Ukraine : 3 scénarios de guerre nucléaire mondiale

Ukraine : 3 scénarios de guerre nucléaire mondiale

Si la Russie utilise ses armes nucléaires, ce ne sera pas contre l’Ukraine

Alors que les États-Unis tentent de piéger la Russie avec une attaque nucléaire sous faux drapeau en Ukraine, ils pourraient bientôt se retrouver anéantis par des frappes nucléaires de la Russie auxquelles ils ne pourront pas riposter.

Source : Cirno’s Lake

Traduction : lecridespeuples.fr

[Ci-dessous, la dernière partie d’un long article très détaillé sur l’histoire des relations entre la Russie et l’OTAN, et les doctrines nucléaires respectives de Moscou et Washington. Nous le traduirons bientôt intégralement.]

Résumé

Les États-Unis sont sortis de la guerre froide dans les années 90 avec l’armée la plus puissante de la planète, une formidable force nucléaire, un soft power sous la forme d’une monnaie de réserve et une grande alliance sans opposition couvrant la planète entière. À travers de nombreuses guerres et avancées technologiques, les États-Unis sont restés à l’apogée de leur soft power, étant capables de financer des guerres et de changer secrètement les gouvernements du monde entier à leur guise. À leur grand détriment, les États-Unis ont connu un déclin constant, se reposant sur les lauriers de leurs victoires passées et gaspillant leur puissance industrielle. Pour aggraver la situation des États-Unis, le type de guerre qu’ils envisageaient de mener, avec des armes nucléaires tactiques brandies contre les petites nations qui s’opposent à eux, ne s’est pas produit. Les luttes internes ont empêché toute modernisation appréciable de l’armée américaine ou tout mouvement vers la réindustrialisation après le choc de la montée en puissance de la Chine.

Au lieu de cela, les États-Unis sont confrontés à une Fédération de Russie ressuscitée dans les années 2020, qui dispose d’armes nucléaires de génération supérieure et qui a la possibilité de priver les États-Unis d’une capacité de seconde frappe. La nation russe était apparemment morte, mais elle a été ressuscitée trois décennies plus tard dans ce que l’on ne peut appeler qu’un miracle de Dieu. Les Russes érodent aussi progressivement la capacité des États-Unis à influencer les événements dans d’autres pays, en sauvant la Syrie d’un changement de régime qui aurait pour conséquence l’apogée de la croissance de l’empire américain et en soutenant récemment l’opposition de l’Arabie saoudite au plafonnement des prix du pétrole proposé par les États-Unis. Cette situation qui menace le dollar sous-tend l’ensemble du modèle d’hégémonie américain. Il semble malheureusement que les États-Unis ne se contentent pas de se désintégrer, mais qu’ils essaient d’entraîner le monde dans leur chute.

Il est plus important de refléter l’asymétrie qui découle des stratégies des deux nations, les États-Unis se concentrant sur les bombes nucléaires tactiques qu’ils perçoivent comme étant plus « utilisables » au combat en raison de leur faible rendement et de leur haute précision, tandis que les Russes se concentrent sur les très grands rendements, les performances extrêmes des vecteurs et la primauté nucléaire éventuelle. Alors que les États-Unis sont prêts à utiliser des bombes nucléaires pour remporter la victoire et maintenir leur hégémonie, afin de ne pas être « surpris » au combat, les Russes n’envisagent une guerre nucléaire que si leur existence même est menacée, auquel cas ils procéderont très probablement à un lancement stratégique contre le noyau de ce qui les menace.

Scénarios de guerre

Nous quittons maintenant le passé et le présent pour nous concentrer sur ce qui nous intéresse vraiment : l’avenir. Dans chacun de ces scénarios, des événements hypothétiques se produisent et des éléments des capacités et des politiques nucléaires se font connaître. Il est presque certain qu’aucun de ces scénarios ne se réalisera, car les scénarios énumérés ne sont pas exhaustifs dans leur ampleur.

Ces scénarios ont pour but d’aider le lecteur à apprécier les deux parties et également à générer ses propres scénarios. En explorant ces situations hypothétiques, nous pourrons découvrir des dangers, voire trouver un moyen de briser le cycle de l’escalade et de résoudre le problème entre les deux superpuissances asymétriques.

Scénario A : Détente et rééquilibrage multipolaire

Malgré de nombreuses tentatives [de l’OTAN] de provoquer la Russie pour qu’elle entre en guerre, la Russie continue de jouer la carte de la lenteur en Ukraine, en prenant des zones dans le nord et en se retirant des zones qui lui permettent d’avoir une petite empreinte. Les Russes ont l’intention de ne pas donner aux États-Unis une grande cible pour une quelconque attaque nucléaire sous faux drapeau, qui serait finalement attribué aux Russes par le contrôle des médias américains. Alors que les États-Unis sont frustrés par l’inaction de la Russie et par sa grande tolérance à l’égard de ses frasques terroristes, ils observent avec horreur leurs alliés se figer littéralement, l’Allemagne et la France se retirant les premières du combat et le reste des alliés mineurs en Europe, y compris l’Italie, se retirant peu après. Même sans aucune perspective de recevoir de l’énergie supplémentaire de la part de la Russie, ces pays décident de ne pas risquer d’émeutes internes et de ne pas apporter un soutien public, coûteux et visible à l’Ukraine.

Il ne reste plus que les États-Unis, le Royaume-Uni et la Pologne comme pointe de la lance contre la Russie. Alors que le soi-disant Tiers-monde se retourne contre les États-Unis, il voit la réalité du Nouvel Ordre Mondial (NWO) s’effondrer sous ses pieds. Après avoir perdu les élections de mi-mandat de novembre 2022 en raison d’un effondrement économique et de la flambée des prix du gaz, le régime de Biden lui-même finit par s’épuiser car la guerre civile n’était qu’au coin de la rue. Choisissant de promouvoir une paix blanche avec la Russie, Biden propose de se retirer de la Syrie en échange du gel par la Russie de sa guerre en Ukraine et du retour au statu quo d’une zone grise entre l’OTAN et la Russie. Cela ne satisfait pas la Russie qui exige une dénucléarisation complète, une démilitarisation et une dénazification de l’Ukraine ainsi que l’indépendance de Kharkov. En échange, la Russie oubliera toutes les attaques terroristes dont elle a fait l’objet et les pertes matérielles qu’elle a subies au cours de trois décennies d’impérialisme américain, et réduira son accélération vers la primauté nucléaire, en signant un nouveau traité sur les armes qui tienne compte de l’essor des nouvelles technologies. Bien qu’aucune des parties ne soit entièrement satisfaite des solutions trouvées, un équilibre plus stable est atteint et l’accord ouvre la voie à un grand accord plus large portant sur la création d’un nouvel ordre mondial sécuritaire et financier.

Les trois parties, les États-Unis, la Chine et la Russie, tiennent une conférence de paix, enterrant la hache de guerre économique et nucléaire. Les lignes des sphères d’influence sont tracées dans le monde entier et une nouvelle ONU, apparemment plus juste, est créée. Le dollar américain, qui a perdu son statut de réserve et qui est maintenant sévèrement dévalué, devient simplement l’un des composants d’un panier de devises. Celles-ci seront finalement soutenues par des produits nationaux tangibles, éliminant le contrôle étrangleur de la finance et le rendant aux mains des fabricants. Les États-Unis résolvent leurs contradictions internes en réduisant les médias-perroquets, permettant aux entreprises de respirer un peu d’air et de prospérer. Grâce à leur riche base de ressources et au maintien de leurs alliances fondamentales, les États-Unis peuvent facilement surmonter la tempête qu’ils ont eux-mêmes créée.

Bien que les frontières dures de l’URSS se soient visiblement rétrécies après son effondrement, les frontières souples des États-Unis ne sont pas aussi claires, mais elles s’effondrent définitivement. Le rejet de la dégénérescence et le retour à la foi prennent le monde d’assaut, et donnent même du pouvoir aux fidèles aux États-Unis. La résurgence du christianisme aux États-Unis s’oppose à l’élite athée de la côte, qui décide de gagner du temps en réduisant ses excès. La lutte contre l’effondrement économique est finalement surmontée grâce à l’éthique du travail et à une vision positive de l’avenir, ainsi qu’à l’aide d’une partie surprenante. Ni la Russie, ni la Chine ne souhaitent voir les États-Unis tomber, car ils servent d’équilibre entre les deux camps, et les deux pays leur proposent des accords favorables pour tenter d’y acquérir de l’influence.

Même si l’empire américain a perdu toute possibilité de dominer le monde à nouveau, il participera à un nouveau siècle dans lequel il a encore une chance de forger un chemin pour l’humanité vers les étoiles.

Probabilité du scénario : Peu probable, en raison des lourds partis pris idéologiques et des ambitions extrêmes du côté américain. Ce scénario favorise apparemment la Chine et la Russie, mais il constitue la solution la plus pacifique à ce conflit et crée au final trois camps de force égale. Les États-Unis ont une soif insatiable de domination et continueront à créer des menaces hybrides pour la Russie jusqu’à ce que cette dernière décide qu’une ligne a été franchie, ou qu’un accident se produise. Des mesures proactives devraient être prises par la population américaine pour contrer les médias-perroquets et mettre leur régime au pas dans leur propre intérêt.

Leçons tirées : A force de patience, un géant qui s’écroule finit par tomber sur sa propre large empreinte. En attendant que les États-Unis viennent leur demander la paix, les Russes peuvent remporter une victoire importante, mais pas totale, tout en évitant l’issue inconnue d’une guerre nucléaire destructrice. Dans le même temps, une trop grande patience entraînera l’éclatement d’un conflit, et ce scénario n’est donc pas réalisable par le maintien de l’équilibre actuel.

Scénario B : première utilisation de l’arme nucléaire par les États-Unis

Poursuivant leur objectif de vaincre la Russie en Ukraine à tout prix, les États-Unis mettent en place une stratégie à deux volets, attaquant secrètement des zones autour de l’Ukraine en utilisant le groupe de réaction rapide de l’OTAN entouré de bataillons ukrainiens. L’ultimatum adressé à la Russie est simple : battez en retraite et ne nous affrontez pas, ou nous vous frapperons avec des armes nucléaires sur le champ de bataille. Lorsque les Russes ignoreront ce qu’ils pensaient être du bluff et vaincront ces formations par la force, un missile nucléaire tactique sera lancé sur les troupes russes victorieuses. Les États-Unis s’y étaient préparés auparavant, en utilisant un missile ATACMS Block III non fabriqué en série, avec un véhicule de rentrée Mk4 transportant une ogive nucléaire tactique W76-2 5kT. La défense aérienne russe est d’abord submergée par les attaques MLRS lancées par les HiMARS qui saturent le terrain, permettant à plusieurs missiles ATACMS de passer à travers la défense, l’un d’entre eux transportant la tête nucléaire. Avec un nuage en forme de champignon visible à l’horizon, des centaines voire un millier de soldats russes meurent et sont blessés par cette attaque. Les États-Unis ont ciblé un champ largement ouvert et ont voulu que l’attaque se fasse juste en dessous de ce qu’ils perçoivent comme le seuil nucléaire de la Russie : les forces nucléaires stratégiques russes, comme l’avaient prévu les États-Unis, n’interviennent pas.

L’OTAN a immédiatement présenté au monde l’attaque nucléaire comme une frappe nucléaire tactique russe, menée contre les forces ukrainiennes victorieuses. Certains détectives sur Internet ont immédiatement compris qu’en raison d’une erreur des médias liés à la CIA, l’attaque nucléaire avait été annoncée avant même qu’elle n’ait eu lieu. Ces personnes ont immédiatement été censurées en ligne, voyant tous leurs comptes bannis simultanément et perdant même l’accès à leurs comptes bancaires. Pour réparer les dégâts, les « vérificateurs de faits » (fact-checkers) ont créé un récit qui a réponse à tout.

Le monde occidental, et quelques parties du Tiers-monde, étaient convaincus : la Russie avait mené une attaque nucléaire, le génie était sorti de la bouteille. Les États-Unis ont demandé à l’Assemblée générale des Nations unies de se réunir et de retirer la Russie de l’ONU, et plus particulièrement de lui retirer son siège permanent au Conseil de sécurité. Bien que l’Assemblée générale des Nations unies n’ait pas ce pouvoir en temps normal, il existe une disposition controversée intitulée « S’unir pour la paix » qui a été utilisée plus tôt en 2022 pour le conflit en Ukraine, permettant à l’Assemblée générale des Nations unies de passer outre le Conseil de sécurité. Les Russes se retrouvent à la rue, en dehors du Conseil de sécurité des Nations unies, sans aucun lien économique ou diplomatique avec les principaux États membres, après l’adoption, le même jour, de sanctions mondiales à leur encontre.

Les États-Unis, par des voies détournées, disent à la Russie qu’ils sont maintenant prêts à geler les lignes en Ukraine telles qu’elles sont. Les Russes, sous le choc, acceptent l’offre et l’OTAN commence à se retirer, à revêtir un casque bleu et à devenir des troupes de l’ONU désormais affectées à la ligne de démarcation finale en Ukraine. La Russie a été sévèrement réduite à la portion congrue et isolée diplomatiquement et économiquement.

Les États-Unis déclarent un changement de leur posture nucléaire, à la lumière de ce qu’ils ont présenté au monde comme l’attaque de la Russie. Ils affirment que maintenant que la Russie a créé un précédent, ils n’ont pas d’autre choix que d’utiliser des armes nucléaires tactiques dans le cadre de leur arsenal pour résoudre les conflits dans le monde, afin que personne d’autre ne pense à les utiliser. Bien que cela soit clairement absurde, le monde s’y plie et tremble de peur devant les États-Unis, désormais plus puissants que jamais et prêts à utiliser des armes nucléaires contre de petits États.

Les États-Unis utilisent immédiatement leurs nouveaux pouvoirs et un seuil bien plus bas pour résoudre les conflits gelés en leur faveur. La foule partisane de la théorie de la « fin de l’histoire » est célébrée comme ayant raison, les armes nucléaires tactiques étant bien plus utiles que les forces nucléaires stratégiques. Ils commencent d’abord en Syrie, en demandant à Assad de se retirer ou de faire face à une frappe nucléaire tactique immédiate. Voyant la Russie plier en Ukraine, Assad s’exécute. Les États-Unis font ensuite peser la même menace sur le Yémen, qui n’obtempère pas et est alors attaqué à l’aide d’armes nucléaires en plusieurs endroits pour faire plier les Houthis. Ils finissent par se rendre afin de protéger les civils dans les zones qu’ils contrôlent.

Ukraine : 3 scénarios de guerre nucléaire mondiale

Si vous trompez suffisamment d’Américains avec le chauvinisme et la haine envers une cible, il est facile de leur faire célébrer ce qu’ils considéreraient autrement comme des crimes.

Les États-Unis s’attellent ensuite à soumettre l’Iran, puis certaines régions d’Afrique, en utilisant les mêmes menaces nucléaires, désormais considérées comme un type normal d’attaque par le public américain, fier de sa victoire contre la Russie et au Moyen-Orient. Les Chinois s’isolent et développent un programme nucléaire comme la Russie, tandis que cette dernière attend son heure pour débarrasser le monde du monstre nucléaire qu’elle a créé avec ses décisions distraites et trop conservatrices.

Les États-Unis ont cependant d’autres plans. Ils commencent à transférer des ogives nucléaires en Ukraine, sous forme compacte, pour les introduire en douce dans des lieux importants autour de la Russie. Il s’agit de sites de stockage nucléaire, de zones industrielles importantes et de centres de décision politique. L’état interne très affaibli de la Russie permet à un grand nombre de ces dispositifs de passer inaperçus.

Après avoir effectué une frappe de démonstration faisant appel au terrorisme nucléaire à l’intérieur de la Russie, imputée aux Ukrainiens assoiffés de vengeance, les Américains contactent les Russes une dernière fois et leur demandent une reddition inconditionnelle, car leur sécurité a été compromise et des bombes nucléaires ont été placées dans tout le pays. Les exigences américaines ne sont rien d’autre qu’une « décolonisation », un démantèlement total de la Russie. Le Kremlin se réunit une dernière fois et prend sa décision finale.

Probabilité du scénario : Possible, certaines parties sont même probables. Bien qu’il soit peu probable que les Russes reculent devant une telle attaque, il s’agit probablement du plan opérationnel de l’OTAN, dirigée par les États-Unis. L’obsession pour les armes nucléaires tactiques de faible puissance ne peut s’expliquer autrement que par l’utilisation prévue de ces armes à des fins politiques et peut-être même secrètes.

Leçons tirées : Il est important d’avoir un seuil élevé pour l’utilisation des armes nucléaires, des accidents peuvent se produire et aucune défense n’est parfaite. Néanmoins, ne pas les utiliser lorsque cela est nécessaire peut créer un cauchemar absolu pour la planète. Parfois, une paix pourrie est bien pire qu’une guerre justifiée.

Scénario C : Frappe nucléaire surprise de la Russie

Les États-Unis continuent d’attaquer la Russie à l’intérieur de l’Ukraine en utilisant une force de l’OTAN composée de soldats américains « récemment retraités » et de soldats polonais à peine cachés agissant comme des mercenaires. Forts de leur succès à Kharkov, et ignorant les frappes de décapitation partielle entreprises contre les centres de décision de Kiev, les États-Unis lancent une attaque massive sur Kherson.
Les Russes parviennent d’abord à repousser l’attaque massive, mais commencent immédiatement à évacuer le territoire et la ville. On demande aux Russes de gagner le plus de temps possible sans affronter directement l’OTAN et sans déclencher l’ultimatum nucléaire des États-Unis.

La Russie lance à son tour des attaques par sondage à travers la frontière de l’Ukraine, de Kiev à Kharkov, et une large ligne de front est ouverte, obligeant l’OTAN à engager encore plus de troupes (et plus ouvertement) en Ukraine. La Russie décapite également le régime ukrainien après que plusieurs attaques terroristes impitoyables aient été perpétrées autour des villes russes pendant que cette bataille se déroule. À la surprise de beaucoup de gens, cette bataille se poursuit jusqu’au printemps 2023. Les Russes cèdent finalement la ville de Kherson, apparemment vaincus en Ukraine, mais conservent Energodar et maintiennent une ligne défensive à travers la Crimée. À ce moment-là, une grande partie de Kiev est en ruines et l’armée russe continue à garder soigneusement une petite empreinte dans chaque région. De retour chez elle, la Russie annonce une économie de guerre totale, provisionnant une énorme quantité de ressources pour la production militaire.

Néanmoins, la perte de Kherson et l’incapacité à contenir la situation placent Poutine sous le feu des critiques. Les images horribles des civils laissés derrière à Kherson et sauvagement assassinés par les nazis ukrainiens sont trop lourdes à supporter pour les Russes. Au nom de l’unité de la Fédération de Russie, Poutine démissionne et cède le pouvoir à Medvedev, un faucon qui préconise des mesures beaucoup plus sévères à l’encontre de l’Occident. Inutile de dire qu’il s’agit là d’une mesure essentiellement cosmétique, les deux hommes se partageant déjà le contrôle du conseil décisionnel russe, mais le geste est annoncé comme une défaite par les médias-perroquets, et la preuve que la Russie a été repoussée en Ukraine.

Forts de cette apparence de victoire, les États-Unis tentent d’attirer Medvedev dans une fausse détente et élaborent un accord avec l’AIEA pour poster des « casques bleus » de l’ONU autour du périmètre d’Energodar. Le plan consiste à permettre secrètement à l’Ukraine de s’emparer de l’installation nucléaire et de maintenir toute la région sous la menace d’une annihilation nucléaire. La Russie refuse. Au lieu de cela, Medvedev renforce la ligne de front au sud du fleuve Dniepr. La guerre se poursuit pendant encore un an et plusieurs mois, avec un nombre de victimes plus élevé et une opinion publique russe beaucoup plus inquiète, car même un changement de dirigeant n’a pas fait bouger les choses. En représailles à la poursuite de la guerre, la Russie retire ses diplomates des pays occidentaux et rappelle ses citoyens.

Chez nous, le moment était presque venu. Les États-Unis, le Royaume-Uni et l’OTAN ne s’en rendaient pas compte, mais la ligne rouge de la Russie avait déjà été franchie et les décisions nécessaires avaient toutes déjà été prises. La seule chose dont les Russes avaient besoin était du temps, du temps pour planifier et rassembler les ressources militaires nécessaires pour mener à bien la prochaine phase de la guerre qui se déroulera en dehors de l’Ukraine, et contre l’OTAN elle-même.

Les mois passent et un jour, au printemps 2025, Medvedev passe un appel inattendu à Macron, dont les détails de la conversation sont tenus secrets mais dont le sujet est une offre de paix. Les États-Unis refusent, satisfaits du statu quo et occupés à planifier la phase suivante. Quelques nuits plus tard, à 2 heures du matin, heure de Washington DC, une éjection de masse coronale passe sur la terre, semblant interférer avec la communication par satellite… mais les techniciens américains sont perplexes car ils n’ont jamais semblé revenir à leur état en ligne.

Ukraine : 3 scénarios de guerre nucléaire mondiale

« Je suis désolé Vladimir, il fallait le faire. »

Ils ne se rendaient pas compte que des milliers de missiles hypersoniques russes à tête nucléaire, sous la forme de Kinzhals, Zircons et Avanguards, lancés depuis des avions à réaction et d’autres plateformes, se dirigeaient vers eux. Avant même que quiconque puisse l’anticiper, les missiles frappent l’OTAN, le NORAD et les États-Unis, les cibles étant tous les centres de décision tels que le Pentagone (avec des ogives à faible rendement) et la plupart des silos nucléaires terrestres, des défenses ABM et des bases aériennes, seul le pouvoir exécutif étant épargné par la décapitation directe. Simultanément, de nombreux sous-marins britanniques et nucléaires en poste sont coulés par des torpilles nucléaires.

Néanmoins, une grande partie de l’OTAN survit. À ce stade, le bilan civil de ces frappes est minime, ne se chiffrant même pas en dizaines de milliers. Mais comme le protocole l’exige, ne voulant pas faire face à une paix forcée, l’OTAN lance une seconde frappe sur la Russie avec les centaines de têtes nucléaires restantes. Malheureusement pour eux, les Russes avaient passé les deux dernières décennies à saturer leurs défenses ABM.

Presque tous les missiles lancés sur la Russie sont vaincus. Les missiles de croisière lancés depuis les sites ABM restants, qui font office de lanceurs de missiles de croisière, sont abattus par les missiles S-300 et S-400, postés par centaines autour du périmètre de la Russie. Les missiles basés dans des silos et les missiles balistiques lancés par des sous-marins qui entrent dans la stratosphère sont abattus par des missiles S-550, avant même le déploiement de l’ogive MIRV, détruisant ainsi plusieurs missiles nucléaires en même temps. En cas d’échec, le S-500 détruit les REV porteurs d’ogives nucléaires avant même qu’ils n’atterrissent. Afin d’empêcher le lancement d’autres missiles, les navires de surface de l’OTAN à proximité de la Russie sont détruits par un large éventail de missiles antinavires, dans un délai très court.

Malgré ce vaillant effort, Moscou et d’autres villes autour de la Russie subissent des dizaines de tirs d’ogives W76 de 100 kT ainsi que quelques tirs de missiles de croisière nucléaires, le nombre total de victimes se situant entre un et deux millions. Heureusement, la plupart des civils ont été amenés dans des bunkers la nuit précédente sans être détectés, ce qui permet de réduire le nombre total de victimes. À l’exception curieuse de la France, qui est restée largement à l’écart du combat et dont les sous-marins n’ont jamais quitté leurs quais, l’OTAN n’a pas eu cette chance. La deuxième frappe russe arrive enfin sur les villes de l’OTAN, provoquant l’anéantissement total et la destruction de la base industrielle de l’OTAN et de sa capacité à mener la guerre. Les aéroports, les ports et autres installations sont complètement détruits. Le nombre de victimes est inimaginable : des centaines de millions de morts.

L’OTAN n’est cependant pas découragée et conserve un certain commandement et un certain contrôle, avec de nombreux avions de ravitaillement ayant survécu à l’attaque initiale et des avions armés de B61 et de B83 en route pour la Russie. Ils n’y parviennent cependant jamais, étant abattus par les R37M russes au-delà de la portée visuelle, ainsi que par le filet serré des S-400 et S-300 A2AD.

Afin d’épargner au monde encore plus de destruction et de démontrer la folie de la poursuite de la guerre, la Russie déploie deux de ses torpilles nucléaires Poseidon portant une ogive de 200MT près des côtes est et ouest de l’Angleterre. Cela crée deux tsunamis radioactifs catastrophiques de 500 mètres de haut qui se frayent un chemin à travers toute l’île britannique, tuant deux tiers de la population, les survivants se trouvant principalement dans le nord et les campagnes. Même les bunkers souterrains abritant l’élite sont noyés dans l’eau radioactive, malgré les affirmations selon lesquelles ils sont hermétiquement fermés. Dans les grandes villes, il n’y a aucun survivant et les terres seront inutilisables pendant un siècle.

Les Russes entrent en contact avec la classe dirigeante survivante aux États-Unis et leur diffusent la destruction. Ils font alors savoir que d’innombrables torpilles de ce type sont postées autour de chaque côte et qu’un court délai sera accordé pour qu’une décision soit prise. Face à la perspective d’un anéantissement total par une arme à laquelle ils n’ont aucune réponse, l’élite américaine accepte finalement un cessez-le-feu et commence à négocier des conditions de reddition à la Russie.

Le monde est horrifié par cette attaque et beaucoup de gens sont choqués que la Russie ait pu mener une telle « frappe barbare ». Une nation entière est effacée de la planète en l’espace de quelques minutes. Les Russes eux-mêmes demandent pardon avec remords et rappellent au monde la douleur et la souffrance qu’ils ont endurées pour survivre. Après avoir été attaquée par le monde occidental pendant des centaines d’années et avoir subi quarante millions de pertes de la part des Européens de l’Ouest pendant la Seconde Guerre mondiale, la Russie n’allait pas se permettre de faire les frais de la criminalité mondiale une fois de plus. Beaucoup ont compris, mais beaucoup aussi, et c’est compréhensible, ont gardé rancune jusqu’à la fin de leur vie.

Voir Norman Finkelstein : la Russie a le droit historique d’intervenir en Ukraine

L’OTAN et les États-Unis ayant disparu en tant que superpuissances, leurs survivants tentent de reconstruire et de réparer ce qui peut l’être. La Russie, prise de remords, tend la main aux États-Unis autant qu’elle le peut. La Chine suit le mouvement et les deux pays se disputent l’influence. Le danger pour le monde est désormais perçu comme un conflit potentiel entre deux anciens amis et désormais superpuissances primaires, la Chine et la Russie. Beaucoup auraient souhaité adopter la solution du monde multipolaire à ce stade, mais ce qui était fait était fait et les gens ne pouvaient que rêver d’un monde différent, les larmes aux yeux pour ce qui avait été perdu.

Probabilité du scénario : Possible et probable. On ne sait pas quand les Russes vont attaquer et où se situe leur seuil. Plus le temps passe dans ce conflit, plus il est probable que les Russes se sentent prêts pour cette option finale.

Leçons tirées : Le biais de récence peut affliger les meilleurs d’entre nous. En voyant la Russie encaisser coup sur coup, il est très facile de la considérer comme une partie qui bluffe. Pourtant, nous avons déjà appris que ce n’était pas le cas lorsque la Russie a lancé une invasion de l’Ukraine après avoir affirmé pendant des jours qu’elle n’en avait pas l’intention. Aujourd’hui, elle nous dit qu’une guerre nucléaire ne peut être gagnée et ne doit jamais être déclenchée. Pourquoi alors construit-elle exactement les armes qui lui permettraient de gagner une telle guerre ?

À l’autre bout du spectre, les États-Unis ne sont manifestement pas d’humeur à laisser leur empire s’effondrer et n’ont offert à la Russie aucune voie diplomatique pour résoudre le problème. Leurs menaces constantes d’utiliser des armes nucléaires contre la Russie, déguisées en inquiétude quant à l’utilisation de l’arme nucléaire par la Russie, ne laisseront finalement pas d’autre choix aux Russes que de détruire les États-Unis et l’OTAN en l’espace de quelques heures. Lorsque l’attaque se produira, des contingences devront être mises en place pour tenter de trouver une solution qui épargne la vie des civils, aussi douloureuse que puisse être la défaite.

Scénario D : Extinction de l’humanité à la surface de la planète Terre

Le scénario est identique au scénario C, mais cette fois-ci, grâce à une pression extrême, l’OTAN prend la centrale nucléaire de Zaporozhye (ZNPP) à Energodar, les Russes étant complètement surpris par cette évolution. Sachant que l’OTAN peut désormais soumettre toute la région au chantage nucléaire, la Russie ne se laisse pas abattre et continue de se battre pour le contrôle de la centrale. Dans le conflit qui s’ensuit, une erreur se produit, une fusion du cœur du réacteur nucléaire de la centrale se produit, et elle explose de façon catastrophique, contaminant une grande partie du Donbass, de l’Europe et de certaines parties de la Russie. À la différence du scénario C, cependant, cette situation constitue une profonde ligne rouge pour les Russes, car certaines parties de leur territoire sont désormais considérées comme des zones d’exclusion, à l’instar de Tchernobyl. L’OTAN n’avait pas l’intention de faire cela, mais peut-être les nazis ukrainiens l’ont-ils fait, la panique a commencé à s’installer et des appels frénétiques ont été passés à Moscou.

Mais ces appels n’ont servi à rien. Les terres étaient perdues, les personnes touchées étaient contaminées. La guerre en Ukraine est essentiellement perdue par défaut, mais l’OTAN ne peut rien faire pour rembourser la Russie pour ce qu’elle a fait. Néanmoins, le Royaume-Uni n’a pas pu s’empêcher de rejeter la faute de la fusion de la centrale ZNPP sur la Russie, les Russes n’étant pas d’humeur à discuter. La contamination d’une centrale nucléaire génère plus de retombées radioactives qu’une guerre nucléaire complète telle que décrite dans le scénario C, de sorte que toute inquiétude concernant l’habitat devient nulle.

Voir Moscou : en ciblant la centrale nucléaire de Zaparojie, Kiev pousse l’Europe au bord du gouffre

En préparant rapidement leur population et en remplissant les abris souterrains, les Russes commencent leurs frappes punitives de représailles dans le but d’annihiler plutôt que de vaincre l’OTAN presque immédiatement. Pour démontrer toute la profondeur de leur détermination, un nombre similaire de centrales nucléaires figurent sur la liste des cibles, dans le but de faire d’une partie égale de l’OTAN un terrain vague inhabitable. Bien qu’elle ne soit pas totalement prête à frapper, la Russie lance tout ce qu’elle peut, mais avec des résultats moins bons que dans le scénario C, en raison du manque de missiles et de défenses provisionnés pour l’attaque.

Les morts de l’OTAN se chiffrent en centaines de millions de mortes et en dizaines de millions de morts du côté russe grâce à sa population éparse. Ce fut néanmoins un désastre complet pour la Russie. L’OTAN a également suivi le mouvement et a attaqué les centrales nucléaires russes. La guerre ne prend pas fin et se prolonge pendant des années, les deux parties attaquant soudainement des cibles en surface avec des bombes nucléaires, sans qu’aucune tentative de résolution du problème ou de prise en charge du désastre ne soit prévisible.

Peu à peu, avec la guerre nucléaire prolongée et l’impasse, la surface de la Terre est rendue inhospitalière à la vie humaine, et de toute façon, de nombreuses villes paisibles restantes à l’Est exploseraient soudainement grâce à la doctrine des armes nucléaires tactiques de l’OTAN. Les groupes de réflexion restants, désormais profondément enterrés, avaient élaboré une nouvelle théorie de l’hégémonie américaine fondée sur la reprise exclusive de la surface et sa réparation à l’aide d’une « biologie consommatrice de radiations pilotée par l’IA » et d’autres technologies vantées. En réalité, ils faisaient ce qu’ils font le mieux, conserver le pouvoir pour eux-mêmes et faire en sorte que les humains mènent une guerre ingagnable pour eux.

Peu à peu, l’humanité disparaît de la surface de la planète et les deux camps s’enfoncent sous terre pour des siècles, voire des millénaires, après avoir détruit un foyer irremplaçable pour leur progéniture. Il n’y avait qu’un seul moyen d’avancer, la recherche d’une nouvelle planète d’origine, mais avec tant de ressources détruites, cela s’avérerait être un rêve encore plus impossible qu’aujourd’hui.

Probabilité du scénario : Improbable mais extrêmement risqué. Aussi extrême que soit ce scénario, il est important de comprendre les enjeux en gardant à l’esprit le pire des scénarios.

Leçons tirées : Quelle que soit la gravité de la situation, il existe des lois qui doivent être respectées. Aucune centrale nucléaire ne devrait jamais être la cible d’une guerre nucléaire, même si la cible se trouve à proximité. Le régime de Kiev doit être démantelé pour ses attaques incessantes contre la centrale ZNPP et l’OTAN doit être informée des conséquences d’une attaque réussie, aussi improbable soit-elle.

Ce scénario doit être rendu impossible par les politiciens et les décideurs. Des manifestations mondiales doivent être organisées pour exiger que l’OTAN se retire et que la Russie renforce la sécurité autour de la centrale et construise une zone tampon autour de celle-ci, même si l’Ukraine doit maintenant concéder des territoires pour que cela soit possible. L’Ukraine s’est révélée trop barbare pour gérer la propriété d’une centrale nucléaire et a donc besoin d’un changement de régime. Beaucoup à Washington sont probablement déjà conscients de cela, même si cela joue actuellement en leur faveur.

Scénario U : Votre scénario

Il est fort probable qu’aucun des scénarios ci-dessus ne se réalise, mais nous aurons peut-être la chance ou la malchance d’en voir des éléments. C’est maintenant à votre tour de réfléchir à un scénario, à sa probabilité et aux leçons que nous pouvons en tirer.

Pouvez-vous trouver un moyen de sortir le monde de cette dangereuse impasse ? Pouvez-vous satisfaire la quête russe de sécurité pour sa patrie tout en évitant la soif de sang d’un empire américain mourant ? Pouvez-vous contenir le génie nucléaire sans inviter paradoxalement à une attaque nucléaire et à un éventuel chantage mondial ? Pouvez-vous le faire assez rapidement pour éviter un scénario de primauté nucléaire ? Pouvez-vous sauver la planète pour notre espèce qui a besoin de son habitat pour exister dans cet univers ?

Les enjeux sont élevés, mais tous les antécédents ont été exposés pour vous, avec des hyperliens de référence détaillés afin que personne ne puisse contester les faits et ne laisse que peu de place à l’interprétation. Sauf, bien sûr, par les idéologues que vous devez malheureusement prendre en compte dans votre scénario.

Vous serez surpris de la rapidité avec laquelle le simple fait de réfléchir à ce conflit à l’aide de faits concrets peut sensibiliser les gens aux dangers de ces situations et à la possibilité de vivre dans un monde différent et plus sûr. J’aimerais avoir une solution moi-même, mais ce n’est pas le cas, mais plus cet article sera diffusé et plus les gens lui donneront leur avis, notamment dans les commentaires, plus il y aura de chances que l’un d’entre nous ait une solution. Ne sous-estimez pas la profondeur de l’esprit humain, et s’il vous plaît, ne tergiversez pas sur ce sujet car le temps presse et la fin du conflit est proche. Partagez votre scénario dans les commentaires ci-dessous ou sur toute autre plateforme que vous souhaitez. Vous avez ma permission de copier cet article, à condition qu’il soit copié mot à mot.

Conclusion

Tout comme la guerre froide s’est terminée par l’instauration de la paix et d’un « Nouvel ordre mondial », ce conflit pourrait bientôt connaître sa propre conclusion. Il reste à déterminer s’il se terminera de manière pacifique comme auparavant, ou par une guerre. La géostratégie des États-Unis exige une conformité totale des nations, par des moyens secrets et ouverts. Si le génie nucléaire est libéré de sa bouteille, il est possible que les États-Unis utilisent également le chantage nucléaire contre les petites nations pour se rétablir comme centre de pouvoir et gagner un nouveau siècle américain. Il est également possible qu’une guerre nucléaire catastrophique soit le résultat final, et même la fin de notre espèce.

Quoi qu’il en soit, l’avenir n’est pas écrit et la meilleure chose que nous puissions faire est d’en parler les uns aux autres en ayant une vision réaliste de la situation, et non une propagande déformée. En fin de compte, nous allons devoir agir si nous voulons vivre dans un monde différent. Si suffisamment de personnes reviennent à la raison, nous pourrons avancer vers des idées qui peuvent réellement aider à mettre fin à cette situation.

Voir notre dossier sur la situation en Ukraine.

Pour soutenir ce travail censuré en permanence (y compris par Mediapart) et ne manquer aucune publication, faites un don, partagez cet article et abonnez-vous à la Newsletter. Vous pouvez aussi nous suivre sur TwitterFacebookYoutube et VKontakte.

Source: Lire l'article complet de Le Cri des Peuples

À propos de l'auteur Le Cri des Peuples

« La voix des peuples et de la Résistance, sans le filtre des médias dominants. »[Le Cri des Peuples traduit en Français de nombreux articles de différentes sources, principalement sur la situation géopolitique du Moyen-Orient. C'est une source incontournable pour comprendre ce qui se passe réellement en Palestine, en Syrie, en Irak, en Iran, ainsi qu'en géopolitique internationale.]

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Recommended For You