Les médecins disaient que ce bébé né à 24 semaines et 2 jours de grossesse ne marcherait jamais

Les médecins disaient que ce bébé né à 24 semaines et 2 jours de grossesse ne marcherait jamais


Francesca Bradley-Curran

Par Right to Life UK (LifeNews) ― Traduit par Campagne Québec-Vie

Une fillette née seulement 2 jours après la date limite de l’avortement légal [en Grande-Bretagne] se porte très bien maintenant et va même à la maternelle. Francesca Bradley-Curran vint au monde après 24 semaines et deux jours de grossesse, pesant 1lb et 6 oz, son pied pas plus gros qu’un penny. Les médecins dirent aux parents, Victoria Bradley et Paul Curran que même si leur fille survivait, elle ne pourrait ni marcher ni parler.

Elle est maintenant à mi-chemin de sa première année de maternelle et l’on peut dire que Francesca, 4 ans a su l’emporter haut la main contredisant ainsi les pronostics défaitistes à son sujet. « Les docteurs nous avaient dit que même si elle survivait qu’elle ne marcherait jamais et ne pourrait jamais parler ». Et sa mère Victoria d’ajouter : « À partir du moment où elle ouvrit les yeux, elle est devenue une vraie boule d’énergie. C’est fou de penser que les médecins nous aient dit qu’elle n’aurait aucune chance de marcher, de parler alors qu’en fait maintenant on ne peut même pas la garder assise tranquille. Je discute avec des mères de prématurés et leur bébé reste encore très petit, mais ma Francesca, elle, porte du 6-8 ans et a une excellente vision ! »

Mais il faut savoir qu’avant même de pouvoir quitter l’hôpital après sa naissance, Francesca dut combattre une méningite, une pneumonie, trois épisodes de septicémie ; elle eut les poumons collabés [affaissés], une insuffisance rénale aiguë, 16 transfusions sanguines et une chirurgie laser pour ses yeux. C’était en 2017, et elle fit la une des journaux avec cette photo prise par ses parents avec le penny près de ses pieds, qui étaient de la même taille que la pièce de 20mm.

« Chaque jour je la regarde aller et elle marche, un vrai miracle ». Sa fille a grandi et est rendue à un âge ou elle peut maintenant se voir en vidéo quand elle était bébé. « Elle vit combien elle était petite, mais dans un autre vidéo, celui avec le penny, alors là, elle réalisa combien elle était vraiment minuscule et malade ». « Elle vit une autre vidéo où on l’appelle bébé au pied de la taille d’un penny et me demanda “pourquoi pensent-ils que j’ai un pied-penny”. Je lui ai expliqué que nous avions mis un penny à côté de ses pieds quand elle est née et qu’elle s’était allongée à côté du penny, je pense que ça lui a fait réaliser à quel point elle était vraiment petite. Même moi, j’ai du mal à me souvenir à quel point elle était petite. »

Source : Lire l'article complet par Campagne Québec-Vie

Source: Lire l'article complet de Campagne Québec-Vie

À propos de l'auteur Campagne Québec-Vie

Campagne Québec-Vie est une association québécoise qui travaille de concert avec tout individu ou association de bonne volonté, à l’établissement d’une société chrétienne qui protège la foi, la famille et la vie, de la conception à la mort naturelle. CQV a trois objectifs : i) Promouvoir la reconnaissance, par les représentants de tous les corps sociaux, y compris ceux de l’État, de la nécessité du christianisme, en tant que seule religion intégralement vraie, pour une réalisation pleine et entière du bien commun ; ii) Promouvoir la reconnaissance du fait que la foi chrétienne est raisonnable, et que la raison soutient la foi et la morale chrétiennes ; iii) Promouvoir le respect de la vie humaine depuis la conception jusqu’à la mort naturelle ainsi que les droits de la personne et de la famille ; CQV œuvre à instaurer une « Culture de Vie », c’est-à-dire que nous favorisons, en manifestant, en organisant des colloques, en diffusant des nouvelles par Internet et offrant de l’aide aux femmes enceintes en difficulté, le développement d’une société dont les lois et les mœurs concourent, entre autres, à la reconnaissance du droit à la vie de toute personne humaine, de la conception à la mort naturelle, ainsi qu’à la reconnaissance de la famille traditionnelle (homme, femme, et les enfants qui découlent de leur union aimante) comme lieu privilégié pour l’épanouissement de la personne humaine.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Recommended For You