L’Espagne change de stratégie et va désormais traiter le Covid-19 comme une simple grippe

L’Espagne change de stratégie et va désormais traiter le Covid-19 comme une simple grippe

Par Nathalie Dieul 12 janvier 2022 Mis à jour: 12 janvier 2022

Une serveuse vérifie le pass sanitaire d’un client dans un café espagnol, le 15 décembre 2021. (ANDER GILLENEA/AFP via Getty Images)

Le président espagnol Pedro Sanchez a annoncé que l’Espagne va amorcer une transition pour considérer le Covid-19 comme une grippe normale, et qu’il va mener ce débat au niveau européen.

Au lieu de continuer à traiter l’épidémie actuelle comme une pandémie, l’Espagne va changer de stratégie en considérant le Covid-19 comme n’importe quelle maladie endémique, a annoncé Pedro Sanchez ce lundi dans une entrevue à la radio Cadena Sur.

Cela fait déjà plusieurs mois que les autorités sanitaires espagnoles travaillent sur une transition afin de passer progressivement à une surveillance dite « sentinelle », gérant l’épidémie un peu à la manière de la gestion de la grippe, rapporte L’Indépendant. Le nouveau système sera mis en place après la sixième vague de coronavirus qui touche le pays actuellement.

Petit à petit

« Je crois que nous avons les conditions pour que, avec précaution et petit à petit, nous commencions à évaluer l’évolution de cette maladie avec des paramètres différents, comme ceux qui sont utilisés pour la grippe », a déclaré le président.

« La mortalité n’est pas celle qu’on a connue », rappelle Pedro Sanchez.

📹 VÍDEO | ¿Vamos hacia una gripalización del COVID? @sanchezcastejon: « Creo que tenemos las condiciones para, con precaución y poco a poco, empezamos a evaluar la evolución de esta enfermedad con parámetros diferentes » https://t.co/pd31aPklkf#PedroSanchezEnlaSER pic.twitter.com/5lFqkHeqy3

— Hoy por Hoy (@HoyPorHoy) January 10, 2022

« Avec le temps, il faut normaliser et surveiller le Covid comme d’autres maladies respiratoires, avec des médecins de soins primaires sentinelles, qui posent un diagnostic par syndrome clinique », estime un responsable du Centre national de la grippe en Espagne. Par quels moyens ? « En effectuant des PCR sur les patients hospitalisés et en continuant à étudier le virus pour vérifier comment il mute », précise-t-il.

Si la comparaison avec la grippe fait peur à certains, il faut se rappeler que celle-ci n’est pas anodine et la contracter n’est pas sans risque. Par exemple, la grippe a été responsable du décès de 14 000 personnes lors de la saison 2016-2017 en France. L’année suivante, chez nos voisins espagnols, ce sont environ 15 000 décès qui ont été imputés à la grippe, directement ou indirectement, ce qui représente une moyenne de 41 décès par jour.

Malgré la récurrence de la grippe au fil des années, aucune mesure telle que le port du masque obligatoire ou l’imposition d’un passe sanitaire n’a jamais été mise en place pour l’empêcher de se propager.

Source : Epochtimes

Source: Lire l'article complet de Profession Gendarme

À propos de l'auteur Profession Gendarme

L'Association Professionnelle Gendarmerie (APG) a pour objet l’expression, l’information et la défense des droits et intérêts matériels et moraux des personnels militaires de la gendarmerie et de toutes les Forces de l'ordre.Éditeur : Ronald Guillaumont

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

Recommended For You