La COVID longue durée: aux sources d’un mal à long terme

La COVID longue durée: aux sources d’un mal à long terme

Encore entourée de mystère, la COVID longue durée est souvent imputée à l’anxiété générée par la pandémie, une explication infondée, selon de nombreux patients. Heureusement, plusieurs médecins et chercheurs commencent à formuler des hypothèses pour expliquer la persistance des symptômes très handicapants qui la caractérise malgré l’absence de signes physiologiques visibles.

Peu familiers de la COVID longue durée, plusieurs médecins attribuent souvent à cette pathologie méconnue et mal comprise des problèmes psychiatriques induits par le contexte anxiogène de la pandémie.

« La COVID longue durée se traduit par un spectre de symptômes très large, ce qui la rend plus difficile à cerner, mais les symptômes [la fatigue, une impression de brouillard cérébral, l’hypotension orthostatique (quand la personne se lève), la tachycardie, l’essoufflement, une pauvre tolérance à l’effort et des perturbations du sommeil] veulent dire qu’il se passe quelque chose au-delà de l’anxiété. Et comment ne pas être anxieux quand on ne comprend pas ce qui se passe, quand on est incapable de fonctionner, quand on n’a aucune idée si on va récupérer ? C’est certain qu’il va y avoir chez une assez forte proportion de gens une anxiété qui sera associée au phénomène. Est-ce que l’anxiété peut exacerber des symptômes ? C’est possible. Mais mettre sur le dos de l’anxiété un phénomène qui touche de 10 à 30 % des personnes infectées, et ce, avant de le comprendre, c’est très dangereux », avertit la Dre Anne Bhéreur, qui est elle-même aux prises avec la COVID longue durée depuis décembre dernier.

« Des femmes qui se font dire d’aller se reposer, d’aller dormir, qu’elles font juste de l’anxiété, que c’est dans leur tête, c’est une souffrance qui s’ajoute à la souffrance. C’est évident qu’il y a de l’anxiété qui se développe quand on découvre que personne ne comprend ce qu’on a, que personne ne peut nous soigner, qu’on ne sait pas combien de temps on va rester malade, qu’on aura peut-être des séquelles permanentes », ajoute Violaine Cousineau, qui souffre dela COVID longue durée depuis six mois.

Deux groupes de patients

Les spécialistes distinguent deux grands groupes de patients souffrant de symptômes qui perdurent pendant plusieurs mois : d’une part, des personnes qui ont dû être hospitalisées en raison d’une COVID-19 sévère ; d’autre part, des personnes qui ont eu des symptômes de la COVID-19 qui n’étaient pas suffisamment graves pour nécessiter une hospitalisation, mais qui ont conservé dessymptômes, comme de la fatigue, une faiblesse, des difficultés à dormir et de concentration, un essoufflement, qui sont plus difficiles à mesurer, explique le Dr Donald Vinh, microbiologiste et infectiologue au Centre universitaire de santé McGill (CUSM).

« La forme sévère de la COVID-19 peut entraîner des thromboses, un accident vasculaire cérébral (AVC), une embolie pulmonaire, une myocardite (inflammation du cœur), autant de complications qui peuvent induire des symptômes susceptibles de persister longtemps. Et les personnes qui requièrent des soins intensifs, dont la mise sous respirateur, peuvent contracter une infection secondaire, comme une pneumonie, qui prolongera la maladie. Si elles sont maintenues sous ventilateur pendantune période prolongée, elles seront victimes d’une perte musculaire et de perturbations du sucre dans le sang ayant de lourdes conséquences et pourront souffrir du syndrome de stress post-traumatique », précise la Dre Leighanne Parkes, spécialiste des maladies infectieuses et microbiologiste à l’Hôpital général juif.

« Les études qui ont été faites sur les patients ayant été hospitalisés durant leur phase aiguë ont montré que plus leur maladie a été sévère, plus ils ont tendance à avoir des séquelles à long terme. Oui, il y a une association entre la sévérité et les complications post-COVID. Par contre, c’est un peu différent dans la population qui n’a pas été hospitalisée, qui est la majorité des patients que l’on voit à notre clinique », confirme laDre Emilia Liana Falcone, directrice de la clinique post-COVID à l’Institut de recherches cliniques de Montréal (IRCM).

Pistes de réponses

« La COVID longue durée est prévisiblechez les patients qui ont été hospitalisés en raison d’une forme très sévère de la COVID-19, mais ce qui est inattendu, cesont les symptômes qui durent pendantdes mois chez des personnes ayant eu unemaladie moins grave », dit la Dre Parkes.

Des hypothèses sont avancées pour expliquer ces symptômes qui persistentchez des personnes n’ayant pas été hospitalisées. Plusieurs experts font notamment remarquer que d’autres infections virales que la COVID-19 causent parfois des symptômes similaires qui perdurent.

« La plupart des gens qui ont la mononucléose n’ont pas de symptômes ; d’autres font de la fièvre et sont fatigués, mais se rétablissent. Il y a par contre des personnes dont la récupération peut être très longue. Cela se voit aussi avec des maladies parasitaires, comme la maladie de Lyme. Les personnes sont incapables de récupérer pour des raisons inconnues », explique le Dr Vinh.

« Nous savons qu’à la suite d’une infection virale, certaines personnes peuvent développer le syndrome de fatigue chronique, aussi appelé encéphalomyélite myalgique, qui peut persister pendant des années, voire devenir chronique. Nous pensons qu’un certain pourcentage de personnes infectées par le SRAS-CoV-2 développera malheureusement cette maladie. On ne sait toutefois pas si les symptômes qui persistentpendant un an sont toujours reliés à l’infection aiguë ou s’ils correspondent à quelque chose de nouveau. Nous espérons qu’ils sont reliés à l’infection, parce qu’alors on peut imaginer qu’ils diminueront avec le temps », avance leDr Zachary Schwartz, médecin à la clinique post-COVID de l’Hôpital général de Vancouver.

Ce dernier cite aussi des cas anecdotiques de personnes victimes de la COVID longue durée qui ont vu leur état s’améliorer après avoir été vaccinées. Pourexpliquer ce phénomène, certains formulent « l’hypothèse qu’il subsisterait toujours des virus dans certaines parties du corps, comme les testicules, les ovaires, les yeux, qu’on appelle des sites de privilège immun, [où ils seraient à l’abri du système immunitaire]. Et quand les gens reçoivent leur vaccin, ce dernier leur permettrait d’éliminer ces particules virales qui induisaient une certaine activation immunitaire  explique-t-il.

Les douleurs musculaires, ou myalgies, dont souffrent certains patients atteints de la COVID longue durée, comme Sophie Alix, découleraient« peut-être d’une atteinte auto-immune.Le système immunitaire de cespersonnes est peut-être toujours suractivité, dit le Dr Paul Lespérance, neuropsychiatre au CHUM.

Anomalies dans le cerveau

« La réponse est peut-être dans le cerveau, avance la Dre Parkes. La COVID-19a peut-être induit des lésions dansdes aires spécifiques du cerveau, car le SRAS-CoV-2 est un virus neurotrope, il a un tropisme particulier pour les cellules du système nerveux. Il a donc pu atteindre le cerveau par le nerf olfactif. Et certains des symptômes de la COVID longue durée, comme le brouillard cérébral, semblent justement impliquer le système nerveux central, et d’autres, comme l’hypotension orthostatique, le système nerveux autonome. Les neurologues utilisent diverses méthodes d’imagerie cérébralepour voir ce qui se passe dans le cerveau des personnes souffrant de la COVID longue durée », indique-t-elle.

Dès que le Dr Paul Lespérance a apprisque le SRAS-CoV-2 pouvait entraîner l’anosmie, soit la perte de l’odorat, il a compris que ce virus pouvait attaquer le système nerveux central. Il s’est alors rappelé que, lors de l’épidémie de grippe espagnole de 1918 à 1920, près d’un million de patients avaient ensuite souffert d’une complication, appelée encéphalite léthargique de Von Economo. Le neurologue autrichien Constantin von Economo, qui l’a décrite, avait alors remarqué que cette complication entraînait, dans une importante proportion des cas, des troubles neurologiques et neuropsychiatriques, dont une atteinte des centres du sommeil.

« Cette complication était bien connue et bien documentée, mais on l’a oubliée », dit le neuropsychiatre, qui a prédit dès le printemps dernier qu’une certaine proportion des personnes qui seraient infectées par le coronavirus développerait des complications d’une durée inconnue. « Je ne suis pas le seul à avoir eu ce genre d’inquiétude, parce qu’il y a eu aussi des descriptions très claires de complications neurologiques chez les survivants du SRAS-CoV-1 et du MERS (coronavirus du syndromerespiratoire du Moyen-Orient) », ditce médecin, qui n’est pas surpris par l’émergence de ces multiples cas de COVID longue durée.

Plusieurs mécanismes possibles pourraient entraîner ces complications neurologiques, précise le Dr Lespérance.D’abord, par le fait que « les patients manquent d’oxygène pendant la phase aiguë de l’infection alors qu’ils n’en sont souvent pas conscients, on peut imaginer que, si cette hypoxémie se poursuit pendant plusieurs jours, il pourra y avoir des conséquences sur les neurones ».

De plus, « la fameuse tempête inflammatoire qui survient quand le corps essaie de se débarrasser du virus peut induire des problèmes de coagulation, dont des microthromboses et des microtraumatismes vasculaires, qui vont engendrer des mini-infarctus cérébraux, lesquels ne seront pas nécessairement détectables par l’imagerie cérébrale courante, mais peuvent avoir des conséquences à moyen et à long terme sur le cerveau », explique-t-il.

Autre possibilité, « le virus lui-mêmepeut infecter le cerveau, la preuve étantqu’il peut provoquer une anosmie. Maisce n’est probablement pas le mécanisme principal. Ces trois mécanismes peuvent faire en sorte que le cerveau, qui a besoin de beaucoup d’oxygène et qui est très vascularisé, risque de souffrir, notamment les régions cérébrales comme les lobes temporaux et frontaux, qui renferment les centres de l’attention, qui contrôlent la peur et qui sont impliquées dans la gestion et la régulation des émotions. Ce qui expliquerait les diverses atteintes neuropsychiatriques, d’où les symptômes comme le brouillard cérébral, la fatigabilité mentale et la difficulté à se concentrer », explique-t-il.

Malheureusement, aucune de ces diverses hypothèses n’a encore été confirmée, le mystère de la COVID longue durée restant donc entier.

À voir en vidéo

Source : Lire l'article complet par Le Devoir

Source: Lire l'article complet de Le Devoir

À propos de l'auteur Le Devoir

Le Devoir a été fondé le 10 janvier 1910 par le journaliste et homme politique Henri Bourassa. Le fondateur avait souhaité que son journal demeure totalement indépendant et qu’il ne puisse être vendu à aucun groupe, ce qui est toujours le cas cent ans plus tard. De journal de combat à sa création, Le Devoir a évolué vers la formule du journal d’information dans la tradition nord-américaine. Il s’engage à défendre les idées et les causes qui assureront l’avancement politique, économique, culturel et social de la société québécoise. www.ledevoir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Recommended For You