Amérique latine : Des gouvernements souverains affrontent les États-Unis en solidarité avec Cuba, le Nicaragua et le Venezuela

Amérique latine : Des gouvernements souverains affrontent les États-Unis en solidarité avec Cuba, le Nicaragua et le Venezuela

par Mónica Saiz Donato.

Les États-Unis ont provoqué le rejet des gouvernements de la région à cause de leur tentatives d’exclure Cuba, le Nicaragua et le Venezuela du sommet des Amériques. C’est le plus important affrontement public depuis le quatrième sommet qui a eu lieu à Mar del Plata, Argentine, quand nous avons enterré l’ALCA.

Pendant leur plus de 150 ans de puissance expansionniste, hégémonique et impérialiste, les États-Unis en sont venus à contrôler les gouvernements de la région à tel point qu’ils se paient le luxe d’imposer des conditions sans respecter la légalité ni les formes.

Pendant toutes ces années, il y a eu des périodes plus ou moins agitées socialement et avec plus ou moins de lutte des classes, de mouvements de libération nationaux. Dans différentes époques et en différents lieux nous avons affronté le commandement du tout puissant mais finalement il a fini par être isolé et en minorité.

S’il est arrivé un moment extraordinaire pour les peuples, nous pourrions dire que c’est au sommet de Mar del Plata, en novembre 2005, qu’il a atteint sa plus forte splendeur : la coordination des forces populaires sous la direction de Lula, Chávez, Kirchner, Tabare Vásquez et Evo qui n’était pas encore président mais qui était là.

C’est ainsi que s’est produite la défaite du plus ambitieux projet de libre commerce régional : l’ALCA, « Al carajo el Alca » , (ALCA,va te faire foutre ! ») était la consigne de Chavez à la tribune populaire. Et Kirchner, en plein sommet , a dit aux Yankees qu’il n’allait pas accepter qu’ils viennent se dandiner.

Avec cette même formule, on est revenu sur l’exclusion historique de Cuba de ces sommets, Cuba qui a été présente avec son dirigeant Raul Castro au septième sommet des Amériques à Panama (2015).

Avec ses idées et ses retours en arrière, cette époque d’insurrection, d’offensive populaire est encore sur pied. Et c’était évident aujourd’hui quand les Gouvernements de Notre Amérique se lèvent pour exiger des États-Unis qu’ils n’excluent pas le Venezuela, Cuba et le Nicaragua du neuvième sommet des Amériques qui doit avoir lieu dans la ville étasunienne de Los Angeles, les 8 et 10 juin prochains.

Depuis la Seconde Guerre mondiale jusqu’aux événements du sommet de MAR del Plata, les États-Unis avaient réussi à maintenir un contrôle total sur ce qu’avec arrogance ils appellent leur « arrière-cour. » Une petite « arrière-cour » de 21 000 000 kilomètres carrés de surface terrestre et de presque 500 000 000 d’habitants, nous. Mais tout ce pouvoir que nous avons a été réduit à rien à cause de notre division. Justement, c’est pour cela que les États-Unis ont pu pendant tant de temps dominer politiquement, économiquement et culturellement la région en ayant l’OEA comme ministère des colonies et en utilisant leur réseau d’ambassadeurs étasuniens pratiquement comme s’ils étaient des consuls de l’empire romain.

Mais maintenant, la situation est toute autre. Il faut prendre note des circonstances actuelles. Ce n’est un secret pour personne qu’au début du XIXe siècle, les idées populaires, socialistes, progressistes et bolivariennes ont commencé à renaître. Il est certain également que pendant ces dernières années, nous avons subi une nouvelle vague néolibérale, de droite, pro impérialiste, n’importe comment qu’on l’appelle, après une série d’événements néfastes pour les peuples comme la mort d’Hugo Chávez, de Fidel Castro et de Nestor Kirchner, les coup d’État au Paraguay, au Honduras, au Brésil et en Bolivie, la guerre judiciaire contre Rafael Correa, Christina et Lula entre autres.

Dans cette situation, les États-Unis ont atteint leur plus important niveau d’agressivité contre le Venezuela, Cuba et le Nicaragua au point de créer les conditions d’un blocus économique et d’une une déstabilisation interne. Ils ont fait cela avec l’accompagnement de l’OEA et des pays qui allaient se joindre au bloc néolibéral à travers, essentiellement, le groupe de Lima.

L’acharnement contre la Bolivie n’a pas été moindre, la Bolivie où s’est produit un coup d’État qui a réussi à renverser Evo Morales et à instaurer une brève mais cruelle et dévastatrice dictature. Il est évident que les pays de l’ALBA, l’Alliance Bolivarienne pour les Peuples de Notre Amérique, des pays qui ont déclaré leur volonté de construire la Grande Patrie à partir des peuples et dans une perspective ouvertement socialiste étaient dans la ligne de mire et continuent à y être.

Mais les choses ne sont pas aussi faciles qu’ils le pensaient. Aujourd’hui, le Mexique fait une nouvelle campagne en brandissant la dignité de notre Amérique face à la grossière tentative d’exclusion par l’impérialisme yankee des pays « maudits ».

Le président Andrès Manuel Lopez Obrador, en parlant calmement et fermement, dit les choses comme elles sont. Par sa bouche parlent Villa, Juárez, Zapata, Cardenas, sa voix naît des entrailles du Mexique profond dans le cadre du processus de la quatrième transformation historique.

Le CARICOM aussi a parlé dans toutes ses langues et sans distinction d’idéologie, faisant honneur à la solidarité inconditionnelle reçue par le Venezuela, Cuba et l’ALBA avec une dignité qui le grandit.

Luis Arce, faisant la même chose, a déclaré qu’il ne participerait pas à ce sommet excluant. La Bolivie doit encore soigner les blessures du coup d’État de l’OEA et évidemment, son devoir était de manifester sa solidarité avec les pays frères de l’ALBA. Elle agit de façon cohérente avec ses racines et son projet historique.

Que dire de Xiomara Castro qui, ayant pris récemment les rênes d’un pays harcelé par la violence et gravement frappé par la crise économique, aurait eu un million d’excuses possibles pour garder le silence. Mais non. Elle aussi élève la voix fermement en incarnant l’héritage morazaniste. Si l’exclusion persiste, elle n’assistera pas non plus au sommet.

En ajoutant tous ces pays, si le Gouvernement de Biden ne fait pas machine arrière, il devra réaliser un sommet avec seulement environ la moitié des présidents du continent.

De plus, le Gouvernement de l’Argentine, par la voix de son président Alberto Fernandez en sa qualité de président tournant de la CELAC, exige qu’il n’y ai pas d’exclusions.

Même la Chine s’en est mêlée et critique la politique d’exclusion pratiquée par les États-Unis pour le sommet des Amériques.

Les regards se posent sur la région, des analystes internationaux, des acteurs politiques et économiques doivent faire les comptes.

À cette hauteur, la partie du neuvième sommet des Amériques a déjà été perdue symboliquement par les États-Unis. Que se passera-t-il ? Le plus logique est qu’ils acceptent les conditions que les Latino-américains ont imposées et cherchent une issue honorable (en limitant les dégâts, comme on dit).

Mais tout est nouveau et imprévisible en ces moments pendant lesquels se joue la survie de l’hégémonie des États-Unis sur le monde ou leur déclin.

En réalité, à cette hauteur, il semblerait que ce qui est en jeu, ce ne soit pas si les États-Unis tombent ou non en tant que première puissance mondiale mais la façon dont ils vont abandonner leur poste. S’ils vont s’écrouler violemment en provoquant des guerres, de la douleur et de la mort dans leur chute ou s’ils vont se résigner à accepter leur déclin de manière respectueuse, en fonctionnant comme une puissance importante dans le monde multipolaire bien qu’ils ne soient plus les maîtres du monde.

Pour notre part, il nous revient de continuer à approfondir les outils d’union que nous avons su construire sans l’ingérence des États-Unis et de leur allié canadien.

Dans l’avenir, espérons que ce soit un avenir proche, peut-être le sommet des Amériques ne sera-t-il plus qu’un mauvais souvenir et nous serons tous en train de parler de ce qui se passe à la CELAC, à l’UNASUR et à l’ALBA.

Et quand nous aurons réellement la force et seront en égalité de conditions, nous pourrons nous asseoir pour discuter entre le Nord et le Sud. Après tout, nous avons certains problèmes en suspens : la réparation historique pour les coup d’État, les génocides, les assassinats de chefs d’État et les invasions étasuniennes, l’enquête sur les crimes de guerre et les violation des droits de l’homme comme le soutient que les États-Unis ont apporté aux Anglais aux îles Malouines, les crimes commis à Guantanamo ou l’invasion de la République Dominicaine et du Panama, entre autres, un procès pour les dettes extérieures illégales et frauduleuses, un procès pour les dégâts sociaux et écologiques réalisés par les transnationales étasuniennes et canadiennes dans la région, une enquête sur la participation des agences fédérales à la contrebande d’armes et de stupéfiants, une réparation des violation des droits de l’homme envers les migrants latino-américains aux États-Unis.

Et on pourrait continuer avec un long etc… qui serait très important pour soigner les blessures, faire justice et qu’on commence, enfin, à nous traiter d’égal à égal.

source : Resumen Latinoamericano

traduction Françoise Lopez pour Bolivar infos
Adblock test (Why?)

Amérique latine : Des gouvernements souverains affrontent les États-Unis en solidarité avec Cuba, le Nicaragua et le Venezuela

Source : Lire l'article complet par Réseau International

Source: Lire l'article complet de Réseau International

À propos de l'auteur Réseau International

Site de réflexion et de ré-information.Aujourd’hui nous assistons, à travers le monde, à une émancipation des masses vis à vis de l’information produite par les médias dits “mainstream”, et surtout vis à vis de la communication officielle, l’une et l’autre se confondant le plus souvent. Bien sûr, c’est Internet qui a permis cette émancipation. Mais pas seulement. S’il n’y avait pas eu un certain 11 Septembre, s’il n’y avait pas eu toutes ces guerres qui ont découlé de cet évènement, les choses auraient pu être bien différentes. Quelques jours après le 11 Septembre 2001, Marc-Edouard Nabe avait écrit un livre intitulé : “Une lueur d’espoir”. J’avais aimé ce titre. Il s’agissait bien d’une lueur, comme l’aube d’un jour nouveau. La lumière, progressivement, inexorablement se répandait sur la terre. Peu à peu, l’humanité sort des ténèbres. Nous n’en sommes encore qu’au début, mais cette dynamique semble irréversible. Le monde ne remerciera jamais assez Monsieur Thierry Meyssan pour avoir été à l’origine de la prise de conscience mondiale de la manipulation de l’information sur cet évènement que fut le 11 Septembre. Bien sûr, si ce n’était lui, quelqu’un d’autre l’aurait fait tôt ou tard. Mais l’Histoire est ainsi faite : la rencontre d’un homme et d’un évènement.Cette aube qui point, c’est la naissance de la vérité, en lutte contre le mensonge. Lumière contre ténèbres. J’ai espoir que la vérité triomphera car il n’existe d’ombre que par absence de lumière. L’échange d’informations à travers les blogs et forums permettra d’y parvenir. C’est la raison d’être de ce blog. Je souhaitais apporter ma modeste contribution à cette grande aventure, à travers mes réflexions, mon vécu et les divers échanges personnels que j’ai eu ici ou là. Il se veut sans prétentions, et n’a comme orientation que la recherche de la vérité, si elle existe.Chercher la vérité c’est, bien sûr, lutter contre le mensonge où qu’il se niche, mais c’est surtout une recherche éperdue de Justice.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

Recommended For You