Faina Savenkova : Dire la vérité est facile, il suffit d’essayer

Faina Savenkova : Dire la vérité est facile, il suffit d’essayer

À la lumière des développements dans la partie orientale de la République d’Ukraine, dans le Donbass, depuis 2014, nous entendons chaque jour des nouvelles plus nombreuses, plus fortes et plus différentes. L’un de ces récits revient de plus en plus fréquemment dans le fil d’actualité ces derniers temps : l’histoire d’une écolière de Lougansk, Faina Savenkova. Quelque part sur Internet, on peut apercevoir l’une ou l’autre lettre magnifiquement conçue de cette jeune fille de 13 ans adressée à un haut fonctionnaire de l’UE ou un article, tantôt en russe, tantôt dans l’une des langues européennes. La jeune fille donne des conférences de presse et est même mentionnée par de hauts responsables russes tels que Dmitri Polianski, le « second » de la fédération de Russie auprès de l’ONU, ou Maria Zakharova, le « visage » du ministère russe des Affaires étrangères. Quel genre de fille-projet est-elle ? Demandons-lui directement.

Veronika Naïdenova : Faina Savenkova – pourquoi ce nom nous est-il familier ?

Faina Savenkova : Je suis avant tout un écrivain et un dramaturge, et ce n’est qu’après cela que l’on peut probablement m’appeler une personnalité publique. Cela ne signifie pas pour autant que l’activité publique est de peu d’importance pour moi. C’est juste que l’un est quelque chose qui me passionne et que l’autre est une nécessité qui, je l’espère, ne sera plus nécessaire une fois la guerre terminée. J’ai enregistré un message vidéo et écrit des lettres à de hauts responsables politiques en Ukraine et aux Nations unies, pour leur dire de ne pas nous oublier – les enfants du Donbass – et que nous avons aussi droit à la vie. Après cela, j’ai été placé sur le site web néonazi ukrainien « Mirotvorets » et déclarée ennemie de l’État.

Tu as d’abord écrit au président ukrainien Zelensky, mais tu n’as pas reçu de réponse appropriée de sa part ou de son administration, ni d’aucun autre ministre, député ou médiateur ?

Oui, il n’y a pas eu de réponse, bien sûr. Seule la médiatrice des droits de l’homme a été contrainte d’entamer une vérification de la légalité des actions du site, car l’histoire a été largement diffusée. Sans cette attention de la presse et des gens ordinaires, je pense que même cette vérification n’aurait pas commencé.

As-tu contacté la médiatrice pour les droits de l’enfant en Ukraine ? Quelle a été la réaction ? (Si non : pourquoi pas ?)

Il n’y a eu aucune réaction. Ils ont simplement gardé le silence, mais après l’intervention de l’UNICEF et le tapage dans la presse russe et ukrainienne, la médiatrice Denissova a remarqué l’existence du site Internet « Mirotvorets » et est même allée voir la police. C’était probablement son seul acte noble, si l’on considère le nombre de mensonges et de faux qu’elle a ensuite postés.

Pourquoi as-tu écrit à toutes sortes de dirigeants, mais pas au président russe Vladimir Poutine ?

Pour commencer, il n’est pas facile d’écrire au président de la Russie. Et pourquoi ? Il défend déjà le Donbass tous les jours. Je pense qu’il sait aussi bien que moi ce qui se passe. Et je n’écrirai pas juste pour faire de la publicité ou pour lui demander quelque chose. Ce n’est pas pour ça que je fais tout cela.

Cela fait seulement deux ans que tu as commencé à écrire, tu as commencé déjà à 11 ans. Du point de vue de la communauté des écrivains, tu n’es qu’une gamine qui vient d’apprendre à écrire et tu prétends immédiatement être prise aussi sérieusement que d’autres auteurs qui écrivent et publient depuis des années. Tu es immédiatement acceptée dans la société des écrivains de Lougansk et, en acceptant tes prix, toi, une petite fille à l’apparence frêle, tu montes sur des scènes et t’assieds à des symposiums aux côtés d’hommes adultes plutôt robustes. En regardant ce tableau absurde, on est obligé de se demander : comment le comprendre ?

Chacun peut le prendre comme il veut. En général, cette perception ne concerne que les enfants des autres, et lorsque votre enfant ou petit-enfant fait de même, ses succès deviennent immédiatement une source de fierté. Donc, même ici, il y a probablement deux poids deux mesures. Surtout que je ne suis pas le seul enfant écrivain. Et ce n’est pas comme si j’avais été acceptée dans le syndicat et qu’on avait commencé à m’aider.

Ma première rencontre avec un écrivain célèbre a eu lieu lorsque j’avais 10 ans. J’ai écrit à un auteur de Lougansk qui est devenu plus tard mon professeur et il m’a invité à le rencontrer. Je – une fille de 10 ans – suis entrée dans un immense bureau avec mes histoires et j’ai vu un homme sévère qui a immédiatement rejeté presque toutes mes histoires, n’en laissant que deux. Il m’a ensuite suggéré d’écrire une pièce basée sur l’histoire « Le hérisson de l’espoir » et m’a dit en plaisantant : « Si tu écris une pièce en trois mois, je te fais entrer dans l’Union des écrivains ». J’ai réussi, mais ça ne veut pas dire qu’on m’a donné le feu vert. Les enfants dramaturges ou écrivains sont vraiment difficiles à accepter dans une société créative. Les adultes n’aiment pas vraiment la compétition. C’est une chose de participer à un concours et d’être félicité et oublié. C’est autre chose quand tu essaies de t’affirmer comme l’égal d’un adulte. C’est une attitude complètement différente. On vous pose la question en tant qu’adulte et on vous critique de la même manière. J’ai commencé à me sentir à l’aise après le festival de science-fiction de Donetsk, où je suis allé à la place de mon professeur. Et là j’ai rencontré beaucoup d’écrivains et Alexandre Igorevitch Kofman. Oui, c’est devenu plus facile pour moi, mais cela ne signifie pas que toutes les portes se sont ouvertes pour moi. Certains ont dû être ouverts au prix d’efforts considérables. Je ne peux donc pas dire que tout a été facile pour moi.

Encore une fois, du point de vue des membres adultes de la société, une fille qui vient de maîtriser l’alphabet et la grammaire est immédiatement publiée partout où l’on regarde, ses textes sont traduits dans différentes langues, on parle même d’elle au plus haut niveau local et international. La conclusion s’impose que cette même fille est le projet de quelqu’un d’autre, une marionnette que quelqu’un a activement engagée pour détourner l’attention ou promouvoir certaines idées que la société n’accepterait pas directement. Tu as sûrement entendu ce genre d’accusation plus d’une fois, et immédiatement après ta dernière conférence de presse organisée par la Fondation pour la lutte contre l’injustice, le même site « Mirotvorets » a publié un article sur une opération spéciale du Kremlin portant le nom de code « Faina ». Cela implique un financement sérieux pour payer les publications et les événements commandés, ainsi que la présence d’un responsable.

Oh, j’aime toujours les déclarations comme ça. Bien sûr que je les ai entendues. Mais ce n’est pas seulement que personne n’a de preuve et qu’il ne peut y en avoir. C’est juste que parfois on a envie de demander : « Les gars, je peux commencer à être payée ? Personne ne paie pour les publications, sauf quelques fois pour les contes de fées. Non, vraiment, je vais trouver quelque chose pour dépenser l’argent. Eh bien, avec un financement sérieux, ce ne sera pas difficile, n’est-ce pas ? ». Au lieu de cela, chaque fois que tu te demandes si tu peux aller à ton propre lancement de livre ou si tu dois t’en passer. Donc si quelqu’un veut être mon sponsor, qu’il m’écrive en personne. Mais sérieusement, j’ai rencontré Mira Terada par hasard, même si j’aimerais bien avoir un tel curateur. En particulier, sa fondation du FLI fait maintenant beaucoup pour faire fermer Mirotvorets et punir ceux qui sont derrière. Ils ne font pas de relations publiques, ils ne parlent pas en vain. Ils agissent.

Et dans les différentes langues, d’ailleurs, les traductions sont faites par mes amis. Comme, en général, ils publient des articles. C’est juste que pendant la période où je me suis battue pour la paix dans le Donbass, j’ai réalisé qu’il y a beaucoup de journalistes normaux en Occident qui ne créent pas d’histoires de propagande mais disent ce qu’ils voient. Et quand je leur ai expliqué, ils ont commencé à m’aider. C’est très simple. Vous devez juste essayer.

Comment sont financées les publications de tes livres et lettres – édition, traduction, conception ?

Elles sont financées de la même manière que tout le monde. La seule chose qui me sauve jusqu’à présent est que mes amis font la traduction et la conception gratuitement, sinon ces livres n’existeraient pas.

Jusqu’à présent, tous mes projets sont soutenus par des amis : la maison d’édition Rugram, qui m’aide pour tout, et tous ceux qui souhaitent que des livres pour enfants paraissent dans notre Donbass après la guerre.

Votre co-auteur Alexandre Kontorovitch est l’auteur de nombreux ouvrages fantastiques sur le thème des services de renseignement. Son CV mentionne même explicitement qu’il a travaillé pour ces institutions, il y a de nombreuses années. Pourquoi ne serait-il pas ton supérieur ? Il arrange les relations avec les bonnes personnes, comme cette Mira Terada (chef du FLI) ou des personnalités culturelles ?

C’est assez drôle, vu que c’est moi qui l’ai présenté à Mira. Comme la plupart des journalistes avec qui j’ai travaillé. Cela fait-il de moi la supérieure d’Alexandre ? Et les connaissances des personnalités culturelles… Vous savez, il serait probablement étrange que nous n’ayons pas un cercle commun d’amis et de connaissances parmi les personnalités culturelles. Au moins parce que nous sommes : 1) tous deux écrivains, 2) co-auteurs, 3) participons aux mêmes festivals.

Quelqu’un t’aide-t-il à rédiger tes appels en termes de contenu ? Il édite ou peut-être même écrit tout le texte pour toi ?

Je déclare, de manière responsable : Les chats font le travail pour tous les écrivains. Sauf pour ceux qui sont écrits par des chiens. Et sérieusement, aider un écrivain à écrire des appels ? Cela semble même ridicule. Oui, je ne sais pas tout, mais certains détails, si vous en avez besoin, vous pouvez facilement les trouver sur Internet. Par exemple, le titre exact du poste de la personne à laquelle vous vous adressez, ou l’adresse pour la correspondance. Bien que j’aie généralement des adresses publiques, je n’ai même pas besoin d’adresse. Ne pensez pas que les adolescents ne peuvent trouver que des vidéos de chats et de jeux sur Internet.

Quel rôle joue ta famille dans tout ça, tes parents, ton frère ?

C’est ma famille. C’est leur seul rôle. J’espère que ça restera comme ça.

Que penses-tu de Mirotvorets ? Beaucoup de gens disent qu’ils ont raison. L’image est qu’ils combattent les Russes, que le Centre Mirotvorets est quelque chose comme Wikileaks. Pourquoi tiens-tu tant à ce qu’il soit fermé ?

C’est la deuxième année que j’ai une mauvaise perception de ce site et je peux les comparer davantage au KKK qu’à WikiLeaks. Contrairement à ces camarades, Wikileaks et Assange ne se sont pas cachés et ont dit la vérité sur les meurtres de civils par des soldats américains. Si « Mirotvorets » racontait les atrocités des nationalistes et de l’armée ukrainienne, alors nous pourrions le comparer à WikiLeaks.

Tous ceux qui sont impliqués dans Mirotvorets ont peur. Ils exposent facilement les données des autres, y compris des enfants, mais cachent leur propre visage par peur. Des lâches ordinaires qui embarrassent encore plus leur pays en en montrant toute l’essence, malheureusement. Elle ne suscite que dégoût et mépris.

J’ai écrit et dit à de nombreuses reprises que je ne suis pas indignée d’avoir été mis sur ce site. Je suis scandalisée qu’ils aient publié des détails personnels sur moi et sur les autres enfants. Nous ne savons pas ce qui se passera demain. Peut-être que tous ces citoyens vont s’excuser auprès de la Russie demain, ils seront pardonnés. Mais nos données, adresses et numéros de téléphone resteront. Il n’y a pas que des activistes ukrainiens autour, mais aussi des foules d’autres personnalités douteuses. Des trafiquants d’enfants et d’autres criminels. C’est également illégal. Peu importe comment Mirotvorets se justifie, ils ont violé et continuent de violer la loi. Si vous voulez mon avis, je réunirais dans une pièce tous ceux dont tout dépend dans ce monde, je les regarderais dans les yeux et leur dirais : « Que pensez-vous du fait que les terroristes ou tout autre criminel connaîtront les adresses, les numéros de téléphone, les détails des documents de vos enfants, petits-enfants et proches ? Ils sauront où ils sont en ce moment, à qui ils parlent ? » Je pense qu’en cinq minutes ce site aurait disparu et que ses propriétaires seraient en prison.

La société russe considère Greta Tunberg comme un projet bien financé et promu par quelqu’un pour influencer et manipuler les esprits encore immatures des jeunes dans la bonne direction. Cela est même régulièrement mentionné par les hauts gradés en Russie. Pourquoi n’apparaîtrais-tu pas, principalement aux yeux de la société occidentale, comme le même genre de projet, un agent d’influence, dans le cadre du même schéma ?

Oui, eh bien, chacun est libre de penser ce qu’il veut. Sauf que je ne suis pas entourée d’un groupe de chargés de relations publiques et que personne ne m’invite aux réunions de l’ONU pour une raison quelconque. Greta et moi sommes différentes. Et je suis plus proche de Samantha Smith. Je ne vois pas Greta faire la différence. Est-ce que quelque chose a changé dans l’environnement ? Bien sûr, vous pouvez rassembler des jeunes, parler dans tous les lieux importants. Mais est-ce que quelque chose a changé ? De nombreux adolescents ne prêtent plus attention à ce qu’elle dit. Elle n’est pas considérée par les adultes. À propos, avez-vous entendu parler d’elle au sujet de la guerre dans le Donbass, en Syrie ou en Palestine ? La guerre n’affecte-t-elle pas l’environnement ? Un souci trop sélectif de l’environnement.

Comment le premier vice-représentant permanent de la fédération de Russie auprès des Nations unies, Dmitri Polianski, qui supervise constamment ton sujet au Conseil de sécurité de l’ONU depuis l’année dernière, a-t-il attiré l’attention sur toi ?

Comme vous l’avez remarqué, Dmitri Alexeïevitch fait beaucoup pour le Donbass, comme tous les diplomates russes. Par conséquent, on ne peut pas dire qu’il supervise mon sujet ou moi. Nous avons appris à nous connaître lorsque j’ai lancé un appel au Conseil de sécurité des Nations unies. À l’époque, j’ai demandé à mon ami journaliste américain de publier la vidéo sur sa chaîne Telegram. C’est là que Polianski l’a vue et n’est pas resté indifférent.

Votre relation est-elle strictement professionnelle ou s’agit-il déjà d’une amitié ?

Il lit mon Telegram et parfois mes publications apparaissent sur sa chaîne ; je lis sa chaîne Telegram. Il m’arrive de lui écrire, mais je ne sais pas s’il me répondra. On peut difficilement parler d’une relation professionnelle aussi bien que d’une relation d’amitié. Bien que, je pense que je serais fière d’avoir une telle personne comme ami avec moi. Mais, hélas, ce n’est pas le cas.

Quelle est la réaction du milieu politique ukrainien à tes activités, dès le début et au fur et à mesure de leur développement ?

C’est les officiels qui essayent de ne pas voir, au début et maintenant. Il n’en va pas de même pour les personnalités publiques. Avant l’opération spéciale de la Russie en Ukraine, il y avait beaucoup de gens à Kiev qui comprenaient que la guerre avec la Russie était mauvaise. Ils ont arrêté Zelensky d’une manière ou d’une autre. Des politiciens et des journalistes m’ont aidé, mes œuvres ont été diffusées sur les chaînes de l’opposition. Viktor Medvedtchouk m’a écrit que, comme moi, il ne voulait pas de guerre. En fait, il y a eu une réaction de la part de nombreuses personnes. Notamment que les gens étaient horrifiés que les données d’un enfant soient placées sur le site web listant les ennemis de l’Ukraine.

Tu écris régulièrement des appels à des personnalités et des responsables culturels occidentaux. Quel résultat essayes-tu d’atteindre avec ce projet (comme objectif et comme résultats intermédiaires) ?

J’essaie d’attirer autant d’attention que possible sur le thème du Donbass et de montrer l’autre côté de cette guerre. Celui des gens ordinaires, le mien. Les médias occidentaux montrent la plupart du temps ce qui se passe de manière unilatérale, glorifiant l’Ukraine et la présentant comme une victime d’agression. Mais la « victime » s’est avérée être l’agresseur lui-même, qui massacre la population civile. Donc je suppose que je n’ai pas de moyen terme. Ce qui est encourageant, c’est que j’obtiens des réponses, même si c’est une formalité et que ce n’est pas exactement la personne à qui j’écris. Cependant, même de telles réponses signifient que le fait d’ignorer les habitants du Donbass pendant une longue période ne fonctionnera pas.

L’UNICEF t’a proposée d’être une envoyée de la paix. Même si l’on ne t’avait pas offert la possibilité de t’exprimer en personne au Conseil de sécurité des Nations unies ou dans d’autres lieux officiels internationaux, aurais-tu tenté ta chance ?

Je pense qu’ils ont juste décidé de se débarrasser de moi à ce moment-là. Il est peu probable qu’ils l’aient fait. Faire d’un enfant de la RPL un ambassadeur de la paix, c’est reconnaître que nous existons. Donc je ne m’y attends pas et j’en parle plus comme d’une blague. Mais dans tous les cas, je vais m’efforcer de nous faire remarquer. Je ne sais pas si j’y arriverais ou non, car je n’aime pas vraiment les caméras et les discours en public, mais quelqu’un doit le faire.

Les jeunes acquièrent un poids juridique lorsqu’ils atteignent leur majorité – droit de vote, etc. Les personnes en dessous de cette limite d’âge ne sont pas prises au même niveau de sérieux par la société adulte, parce que les mineurs ont, pour ainsi dire, la vue courte. Qu’est-ce qui te fait croire que tes appels ne seront pas pris pour des babillages enfantins et que les adultes extrêmement occupés par leurs querelles géopolitiques te prêteront attention, voire ne s’en attribueront pas le mérite ?

Je peux vous dire que chaque mot est une responsabilité. De nos jours, les adultes ne s’entendent plus, et la voix d’un enfant est toujours perçue par les adultes comme par les enfants. C’est pourquoi je suis sûr qu’elle sera entendue. Oui, ce n’est pas fort, mais c’est là.

Comment concilies-tu toutes ces activités avec ta vie d’enfant normale (pour autant que l’on puisse le dire dans le cadre des hostilités dans le Donbass) – école, amis ? As-tu des amis proches parmi tes pairs ? Sont-ils des enfants « ordinaires » ou sont-ils aussi de si petits activistes ?

D’une certaine manière, je combine les deux. Je ne peux pas dire que j’ai beaucoup d’amis parmi mes pairs, mais il y en a quelques-uns. Aujourd’hui, nous communiquons davantage par messagerie, même si nous nous trouvons dans la même ville, car la rue n’est pas particulièrement sûre. La plupart d’entre eux sont des enfants « ordinaires », mais il y a aussi des militants. Mais je dois dire que dans les conversations personnelles, le sujet de ce qui se passe dans le Donbass revient encore assez souvent, et certaines de leurs convictions sont exprimées. Ce serait une grave erreur, à mon avis, de penser que les enfants peuvent uniquement jouer avec des poupées et des voitures et ne pas s’intéresser à autre chose. C’est d’autant plus vrai pour les enfants dont l’enfance a été pour ainsi dire supprimée.

Comment, expérimentes-tu et assimiles-tu moralement et dans le processus de prise de conscience de soi dans ce monde, tout ce grand mouvement autour de ta personne ?

Je ne vois pas de mouvement particulier autour de ma personne, c’est une impression trompeuse. Oui, je suis fatiguée, mais surtout parce que j’écris beaucoup ou que je dois faire des interviews. Mais telle est la vie d’adulte.

Sachant que tu as passé plus de la moitié de ta vie dans une situation de stress constant (peur pour ta vie, celle de tes proches et de tes connaissances, voir tant de destruction et de mort dans ton environnement), on pourrait penser que ton activité d’écriture est une sorte de libération psychologique. L’écriture, comme la tenue d’un journal intime, est utilisée comme une méthode efficace pour traiter les traumatismes psychologiques en psychothérapie. Reconnais-tu toi-même que tu as des traumatismes psychologiques ou même des névroses à la lumière de ton enfance en temps de guerre ? Tu travailles sur eux ? Par toi-même ou avec l’aide de tes proches ou de professionnels ?

Un correspondant de guerre que je connais a dit un jour dans une conversation privée : « L’enfance dans la guerre, c’est de l’enfance en moins ». Il est impossible de ne pas être d’accord avec lui. Je ne pense pas qu’il y ait de graves traumatismes psychologiques, car lorsque les batailles étaient les plus actives, j’étais encore une enfant. Pour cette raison, tout est en quelque sorte plus facile à accepter que chez les adultes. Mais il est également important qu’aucun de mes proches ne soit mort pendant les bombardements, bien qu’il y ait eu des situations et des souvenirs difficiles. Mais là encore, ils sont plutôt dans la mémoire des adultes. Ce qui distingue les enfants du Donbass de la plupart de leurs camarades, c’est principalement que nous semblons un peu plus âgés, peut-être plus sages et moralement plus forts. Oui, ça ne devrait pas être comme ça, les enfants devraient rester des enfants, mais je ne suis pas sûre que la psychothérapie puisse nous ramener notre enfance.

Le sujet du Donbass et de l’Ukraine en général ne s’estompera pas avant de nombreuses années. En vieillissant, as-tu l’intention de continuer à jouer le rôle de « l’enfant de la guerre dans le Donbass » ou as-tu des idées (ou même déjà des plans) pour une sorte de profession ? Où te vois-tu dans 10 ans, à 23 ans ?

Comme je l’ai dit précédemment, je suis avant tout un écrivain, et seulement ensuite un personnage public. Si quelqu’un veut seulement voir mon travail comme celui d’un enfant de la guerre… Eh bien, c’est son droit. Mais être un enfant de la guerre n’est pas une profession après tout. En tout cas, pas pour moi. Je ne peux pas dire que j’ai pris une décision quant à ma future profession, mais j’ai quelques projets. Je ne dis pas encore ce qu’ils sont, je n’aime pas parler de tout à l’avance.

Irais-tu dans une organisation publique ou même gouvernementale ?

Je ne pense pas. Je veux juste faire ce que j’aime, sans faire d’histoires, dans la paix et la tranquillité. Mais qui sait, nous verrons bien.

De quels pays proviennent les demandes d’interviews ? De quels pays reçois-tu le plus de demandes ? Comment choisis-tu les personnes avec lesquelles tu vas parler ou correspondre, ou est-ce qu’on les choisies pour toi ?

Comment quelqu’un pourrait-il choisir pour moi avec qui correspondre et avec qui ne pas parler ? Je choisis… Eh bien, je suppose que c’est un choix personnel. Je n’y ai pas vraiment pensé. Les demandes d’interview proviennent de différents pays, mais le plus souvent de Russie, d’Allemagne, de France et de Serbie. Maintenant, il y a aussi les États-Unis.

Aux journalistes étrangers, tu réponds toujours aux questions par écrit, mais pas en format vidéo (avec des interprètes). Pourquoi ?

Ce n’est pas tout à fait exact. Si des journalistes étrangers se trouvent dans la même ville que moi et qu’il y a un interprète ou que le journaliste connaît bien le russe, alors nous enregistrons l’interview au format vidéo également. Récemment, une interview vidéo de ce type a été réalisée avec des journalistes anglais et espagnols. C’est juste que, le plus souvent, les journalistes étrangers sont loin et que l’internet est souvent très lent, ce qui n’est pas pratique pour moi. Et je n’aime pas non plus faire des interviews à la maison. La maison, c’est la maison, un endroit où tu peux te détendre et ne pas penser à la façon d’arranger la lumière pour ne pas avoir l’impression que tu tournes cette vidéo dans une cave. Mais un peu plus tôt, j’ai eu des entretiens vidéo avec Chris Roman et Dmitri Babitch.

Avec qui ferais-tu un entretien vidéo ? Que faudrait-il faire ?

J’aime Tucker Carlson, Boris Kortchevnikov, Vladimir Soloviov. Bien sûr, vous avez besoin de leur consentement et de leur volonté de me prêter attention.

Que verrons-nous d’autre ou entendrons-nous de ta part cette année ? Y a-t-il quelque chose que tu veux annoncer pour le reste de l’année 2022 ?

Sur le plan créatif, il s’agit d’un nouveau roman, Nom de code Martha, l’histoire d’une fille dans l’espace. Et en parlant de vie publique… J’aimerais écrire à Stephen King et Donald Trump.

Immédiatement, un tas d’autres questions surgissent : pourquoi King (surtout à la lumière de la récente farce de Vovan et Lexus) et comment l’ancien président américain en disgrâce, Trump, peut-il t’aider ? Mais il ne faut pas s’avancer et nous obtiendrons des réponses à toutes ces questions dans un avenir proche. Nous te remercions pour ta franchise et te souhaitons bon courage pour atteindre tes objectifs le plus rapidement possible.

traduction Christelle Néant pour Donbass Insider
Adblock test (Why?)

Faina Savenkova : Dire la vérité est facile, il suffit d’essayer

Source : Lire l'article complet par Réseau International

À propos de l'auteur

Source: Lire l'article complet de Réseau International

À propos de l'auteur Réseau International

Site de réflexion et de ré-information.Aujourd’hui nous assistons, à travers le monde, à une émancipation des masses vis à vis de l’information produite par les médias dits “mainstream”, et surtout vis à vis de la communication officielle, l’une et l’autre se confondant le plus souvent. Bien sûr, c’est Internet qui a permis cette émancipation. Mais pas seulement. S’il n’y avait pas eu un certain 11 Septembre, s’il n’y avait pas eu toutes ces guerres qui ont découlé de cet évènement, les choses auraient pu être bien différentes. Quelques jours après le 11 Septembre 2001, Marc-Edouard Nabe avait écrit un livre intitulé : “Une lueur d’espoir”. J’avais aimé ce titre. Il s’agissait bien d’une lueur, comme l’aube d’un jour nouveau. La lumière, progressivement, inexorablement se répandait sur la terre. Peu à peu, l’humanité sort des ténèbres. Nous n’en sommes encore qu’au début, mais cette dynamique semble irréversible. Le monde ne remerciera jamais assez Monsieur Thierry Meyssan pour avoir été à l’origine de la prise de conscience mondiale de la manipulation de l’information sur cet évènement que fut le 11 Septembre. Bien sûr, si ce n’était lui, quelqu’un d’autre l’aurait fait tôt ou tard. Mais l’Histoire est ainsi faite : la rencontre d’un homme et d’un évènement.Cette aube qui point, c’est la naissance de la vérité, en lutte contre le mensonge. Lumière contre ténèbres. J’ai espoir que la vérité triomphera car il n’existe d’ombre que par absence de lumière. L’échange d’informations à travers les blogs et forums permettra d’y parvenir. C’est la raison d’être de ce blog. Je souhaitais apporter ma modeste contribution à cette grande aventure, à travers mes réflexions, mon vécu et les divers échanges personnels que j’ai eu ici ou là. Il se veut sans prétentions, et n’a comme orientation que la recherche de la vérité, si elle existe.Chercher la vérité c’est, bien sûr, lutter contre le mensonge où qu’il se niche, mais c’est surtout une recherche éperdue de Justice.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

Recommended For You