L’Irak renonce à un contrat avec la Turquie au profit du russe Gazprom

L’Irak renonce à un contrat avec la Turquie au profit du russe Gazprom

Le groupe gazier russe Gazprom pourrait prochainement obtenir jusqu’à 51% du projet d’exploitation du champ de gaz irakien Mansuriya après la rupture par Bagdad d’un contrat avec le groupe dirigé par Türkiye Petrolleri Anonim Ortakligi, relatent les médias.

Les autorités irakiennes ont rompu un contrat avec un groupe mené par la société publique turque Türkiye Petrolleri Anonim Ortakligi (TPAO) qui portait sur l’exploitation du champ gazier Mansuriya, a annoncé le ministre irakien du Pétrole, Ihsan Abdul Jabbar, sans expliquer les raisons de la rupture du contrat.

Fin 2019, son prédécesseur au poste de ministre du Pétrole, Thamer al-Ghadban, avait indiqué que le groupe russe GazpromNeft, filiale de Gazprom, pourraient se voir confier jusqu’à 51% du projet d’exploitation du champ Mansuriya, selon les médias.

M.el-Ghadban avait alors précisé que la part finale de GazpromNeft dépendrait de sa décision d’entrer dans le projet au sein d’un consortium ou tout seul.

Selon GazpromNeft Razvitie, les autorités irakiennes devraient s’exprimer sur leur choix d’ici la fin de 2020.
Champ gazier Mansuriya

Le champ de gaz irakien Mansuriya est situé à la frontière avec l’Iran. Ses réserves sont évaluées à 130 milliards de mètres cubes. La réalisation du contrat précédent, signé en 2010, a été interrompue par TPAO en 2014 pour des raisons de sécurité sur fond de combats contre Daech*.

À présent, l’Irak compte trouver un partenaire qui offrira les meilleures solutions techniques pour l’exploitation de Mansuriya. Les autorités du pays pourraient choisir entre les sociétés déjà présentes dans la région comme ExxonMobil, Shell, BP, Eni, Total, CNOOC, CNPC, Korea Gas Corp (KOGAS), Inpex ou Itochu. D’ailleurs, des analystes estiment que les opérateurs européens ne manifesteront pas d’intérêt pour ce projet en raison de risques militaires et politiques, note le journal russe Kommersant.

GazpromNeft en Irak

Le groupe GazpromNeft est déjà présent en Irak où il exploite le gisement pétrolier de Badra, dans l’est du pays.

Aux termes de l’accord signé en 2010, sa part s’élève à 30% du projet, alors que le coréen KOGAS détient 22,5%, le malaisien Petronas 15% et le turc TPAO 7,5%, tandis que le gouvernement irakien en possède 25%.

Le contrat court sur 20 ans et pourra être prolongé de cinq ans, selon un communiqué de GazpromNeft.

Source:http://french.almanar.com.lb/1902397

0

Source: Lire l'article complet de Réseau International

À propos de l'auteur Réseau International

Site de réflexion et de ré-information. Aujourd’hui nous assistons, à travers le monde, à une émancipation des masses vis à vis de l’information produite par les médias dits “mainstream”, et surtout vis à vis de la communication officielle, l’une et l’autre se confondant le plus souvent. Bien sûr, c’est Internet qui a permis cette émancipation. Mais pas seulement. S’il n’y avait pas eu un certain 11 Septembre, s’il n’y avait pas eu toutes ces guerres qui ont découlé de cet évènement, les choses auraient pu être bien différentes. Quelques jours après le 11 Septembre 2001, Marc-Edouard Nabe avait écrit un livre intitulé : “Une lueur d’espoir”. J’avais aimé ce titre. Il s’agissait bien d’une lueur, comme l’aube d’un jour nouveau. La lumière, progressivement, inexorablement se répandait sur la terre. Peu à peu, l’humanité sort des ténèbres. Nous n’en sommes encore qu’au début, mais cette dynamique semble irréversible. Le monde ne remerciera jamais assez Monsieur Thierry Meyssan pour avoir été à l’origine de la prise de conscience mondiale de la manipulation de l’information sur cet évènement que fut le 11 Septembre. Bien sûr, si ce n’était lui, quelqu’un d’autre l’aurait fait tôt ou tard. Mais l’Histoire est ainsi faite : la rencontre d’un homme et d’un évènement. Cette aube qui point, c’est la naissance de la vérité, en lutte contre le mensonge. Lumière contre ténèbres. J’ai espoir que la vérité triomphera car il n’existe d’ombre que par absence de lumière. L’échange d’informations à travers les blogs et forums permettra d’y parvenir. C’est la raison d’être de ce blog. Je souhaitais apporter ma modeste contribution à cette grande aventure, à travers mes réflexions, mon vécu et les divers échanges personnels que j’ai eu ici ou là. Il se veut sans prétentions, et n’a comme orientation que la recherche de la vérité, si elle existe. Chercher la vérité c’est, bien sûr, lutter contre le mensonge où qu’il se niche, mais c’est surtout une recherche éperdue de Justice.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Recommended For You