L’Estrie en rouge : une prise de conscience nécessaire selon le Dr Poirier

L’Estrie en rouge : une prise de conscience nécessaire selon le Dr Poirier
L’Estrie en rouge : une prise de conscience nécessaire selon le Dr Poirier

C’est dans la nuit de dimanche à lundi que la région basculera au palier 4 — alerte maximale. Malgré le fait que plusieurs cas proviennent de rassemblements privés, le couvre-feu restera de 21 h 30 à 5 h en zone rouge.

« Les autres régions rouges ont tellement souffert du couvre-feu à 20 h. Avec l’été, il fait clair. Les journées allongent rapidement. On veut que les gens aillent dehors prendre l’air, mais pas dans les autres maisons. C’est pour ça que le couvre-feu a été ramené à 21 h 30 dans la majorité des régions. Il y a pas mal de contraintes avec le couvre-feu à 20 h que ce soit pour le jogging, pour aller faire un petit tour de vélo, pour aller au théâtre ou au cinéma […] Ça permet un peu d’activités après la période du souper », explique le Dr Poirier.

 La situation dans les écoles secondaires analysée 

Le directeur régional de la Santé publique de l’Estrie, le Dr Alain Poirier mentionne qu’il a développé un argumentaire pour tenter d’éviter que les élèves de 3e, 4e et 5e secondaire retournent en classe une journée sur deux à compter du 12 mai.

« Nous n’avions pas nécessairement beaucoup de cas en milieux scolaires. Quand on en a, dans les enquêtes, on a l’impression que c’est en dehors [des écoles] que les jeunes se contaminent. […] Ce n’est pas la première fois qu’on discute de cette mesure. On essaie de ne pas créer le chaos entre les mesures. Si globalement on pense que c’est bon, on va la maintenir, mais on va la questionner », mentionne-t-il.

« L’alternance est en application à partir du 12 mai. On ne fera pas la zizanie et faire à part des autres régions en Estrie, mais on va quand même faire valoir notre point pour espérer qu’on reconsidère cette mesure. Il reste juste sept semaines à l’école. Il y a beaucoup de détresse, plus même chez les élèves de la deuxième moitié du secondaire. C’est la fin de l’année, il y a du rattrapage à faire. […] Les centres de services scolaires sont avec nous là-dedans, on n’est pas convaincus que ce soit une si bonne idée le 12 de faire passer en alternance. On ne fera pas la guerre avec le ministère, mais on va apporter nos arguments », ajoute le Dr Poirier.

Rappelons qu’en zone rouge, les écoles primaires restent ouvertes.

Du côté de l’enseignement aux adultes et de la formation professionnelle, le Centre de services scolaire de la Région-de-Sherbrooke (CSSRS) indique que les étudiants seront en classe lundi comme le passage en zone rouge pour le volet scolaire se fera le 12 mai. Le CSSRS établira, en début de semaine, les modalités d’enseignement pour la formation professionnelle et l’enseignement aux adultes.

Le gouvernement du Québec indique sur son site web que pour les deux types de formation, les services éducatifs à distance doivent être privilégiés. Le présentiel pour les travaux pratiques à l’aide d’équipements spécifiques est autorisé « lorsque le programme d’études ou les compétences à acquérir le requièrent ».

Fermeture des restaurants et des salles d’entraînement

Questionné à savoir les raisons pour lesquelles les restaurateurs devront fermer leur porte en zone rouge tandis que les commerces non essentiels pourront rester ouverts, Alain Poirier mentionne que les clients des commerces n’ont généralement pas tendance à passer de longues périodes dans un endroit fermé contrairement aux restaurants. « Il y a plusieurs petits restaurants. Ce n’est pas moi qui prends la décision, mais le ministère, avec les entreprises et les experts, examine plusieurs critères comme la distance, la ventilation, le nombre de personnes et le contrôle des entrées. »

« Dans les restaurants en ce moment, c’est beaucoup les travailleurs qui se contaminent entre eux. Ce n’est pas tellement la clientèle. Les cuisines n’ont pas été agrandies. Les restaurateurs ont essayé le mieux qu’ils ont pu avec les masques et la désinfection de protéger les travailleurs », évoque le directeur de la Santé publique de l’Estrie.

Dans les dernières semaines, les salles d’entraînement n’ont pas été épargnées par les éclosions. « Au début, on disait qu’il n’y avait pas tant de cas dans les gyms, mais depuis ce temps-là, il y a eu pas mal d’explosions. »

77 nouvelles infections 

La région sociosanitaire de l’Estrie a dénombré 77 nouveaux cas de COVID-19 sur son territoire dimanche.

C’est ce que révèle le plus récent bilan émis par la direction de Santé publique régionale. Le réseau local de services (RLS) du Granit est le secteur de l’Estrie le plus touché par la plus récente hausse avec 31 nouveaux cas. Le RLS de Sherbrooke est fortement touché avec 24 nouvelles infections depuis les 24 dernières heures. À ce jour, 553 cas sont actifs dans la région.

Durant les sept derniers jours, la moyenne mobile s’élève à 62 nouveaux cas quotidiens.

Selon les données du 8 mai, le gouvernement du Québec indique que 39 personnes sont actuellement hospitalisées dans la région dont cinq se trouvent aux soins intensifs. Les données fournies concernent les hospitalisations à l’Hôpital Fleurimont et à l’Hôtel-Dieu de Sherbrooke. De ces 39 personnes hospitalisées, 31 se trouvent à l’Hôtel-Dieu. Au sommet de la première vague, 39 personnes avaient été hospitalisées dans ce même hôpital. Une seule personne hospitalisée provient d’une autre région. Les autres patients sont des Estriens.

Le Dr Poirier invite fortement les plus jeunes à aller se faire vacciner en évoquant notamment les risques de séquelles. Il mentionne aussi l’importance de se faire dépister. Il rappelle que les délais de dépistage sont désormais de moins de 24 h.

L’Estrie en rouge : une prise de conscience nécessaire selon le Dr Poirier

Source : Lire l'article complet par La Tribune

Source: Lire l'article complet de La Tribune

À propos de l'auteur La Tribune

La Tribune est un journal quotidien membre de la Coopérative nationale d'information indépendante publié à Sherbrooke, au Québec. Il est actuellement édité par la Coopérative La Tribune, membre du groupe de presse Coopérative nationale de l'information indépendante depuis 2020.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Recommended For You