L’alliance sino-russe arrive à maturité

L’alliance sino-russe arrive à maturité

  1. Campagne de dons – Septembre-Octobre 2020

    Chers amis lecteurs, comme vous avez dû le constater, le site RI enregistre depuis un certain temps une nette augmentation de son audience, ce qui prouve que les propagandistes de la pensée unique formatée ont échoué à atteindre leurs buts d’étouffer les voix discordantes comme la nôtre. Pour tenir compte de l’augmentation du nombre de nos lecteurs, nous envisageons de procéder à une migration du site vers un serveur plus conséquent, ce qui nous permettra de résoudre beaucoup des problèmes de connexions que certains d’entre vous nous signalent régulièrement. Chers amis lecteurs, grâce à vos dons, nous avons prévu de procéder à la migration du site dès la deuxième moitié d’Octobre et, également, apporter quelques améliorations importantes sur le site. Nous comptons sur vous.

    816,00 € donated

par M.K. Bhadrakumar.

1ère partie

Les déclarations conjointes entre deux pays sont généralement rivées sur un événement particulier mais dans des circonstances extraordinaires impliquant de grandes puissances, elles peuvent revêtir un caractère d’époque et être considérées comme une communication diplomatique qui reflète ce que les Allemands appellent der Zeitgeist (l’esprit du temps) – l’esprit ou la tendance qui définit une période particulière de l’histoire – et qui encadre les relations de pouvoir géopolitiques. C’est encore plus vrai dans le cas des grandes puissances qui ont une longue tradition diplomatique et qui ont laissé des traces profondes dans la marche de l’histoire.

La déclaration conjointe publiée à l’issue de la visite du Conseiller d’État et Ministre des Affaires Étrangères chinois Wang Yi à Moscou les 10 et 11 septembre 2020 s’inscrit assurément dans cette seconde catégorie.

La visite de Wang Yi à Moscou était liée à la réunion de l’Organisation de Coopération de Shanghai au niveau des Ministres des Affaires Étrangères. Sa « bilatérale » avec le Ministre des Affaires Étrangères russe Sergeï Lavrov a eu lieu le 11 septembre à la fin de la visite mais du point de vue de la sécurité internationale et de l’ordre mondial, elle s’imposera comme un événement capital, comme un tournant dans l’évolution de l’entente sino-russe.

Le document issu de la visite de Wang attire l’attention sur les principaux domaines du partenariat sino-russe pour l’analyse du discours, les intérêts mutuels des deux puissances et le contexte géopolitique mondial en constante évolution dans la situation mondiale actuelle.

La déclaration commune est davantage une déclaration sino-russe sur la situation internationale actuelle et les problèmes clés, en particulier la stabilité politique mondiale et la reprise économique mondiale. C’est le genre de déclaration que l’on attribue généralement aux proches alliés et elle signifie qu’une étape qualitativement nouvelle s’approche dans le partenariat global et la coopération stratégique sino-russe, qui a déjà porté la relation bilatérale à son niveau historiquement le plus élevé.

Il est clair que la déclaration commune Russie-Chine du 11 septembre est un document négocié et public d’une relation bilatérale qui reflète non seulement les idéologies politiques des deux pays, mais aussi leur « vision commune » et leurs recommandations pour trouver ensemble des solutions à leurs problèmes communs. Elle fait référence à un monde qui « traverse une étape de profonde transformation ». Les turbulences sont de plus en plus fortes… L’épidémie de coronavirus est devenue le plus grave défi mondial en temps de paix ».

Les douze domaines essentiels de partenariat décrits dans la déclaration commune reflètent également les objectifs de politique étrangère des deux pays. Ces douze domaines comprennent, tout d’abord, la campagne odieuse lancée par la Grande-Bretagne et les États-Unis, qui a rapidement été reprise par une poignée d’autres pays (dont un chœur en Inde), selon laquelle la responsabilité de la pandémie de coronavirus – « virus de Wuhan » – doit être imputée à la Chine, là où elle a commencé, pour son prétendu manquement à son obligation internationale de partager les détails avec la communauté mondiale.

La « politisation » de la pandémie n’a pas fini par gagner la communauté internationale – même au sein des États-Unis – mais les États-Unis et leurs proches alliés anglo-saxons l’ont utilisée pour diffamer la Chine, pour s’immiscer dans les affaires intérieures de la Chine et pour monter rapidement des attaques injustifiées contre le système politique chinois.

Le document du 11 septembre souligne que Moscou soutient fermement Pékin en exhortant les autres gouvernements et États, les organisations publiques, les médias et les milieux d’affaires à promouvoir la coopération et à résister ensemble aux fausses informations, à cesser de politiser la pandémie et à unir leurs efforts pour vaincre l’infection par le coronavirus et répondre ensemble aux divers défis et menaces.

Il ne fait aucun doute qu’à ce stade, Pékin sera très satisfait et réconforté par le fait que Moscou, tout en signalant la grande qualité de l’entente sino-russe, exprime la forte solidarité du Kremlin sur cette question très sensible pour les dirigeants chinois. Les deux pays ont souligné qu’ils insistaient sur le rôle de coordination de l’OMS dans les efforts internationaux visant à contrer les épidémies, à approfondir la coopération internationale dans ce domaine et à superviser le développement accéléré de médicaments et de vaccins.

« Vérité historique » sur la Seconde Guerre Mondiale

Un deuxième vecteur de la déclaration commune de la semaine dernière concerne la « vérité historique » sur la Seconde Guerre Mondiale. Cela peut sembler un sujet ésotérique mais c’est tout sauf cela. Une campagne occidentale apparemment inoffensive a été menée ces dernières années pour minimiser et rabaisser les sacrifices héroïques de l’ex-Union Soviétique dans la défaite de l’Allemagne nazie. Moscou n’a pas tardé à saisir ses intentions odieuses et traîtresses.

Pour dire les choses simplement, l’Union Soviétique a porté le fardeau de la résistance aux agresseurs nazis, mais les faits de l’histoire sont systématiquement falsifiés dans des pays comme la Pologne et les États baltes, souvent avec l’encouragement subtil des États-Unis. Cette campagne alimente les sentiments anti-russes mais, plus dangereux encore, elle encourage l’irrédentisme et le militarisme.

La déclaration commune promet que la Russie et la Chine « ne permettront à personne de réviser les résultats de la Seconde Guerre Mondiale, qui sont fixés dans la Charte des Nations Unies et dans d’autres documents internationaux ». La position commune russo-chinoise évoque la transition progressive qui s’est opérée en Allemagne et au Japon ces dernières années pour passer du pacifisme aux idéologies militaristes. Cela doit être expliqué.

La Russie observe avec une inquiétude croissante que l’Allemagne se trouve dans une autre transition historique qui tient un parallèle troublant avec la transition de Bismarck dans le cadre européen d’avant la Première Guerre Mondiale et, ensuite, de la République de Weimar à l’Allemagne nazie, qui a conduit à deux guerres mondiales et a causé d’horribles destructions à l’humanité.

Pour illustrer le changement qui s’est opéré dans l’idéologie allemande, dans une interview accordée à l’hebdomadaire Die Zeit en juillet, la Ministre de la Défense allemande Annegret Kramp-Karrenbauer (qui est également la Présidente par intérim du parti au pouvoir, l’Union Chrétienne-Démocrate) a souligné qu’il était « grand temps » de discuter « de la manière dont l’Allemagne doit se positionner dans le monde à l’avenir ».

Elle a déclaré que l’on attend de l’Allemagne qu’elle « fasse preuve de leadership, non seulement en tant que puissance économique », mais cela concerne également « la défense collective, les missions internationales, une vision stratégique du monde et, en fin de compte, la question de savoir si nous voulons activement façonner l’ordre mondial ». En clair, la voix allemande n’est plus la voix du pacifisme.

Soldats de la Bundeswehr assis sur un véhicule blindé de récupération de chars Bueffel (« buffalo ») à Grafenwoehr, Allemagne, avant leur déploiement en Lituanie, à la frontière russe, le 31 janvier 2017

Kramp-Karrenbauer a déclaré que « la prétention des dirigeants russes actuels » de défendre leurs intérêts « de manière très agressive » doit être « confrontée à une position claire » : Nous sommes bien fortifiés et, en cas de doute, prêts à nous défendre. Nous voyons ce que fait la Russie et nous ne laisserons pas les dirigeants russes s’en tirer à bon compte… Si vous regardez qui est à portée des missiles russes en Europe, alors il n’y a que les États d’Europe Centrale et Orientale et nous ». Elle a promis de « travailler sur une analyse commune de la menace » avec les alliés européens pour développer des « systèmes de défense », qui impliqueraient de plus en plus « des drones, des essaims de drones contrôlés par IA ou des armes hypersoniques ».

En clair, 75 ans après la fin de la Seconde Guerre Mondiale, l’impérialisme allemand s’agite – et, une fois de plus, vise la Russie. Une militarisation complète de la société est de nouveau à l’ordre du jour allemand. Les élites allemandes, comme par le passé, ne reculeront devant rien pour faire avancer les intérêts du capital allemand, tant sur le plan intérieur qu’à l’étranger.

Trois caractéristiques sont à noter ici. Comme à Weimar, les réseaux d’extrême droite de la Bundeswehr (forces armées) et des services de sécurité allemands ont repris leurs activités sans être gênés par l’élite dirigeante allemande. Une militarisation complète de la société est, une fois de plus, en cours. Kramp-Karrenbauer se réjouit « que nous ayons pu rendre la Bundeswehr un peu plus visible au sein de la société, avec l’engagement public des troupes devant le Bundestag (parlement fédéral) à l’occasion de l’anniversaire de la Bundeswehr et les voyages en train gratuits pour les militaires ».

À l’incitation de Die Zeit selon laquelle « la camaraderie, la guerre, mourir pour son pays, tuer quelqu’un » était « pratiquement inexistante dans l’autoreprésentation publique de la Bundeswehr », Kramp-Karrenbauer a rapidement répondu que c’était précisément cela qui devait changer. « Nous sommes une armée. Nous sommes armés. Dans le doute, les soldats doivent aussi tuer », a-t-elle déclaré. Contrairement au passé, « aujourd’hui, les missions étrangères dangereuses sont courantes. Ceux qui rejoignent la Bundeswehr le savent. Cela fait aussi partie de ce que j’entends par une démocratie bien fortifiée et une Europe forte ».

Les tensions germano-américaines et le retrait des troupes américaines d’Allemagne récemment annoncé servent en réalité de prétexte pour accélérer les plans de réarmement de l’Allemagne. L’Allemagne a récemment augmenté massivement ses dépenses militaires et planifie des projets d’armement d’une valeur à plusieurs chiffres de plusieurs milliards, bien que le budget ne représente encore que 1,38% du PIB. En réalité, cela permet à l’Allemagne de devenir militairement indépendante des États-Unis. Le Neue Zürcher Zeitung, le journal suisse de grande qualité connu pour son objectivité et ses reportages détaillés sur les affaires internationales, a récemment écrit avec beaucoup de prescience : « À première vue, Trump a peut-être puni le pays. Mais en vérité, le retrait des troupes ouvre une opportunité : tous ces Realpolitikers, qui depuis des années s’expriment contre l’opinion majoritaire en Allemagne, en partie pacifiste et en partie anti-américaine, ont maintenant un avantage pour changer ».

« Veut-elle conserver le sentiment réconfortant d’être une « nation de paix » ? Jusqu’à présent, cela signifie que d’autres ont assuré la paix. Ou bien le pays sortira-t-il de l’ombre qui s’étend sur son passé et garantira la paix pour lui-même et ses partenaires européens ?

L’opinion publique allemande milite contre la guerre et le militarisme. Les horreurs des guerres mondiales et les crimes perpétrés par l’Allemagne nazie sur l’humanité sont encore dans la mémoire collective. Ce qui se passe, c’est que le retour du militarisme allemand vient exclusivement des élites dirigeantes avec un fort soutien des conglomérats industriels qui ont une histoire sanglante en tant que fabricants d’armes et des antécédents éhontés en matière de profit de guerre. En d’autres termes, face à une crise profonde du capitalisme et à des tensions internationales croissantes, les élites allemandes au pouvoir reviennent aux moyens du militarisme et de la guerre pour assurer leur richesse et leur pouvoir.

Le retour du militarisme

À l’Est, nous voyons, de la même façon, la vague montante du militarisme japonais. Après sa défaite désastreuse lors de la Seconde Guerre Mondiale, Tokyo a renoncé à des années de guerre en faveur d’une perspective pacifiste, en promettant de n’utiliser la force que pour protéger la patrie japonaise en cas d’attaque – de ne jamais faire la guerre à un ennemi sans y être provoqué. Ces dernières années, cependant, les dirigeants politiques japonais, en particulier l’ancien Premier Ministre Shinzo Abe, ont tenté de sortir le pays de sa coquille d’après-guerre.

La montée de la Chine a fourni à Abe un alibi utile pour trouver des moyens de renforcer les forces de son pays avec un minimum de contrecoup intérieur. Abe a fait adopter une loi permettant au Japon de défendre ses alliés, a approuvé un nouveau plan de défense musclé et a fait campagne pour modifier la constitution japonaise de dénonciation de la guerre afin d’officialiser la réanimation des forces armées de la nation lorsqu’il a été contraint de se retirer il y a deux semaines.

Le Japon peut désormais défendre plus efficacement son continent et ses centaines d’îles, riposter en cas de défi, patrouiller sur les voies maritimes mondiales et contrer ses adversaires le cas échéant. Ce passage d’un empire militariste à une nation pacifiste et à une culture politique favorable aux militaires donne aux États-Unis un allié beaucoup plus solide pour se battre à ses côtés, mais d’un autre côté, il risque d’accroître sérieusement les tensions régionales et les perspectives de guerre avec la Chine et la Russie.

La Russie a été victime de l’Allemagne militariste à deux reprises déjà dans l’histoire moderne. Et tant la Russie que la Chine ont payé un lourd tribut à l’idéologie militariste du Japon. En 1904, le Japon est entré en guerre contre la Russie en lançant une attaque surprise. Après des années de combat et de pseudo-gouvernance, le Japon a officiellement annexé la péninsule coréenne en 1910. Et en 1932, le Japon a créé son propre État fantoche en Chine.

C’est un fait historique indéniable que le Japon a fait preuve d’une force inhabituelle, d’une ambition implacable et d’une brutalité sans partage envers la Chine. Rien qu’en Chine, au cours du massacre de six semaines connu aujourd’hui sous le nom de « Viol de Nankin », en moins de deux mois, les soldats japonais ont tué environ 300 000 Chinois et violé plus de 80000 femmes.

Dans le cas de l’Allemagne et du Japon, on commence à voir se répéter les signes de l’histoire. Le Japon est à bien des égards une copie conforme de ce qui se passe en Allemagne. L’objectif d’Abe était d’une part de relancer l’économie japonaise en déclin, et d’autre part de mener une politique étrangère musclée, en particulier pour contrer la Chine. Quelques mois seulement après avoir pris ses fonctions de Premier Ministre, Abe a déclaré au Wall Street Journal dans une interview : « J’ai réalisé que le Japon devrait exercer un leadership non seulement sur le front économique, mais aussi dans le domaine de la sécurité en Asie-Pacifique ».

En décembre 2018, Abe a publié un nouveau plan de défense sur dix ans, qui prévoit notamment de convertir le porte-hélicoptères Izumo en porte-avions, donnant ainsi à la nation son premier navire de ce type depuis la Seconde Guerre Mondiale ; de dépenser environ 240 milliards de dollars pour les forces d’autodéfense (armée) au cours des cinq prochaines années, poursuivant ainsi l’augmentation constante des dépenses de défense de la nation ; et d’acheter de nouveaux avions de chasse pour remplacer les anciens. Il est clair que tous ces équipements ne sont pas destinés à protéger le continent, mais à renforcer la capacité du Japon à projeter sa puissance à l’étranger.

Cependant, contrairement à l’Allemagne, l’opinion publique japonaise sous Abe est devenue profondément divisée et peut-être quelque peu ambivalente quant à son initiative de militarisation, qui définit l’héritage du pays. Le parti d’Abe partage le pouvoir avec Komeito pour rester au pouvoir, et la base de Komeito est largement pacifiste. L’ambivalence de Komeito s’est avérée être un obstacle majeur pour les ambitions d’Abe de changer la constitution du Japon et de faire du pays une puissance régionale avec une vision globale.

Pour être juste, le Japon sous Abe sent également qu’il est en danger, entouré d’une menace imminente, la Corée du Nord, et d’un challenger à long terme, la Chine. L’armée japonaise est l’institution la plus respectée au Japon et la société japonaise n’est plus anti-militaire, bien qu’elle soit toujours anti-guerre. Mais le fait est que, même après le départ imminent d’Abe, un futur dirigeant qui souhaite une armée plus traditionnelle au Japon aura un climat politique propice pour faire évoluer les choses.

Une véritable camaraderie sur les champs de bataille

Berlin joue un rôle de premier plan dans l’offensive occidentale contre la Russie et dirige le groupement tactique de l’OTAN en Lituanie. L’Allemagne et les États-Unis travaillent également en étroite collaboration sur les actions de l’OTAN contre la Russie. L’Allemagne est la plus importante zone d’étape pour les unités de l’OTAN déployées à la frontière de l’Europe de l’Est avec la Russie. Et les médias allemands sont inondés d’opinions exigeant que l’engagement de l’OTAN soit enfin respecté et que les dépenses militaires soient augmentées à 2% du PIB. (Il s’élève actuellement à 1,38% du PIB, bien que l’Allemagne ait récemment augmenté massivement ses dépenses militaires et qu’elle prévoie des projets d’armement d’une valeur à plusieurs chiffres de plusieurs milliards).

Alors que, dans la région Asie-Pacifique, Abe n’a pas caché que son objectif premier est de contrer les prouesses économiques et militaires croissantes de Pékin qui pourraient lui permettre de remodeler la région et le monde à son image. Le Japon a également des conflits territoriaux qui couvent avec la Russie et la Chine. Les critiques d’Abe ont fait valoir que son militarisme donnerait aux forces japonaises une voie de guerre contre d’autres pays, et certains critiques japonais ont même qualifié les changements de loi qu’il a pilotés de « législation de guerre », et l’ont dépeint comme l’Adolf Hitler de l’Allemagne.

Certes, dans un contexte aussi poignant, il n’est pas surprenant que la déclaration commune publiée à Moscou le 11 septembre réserve son passage le plus puissant sur la raison d’être de l’alliance russo-chinoise dans la situation internationale émergente en rappelant leur lutte historique contre le Nazisme et l’impérialisme japonais :

« L’Union Soviétique et la Chine ont été les plus durement touchées par le Nazisme et le militarisme et ont porté le poids de la résistance aux agresseurs. Au prix d’énormes pertes humaines, elles ont arrêté, mis en déroute et détruit les occupants, faisant preuve d’une abnégation et d’un patriotisme sans égal dans cette lutte. Les nouvelles générations sont profondément redevables à ceux qui ont donné leur vie au nom de la liberté et de l’indépendance, et du triomphe du bien, de la justice et de l’humanité. À l’aube d’une nouvelle ère, les relations actuelles entre la Russie et la Chine, fondées sur un partenariat global et une coopération stratégique, présentent une caractéristique puissante et positive de la véritable camaraderie développée sur les champs de bataille de la Seconde Guerre Mondiale. C’est un devoir sacré de toute l’humanité de préserver la vérité historique sur cette guerre. La Russie et la Chine contreront conjointement toutes les tentatives de falsification de l’histoire, de glorification des nazis, des militaristes et de leurs complices, et de ternissement des vainqueurs. Nos pays ne permettront à personne de réviser les résultats de la Seconde Guerre Mondiale ».

En effet, l’analogie historique trouve un écho profond dans la situation actuelle en Europe et dans la région Asie-Pacifique. Le gouvernement allemand accuse ouvertement l’État russe d’avoir empoisonné l’homme politique de l’opposition Alexeï Navalny et menace la Russie de sanctions. Le langage de l’Allemagne envers la Russie a radicalement changé. Elle n’est plus retenue par le sentiment de culpabilité que le sang de 25 millions de citoyens soviétiques est sur ses mains. Elle parle comme si elle préparait déjà la prochaine campagne militaire contre Moscou.

Surtout, comme cela s’était déjà produit dans les années 1930, d’autres puissances occidentales, dans leur obsession de contenir la Russie et la Chine, non seulement ferment les yeux sur le militarisme croissant en Allemagne et au Japon, mais l’encouragent subrepticement.

M.K. Bhadrakumar

source : https://indianpunchline.com

traduit par Réseau International

0

Source: Lire l'article complet de Réseau International

À propos de l'auteur Réseau International

Site de réflexion et de ré-information. Aujourd’hui nous assistons, à travers le monde, à une émancipation des masses vis à vis de l’information produite par les médias dits “mainstream”, et surtout vis à vis de la communication officielle, l’une et l’autre se confondant le plus souvent. Bien sûr, c’est Internet qui a permis cette émancipation. Mais pas seulement. S’il n’y avait pas eu un certain 11 Septembre, s’il n’y avait pas eu toutes ces guerres qui ont découlé de cet évènement, les choses auraient pu être bien différentes. Quelques jours après le 11 Septembre 2001, Marc-Edouard Nabe avait écrit un livre intitulé : “Une lueur d’espoir”. J’avais aimé ce titre. Il s’agissait bien d’une lueur, comme l’aube d’un jour nouveau. La lumière, progressivement, inexorablement se répandait sur la terre. Peu à peu, l’humanité sort des ténèbres. Nous n’en sommes encore qu’au début, mais cette dynamique semble irréversible. Le monde ne remerciera jamais assez Monsieur Thierry Meyssan pour avoir été à l’origine de la prise de conscience mondiale de la manipulation de l’information sur cet évènement que fut le 11 Septembre. Bien sûr, si ce n’était lui, quelqu’un d’autre l’aurait fait tôt ou tard. Mais l’Histoire est ainsi faite : la rencontre d’un homme et d’un évènement. Cette aube qui point, c’est la naissance de la vérité, en lutte contre le mensonge. Lumière contre ténèbres. J’ai espoir que la vérité triomphera car il n’existe d’ombre que par absence de lumière. L’échange d’informations à travers les blogs et forums permettra d’y parvenir. C’est la raison d’être de ce blog. Je souhaitais apporter ma modeste contribution à cette grande aventure, à travers mes réflexions, mon vécu et les divers échanges personnels que j’ai eu ici ou là. Il se veut sans prétentions, et n’a comme orientation que la recherche de la vérité, si elle existe. Chercher la vérité c’est, bien sûr, lutter contre le mensonge où qu’il se niche, mais c’est surtout une recherche éperdue de Justice.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Recommended For You