Guerre commerciale Chine-USA: un atout pour l’Afrique?

Guerre commerciale Chine-USA: un atout pour l’Afrique?

  1. Campagne de dons – Septembre-Octobre 2020

    Chers amis lecteurs, comme vous avez dû le constater, le site RI enregistre depuis un certain temps une nette augmentation de son audience, ce qui prouve que les propagandistes de la pensée unique formatée ont échoué à atteindre leurs buts d’étouffer les voix discordantes comme la nôtre. Pour tenir compte de l’augmentation du nombre de nos lecteurs, nous envisageons de procéder à une migration du site vers un serveur plus conséquent, ce qui nous permettra de résoudre beaucoup des problèmes de connexions que certains d’entre vous nous signalent régulièrement. Chers amis lecteurs, grâce à vos dons, nous avons prévu de procéder à la migration du site dès la deuxième moitié d’Octobre et, également, apporter quelques améliorations importantes sur le site. Nous comptons sur vous.

    3 300,00 € donated

par Mikhail Gamandiy-Egorov

La guerre commerciale entre la Chine et les Etats-Unis pourrait-elle faire profiter nombre d’Etats africains dans le cadre de leurs exportations, notamment agricoles, à destination de l’Empire du Milieu? Cette question mérite en effet une attention particulière.

Au moment où les relations entre Pékin et Washington ne sont plus du tout au beau fixe et des tensions économiques, politiques et militaires de plus en plus à la hausse, l’establishment chinois – qui devait prétendument sortir perdant de cette guerre commerciale engagée par les USA, a démontré sa ferme capacité à riposter de façon efficace.

Dans le cas plus particulier du commerce entre les deux pays, le secteur agricole étasunien a ressenti pleinement l’impact des tensions Pékin-Washington. En effet, les Etats-Unis – auparavant important exportateur de produits agroalimentaires sur le marché chinois, connaissent aujourd’hui un déficit commercial agricole avec la Chine. Cette dernière ayant commencé à massivement privilégier les importations venant d’autres pays depuis les restrictions lancées par les USA à son encontre.

Plusieurs pays ont pu tirer profit de la situation et accroitre les exportations de leurs produits agroalimentaires à destination de l’énorme marché chinois. Parmi eux plusieurs alliés et partenaires stratégiques de Pékin. Mais qu’en-est-il de l’Afrique? Selon Bhaso Ndendze, expert sud-africain cité par l’agence de presse chinoise Xinhua, les pays africains, et notamment d’Afrique australe «doivent augmenter leurs exportations agricoles vers la Chine afin de combler le vide laissé par les guerres commerciales entre Washington et Beijing».

Ledit expert – directeur de recherche au Centre d’études sino-africaines (CACS) de l’Université de Johannesburg, a tenu ces propos lors d’un webinaire dénommé Nouvelles dimensions du développement sino-africain, du commerce, des infrastructures et de la Quatrième Révolution industrielle. Toujours selon lui, «l’Afrique devrait profiter du FCSA (Forum sur la coopération sino-africaine) afin de multiplier les transactions de produits agricoles avec la Chine».

Il a également appelé les gouvernements africains à fournir aux agriculteurs les moyens et les subventions nécessaires pour prendre l’avantage en Chine. Quant aux agriculteurs, ils ont selon lui besoin d’améliorer leurs capacités et la qualité de leurs produits afin de pouvoir percer sur le marché chinois et mettre à profit le FCSA.

Maintenant en parlant de perspectives, ce qui est particulièrement intéressant de noter c’est qu’à chaque fois que les USA, ou plus généralement l’Occident politique, lancent des sanctions à l’encontre de ses adversaires géopolitiques, géoéconomiques ou simplement des pays osant mener une politique pleinement souveraine et indépendante, l’effet attendu par les instigateurs des dites sanctions est bien souvent l’inverse. Dans un monde multipolaire, il y a aujourd’hui pratiquement toujours des moyens de trouver des alternatives, que ce soit en qualité de partenaires économico-commerciaux ou autres. Et au final l’essor des économies émergentes, ayant d’autant plus une population largement supérieure à celle des pays occidentaux, ne fait que renforcer un peu plus ce schéma.

Avec comme finalité la perte de marchés pour les pays occidentaux, et un renforcement de coopération entre pays non-occidentaux. Mais ce n’est pas tout: bien souvent les marchés perdus ne sauront être retrouvés rapidement, voire du tout, par ceux les ayant perdus. C’est un constat évidemment triste pour les producteurs et entrepreneurs concernés, mais peut-être qu’aussi ce fut à eux de mettre plus de pression sur leurs gouvernements respectifs. L’effet boomerang est plus que jamais d’actualité.

Mikhail Gamandiy-Egorov

source:https://www.observateurcontinental.fr/?module=articles&action=view&id=2097

0

Source: Lire l'article complet sur Réseau International

À propos de l'auteur Réseau International

Site de réflexion et de ré-information. Aujourd’hui nous assistons, à travers le monde, à une émancipation des masses vis à vis de l’information produite par les médias dits “mainstream”, et surtout vis à vis de la communication officielle, l’une et l’autre se confondant le plus souvent. Bien sûr, c’est Internet qui a permis cette émancipation. Mais pas seulement. S’il n’y avait pas eu un certain 11 Septembre, s’il n’y avait pas eu toutes ces guerres qui ont découlé de cet évènement, les choses auraient pu être bien différentes. Quelques jours après le 11 Septembre 2001, Marc-Edouard Nabe avait écrit un livre intitulé : “Une lueur d’espoir”. J’avais aimé ce titre. Il s’agissait bien d’une lueur, comme l’aube d’un jour nouveau. La lumière, progressivement, inexorablement se répandait sur la terre. Peu à peu, l’humanité sort des ténèbres. Nous n’en sommes encore qu’au début, mais cette dynamique semble irréversible. Le monde ne remerciera jamais assez Monsieur Thierry Meyssan pour avoir été à l’origine de la prise de conscience mondiale de la manipulation de l’information sur cet évènement que fut le 11 Septembre. Bien sûr, si ce n’était lui, quelqu’un d’autre l’aurait fait tôt ou tard. Mais l’Histoire est ainsi faite : la rencontre d’un homme et d’un évènement. Cette aube qui point, c’est la naissance de la vérité, en lutte contre le mensonge. Lumière contre ténèbres. J’ai espoir que la vérité triomphera car il n’existe d’ombre que par absence de lumière. L’échange d’informations à travers les blogs et forums permettra d’y parvenir. C’est la raison d’être de ce blog. Je souhaitais apporter ma modeste contribution à cette grande aventure, à travers mes réflexions, mon vécu et les divers échanges personnels que j’ai eu ici ou là. Il se veut sans prétentions, et n’a comme orientation que la recherche de la vérité, si elle existe. Chercher la vérité c’est, bien sûr, lutter contre le mensonge où qu’il se niche, mais c’est surtout une recherche éperdue de Justice.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Recommended For You