Pas de rémunération à des paramédics de la CTAQ lors d’arrêts de travail en lien avec la COVID

L’Association des travailleurs du préhospitalier (ATPH-CSN) demande que les paramédics de la CTAQ reçoivent leur rémunération normale lors d’un arrêt de travail en lien avec la COVID.

Alors qu’un arrêté ministériel prévoit que les travailleuses et les travailleurs reçoivent leur rémunération normale lors d’un arrêt de travail en lien avec la COVID, que ce soit pour un test de dépistage ou pour un retrait préventif dû à une condition médicale (ex. : personnes immunosupprimées), la Coopérative des techniciens ambulanciers du Québec (CTAQ) a choisi de faire bande à part.

La coopérative est en effet la seule compagnie ambulancière de la province à ne pas payer les paramédics qui doivent passer des tests COVID ou rester à la maison pour se protéger dans le cadre d’un retrait préventif, ce que déplore le syndicat.

« Actuellement, les paramédics de la CTAQ doivent prendre congé pour passer un test COVID, souligne Frédéric Maheux, président de l’Association des travailleurs du préhospitalier (ATPH–CSN). Ça met tous les travailleurs en danger : au début de la pandémie, les paramédics ne prenaient pas de chance et appelaient la ligne COVID pour demander un test de dépistage dès qu’ils avaient le moindre symptôme, mais là, s’ils doivent piger dans leur banque de congés, ils vont attendre d’avoir des signes et des symptômes évidents. C’est clair que plusieurs paramédics vont être positifs avec peu de symptômes et vont contaminer les autres travailleurs de la compagnie, on joue avec le feu ».

Frédéric Maheux comprend mal le fait que la CTAQ soit la seule compagnie ambulancière dans la province à ne pas rémunérer ses paramédics lors d’un arrêt de travail lié à la COVID. Les autres compagnies se basent sur l’arrêté ministériel d’avril dernier, qui demande de payer les travailleurs à 100 % dans ces cas, pour demander des indemnités et assumer les frais en attendant de les recevoir.

« Récemment, la CTAQ expliquait dans une vidéo qu’il est préférable de garder la compagnie en bonne santé financière plutôt que de payer les paramédics et espérer se faire rembourser plus tard », explique le président du syndicat.

« Comment une coopérative ayant pour but d’améliorer les conditions de travail de ses travailleurs peut-elle décider de prioriser des ristournes alors que nous sommes dans une situation exceptionnelle, ça me dépasse. Toutes les autres compagnies ambulancières, qu’elles soient privées ou étatisées, payent leurs travailleurs lorsqu’ils sont en arrêt de travail à cause de la COVID, même si ça veut dire faire moins d’argent à la fin de l’année. »

Selon le syndicat, la politique de la compagnie est irresponsable. « Nous savons que l’automne sera extrêmement chargé : influenza, gastro, augmentation des problèmes respiratoires pour les personnes âgées, COVID, etc., explique Frédéric Maheux. Les paramédics auront besoin, à ce moment-là, de leurs congés personnels parce que nous sommes encore plus à risque durant cette période. Si un paramédic n’a plus aucun congé et qu’il attrape la gastro par exemple, il fait quoi ? Il vient travailler pareil et la donne à tout le monde ? »

« On voit ce qui se passe avec les CHSLD et le manque de personnel, poursuit Frédéric Maheux. Les soins aux personnes âgées sont déficients et le personnel est au bout du rouleau. Imaginez une compagnie d’ambulance qui commence à manquer de personnel à la suite d’arrêts pour maladie, dépression, etc. ? »

Le président craint le retour des grands délais sur les interventions à cause du manque d’ambulance sur la route. « La compagnie devra trouver une solution temporaire avec des travailleurs qui ne sont pas prêts à travailler ou même qui sont très peu formés, craint-il. Les paramédics sur le terrain, en plus d’avoir un stress plus élevé à cause du COVID et des mesures de protection additionnelle, devront surveiller leurs collègues et les aider dans leurs tâches au lieu de travailler en équipe. C’est un stress immense qui va s’ajouter au stress déjà extrêmement élevé de devoir travailler lors d’une pandémie. »

L’Association des travailleurs du préhospitalier (ATPH–CSN) demande que les paramédics de la CTAQ reçoivent leur rémunération normale lors d’un arrêt de travail en lien avec la COVID, que ce soit pour un test de dépistage ou pour un retrait préventif dû à une condition médicale (ex. : personnes immunosupprimées), comme tous les autres paramédics du Québec.

« Avec la CSN, nous travaillons en prévention en santé et sécurité au travail. Toutes les recherches et les études démontrent clairement que de travailler en prévention plutôt qu’en réaction coûte beaucoup moins cher. Il y a un travail qui a été très mal fait à la CTAQ, il faut corriger le tir », conclut Frédéric Maheux.

 

Photo : https://www.ctaq.com/

Let’s block ads! (Why?)

À propos de l'auteur

Source: Lire l'article complet de L'aut'journal

À propos de l'auteur L'aut'journal

« Informer c’est mordre à l’os tant qu’il y reste de quoi ronger, renoncer à la béatitude et lutter. C’est croire que le monde peut changer. » (Jacques Guay)L’aut’journal est un journal indépendant, indépendantiste et progressiste, fondé en 1984. La version sur support papier est publiée à chaque mois à 20 000 exemplaires et distribuée sur l’ensemble du territoire québécois. L'aut'journal au-jour-le-jour est en ligne depuis le 11 juin 2007.Le directeur-fondateur et rédacteur-en-chef de l’aut’journal est Pierre Dubuc.L’indépendance de l’aut’journal est assurée par un financement qui repose essentiellement sur les contributions de ses lectrices et ses lecteurs. Il ne bénéficie d’aucune subvention gouvernementale et ne recourt pas à la publicité commerciale.Les collaboratrices et les collaborateurs réguliers des versions Internet et papier de l’aut’journal ne touchent aucune rémunération pour leurs écrits.L’aut’journal est publié par les Éditions du Renouveau québécois, un organisme sans but lucratif (OSBL), incorporé selon la troisième partie de la Loi des compagnies.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

Recommended For You