Aujourd’hui, les médias lavent plus blanc les nazis qu’ils condamnaient auparavant

Aujourd’hui, les médias lavent plus blanc les nazis qu’ils condamnaient auparavant

par Moon of Alabama.

Récemment, le New York Times, comme beaucoup d’autres médias occidentaux, a changé de langage pour parler du bataillon fasciste ukrainien Azov.

Ce qui était autrefois « une organisation paramilitaire néonazie ukrainienne », dont le FBI a dit qu’elle était connue pour son « association avec l’idéologie néonazie », a d’abord été qualifié d’« extrême droite » avant de devenir « une unité normale de l’armée ukrainienne ».

Le massacre en Nouvelle-Zélande met en évidence la portée mondiale de l’extrémisme blanc*, 15 mars 2019

« Sur son fusil était griffonné un credo nationaliste blanc popularisé par le terroriste intérieur et néonazi américain David Lane. Sur son gilet pare-balles figurait un symbole couramment utilisé par le bataillon Azov, une organisation paramilitaire néonazie ukrainienne. »

Nous avons autrefois combattu les djihadistes. Maintenant, nous combattons les suprémacistes blancs, 11 février 2020

« Les défenseurs du bataillon ukrainien Azov, que le FBI qualifie d’« unité paramilitaire » notoirement connue pour son « association avec l’idéologie néonazie », nous accusent de faire partie d’une campagne du Kremlin visant à « diaboliser » le groupe. »

Pourquoi Vladimir Poutine invoque les nazis pour justifier son invasion de l’Ukraine, 17 mars 2022

« La semaine dernière, Facebook a déclaré qu’il faisait une exception à ses politiques de lutte contre l’extrémisme pour autoriser les éloges de l’unité militaire ukrainienne d’extrême droite du bataillon Azov, « strictement dans le contexte de la défense de l’Ukraine, ou dans leur rôle en tant que partie de la garde nationale ukrainienne ». »

Depuis l’aciérie de Marioupol, les combattants partagent des vidéos désespérées pour faire connaître leur histoire, 29 avril 2022

« Ces scènes sont tirées de vidéos mises en ligne ces derniers jours par le régiment Azov, une unité de l’armée ukrainienne, qui affirme qu’elles ont été prises dans les bunkers en forme de labyrinthe situés sous l’immense aciérie Azovstal à Mariupol, en Ukraine. »

***

Ce n’est pas que le régiment Azov se soit déradicalisé avec le temps. Il est en fait devenu plus extrême.

Azov a infiltré d’autres organisations, notamment certaines unités de l’armée régulière ukrainienne, la garde nationale, la police et le SBU (Sécurité intérieure). Azov n’est de loin pas la seule organisation (para)militaire fasciste en Ukraine. Il existe le bataillon Aïdar, le Pravy Sektor, l’organisation de « jeunesse » C-14 du parti fasciste Svoboda, ainsi qu’une douzaine d’autres organisations de ce type.

Non seulement ces groupes ne sont pas interdits comme ils devraient l’être, mais ils sont encouragés et partiellement financés par le gouvernement ukrainien.

L’infiltration des services de sécurité et du gouvernement a des conséquences dangereuses pour le public ukrainien.

Au fil des ans, de nombreux médias ont correctement rendu compte des fascistes ukrainiens. En voici une collection incomplète :

15 000 nationalistes ukrainiens défilent en faveur de Bandera – 1 janvier 2014 – USA Today
Les États-Unis soutiennent-ils les néonazis en Ukraine ? – 25 février 2014 – Salon
Comment l’extrême droite a pris les postes les plus importants à la faveur de la vacance du pouvoir en Ukraine – 5 mars 2014 – Channel 4
• Contenir les néofascistes d’Ukraine – 6 mars 2014 – CNN
• Nier le rôle de l’extrême-droite dans la révolution ukrainienne – 7 mars 2014 – FAIR
• La question néonazie en Ukraine – 11 mars 2014 – Huffpost
Oui, il y a des méchants dans le gouvernement ukrainien – 18 mars 2014 – Foreign Policy
• Analyse : Les États-Unis s’acoquinent avec le gouvernement de Kiev, y compris l’extrême droite – 30 mars 2014 – NBCnews
• Profil : Le Pravy Sektor ultra-nationaliste ukrainien – 28 avril 2014 – BBC
• Le fascisme revient sur le continent qu’il a autrefois détruit – 12 mai 2014 – The New Republic
• Conflit en Ukraine : un guerrier du « pouvoir blanc » venu de Suède – 16 juillet 2014 – BBC
• Se préparer à la guerre avec les défenseurs de la liberté fascistes en Ukraine – 30 août 2014 – Foreign Policy
• Une télévision allemande montre des symboles nazis sur les casques des soldats ukrainiens – 9 septembre 2014 – NBCnews
• Les combattants du bataillon Azov sont la plus grande arme de l’Ukraine et peuvent être sa plus grande menace – 10 septembre 2014 – Guardian
• Une unité de volontaires ukrainiens comprend des nazis – 10 mars 2015 – USA Today
• La Chambre américaine admet le rôle des nazis en Ukraine – 14 juin 2015 – Consortium News
• Pourquoi le nouveau parti ultranationaliste ukrainien ne durera pas – 19 octobre 2016 – Atlantic Council
• Le camp d’été militaire hyper-nationaliste ukrainien pour enfants – 13 juillet 2017 – NBCnews
• La réalité des néonazis en Ukraine est loin d’être de la propagande du Kremlin – 9 nov. 2017 – The Hill
• Les États-Unis arment et aident les néo-nazis en Ukraine, alors que le Congrès débat de leur interdiction – 18 janvier 2018 – The RealNews Network
• En Ukraine, la milice ultranationaliste fait régner la peur dans certains quartiers – 30 janvier 2018 – RFERL
• Commentaire : Le problème néonazi de l’Ukraine – 19 mars 2018 – Reuters
• La collusion de l’Amérique avec les néonazis – 2 mai 2018 – The Nation
• L’Ukraine a un vrai problème avec la violence d’extrême droite (et non, RT n’a pas écrit ce titre) – 20 juin 2018 – Atlantic Council
• L’Ukraine, l’antisémitisme, le racisme et l’extrême droite – 16 octobre 2018 – Atlantic Council
• Azov, le groupe ultranationaliste le plus important d’Ukraine, jette son dévolu sur les États-Unis et l’Europe – 14 novembre 2018 – RFERL
• Les néonazis et l’extrême droite sont en marche en Ukraine – 22 février 2019 – The Nation
• L’ultranationalisme en Ukraine – un essai photographique – 11 avril 2019 – Guardian
• Il y a un mouvement d’extrême droite qui déteste le Kremlin – 17 avril 2019 – Foreign Policy
• L’Amérique forme-t-elle des néonazis en Ukraine ? – 8 déc. 2019 – DailyBeast
Le Régiment Azov ne s’est pas dépolitisé – 19 mars 2020 – Atlantic Council
• Like, Partage, Recrute : Comment une milice suprémaciste blanche utilise Facebook pour radicaliser et former de nouveaux membres– 7 janvier 2021 – Time
• Profil : Qui est le régiment d’extrême droite Azov en Ukraine ? – 1er mars 2022 – Aljazeerah
• Comment le président juif ukrainien Zelensky a fait la paix avec les paramilitaires néonazis sur les lignes de front de la guerre avec la Russie – 4 mars 2022 – Grayzone
• Le problème nazi de l’Ukraine est réel, même si la revendication de Poutine de « dénazifier l’Ukraine » ne l’est pas – 6 mars 2022 – NBCnews
• Le bataillon Azov, d’extrême droite, s’impose comme un défenseur controversé de l’Ukraine – 6 avril 2022 – Washington Post

En plus de ces articles et de nombreux autres reportages médiatiques, il existe des rapports détaillés de diverses organisations qui documentent les crimes de guerre qu’Azov et des groupes comme lui ont commis en Ukraine. En 2015, la Fondation pour l’étude de la démocratie a publié un rapport sur les crimes de guerre des forces armées et des forces de sécurité de l’Ukraine : torture et traitements inhumains. En 2018, la plateforme des droits de l’homme « Uspishna Varta » a écrit dans un rapport sur le ministère des Affaires intérieures et le bureau du procureur général de l’Ukraine :

« L’existence de groupes paramilitaires au sein d’un certain nombre de partis d’extrême droite et d’organisations nationalistes, qui est expressément interdite par l’article 37 de la Constitution ukrainienne, est très préoccupante. Au sein du parti « National Corpus » (précédemment « Azov ») opère la division paramilitaire « National Druzhina », qui a organisé une marche publique dans le centre de Kiev en février 2018. Non seulement les activités de cette organisation ne sont pas réprimées par les représentants des organes chargés de l’application des lois, mais elles sont ouvertement encouragées par la direction du ministère des Affaires intérieures de l’Ukraine. 28% de toutes les violations des droits et libertés politiques enregistrées par la plateforme des droits de l’homme « Uspishna Varta » d’avril à août 2018 ont impliqué des organisations radicales de droite, principalement C14, ainsi que « National Druzhina », « Bratstvo », « Pravy Sektor », etc. …

Le HCDH a documenté 22 cas de discrimination, de discours de haine et/ou de violence dirigés contre des personnes appartenant à des minorités ou ayant des opinions alternatives, sociales ou politiques particulières entre le 16 février et le 15 mai. Dans le même temps, dans 21 cas, les violences ont été commises par des membres de groupes d’ultra-droite, qui semblent avoir agi en toute impunité. La police et le bureau du procureur de l’État n’ont pas empêché les actes de violence, ne les ont pas qualifiés correctement de crimes de haine, n’ont pas enquêté efficacement sur les crimes discriminatoires et n’ont pas poursuivi les auteurs, ce qui viole le droit de ne pas être discriminé également au regard de la loi et conduit à une atmosphère d’impunité et à un manque de justice pour les victimes. »

Tout cela est bien connu. Au fil des ans, les médias occidentaux ont mis en garde contre la montée du fascisme en Ukraine. Si les partis fascistes obtiennent peu de voix en Ukraine, ils sont en fait très puissants. Ils possèdent les rues, ont les armes et tuent les politiciens qui ne font pas ce que disent Azov et les autres groupes fascistes. Ils peuvent agir en toute impunité.

Amnesty International a recensé certains des crimes commis par les groupes fascistes en Ukraine :

• Ukraine : Amnesty International et Human Rights Watch demandent une enquête impartiale sur les événements survenus à Odessa le 2 mai – 8 mai 2014.
• Ukraine : Une attaque mortelle à la roquette met en évidence la nécessité de protéger les civils dans l’est de l’Ukraine – 16 juillet 2014
• Ukraine : Abus et crimes de guerre commis par le bataillon de volontaires Aïdar dans le nord de la région de Lougansk – 8 septembre 2014
• Ukraine : Assassinats sommaires pendant le conflit dans l’est de l’Ukraine – 20 octobre 2014
• Ukraine : L’inaction des autorités encourage l’intensification des violences de l’extrême droite – 16 mai 2018.
• Ukraine : Des mesures décisives doivent être prises sans attendre pour traduire en justice les auteurs de deux attaques meurtrières contre des Roms – 2 juil. 2028
• Ukraine : Les autorités doivent prendre les mesures nécessaires face aux attaques visant les militants et les défenseurs des droits humains – 3 octobre 2018
Ukraine : La première marche des fiertés à Kharkiv est entachée de violences et souligne les multiples manquements des autorités – 23 décembre 2019

Human Rights Watch dispose d’une longue liste de rapports sur l’Ukraine. Si certains accusent les séparatistes de l’Est et la Russie, beaucoup d’autres pointent du doigt la violence de l’extrême droite fasciste.

Actuellement, une unité principale d’Azov se trouve dans le sous-sol de l’usine métallurgique Azovstal à Marioupol, entourée de troupes russes. Elle prétend avoir des otages civils et refuse de se rendre. Il n’est pas justifié de les blanchir maintenant simplement parce qu’ils se sont mis dans cette situation, comme le fait manifestement le NYT.

***

Quelques remarques sur l’article de MOA :

  • Le terme « extrémisme blanc », employé par le NYT, est la traduction littérale de la formulation américaine « white extremism ». Elle peut sembler malvenue à nous, Européens, pour qui l’extrémisme n’est pas question de couleur de peau mais d’idéologie ou de religion. On pourra la remplacer par « suprémacisme blanc ».

Je rajoute à cette longue liste de liens données par MOA, celui-ci qui comporte un nombre impressionnant d’articles et de photos sur le fascisme ukrainien et l’amnésie actuelle des médias mainstream (MSM).

La plupart de ces liens renvoient à des articles en anglais. Sans vouloir faire de la pub, si vous tenez à les lire sans pour autant maîtriser la langue de Shakespeare, n’hésitez pas à utilisez Deepl.com, c’est le meilleur outil (gratuit) de traduction en ligne. Quelques copier-coller suffisent.

Cet article vise évidemment à faire parvenir à toute personne tenant le néonazisme en Ukraine pour une fable ou de la propagande russe. Et il y en a des wagons, sans mauvais jeu de mot… Il nous donne la preuve de ce que j’avançais dans le dernier article que j’ai publié sur le Grand Soir, à savoir que l’intervention russe en Ukraine devrait aussi être considérée comme un (nouveau) sauvetage des fesses européennes. C’est d’autant plus inquiétant que ces dernier mois pré-électoraux ont montré en France l’existence de fanatiques d’extrême-droite derrière la façade policée des partis légitimes… La réalité de ces faits n’a d’égale que notre ingratitude stupide pour la Russie. Nous ne la méritons pas.

source : Moon of Alabama

via Le Grand Soir

Adblock test (Why?)

Aujourd’hui, les médias lavent plus blanc les nazis qu’ils condamnaient auparavant

Source : Lire l'article complet par Réseau International

Source: Lire l'article complet de Réseau International

À propos de l'auteur Réseau International

Site de réflexion et de ré-information.Aujourd’hui nous assistons, à travers le monde, à une émancipation des masses vis à vis de l’information produite par les médias dits “mainstream”, et surtout vis à vis de la communication officielle, l’une et l’autre se confondant le plus souvent. Bien sûr, c’est Internet qui a permis cette émancipation. Mais pas seulement. S’il n’y avait pas eu un certain 11 Septembre, s’il n’y avait pas eu toutes ces guerres qui ont découlé de cet évènement, les choses auraient pu être bien différentes. Quelques jours après le 11 Septembre 2001, Marc-Edouard Nabe avait écrit un livre intitulé : “Une lueur d’espoir”. J’avais aimé ce titre. Il s’agissait bien d’une lueur, comme l’aube d’un jour nouveau. La lumière, progressivement, inexorablement se répandait sur la terre. Peu à peu, l’humanité sort des ténèbres. Nous n’en sommes encore qu’au début, mais cette dynamique semble irréversible. Le monde ne remerciera jamais assez Monsieur Thierry Meyssan pour avoir été à l’origine de la prise de conscience mondiale de la manipulation de l’information sur cet évènement que fut le 11 Septembre. Bien sûr, si ce n’était lui, quelqu’un d’autre l’aurait fait tôt ou tard. Mais l’Histoire est ainsi faite : la rencontre d’un homme et d’un évènement.Cette aube qui point, c’est la naissance de la vérité, en lutte contre le mensonge. Lumière contre ténèbres. J’ai espoir que la vérité triomphera car il n’existe d’ombre que par absence de lumière. L’échange d’informations à travers les blogs et forums permettra d’y parvenir. C’est la raison d’être de ce blog. Je souhaitais apporter ma modeste contribution à cette grande aventure, à travers mes réflexions, mon vécu et les divers échanges personnels que j’ai eu ici ou là. Il se veut sans prétentions, et n’a comme orientation que la recherche de la vérité, si elle existe.Chercher la vérité c’est, bien sûr, lutter contre le mensonge où qu’il se niche, mais c’est surtout une recherche éperdue de Justice.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

Recommended For You