Décès de Guy Bastien: l’agent de sécurité n’est pas fautif, dit la coroner

Décès de Guy Bastien: l’agent de sécurité n’est pas fautif, dit la coroner
Décès de Guy Bastien: l'agent de sécurité n'est pas fautif, dit la coroner

Dans son rapport, la coroner ne remet pas en question la présence d’agents de sécurité dans le réseau de la santé, notamment dans les CHSLD. Elle juge toutefois que leur formation de base ne les prépare pas bien à intervenir auprès de certaines clientèles, notamment celle atteinte de troubles cognitifs. Dans le cas de Guy Bastien, Me Spénard affirme croire que l’agent impliqué a agi «au meilleur de ses connaissances». Il n’a toutefois pas tenté une approche différente pour inciter M. Bastien à sortir de la chambre, alors que son plan d’intervention suggérait d’utiliser la diversion pour mettre fin à des comportements inappropriés. Or, le gardien n’a pas utilisé cette méthode et en le prenant par les poignets, il semble l’avoir brusqué, ce qui a provoqué une altercation et indirectement, sa chute.

«Cet événement m’apparaît accidentel et je ne pense aucunement que l’agent de sécurité a volontairement poussé M. Bastien, mais il est à se demander si une autre forme d’intervention aurait pu amener un résultat différent», écrit Me Spénard, citée par Radio-Canada.

La coroner estime également que le personnel du CHSLD Roland-Leclerc aurait pu alerter plus rapidement les services d’urgence, étant donné la détérioration de l’état de M. Bastien. Elle avance toutefois que même s’il avait été transporté plus tôt à l’hôpital, cela n’aurait probablement rien changé.Me Spénard indique dans son rapport qu’elle ne jugeait pas pertinent de faire des recommandations, puisque des mesures supplémentaires ont déjà été mises en place par le CIUSSS de la Mauricie et du Centre-du-Québec depuis le décès de M. Bastien. Elle relève notamment qu’au moment de faire son enquête, le CIUSSS était en train d’élaborer une formation pour tout le personnel, y compris les agents de sécurité, affecté à la surveillance d’un usager.

«Un rapport brouillon»

Le fils de Guy Bastien se dit pour sa part fort déçu du rapport de la coroner Spénard.

«J’appelle ça un rapport brouillon. Je ne comprends pas qu’un rapport qui a pris 18 mois à faire ne débouche sur aucune recommandation», s’insurge Marc Bastien.

«Pour nous, c’était la fin, l’enquête ultime où enfin les choses vont se dire. Mais c’est du botchage, ce rapport», ajoute-t-il.

Décès de Guy Bastien: l'agent de sécurité n'est pas fautif, dit la coroner

Source : Lire l'article complet par Le Nouvelliste

Source: Lire l'article complet de Le Nouvelliste

À propos de l'auteur Le Nouvelliste

Le Nouvelliste est un quotidien de langue française fondé le 30 octobre 1920 à Trois-Rivières au Québec. Il est publié en format numérique du lundi au samedi et en format papier le samedi. Le journal couvre le territoire de la région de la Mauricie et de la partie de la région du Centre-du-Québec située au nord de l'autoroute 20. Il est actuellement édité par la Coopérative Le Nouvelliste, membre du groupe de presse Coopérative nationale de l'information indépendante depuis 2020.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Recommended For You