Un peu de science dans le « brouillard de la guerre » contre la Covid-19

Un peu de science dans le « brouillard de la guerre » contre la Covid-19

2015-05-21_11h17_05Par Moon of Alabama − Le 2 mai 2020

Le Dr Fauci, directeur de l’Institut national des allergies et des maladies infectieuses, a récemment déclaré que le remdesivir, un médicament antiviral, constituait une «norme de soins», et cela sur la base d’essais non publiés. Mais le jugement était sommaire, et a été remis en question, car il semble que le gouvernement a déplacé les poteaux de but pour atteindre ce résultat :

Au lieu de compter combien de personnes prenant le médicament ont été maintenues en vie par ventilation ou sont décédées, entre autres mesures, l'Institut national des allergies et des maladies infectieuses a déclaré qu'il jugerait d'abord le médicament sur un résultat différent : combien de temps il faudrait aux patients survivants pour récupérer.
 
Les décès et autres résultats négatifs ont été transférés au statut de mesure secondaire: ils seraient toujours suivis, mais ils ne seraient plus la mesure principale de la performance du remdesivir. Ce basculement - qui, selon les spécialistes, est inhabituel dans les principaux essais cliniques, mais pas inconnu - a été rendu public sur le site Web clinictrials.gov du gouvernement le 16 avril, mais n'a pas reçu beaucoup d'attention à l'époque. ...
 
«Cela allume beaucoup de signaux d'alerte et nécessite beaucoup de réponses», a déclaré Walid F. Gellad, professeur de politique et de gestion de la santé au Département de médecine de l'Université de Pittsburgh, "surtout lorsque les gens commencent à dire que cela va devenir la norme des soins, alors que tout ce que nous avons vu était un communiqué de presse sur un test dont le résultat a été modifié il y a deux semaines. C'est vraiment choquant."

Une étude chinoise en double aveugle avec le remdesivir, précédemment publiée dans The Lancet, était parvenue à la conclusion que le médicament n’avait aucune influence statistiquement perceptible sur la durée de la guérison et les résultats.

On se demande à quel point l’influence de la Maison Blanche a été utilisée pour pousser ce médicament. L’influence de celle-ci peut également avoir été utilisée dans cette affaire d’acquisition de ventilateurs qui ont été payés mais jamais livrés.

Les enfants sont moins enclins à attraper la maladie Covid-19. Dans les ménages chinois, leur chance de contracter l’infection ne représentait que 30% de la probabilité moyenne pour tous les membres du ménage. Pour les personnes de plus de 65 ans, la probabilité était de 150% de la moyenne du ménage. Les enfants qui attrapent le coronavirus ne présentent en général que des symptômes très légers. Mais ils portent la même charge virale que les adultes. Cela signifie qu’ils sont généralement aussi contagieux qu’eux.

Au cours d’une journée scolaire normale, un enfant aura souvent des contacts intenses avec quelque 47 autres personnes. Les adultes typiques n’ont qu’une quinzaine de contacts humains au cours d’une journée de travail normale. C’est pourquoi les enfants, même lorsqu’ils sont moins sensibles à la maladie, restent un vecteur épidémique très important. Bien que la fermeture des écoles ne puisse pas interrompre complètement une épidémie et soit coûteuse, elle peut réduire le pic de l’épidémie d’environ 60%.

Des rapports de Corée du Sud ont révélé que les patients de Covid-19 qui avaient récupéré avaient à nouveau attrapé la maladie. Cela a toujours été peu probable. Pour tester les patients, le test RT-PCR habituel a été utilisé. Ce test ne recherche pas directement le virus mais des sections distinctes de son code d’ARN génétique.

Nous savons que les gens peuvent être contagieux deux jours après avoir été infectés. Vers le cinquième jour, les premiers symptômes apparaissent. Huit jours plus tard, les personnes infectées auront cessé d’infecter d’autres personnes.

Mais les patients récupérés peuvent continuer à projeter des débris viraux non infectieux pendant plusieurs mois. Le professeur Drosten, le désormais célèbre spécialiste allemand des coronavirus, a expliqué dans l’un de ses podcasts qu’il fallait du temps avant que les parties coagulées des poumons ne rouvrent. Quand cela arrive, les débris de virus contenus dans ces parties seront éliminés par une respiration normale. Un test RT-PCR peut montrer que ces patients sont positifs mais nous pouvons être sûrs qu’ils sont guéris.

La Corée du Sud a maintenant utilisé d’autres tests pour confirmer que ces «personnes réinfectées» étaient effectivement guéries et n’étaient plus infectieuses.

Une autre étude chinoise a révélé que toutes les personnes testées qui ont récupéré avec succès de la Covid-19 avaient développé des anticorps :

Dans les 19 jours suivant l'apparition des symptômes, 100% des patients ont été testés positifs pour l'immunoglobuline antivirale G (IgG). La séroconversion pour IgG et IgM s'est produite simultanément ou séquentiellement. Les titres d'IgG et d'IgM ont atteint un plateau dans les 6 jours suivant la séroconversion.

L’étude a utilisé un test de laboratoire spécial, et non les tests sanguins rapides moins fiables, pour confirmer les résultats.

Que les deux types d’anticorps se produisent de manière fiable est une très bonne nouvelle. Nous savons, par des réactions humaines à d’autres coronavirus, que ces anticorps confèrent une immunité pendant au moins un an. Même après cela, le corps réagira à une nouvelle infection beaucoup plus rapidement pour trouver et tuer le virus que chez les personnes qui l’attrapent pour la première fois. Les symptômes de la deuxième infection seront donc beaucoup plus légers que ceux de la première.

Il est probable que l’immunité durera plus d’un an car le nouveau coronavirus est jusqu’à présent moins sujet à la mutation que les virus grippaux typiques :

En fait, les chercheurs ont découvert que le coronavirus mute relativement lentement par rapport à certains autres virus à ARN, en partie parce que les protéines virales agissant comme relectrices sont capables de corriger quelques erreurs. Chaque mois, une lignée de coronavirus pourrait acquérir seulement deux mutations d'une seule lettre. ...
 
Cela augure bien pour les vaccins en cours de développement pour la Covid-19. Si les gens se font vacciner en 2021 contre le nouveau coronavirus, ils pourraient bien bénéficier d'une protection qui dure des années.

Le code génétique du nouveau Coronavirus contient environ 30 000 lettres. Il est peu probable que deux modifications par mois et par souche modifient l’apparence ou la fonction du système immunitaire. Un vaccin qui crée suffisamment d’anticorps sera probablement de longue durée.

Les preuves s’accumulent selon lesquelles les cas graves de la maladie de Covid-19 sont liés à une réponse inhabituelle du système immunitaire causée par le virus SRAS-CoV-19 :

Benjamin tenOever de l'Icahn School of Medicine au Mount Sinai à New York, et ses collègues ont découvert que les cellules infectées par le SRAS-CoV-2 produisent des niveaux inhabituellement bas de protéines antivirales appelées interférons par rapport aux cellules infectées par d'autres virus respiratoires (D.Blanco- Melo et al. Cell https://go.nature.com/3bWE82b, 2020). Mais les niveaux de certaines protéines, comme l'IL-6, qui activent des réponses immunitaires plus générales sont plus élevés chez les furets et les personnes infectées que chez les témoins non infectés.

Lors de l’épidémie dans la province du Hubei, un hôpital chinois local a testé une nouvelle façon de maintenir son personnel en bonne santé. Il a utilisé l’interféron alpha humain, une substance messagère liée au système immunitaire, dans des gouttes nasales appliquées quatre fois par jour. Sur près de 3 000 employés, dont un tiers s’occupait des cas de Covid-19, aucun n’a été infecté. Bien qu’il ne s’agisse pas d’une étude randomisée en double aveugle, elle pointe dans une direction intéressante.

La nicotine peut également jouer un rôle dans l’équilibre de la réponse du système immunitaire dans les cas de Covid-19. Les fumeurs ont été les cobayes accidentels qui ont permis ces constatations :

Un quart des adultes français fument. Beaucoup de gens ont donc été surpris lorsque les chercheurs ont rapporté fin avril que seulement 5% des 482 patients de Covid-19 qui sont venus à l'hôpital de la Pitié-Salpêtrière à Paris entre le 28 février et le 9 avril étaient des fumeurs quotidiens. Les ratios fumeurs / non-fumeurs dans les décomptes antérieurs des hôpitaux d'Amérique, de Chine et d'ailleurs en France variaient. Mais tous ont révélé que les fumeurs habituels étaient considérablement sous-représentés parmi ceux nécessitant un traitement hospitalier pour la maladie.

Un nouvel article dans Toxicology Reports explique en détail pourquoi cela peut en effet se produire. Si le virus SRAS-CoV-19 n’est pas vaincu tôt et se reproduit en grand nombre, il crée un déséquilibre du mélange de substances chimiques messagères qui maintient le système immunitaire sous contrôle. Ensuite, une soi-disant tempête de cytokines se produit et le système immunitaire commence à attaquer les organes internes. Cela explique pourquoi les médecins constatent un éventail aussi large de défaillances d’organes différents dans les cas critiques de Covid-19. Les auteurs de l’étude concluent :

Agrandir
Agrandir
Une fois qu'une personne est infectée par le SRAS-CoV-2, le système immunitaire est mobilisé. À mesure que le virus se réplique, les débris ou virions cellulaires et viraux peuvent interagir avec les nAChR bloquant l'action de la voie anti-inflammatoire cholinergique. Si la réponse immunitaire initiale n'est pas suffisante pour lutter contre l'invasion virale à un stade précoce, la réplication extensive et prolongée du virus finira par bloquer une grande partie de la voie anti-inflammatoire cholinergique compromettant sérieusement sa capacité à contrôler et réguler la réponse immunitaire. L'action incontrôlée des cytokines pro-inflammatoires entraînera le développement d'une tempête de cytokines, avec une lésion pulmonaire aiguë conduisant à un SDRA, des troubles de la coagulation et une défaillance multiviscérale. Sur la base de cette hypothèse, COVID-19 semble finalement devenir une maladie du système cholinergique nicotinique. La nicotine pourrait maintenir ou restaurer la fonction du système anti-inflammatoire cholinergique et ainsi contrôler la libération et le traitement des cas de Covid-19.

D’autres chercheurs ont étudié des médicaments anciens et bien connus qui pourraient être utiles pour influencer l’interaction entre les protéines virales et les protéines humaines. Ils en ont trouvé quelques-uns qui fonctionnent bien sur les cellules du singe et vont maintenant faire un essai humain. Mais ils ont également trouvé un médicament souvent utilisé qui peut aider plutôt que nuire au virus. Celui-ci est très préoccupant :

Fait intéressant, un septième composé - un ingrédient que l'on trouve couramment dans les antitussifs, appelé dextrométhorphane - fait le contraire : sa présence aide le virus. Lorsque nos partenaires ont testé des cellules infectées avec ce composé, le virus a pu se répliquer plus facilement et plus de cellules sont mortes.
 
C'est potentiellement une découverte très importante, mais, et je ne saurais trop insister sur ce point, d'autres tests sont nécessaires pour déterminer si les sirops contre la toux avec cet ingrédient doit être évités par une personne qui a la COVID-19.

Le dextrométhorphane ou son dérivé dextrométhorphanehydrobromide n’est pas seulement utilisé dans les antitussifs mais aussi dans les médicaments combinés qui sont régulièrement utilisés contre la grippe. La dernière fois que j’ai attrapé une mauvaise grippe, j’ai utilisé « Wick MediNait », un produit de Procter & Gamble. Il s’agit d’une combinaison de paracétamol, de dextrométhorphanehydrobromide et d’autres ingrédients. Si le prochain fléau « comme la grippe » me frappe, je retournerai au paracétamol pur pour supprimer la fièvre et au sirop avec des extraits de thym pour alléger la toux. En cas d’aggravation, une prescription de Codein aidera, espérons-le.

Moon of Alabama

Traduit par jj, relu par Wayan pour le Saker Francophone

Source: Lire l'article complet de Le Saker Francophone

À propos de l'auteur Le Saker Francophone

« Le chaos du monde ne naît pas de l'âme des peuples, des races ou des religions, mais de l'insatiable appétit des puissants. Les humbles veillent. » Un groupe de citoyens francophones qui désire faire partager au public francophone des analyses venues du monde entier et exprimées dans d'autres langues. Rendre accessible la pensée dissidente où qu'elle se trouve. Ce site est une émanation du Saker US mais avec notre propre sensibilité francophone. Nous n'avons pas besoin de vos dons, nous sommes tous bénévoles, mais vos talents sont bienvenus si vous avez des dispositions pour la traduction (anglais, allemand, russe, etc.) et aussi pour la relecture en Français

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Recommended For You