est pas impressionnée par la puissance destructrice des États-Unis, grossièrement exagérée pour commencer, qui n’est pas si destructrice que cela dans un conflit classique entre pairs. Deuxièmement, comme je l’ai dit plus haut dans ce post, la Russie est ouverte à une offre décente. Mais si l’Europe a quelque chose à offrir, qu’elle prenne un numéro et attende que le numéro soit appelé. Quant aux relations russo-américaines, Vladimir Poutine a été explicite aujourd’hui en déclarant (en russe) que : il est impossible de gâcher les relations russo-américaines, car elles sont déjà gâchées. On ne peut pas être plus clair, je ne vois pas de problème à « couper les relations » avec Washington si l’on considère ce simple fait qu’il n’y a PERSONNE à qui parler au plus haut niveau politique aux États-Unis. Les États-Unis sont un État dysfonctionnel qui n’est pas du tout capable de s’entendre, et en plus, voyons les choses en face, les Russes connaissent très bien la situation économique aux États-Unis, en Europe et en Chine. La Russie, bien sûr, maintiendra des relations diplomatiques et commerciales avec les Européens sur une base bilatérale, mais, honnêtement, un changement culturel d’une ampleur historique sans précédent s’est produit en Russie. Les opinions de certains pseudo-intellectuels et doctrinaires de Moscou qui tentent d’imiter l’activité intellectuelle dans le domaine de la politique étrangère sont pour la plupart sans valeur, il vaut mieux écouter et regarder ce que Poutine, Lavrov, Michoustine, Belousov et Shoigu ont dit et fait ces derniers mois.

H.G. Wells, dans son livre « La Russie dans l’ombre », après avoir séjourné en Russie et interrogé Lénine, a décrit Lénine en 1920 comme un « rêveur au Kremlin ». En 1920, la Russie a été complètement détruite par la Première Guerre Mondiale et la Guerre Civile. En 1939, la Russie historique était une puissance industrielle de premier plan en Europe. En 1945, l’Armée Rouge a hissé la bannière rouge au-dessus du Reichstag. En 1957, l’URSS a lancé Spoutnik, en 1961, Youri Gagarine est devenu le premier homme dans l’espace et l’Union Soviétique est devenue la nation la plus instruite du monde, surtout après les ravages de la Seconde Guerre Mondiale. Malgré tous ses défauts, Lénine s’est avéré être plus qu’un simple rêveur. Macron n’est pas dans la même ligue, pas même proche, bien que je propose de lui appliquer le terme de rêveur du Palais de l’Elysée pour décrire une personne qui est absolument hors de sa profondeur et qui n’a aucune compréhension de la réalité. Mémorisez : Quid Pro Quo et armes hypersoniques, Quid Pro Quo et armes hypersoniques, Quid Pro Quo…

source : https://smoothiex12.blogspot.com

traduit par Réseau International

Source : Lire l'article complet par Réseau International

0

Source: Lire l'article complet de Réseau International

À propos de l'auteur Réseau International

Site de réflexion et de ré-information. Aujourd’hui nous assistons, à travers le monde, à une émancipation des masses vis à vis de l’information produite par les médias dits “mainstream”, et surtout vis à vis de la communication officielle, l’une et l’autre se confondant le plus souvent. Bien sûr, c’est Internet qui a permis cette émancipation. Mais pas seulement. S’il n’y avait pas eu un certain 11 Septembre, s’il n’y avait pas eu toutes ces guerres qui ont découlé de cet évènement, les choses auraient pu être bien différentes. Quelques jours après le 11 Septembre 2001, Marc-Edouard Nabe avait écrit un livre intitulé : “Une lueur d’espoir”. J’avais aimé ce titre. Il s’agissait bien d’une lueur, comme l’aube d’un jour nouveau. La lumière, progressivement, inexorablement se répandait sur la terre. Peu à peu, l’humanité sort des ténèbres. Nous n’en sommes encore qu’au début, mais cette dynamique semble irréversible. Le monde ne remerciera jamais assez Monsieur Thierry Meyssan pour avoir été à l’origine de la prise de conscience mondiale de la manipulation de l’information sur cet évènement que fut le 11 Septembre. Bien sûr, si ce n’était lui, quelqu’un d’autre l’aurait fait tôt ou tard. Mais l’Histoire est ainsi faite : la rencontre d’un homme et d’un évènement. Cette aube qui point, c’est la naissance de la vérité, en lutte contre le mensonge. Lumière contre ténèbres. J’ai espoir que la vérité triomphera car il n’existe d’ombre que par absence de lumière. L’échange d’informations à travers les blogs et forums permettra d’y parvenir. C’est la raison d’être de ce blog. Je souhaitais apporter ma modeste contribution à cette grande aventure, à travers mes réflexions, mon vécu et les divers échanges personnels que j’ai eu ici ou là. Il se veut sans prétentions, et n’a comme orientation que la recherche de la vérité, si elle existe. Chercher la vérité c’est, bien sûr, lutter contre le mensonge où qu’il se niche, mais c’est surtout une recherche éperdue de Justice.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Recommended For You