Comment les États-Unis poussent l’Inde vers la multipolarité

Comment les États-Unis poussent l’Inde vers la multipolarité

par Katehon

Depuis quelques mois, les États-Unis ont tenté à plusieurs reprises de forcer l’Inde à rompre ses liens avec la Russie, abandonnant ainsi ses intérêts nationaux. New Delhi continue toutefois de résister aux tentatives américaines de soumettre son économie aux diktats de Washington.

La dernière controverse concernait la tentative du G7 d’imposer un contrôle des prix du pétrole russe et les interdictions de l’UE et du Royaume-Uni frappant le transport maritime et les services liés au pétrole russe.

L’Inde n’est pas intéressée à rejoindre l’initiative menée par les États-Unis, car elle bénéficie d’une réduction importante sur le pétrole en provenance de Russie et souhaite maintenir des relations avec un partenaire stratégique de longue date. Le ministre indien des Affaires étrangères, Subramaniam Jaishankar, s’est rendu à Moscou le 8 novembre pour discuter de la poursuite des ventes de pétrole. Il a déclaré que l’Inde avait l’intention de continuer à acheter du pétrole russe, ignorant une nouvelle fois les appels lancés par les États-Unis à leurs alliés et partenaires pour isoler la Russie des marchés mondiaux.

Les projets du G7 risquent de faire grimper les prix du pétrole (malgré les déclarations contraires de la secrétaire américaine au Trésor, Janet Yellen) et de réduire la disponibilité des pétroliers, mettant ainsi en péril la sécurité énergétique de l’Inde et portant atteinte à son économie, qui est le troisième consommateur et importateur de pétrole au monde.

La Russie a déclaré qu’elle ne vendrait pas de pétrole à un pays impliqué dans le système de plafonnement des prix, et Jaishankar a répété à plusieurs reprises que l’Inde ne peut pas se permettre d’acheter du pétrole à des prix élevés, du moins pas sans nuire à sa croissance économique, qui devrait être de 6,1% en 2023, faisant de l’Inde la grande économie à la croissance la plus rapide du monde. Selon Energy Intelligence, la Russie est devenue le premier fournisseur de pétrole brut de l’Inde en octobre, avec plus de 900 000 barils par jour, ce qui représente environ un cinquième des exportations de pétrole de l’Inde.

La principale préoccupation des deux pays est de s’assurer que le brut russe continue à circuler après les interdictions imposées par l’UE et le Royaume-Uni le 5 décembre et les plafonds de prix connexes du G7.

En raison de cette attitude attentiste, il n’y a toujours pas de clarté. Bruce Paulsen, expert en sanctions et partenaire du cabinet d’avocats Seward & Kissel, estime que « si les orientations sur la conformité [au plafonnement des prix] n’arrivent pas rapidement, certains acteurs de l’industrie pourraient être laissés en plan jusqu’à ce qu’ils soient en mesure de déterminer si les prix affectent la sécurité de l’approvisionnement ».

Les États-Unis ont temporairement cessé de faire pression sur l’Inde pour qu’elle respecte les plafonds de prix, et Mme Yellen déclare maintenant que Washington est « heureuse » si New Delhi continue à acheter tout le pétrole russe qu’elle souhaite, même à des prix supérieurs aux plafonds de prix du G7. Même si l’Inde ne peut pas utiliser les services d’assurance, financiers ou maritimes occidentaux pour transporter le pétrole.

Les raffineries indiennes peuvent traiter 600 000 bpj supplémentaires de brut russe, à condition qu’elles battent les principaux grades du Moyen-Orient, qui constituent la base de raffinage du pays, soit 5 millions de bpj. Mais la disponibilité de la livraison et de l’assurance, ainsi que des canaux de paiement, est cruciale. À partir du 5 décembre, les pétroliers et les compagnies d’assurance maritime liés aux pays de l’UE et du G7, qui dominent les expéditions mondiales de pétrole, se verront interdire le commerce du brut russe, à moins que ces volumes ne soient vendus à un prix maximum, qui n’a pas encore été déterminé. En outre, 90% du commerce liquide de l’Inde est assuré par des pétroliers étrangers, ce qui crée des problèmes. L’assurance en elle-même ne semble pas si problématique et les entreprises russes et chinoises pourraient être en mesure de s’en charger.

Cela pourrait rendre la Russie dépendante d’une flotte fantôme de vieux pétroliers qui ne s’échangent pas en dollars. Récemment, Braemar, une société de courtage, a signalé que 33 pétroliers qui transportaient des exportations iraniennes ou vénézuéliennes, transportent depuis avril des exportations russes, principalement vers la Chine et accessoirement vers l’Inde.

Cette « flotte fantôme » représente les pétroliers qui ont transporté du pétrole iranien ou vénézuélien au moins une fois au cours de l’année écoulée. Le nombre total de ces pétroliers s’élève désormais à 240, pour la plupart de petite et moyenne taille, dont 74% sont âgés de 19 ans ou plus. Quatre-vingts de ces navires sont de très gros transporteurs de brut (VLCC, pétroliers de 2 millions de barils), qui ne pourraient pas faire escale dans les ports russes, mais pourraient être utilisés pour transporter des cargaisons russes d’un navire à l’autre.

Dans le même temps, Washington fait pression sur New Delhi pour qu’elle respecte les plafonds de prix et importe davantage de gazole sous vide de l’Inde, qui est utilisé dans les raffineries pour produire d’autres produits tels que l’essence et le diesel. La Russie était un fournisseur clé de gazole sous vide pour les raffineries américaines jusqu’en février 2022.

Les sanctions américaines et européennes ne s’appliquent pas aux produits raffinés fabriqués à partir de pétrole russe exporté depuis un pays tiers, car ils ne sont pas d’origine russe. En Inde, les raffineurs ont augmenté leurs importations de brut russe à 793 000 bpj entre avril et octobre, contre seulement 38 000 bpj sur la même période un an plus tôt, selon les données commerciales.

Dans le contexte où les États-Unis tentent de construire leur stratégie indo-pacifique pour affronter la Chine, les actions de New Delhi causent clairement des problèmes à Washington. La possibilité que l’Inde poursuive ses propres intérêts nationaux ne semble pas avoir été prise en compte dans cette stratégie.

Les tensions sur la limitation des prix du pétrole en provenance de Russie ne sont que les dernières d’une série de désaccords entre New Delhi et Washington. Les sanctions américaines sur les exportations de pétrole iranien privent également l’Inde du pétrole iranien bon marché et l’obligent à acheter des exportations énergétiques plus chères aux États-Unis. L’Inde est actuellement le plus grand exportateur de pétrole des États-Unis.

Tout comme Washington arme la Grèce et Chypre dans le but de forcer la Turquie à couper ses liens avec la Russie, les États-Unis font de même au Pakistan pour faire pression sur l’Inde. Après avoir renversé l’ancien Premier ministre pakistanais Imran Khan, qui accuse les États-Unis de lui avoir fait perdre le pouvoir lors d’un vote de défiance, Washington tente de trouver des approches pour le nouveau gouvernement. En septembre, le département d’État américain a provoqué la colère de l’Inde en approuvant un contrat de 450 millions de dollars pour moderniser la flotte d’avions de chasse F-16 du Pakistan. Peu après, l’ambassadeur américain au Pakistan a fait monter la tension lors d’une visite de la partie du Cachemire contrôlée par le Pakistan, qu’il a appelée « Cachemire administré par le Pakistan » au lieu du « Cachemire administré par le Pakistan » approuvé par l’ONU.

Comment les États-Unis poussent l’Inde vers la multipolarité

Le 8 novembre, le porte-parole du département d’État américain, Ned Price, a même fait la leçon à l’Inde sur ce qui est dans son intérêt : « Nous avons également indiqué clairement que ce n’est pas le moment de faire comme si de rien n’était avec la Russie, et les pays du monde entier ont l’obligation de faire tout leur possible pour relâcher leurs liens économiques avec la Russie. Il est dans l’intérêt collectif, mais aussi bilatéral, des pays du monde entier de mettre fin à leur dépendance vis-à-vis de l’énergie russe et, bien sûr, de s’en débarrasser au fil du temps. Plusieurs pays ont fait l’amère expérience que la Russie n’est pas une source d’énergie fiable. La Russie n’est pas un fournisseur de sécurité fiable. La Russie est loin d’être fiable dans tous les domaines. Il est donc non seulement dans l’intérêt de l’Ukraine, non seulement dans l’intérêt de la région, mais aussi dans l’intérêt collectif de l’Inde de réduire sa dépendance à l’égard de la Russie au fil du temps, mais aussi dans le propre intérêt bilatéral de l’Inde, étant donné ce que nous avons vu en Russie ».

Bien sûr, ce n’est pas vrai. Et l’Inde en est bien consciente. L’Indian Observer Research Foundation a publié le 2 novembre les résultats d’un sondage montrant que 43% des Indiens considèrent la Russie comme le partenaire le plus fiable pour leur pays, loin devant les États-Unis (27%). Washington n’explique pas pourquoi il serait préférable pour l’Inde de réduire ses liens économiques avec la Russie.

Le commerce bilatéral de l’Inde avec la Russie a atteint le niveau record de 18,2 milliards de dollars entre avril et août de cette année fiscale, selon les derniers chiffres du ministère du Commerce. La Russie devient ainsi le septième partenaire commercial de l’Inde, contre le 25ème l’année dernière. Les États-Unis, la Chine, les Émirats arabes unis, l’Arabie saoudite, l’Irak et l’Indonésie sont toujours devant la Russie.

L’Inde, l’Iran et la Russie ont également passé les deux dernières décennies à développer le corridor de transport international Nord-Sud pour stimuler le commerce entre les pays, ce qui a pris une importance accrue avec l’imposition de sanctions occidentales à Moscou. LoadStar rapporte que RZD Logistics, une filiale du monopole ferroviaire russe RZD, a lancé des services réguliers de trains de conteneurs de Moscou à l’Iran pour servir le commerce croissant avec l’Inde par transbordement.

L’objectif est de maximiser l’utilisation du corridor international de transport Nord-Sud (INSTC), un réseau de fret multimodal transfrontalier en Asie centrale qui aide les deux partenaires stratégiques à surmonter les défis de la chaîne d’approvisionnement causés par les sanctions occidentales contre la Russie.

Selon des sources industrielles, le temps de transit le long de la route nationale « océanique » est estimé à 35 jours, contre environ 40 pour les transports traditionnels précédents.

La pression exercée sur l’Inde ne semble qu’encourager New Delhi à chercher des moyens de s’affranchir de la dépendance au dollar. Loadstar ajoute que la Reserve Bank of India introduit également de nouvelles directives réglementaires pour aider les exportateurs à payer leurs expéditions en roupies plutôt qu’en dollars. La Fédération des organisations d’exportation indiennes fait également pression sur le gouvernement pour qu’il introduise une méthode de change alternative en dehors du marché russe. Il est intéressant de noter que le Pakistan demande au ministère russe du commerce d’introduire un mécanisme d’échange de devises afin de renforcer les liens économiques entre les deux pays.

Les États-Unis et l’Occident, par leurs actions irréfléchies, poussent l’Inde et d’autres pays à revoir leurs itinéraires logistiques et à chercher des solutions financières et économiques alternatives. 

source : Ide e Azione via Euro-Synergies
Adblock test (Why?)

Comment les États-Unis poussent l’Inde vers la multipolarité

Source : Lire l'article complet par Réseau International

Source: Lire l'article complet de Réseau International

À propos de l'auteur Réseau International

Site de réflexion et de ré-information.Aujourd’hui nous assistons, à travers le monde, à une émancipation des masses vis à vis de l’information produite par les médias dits “mainstream”, et surtout vis à vis de la communication officielle, l’une et l’autre se confondant le plus souvent. Bien sûr, c’est Internet qui a permis cette émancipation. Mais pas seulement. S’il n’y avait pas eu un certain 11 Septembre, s’il n’y avait pas eu toutes ces guerres qui ont découlé de cet évènement, les choses auraient pu être bien différentes. Quelques jours après le 11 Septembre 2001, Marc-Edouard Nabe avait écrit un livre intitulé : “Une lueur d’espoir”. J’avais aimé ce titre. Il s’agissait bien d’une lueur, comme l’aube d’un jour nouveau. La lumière, progressivement, inexorablement se répandait sur la terre. Peu à peu, l’humanité sort des ténèbres. Nous n’en sommes encore qu’au début, mais cette dynamique semble irréversible. Le monde ne remerciera jamais assez Monsieur Thierry Meyssan pour avoir été à l’origine de la prise de conscience mondiale de la manipulation de l’information sur cet évènement que fut le 11 Septembre. Bien sûr, si ce n’était lui, quelqu’un d’autre l’aurait fait tôt ou tard. Mais l’Histoire est ainsi faite : la rencontre d’un homme et d’un évènement.Cette aube qui point, c’est la naissance de la vérité, en lutte contre le mensonge. Lumière contre ténèbres. J’ai espoir que la vérité triomphera car il n’existe d’ombre que par absence de lumière. L’échange d’informations à travers les blogs et forums permettra d’y parvenir. C’est la raison d’être de ce blog. Je souhaitais apporter ma modeste contribution à cette grande aventure, à travers mes réflexions, mon vécu et les divers échanges personnels que j’ai eu ici ou là. Il se veut sans prétentions, et n’a comme orientation que la recherche de la vérité, si elle existe.Chercher la vérité c’est, bien sûr, lutter contre le mensonge où qu’il se niche, mais c’est surtout une recherche éperdue de Justice.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Recommended For You