Retour vers le futur en Ukraine : Démilitarisation et dénazification

Retour vers le futur en Ukraine : Démilitarisation et dénazification
  1. Campagne de dons Juin 2022

    Chers amis lecteurs. Nous lançons une nouvelle campagne de dons pour ce mois de Juin et nous comptons sur vous pour nous aider à continuer notre travail de réinformation. Comme vous le savez, l’entretien et le fonctionnement de notre site ont un certain coût, et nous dépendons presque entièrement de vos dons pour en assurer le financement. Réseau International a besoin de vous plus que jamais pour assurer la continuité de son travail de réflexion et de réinformation

    Total dons 16 680,00 €

par Larry Johnson.

Lorsque Vladimir Poutine a annoncé les deux objectifs de l’opération militaire spéciale en février – à savoir la démilitarisation et la dénazification – cela semblait étrangement familier. Il y a une raison à cela. À la fin de la Seconde Guerre mondiale, le Royaume-Uni, les États-Unis et la Russie ont conclu un accord à Potsdam. Sans surprise, il a été appelé l’Accord de Potsdam.

« Au cours de la conférence de Potsdam, le 30 juillet 1945, le Conseil de contrôle allié a été constitué à Berlin pour exécuter les résolutions alliées (les « quatre D ») :

• Dénazification de la société allemande pour éradiquer l’influence nazie.

• Démilitarisation des anciennes forces de la Wehrmacht et de l’industrie de l’armement allemande ; toutefois, les circonstances de la guerre froide ont rapidement conduit à la Wiederbewaffnung (« réarmement ») de l’Allemagne, avec notamment le rétablissement de la Bundeswehr et de l’Armée nationale populaire.

• Démocratisation, avec notamment la création de partis politiques et de syndicats, liberté d’expression, de la presse et de la religion.

• Décentralisation, qui a donné naissance au fédéralisme allemand, ainsi que le démantèlement dans le cadre des plans industriels pour l’Allemagne. Le démantèlement a été arrêté en Allemagne de l’Ouest en 1951 conformément à la doctrine Truman, après quoi l’Allemagne de l’Est a dû faire face seule à l’impact. »

La réitération par Poutine des principes de dénazification et de démilitarisation établis lors de la conférence de Potsdam en 1945 n’est pas un simple coup de chapeau pittoresque à l’histoire. Il a fait savoir aux États-Unis et au Royaume-Uni que l’accord conclu à Potsdam en 1945 est toujours pertinent et valable.

Les Russes ont de bonnes raisons d’être furieux que l’Occident n’ait pas réussi à dénazifier l’Allemagne. Très peu des hommes et des femmes nazis impliqués dans la guerre contre l’Union soviétique et dans l’extermination des juifs de Pologne, d’Ukraine et de Russie ont été jugés et condamnés pour crimes de guerre. En fait, d’éminents nazis sont restés au pouvoir dans la « nouvelle » Allemagne :

Selon un rapport du gouvernement allemand, pendant plus de 20 ans après la Seconde Guerre mondiale, près de 100 anciens membres du parti nazi d’Adolf Hitler ont occupé des postes de haut rang au sein du ministère de la Justice ouest-allemand.

« De 1949 à 1973, 90 des 170 principaux avocats et juges du ministère de la Justice ouest-allemand de l’époque avaient été membres du parti nazi.

Sur ces 90 fonctionnaires, 34 avaient été membres de la Sturmabteilung (SA), des paramilitaires du parti nazi qui ont aidé à l’ascension d’Hitler et ont pris part à la Nuit de cristal, une nuit de violence qui aurait fait 91 morts parmi les juifs.

En 1957, 77% des hauts fonctionnaires du ministère étaient d’anciens nazis, ce qui, selon l’étude, représente une proportion plus élevée que pendant le gouvernement du Troisième Reich d’Hitler, qui a existé de 1933 à 1945. »

Les services secrets américains ont récupéré et protégé un certain nombre de meurtriers de la Gestapo au nom de la lutte contre le communisme. Le plus connu d’entre eux était Klaus Barbie :

Retour vers le futur en Ukraine : Démilitarisation et dénazificationKlaus Barbie

« Klaus Barbie : La connection américaine » se penche sur l’implication, après-guerre, des responsables des services de renseignements américains dans les activités de celui qu’on appelait le « boucher de Lyon ». Qu’il y ait eu une telle implication est certain ; que Klaus Barbie ait commis des crimes monstrueux est également certain. La question est de savoir si les agents américains ont été moralement coupables en traitant, voire en protégeant, l’ancien officier de la Gestapo. « Klaus Barbie », un documentaire de « Frontline », suggère qu’ils l’étaient. …

De 1942 à 1944, [Barbie] était le chef de la Gestapo à Lyon, en France. Après la guerre, il était un informateur rémunéré pour le Corps de contre-espionnage de l’armée. Lorsque les Français ont tenté de l’arrêter pour crimes de guerre, des agents américains les ont contrecarrés et, en 1951, ils ont fait sortir clandestinement Klaus Barbie d’Europe. En février dernier, il a été extradé de Bolivie vers la France. Il y sera jugé pour « crimes contre l’humanité ». »

Le soupçon de Poutine selon lequel les États-Unis et le Royaume-Uni sont des complices et des protecteurs des nazis n’est pas de la paranoïa, c’est plutôt une croyance raisonnable basée sur des événements passés et actuels. Ce n’est pas parce que les Américains font preuve d’une ignorance flagrante de leurs liens passés avec les nazis et qu’ils sont volontairement aveugles face à la légion de partisans de Bandera fermement ancrés dans le gouvernement ukrainien actuel que la menace nazie actuelle est illusoire. Elle est réelle.

Les nazis de la Seconde Guerre mondiale ont tué entre 8 668 400 et 10 000 000 de soldats russes. Presque deux fois plus de civils russes sont morts des suites des attaques nazies – « En 2020, Mikhail Meltyukhov, qui travaille sur le projet d’archives fédérales russes, a déclaré que 15,9 à 17,4 millions de civils ont été tués sur le territoire soviétique par les nazis pendant la guerre ».

L’incapacité des États-Unis à comprendre la profondeur de l’indignation et de l’opposition russes à l’égard de tout ce qui est nazi est due à l’ignorance américaine des pertes stupéfiantes et de l’horrible douleur que le peuple russe a endurées. Ces morts ne sont pas dues à la brutalité de Staline. Elles ont été causées par les Allemands et les Russes n’ont pas oublié. Les hommes qui font la guerre pour éradiquer les nazis en Ukraine sont les petits-fils d’hommes et de femmes qui ont payé de leur sang la lutte contre la première vague nazie déclenchée en 1941 par l’opération Barbarossa. Ils n’ont pas oublié. L’Amérique commet une erreur potentiellement fatale si elle rejette ce fait comme quelque chose de périphérique et sans signification.

source : Sonar 21

traduction Réseau International
Adblock test (Why?)

Retour vers le futur en Ukraine : Démilitarisation et dénazification

Source : Lire l'article complet par Réseau International

À propos de l'auteur

Source: Lire l'article complet de Réseau International

À propos de l'auteur Réseau International

Site de réflexion et de ré-information.Aujourd’hui nous assistons, à travers le monde, à une émancipation des masses vis à vis de l’information produite par les médias dits “mainstream”, et surtout vis à vis de la communication officielle, l’une et l’autre se confondant le plus souvent. Bien sûr, c’est Internet qui a permis cette émancipation. Mais pas seulement. S’il n’y avait pas eu un certain 11 Septembre, s’il n’y avait pas eu toutes ces guerres qui ont découlé de cet évènement, les choses auraient pu être bien différentes. Quelques jours après le 11 Septembre 2001, Marc-Edouard Nabe avait écrit un livre intitulé : “Une lueur d’espoir”. J’avais aimé ce titre. Il s’agissait bien d’une lueur, comme l’aube d’un jour nouveau. La lumière, progressivement, inexorablement se répandait sur la terre. Peu à peu, l’humanité sort des ténèbres. Nous n’en sommes encore qu’au début, mais cette dynamique semble irréversible. Le monde ne remerciera jamais assez Monsieur Thierry Meyssan pour avoir été à l’origine de la prise de conscience mondiale de la manipulation de l’information sur cet évènement que fut le 11 Septembre. Bien sûr, si ce n’était lui, quelqu’un d’autre l’aurait fait tôt ou tard. Mais l’Histoire est ainsi faite : la rencontre d’un homme et d’un évènement.Cette aube qui point, c’est la naissance de la vérité, en lutte contre le mensonge. Lumière contre ténèbres. J’ai espoir que la vérité triomphera car il n’existe d’ombre que par absence de lumière. L’échange d’informations à travers les blogs et forums permettra d’y parvenir. C’est la raison d’être de ce blog. Je souhaitais apporter ma modeste contribution à cette grande aventure, à travers mes réflexions, mon vécu et les divers échanges personnels que j’ai eu ici ou là. Il se veut sans prétentions, et n’a comme orientation que la recherche de la vérité, si elle existe.Chercher la vérité c’est, bien sûr, lutter contre le mensonge où qu’il se niche, mais c’est surtout une recherche éperdue de Justice.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

Recommended For You