US-Russie : nouveau traité nucléaire

US-Russie : nouveau traité nucléaire

Les États-Unis déplacent à nouveau les poteaux de but dans les négociations pour la prolongation du traité nucléaire


Par Moon of Alabama − Le 20 octobre 2020

L’administration Trump veut abandonner tous les traités sur les armes nucléaires avec la Russie. Elle a déjà quitté le Traité sur les forces nucléaires à portée intermédiaire qui restreignait certaines classes d’armes nucléaires à plus courte portée. Elle a quitté le traité Open Sky qui permettait des vols de vérification. Elle laisse maintenant expirer le traité New-START avec la Russie.

New-START limite le nombre d’armes stratégiques déployées et d’ogives nucléaires pouvant être utilisées pour des attaques intercontinentales. Il s’agit notamment des bombardiers à longue portée, des missiles nucléaires basés dans des silos et des missiles nucléaires lancés depuis les sous-marins. Le traité ne limite pas le nombre d’armes nucléaires à courte portée ni le nombre d’ogives nucléaires qui ne sont pas déployées mais stockées en réserve.

Le traité actuel prendra fin le 5 février 2021, à moins que la Russie et les États-Unis ne conviennent de le prolonger de 5 ans comme le prévoit le traité. L’administration Trump a déclaré qu’elle souhaitait un nouvel accord avant les prochaines élections. Il ne reste plus que deux semaines pour négocier une prolongation.

Alors que l’administration Trump veut abandonner New-START, elle ne veut pas en prendre la responsabilité. Elle a d’abord essayé d’inclure la Chine, qui possède beaucoup moins d’armes que les États-Unis, et la Russie, dans le traité. La Chine ne voulait pas faire partie du traité alors même que les États-Unis pratiquaient un jeu diplomatique puéril pour « faire honte » à la Chine dans les négociations.

Les pourparlers n’allaient nulle part car les États-Unis rejetaient la prolongation de cinq ans souhaitée par la Russie et exigeaient que d’autres armes russes, non couvertes par le traité actuel, soient également incluses. Le 16 octobre, le président russe Poutine a tenu une réunion avec son cabinet de sécurité nationale. Ils ont discuté des négociations du traité :

Le Président de la Russie Vladimir Poutine :

Avant d’aborder le point principal de l’ordre du jour d’aujourd’hui, je voudrais demander au Ministre des affaires étrangères Sergueï Lavrov s’il y a eu des progrès dans le dialogue avec les États-Unis pour étendre l’un des documents centraux en matière de sécurité internationale et de contrôle des armements. Je fais référence au nouveau START, le Traité sur les mesures visant à réduire et à limiter davantage les armes stratégiques offensives.

Où en sommes-nous dans les discussions avec les Américains?

Le Ministre des affaires étrangères Sergueï Lavrov : 

Monsieur le Président,

Conformément à vos instructions, nous restons assez proactifs dans nos contacts avec nos collègues américains sur les questions de stabilité stratégique sous tous leurs aspects, notamment en soulignant notre initiative de prendre sans tarder la décision de prolonger le START, qui expirera en février 2021, pour un nouveau mandat de cinq ans sans aucune condition préalable. Cette initiative reste sur la table. ...

Vladimir Poutine : Ce serait extrêmement triste si ce traité cessait d'exister et n'était pas remplacé par un autre document fondamental de ce genre. Au cours de toutes les années précédentes, le START a fonctionné et fonctionne correctement, remplissant son rôle fondamental de contrainte limitant la course aux armements et d’outil de maîtrise des armements. Il est clair que nous avons de nouveaux systèmes d'armes qui manquent à la partie américaine, du moins pour le moment. Mais nous ne refusons pas de discuter également de cet aspect de la question.

À cet égard, j'ai une proposition, à savoir, proroger le traité désormais en vigueur sans conditions pendant au moins un an afin d'avoir une chance de tenir des discussions de fond sur tous les paramètres des problèmes qui sont régis par des traités de ce type, faute de voir nos pays, et toutes les nations du monde, dans l'obligation de maintenir un intérêt direct dans la stabilité stratégique sans un document aussi fondamental que le Traité de limitation des armements offensifs stratégiques.

Veuillez formuler notre position auprès des partenaires américains et essayer d’obtenir au moins une réponse compréhensible de leur part dès que possible.

Sergueï Lavrov: Nous le ferons dès que possible, Monsieur le Président.

Vladimir Poutine: Merci.

Les États-Unis ont rejeté l’offre.

La Russie a proposé vendredi de prolonger d'un an un traité sur les armes nucléaires qui arriverait bientôt à expiration sans aucun changement, une décision perçue à Washington comme une tactique pour retarder l'action sur le traité jusqu'à la fin de l'élection présidentielle américaine. ...
L'offre a attiré un accueil glacial à Washington. En quelques heures, l'administration Trump a publié une déclaration de Robert C. O'Brien, le conseiller à la sécurité nationale, rejetant l'offre du président russe.

«La réponse du président Poutine aujourd’hui pour prolonger le traité START sans geler les ogives nucléaires est un échec», a déclaré M. O'Brien. «Les États-Unis prennent au sérieux la maîtrise des armements qui assurera la sécurité du monde entier. Nous espérons que la Russie réévaluera sa position avant qu'une course aux armements coûteuse ne se produise.»

M. O’Brien a réitéré la proposition de l’administration de prolonger d’un an le programme START, "en échange du plafonnement de toutes les têtes nucléaires par la Russie et les États-Unis pendant cette période".

La proposition de plafonner toutes les ogives nucléaires étendrait New START au-delà des armes stratégiques, son objectif actuel, pour couvrir également les ogives nucléaires tactiques.

Le gros problème avec la proposition américaine est qu’il n’y a pas d’accord, ni même l’infrastructure, qui permettrait de vérifier le nombre de toutes les ogives nucléaires. Comment ces charges seraient-elles comptabilisées et comment le démantèlement ou la rénovation de ces ogives seraient-ils gérés ? Y aurait-il des inspecteurs russes dans les dépôts et installations de fabrication d’ogives nucléaires américaines et des inspecteurs américains dans les dépôts russes ? Négocier les processus requis pour permettre cela prendrait probablement des années. Le Pentagone et le Sénat s’opposeraient certainement à tout programme d’inspection.

Mais Poutine est sérieux en voulant garder le traité. Aujourd’hui, il a fait un autre pas vers la position américaine :

Moscou est prêt à offrir à Washington un gel mutuel d’un an sur les arsenaux nucléaires des deux parties, si le START (Traité de réduction des armes stratégiques) est prolongé pour la même période, a déclaré le ministère russe des Affaires étrangères.

"La Russie propose de prolonger le START d'un an, et elle est prête à assumer, avec les États-Unis, l'obligation politique de geler la quantité de ses ogives nucléaires pendant cette période. Cette position peut être mise en œuvre strictement à condition que le gel des ogives ne soit accompagné d'aucune demande supplémentaire de la part des États-Unis", a noté le ministère.

Cette offre concerne un gentlemen’s agreement invérifiable pour geler le nombre d’ogives nucléaires. Tout programme de vérification serait trop compliqué pour être négocié dans les quelques semaines qui restent au traité.

James Acton @ james_acton32 - 14:52 UTC · 20 octobre 2020

Question importante. Totalement différent. Le nouveau START ne limite pas les ogives non déployées.

Graham W. Jenkins @grahamwjenkins
En réponse à @ james_acton32

En quoi la surveillance et la vérification différeraient-elles du régime START actuel?

Daryl G Kimball @DarylGKimball

En réponse à @ james_acton32

Le nouveau START ne limite pas non plus les ogives non stratégiques déployées ou non déployées. Ainsi, un accord sur un "gel" vérifiable du total des stocks exigerait un accord sur les règles de comptage, la taille et la composition des stocks et les méthodes de contrôle / vérification. Ce ne sont pas de petits détails.

Les États-Unis ont réagi rapidement à la nouvelle offre russe en émettant des demandes supplémentaires :

Nous apprécions la volonté de la Fédération de Russie de progresser sur la question de la maîtrise des armements nucléaires.
Les États-Unis sont prêts à se réunir immédiatement pour finaliser un accord vérifiable. Nous attendons de la Russie qu'elle donne à ses diplomates les moyens de faire de même.

Il est impossible de négocier un « accord vérifiable » sur un gel du nombre de toutes les ogives nucléaires – stratégiques et tactiques, déployées et non déployées – dans les 14 jours :

James Acton @ james_acton32 - 14:47 UTC · 20 octobre 2020

Un accord est possible, mais on ne sait pas s'il est proche. Un désaccord sur la nécessité d'une vérification est assez important. Si les États-Unis veulent un accord avant l'élection, alors (i) les États-Unis devront reculer et n'accepter aucune vérification; 

Ou (ii) les États-Unis devront accepter une promesse de la Russie de négocier des arrangements de vérification, car il n’est pas possible de le faire en deux semaines. Les deux sont des possibilités; les deux sont loin d'être assurés.

Pour commencer, il faudrait des années pour vérifier le nombre d’ogives de chaque côté.

La position des États-Unis pour obtenir un « accord vérifiable » dans les deux semaines est absurde. C’est simplement un stratagème pour blâmer la Russie lorsque le temps de prolonger le traité sera épuisé.

Le processus de négociation prouve à nouveau que les États-Unis ne sont plus « capables [de s’engager] dans un accord ».

Moon of Alabama

Traduit par jj, relu par Wayan pour le Saker Francophone

0

Source: Lire l'article complet de Le Saker Francophone

À propos de l'auteur Le Saker Francophone

« Le chaos du monde ne naît pas de l'âme des peuples, des races ou des religions, mais de l'insatiable appétit des puissants. Les humbles veillent. » Un groupe de citoyens francophones qui désire faire partager au public francophone des analyses venues du monde entier et exprimées dans d'autres langues. Rendre accessible la pensée dissidente où qu'elle se trouve. Ce site est une émanation du Saker US mais avec notre propre sensibilité francophone. Nous n'avons pas besoin de vos dons, nous sommes tous bénévoles, mais vos talents sont bienvenus si vous avez des dispositions pour la traduction (anglais, allemand, russe, etc.) et aussi pour la relecture en Français

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Recommended For You