À propos de vraie guerre

À propos de vraie guerre

par Andrei Martyanov.

J’insiste sans cesse sur le manque de compréhension du côté américain – et je parle de professionnels, pas de « journaleux » – de la vraie guerre avec un ennemi égal ou meilleur. Le mois dernier, Task and Purpose en a apporté la preuve :

« La guerre entre l’Ukraine et la Russie est devenue un sujet d’intérêt pour les militaires et les vétérans américains, mais les conséquences du conflit pourraient se répercuter sur la communauté militaire américaine de manière inattendue et à laquelle nous ne sommes pas préparés. Il pourrait y avoir une crise de santé psychologique imminente pour les volontaires américains revenant d’Ukraine. … Les volontaires survivants qui parviennent à rentrer chez eux sans être blessés peuvent continuer à faire face à des difficultés à leur retour. Les journalistes sur le terrain ont fourni des citations directes de combattants américains, et il est devenu évident que les volontaires pourraient être confrontés à un type unique de crise de santé psychologique, rarement vu après les conflits en Irak et en Afghanistan. La première raison en est la férocité de la guerre. Cette guerre n’est pas comme celle de l’Irak ou de l’Afghanistan. Les combats sont plus intenses, et les volontaires assistent à plus de combats que jamais auparavant tout en disposant de moins d’avantages que l’armée américaine était en mesure de fournir auparavant (par exemple, pas de supériorité aérienne). »

Je me risquerais à ajouter que même leur expérience n’est pas complète, car ils ne sont toujours pas confrontés à l’impact de feu qu’ils auraient pu subir si la capacité totale des forces armées russes avait été mise à contribution. Comme on l’a dit sans cesse, l’essentiel des combats est mené par les milices de la LDNR avec la participation de quelques unités terrestres russes, tandis que les principales forces russes sont concentrées au sud et au nord pour s’assurer que les FAU ne puisse pas manœuvrer.

Comme l’a déclaré une source bénévole américaine anonyme sur le terrain :

« Dans cette guerre, les Américains se battent contre les Européens. Dans les conflits de la guerre mondiale contre le terrorisme, les Américains ont bénéficié de l’expérience d’un phénomène de groupe interne/groupe externe. En d’autres termes, ils ont été en mesure de se distinguer psychologiquement de l’ennemi. Cela est bénéfique pour les combattants, car il est plus facile de déshumaniser un ennemi s’il ne vous ressemble pas ou n’agit pas comme vous. Lors de combats au Moyen-Orient ou en Afrique du Nord, il a pu être possible de créer une dissociation parce que l’ennemi « n’est pas comme nous », ce qui n’est pas le cas en Ukraine. Cette situation est illustrée par une autre citation supposée d’un volontaire américain sur le terrain : « J’ai l’impression que mes jours sont comptés et j’aimerais dire certaines choses. À propos de moi. Ancien militaire. Vétéran d’Afghanistan. Expérience du combat. Il y a trois jours, j’étais dans une ligne de tranchées à écouter l’artillerie. Je me suis mis à penser à la perspective de l’ennemi. À quelques centaines de mètres, il y a les Russes. Vivant les mêmes conneries que moi… J’ai déjà vu des cadavres. Des Taliban morts. Des civils afghans morts. Mais cette culture était si éloignée et différente de la nôtre que je ne pouvais pas vraiment m’y identifier. J’ai vu des Russes morts alignés au bord de la route et j’ai été choqué. Je me suis dit : « Ces types pourraient être moi ». »

Selon les « élites » occidentales, les Russes NE SONT PAS des Européens, mais quelque chose d’entièrement différent, et donc tout va bien, du point de vue d’« érudits » tels qu’Anatol Lieven, parmi beaucoup d’autres. Alors que James Clapper pense tout simplement que les Russes sont génétiquement endommagés. Bien sûr, ce type oublie un point : les Russes, principalement la milice de la LDNR, ne « se laissent pas berner par les conneries », ils savent en fait très bien pourquoi et contre qui ils se battent. On peut dire sans risque de se tromper que ce vétéran américain ne sait pas ce qu’il fait en Ukraine, mais les Russes sont extrêmement conscients de leurs objectifs dans cette opération militaire spéciale. Et l’auteur de l’article souligne :

« La blessure morale se produit lorsqu’un individu vit ou est témoin d’un événement qui contredit ses valeurs morales ou ses croyances fondamentales. Le préjudice moral, comme le SSPT, peut laisser des cicatrices émotionnelles durables. Dans une situation où les combattants ne sont pas en mesure de se dissocier psychologiquement de l’ennemi (par exemple, des Américains combattant des Russes), la probabilité de subir un préjudice moral peut être plus élevée. »

Oui, il s’agit d’un préjudice moral, mais laissons aux médias américains le soin de dépeindre les Russes comme des sous-hommes et des ennemis de l’Occident combiné. Les néonazis du pays 404, par contre, sont des amis des États-Unis et servent à être utilisés comme des déchets, car le département d’État, parmi beaucoup d’autres, est rempli de criminels de guerre. Mais oui, la guerre moderne n’est pas ce qu’ils enseignent aux États-Unis et c’est pourquoi les États-Unis sont dans la position où ils sont aujourd’hui. Ce n’est pas une bonne position, c’est le moins que l’on puisse dire.

Aujourd’hui, la Russie célèbre le 110e anniversaire des forces aériennes russes. Voici un extrait de Khabarovsk (en russe).

Je suis tellement prêt à recevoir le Livre Blanc sur leurs opérations. J’en salive presque.

source : Reminiscence of the Future

traduction Réseau International
Adblock test (Why?)

À propos de vraie guerre

Source : Lire l'article complet par Réseau International

À propos de l'auteur

Source: Lire l'article complet de Réseau International

À propos de l'auteur Réseau International

Site de réflexion et de ré-information.Aujourd’hui nous assistons, à travers le monde, à une émancipation des masses vis à vis de l’information produite par les médias dits “mainstream”, et surtout vis à vis de la communication officielle, l’une et l’autre se confondant le plus souvent. Bien sûr, c’est Internet qui a permis cette émancipation. Mais pas seulement. S’il n’y avait pas eu un certain 11 Septembre, s’il n’y avait pas eu toutes ces guerres qui ont découlé de cet évènement, les choses auraient pu être bien différentes. Quelques jours après le 11 Septembre 2001, Marc-Edouard Nabe avait écrit un livre intitulé : “Une lueur d’espoir”. J’avais aimé ce titre. Il s’agissait bien d’une lueur, comme l’aube d’un jour nouveau. La lumière, progressivement, inexorablement se répandait sur la terre. Peu à peu, l’humanité sort des ténèbres. Nous n’en sommes encore qu’au début, mais cette dynamique semble irréversible. Le monde ne remerciera jamais assez Monsieur Thierry Meyssan pour avoir été à l’origine de la prise de conscience mondiale de la manipulation de l’information sur cet évènement que fut le 11 Septembre. Bien sûr, si ce n’était lui, quelqu’un d’autre l’aurait fait tôt ou tard. Mais l’Histoire est ainsi faite : la rencontre d’un homme et d’un évènement.Cette aube qui point, c’est la naissance de la vérité, en lutte contre le mensonge. Lumière contre ténèbres. J’ai espoir que la vérité triomphera car il n’existe d’ombre que par absence de lumière. L’échange d’informations à travers les blogs et forums permettra d’y parvenir. C’est la raison d’être de ce blog. Je souhaitais apporter ma modeste contribution à cette grande aventure, à travers mes réflexions, mon vécu et les divers échanges personnels que j’ai eu ici ou là. Il se veut sans prétentions, et n’a comme orientation que la recherche de la vérité, si elle existe.Chercher la vérité c’est, bien sûr, lutter contre le mensonge où qu’il se niche, mais c’est surtout une recherche éperdue de Justice.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

Recommended For You