Covidisme : l'Allemagne va surveiller les personnes critiquant les mesures liberticides

Covidisme : l'Allemagne va surveiller les personnes critiquant les mesures liberticides

Le renseignement allemand a annoncé la création d’un Département spécial, chargé de la surveillance des personnes remettant en cause les mesures liberticides adoptées au nom du coronavirus et critiquant la globalisation, car ils mettraient ainsi en danger la sécurité nationale. Le Covid est donc bien un dogme, qui fonde notamment, comme le reconnaît le renseignement allemand, la globalisation. Silence, en rang par deux, c’est plus facile d’entrer dans l’abattoir.

Un article intéressant est sorti aujourd’hui dans le New York Times. L’on apprend ainsi que la très démocratique, progressiste et tolérante Allemagne va mettre sous surveillance les personnes qui ne partagent pas la ligne officielle sur le Covid. Quid de la tolérance envers l’autre, de la pluralité des opinions dans une société libérale, du pouvoir de la volonté populaire dans une société démocratique ? C’est du passé, car maintenant nous avons l’urgence sanitaire et l’on ne plaisante pas avec la santé des gens.

Le renseignement intérieur allemand a déclaré mettre en place un Département spécial pour surveiller le mouvement « agressif » et « conspirologique » (What else ?) de ceux qui osent critiquer les mesures de confinement et les mesures sanitaires (masques, distances sociales, etc.) afin de porter atteinte, je cite, à l’État, au business et à la globalisation. En effet, c’est dit, remettre en cause les mesures inédites (et inopérantes sur le plan sanitaire) adoptées à l’occasion du coronavirus remet en cause le processus de globalisation accéléré auquel nous assistons.

« Le service de renseignement intérieur allemand a déclaré mercredi qu’il allait surveiller les membres d’un mouvement de plus en plus agressif niant le coronavirus parce qu’ils présentent un risque envers l’État.

Ce mouvement – alimenté en partie par des théories du complot délirantes – est passé de la critique des mesures de confinement et des règles d’hygiène à cibler l’État lui-même, ses dirigeants, des entreprises, la presse et le globalisme, pour n’en citer que quelques-uns. »

Comme le déclare le ministre de l’Intérieur, les institutions publiques furent l’objet de nombreuses attaques depuis de début de la crise du coronavirus :

« Notre ordre démocratique fondamental, ainsi que les institutions étatiques telles que les parlements et les gouvernements, ont été confrontés à de multiples attaques depuis le début des mesures visant à contenir la pandémie de Covid-19 », a déclaré le ministre de l’Intérieur.

Et comme il n’est pas possible de remettre en cause la ligne politique menée, celle consistant à lutter contre la population et non pas à soigner les malades, il faut surveiller ceux qui remettent en cause cette gestion globalisée et liberticide, gestion qui vide l’État de son sens et n’en fait qu’une machine armée au service d’intérêts globalistes – notamment d’un business transnational.

En fait, ce n’est pas faux, dans leur logique. Ceux, qui, malgré l’intense propagande dont les populations sont gavées sur tous les supports possibles et imaginables, malgré un discours global mortifère et culpabilisant (le malade étant coupable et dangereux), osent dénoncer ce renoncement des gouvernants pantomimes, présentent un réel danger pour ce monde en construction.

Ce qui surprend le plus dans ces déclarations, ce n’est même pas le fond – le fait que les États portent une attention toute particulière aux personnes qui remettent activement en cause la gestion liberticide de la crise sanitaire n’est pas une surprise. Le plus surprenant est que cela puisse désormais être ouvertement dit : souriez, vous êtes surveillés. La surveillance est à ce point entrée dans la norme, que la liberté a été reléguée plus loin, très loin, hors de portée des masques, des vaccins expérimentaux obligatoires, des assignations à domiciles, l’interminable couvre-feu, de toutes ces mesures qui réduisent l’être humain à une accumulation incertaine de cellules défectueuses.

Il faut donc les surveiller, pour mieux les discréditer (des conspirationnistes, des racistes, etc.) et si nécessaire, les faire taire.

Votre masque ne vous étouffe pas trop ? Ou vous ne le sentez déjà plus ?

Lire la traduction de l’article du New York Times sur lesakerfrancophone.fr

Source: Lire l'article complet de Égalité et Réconciliation

À propos de l'auteur Égalité et Réconciliation

« Association trans-courants gauche du travail et droite des valeurs, contre la gauche bobo-libertaire et la droite libérale. » Égalité et Réconciliation (E&R) est une association politique « trans-courants » créée en juin 2007 par Alain Soral. Son objectif est de rassembler les citoyens qui font de la Nation le cadre déterminant de l’action politique et de la politique sociale un fondement de la Fraternité, composante essentielle de l’unité nationale. Nous nous réclamons de « la gauche du travail et de la droite des valeurs » contre le système composé de la gauche bobo-libertaire et de la droite libérale.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Recommended For You