Censure à la mode

Censure à la mode

par Nicholas Molodyko.

« Sans aucune censure, en Occident, les courants de pensée et les idées à la mode sont soigneusement séparés des autres ; rien n’est interdit, mais ce qui n’est pas à la mode ne se retrouvera presque jamais dans les journaux ou les livres ou ne sera pas entendu dans les universités » ~ Alexandre Soljenitsyne.

*

Le New York Times, le Washington Post, le Financial Times et The Economist répondent à l’appel du snobisme. Les médias d’élite consacrent la totalité de leur budget à faire appel directement, indirectement et secrètement à des personnes bien éduquées, disposant d’argent et d’influence.

Ces institutions sont capables de commettre des crimes inimaginables parce qu’elles renforcent constamment auprès de leur lectorat l’idée que l’élite est intelligente, importante et compétente. Les abonnés n’ont pas besoin de réfléchir, ils doivent simplement absorber la propagande avec le réconfort de savoir que leurs amis et collègues approuveront leurs opinions dans la gamme des options offertes par cette section de la presse.

Tous les organes d’information s’adressent à une population spécifique d’une manière ou d’une autre. La BBC, CNN, MSNBC ne sont pas très différentes de ce qui précède, mais elles répondent à ce qui est perçu par le statu quo comme une pensée à la mode. Rachel Maddow et Joe Scarborough sont le roi et la reine de ce bal – oui, ces descriptifs sont dans le bon ordre. Pour un segment général de l’audience de MSNBC, ces deux bouffons sont considérés comme étant à la mode.

Ce matin, je pensais à Wallis Simpson. C’est elle qui était vraiment à la mode avec un « M » majuscule et non la création de stylistes, de consultants politiques et de scénaristes hollywoodiens bien payés. Et, surtout, elle n’avait pas de voix, ce qui correspond à ce que la mode devrait être.

La pensée à la mode ne mène jamais à rien de bon, jamais. Si le marxisme et le nazisme ne vous convainquent pas de cela, je ne peux pas vous aider.

Il y a des décennies, une juive américaine divorcée a failli devenir la reine d’Angleterre. Elle n’était pas belle selon les normes publiques, mais elle comprenait la mode mieux que quiconque et était et est encore une icône de la mode. L’ironie est qu’elle a non seulement été empêchée de devenir membre de la royauté britannique, salie comme une nazie et poussée à l’exil, mais aussi censurée par l’élite internationale WASP – les vrais fascistes – avec son mari Edward, tout aussi à la mode qu’elle.

Les Windsors n’avaient pas d’alliés parmi les vrais fascistes parce qu’ils étaient « différents ». Le statu quo de la société ne peut tout simplement pas gérer la différence.

Tout ce qui remet en cause ce qu’ils « croient » être correct est rejeté par leurs cerveaux minuscules. Certains appellent cela la « cécité aux paradigmes » et il existe de nombreuses autres explications pseudo-psychologiques. Je pense simplement à la pression des pairs et Alexander Soljenitsyne y voit une sorte de « censure à la mode ».

« Sans aucune censure, en Occident, les courants de pensée et les idées à la mode sont soigneusement séparés des autres ; rien n’est interdit, mais ce qui n’est pas à la mode ne se retrouvera presque jamais dans les journaux ou les livres ou ne sera pas entendu dans les universités », a déclaré Alexander Soljenitsyne.

Si vous avez lu Soljenitsyne et que vous avez approfondi, vous comprendrez le concept de censure à la mode d’au moins trois façons, mais il y en a probablement d’autres. Il a écrit sur son application en Russie soviétique, puis à la fin des années 1970, lorsqu’il a mis en garde les États-Unis contre leur propre problème avec la maladie, parce que oui, c’est un symptôme de la maladie du fascisme, il a été lui-même censuré. L’une des plus grandes illustrations de la russophobie séculaire est le cas d’Alexandre Soljenitsyne.

Pendant des décennies, « l’Occident » a publié, célébré et acclamé le grand écrivain comme portant le flambeau de la dissidence antisoviétique, mais seulement lorsqu’il critiquait la Russie communiste. En fait, son point de vue sur la Russie était raisonnable et ses principes religieux modérés. Il soutenait qu’une démocratie cosmopolite n’aurait pas de racines culturelles et serait donc vouée à l’échec. Il n’a jamais prôné une dévotion spirituelle fanatique – seulement pour ne pas rejeter la religion au profit du matérialisme.

À Harvard, en 1978, il a mis en garde l’Occident contre sa dépendance à l’égard des légalismes plutôt que des codes moraux de bon sens, contre la croyance que le confort matériel peut conduire au bonheur, contre la tendance à adopter des modes de pensée à la mode, contre les médias et contre une perte générale des bases spirituelles. Après Harvard, il a été pratiquement exilé par l’Occident et l’image populaire d’Alexandre Soljenitsyne véhiculée par les médias est devenue celle d’un prophète en manque d’inspiration qui s’en prend au monde moderne.

L’auteur russe exilé s’est élevé contre les médias et leur suppression de la pensée indépendante. Ses paroles sont plus importantes que jamais. Alexandre Soljenitsyne a parlé d’une « révolution morale » qui dépasserait les excès de la modernité, sans pour autant revenir aux despotismes spirituels du passé.

Car il savait instinctivement que les efforts de « contre-terrorisme » des services de renseignement occidentaux visent à diviser les religions pacifiques et la société en général. Les bolcheviks et les nazis se sont tous deux appuyés sur ces actions secrètes, en grande partie. Et les religions ascétiques étaient et sont toujours l’ennemi de la « communauté du renseignement », à l’époque comme aujourd’hui, parce que ces pratiques religieuses permettent à un homme de se contrôler de manière puissante, de penser par lui-même.

Ainsi, la seule menace réelle pour la sécurité nationale dans le monde est l’armée et les services de renseignement. Alexander Soljenitsyne l’a dit il y a des années à Harvard. Mais il a utilisé des mots que nous ne comprenions pas à l’époque. Soljenitsyne a même mis en garde contre une guerre perpétuelle : « La violence ne peut être dissimulée que par un mensonge, et le mensonge ne peut être entretenu que par la violence ». Souvenez-vous, il parlait de l’Occident, c’est-à-dire de l’Anglosphère.

Prenez le cas de l’Angleterre. Je vais être honnête, j’avais écrit que la Société Fabian était sans importance, surtout parce qu’elle semblait être une théorie du complot. J’avoue que j’ai eu tort de le faire. En fait, je pourrais même dire qu’elle représente en quelque sorte le gesso de la perfide Albion – une société secrète de l’Empire britannique. Ce qui m’a fait changer d’avis, c’est la notion de « vérité gérée » (également appelée mensonge) et son histoire profonde au sein de l’élite britannique. Ce mensonge politique concerne moins la contre-vérité que la volonté de déformer quelqu’un ou quelque chose, quelle que soit sa justification. Chaque guerre a dépendu de la dissimulation généralisée d’informations aux masses sous la forme de vérités gérées avec soin – « gestion de la perception ».

L’un des aspects centraux de la propagande de masse est le « mensonge », qui est toujours entouré d’un minimum de vérité, aussi petite soit-elle. Les auteurs qui ont décrit cette immersion dans le mensonge – Orwell, Soljenitsyne, Zinoviev – ont insisté sur le fait que le mensonge n’est pas simplement un additif mais une composante organique du totalitarisme, une carapace protectrice sans laquelle il ne pourrait pas survivre. Nous le voyons aujourd’hui démontré de manière flagrante.

Rares sont ceux qui prennent le temps de chercher la vérité. La plupart sont trop occupés et beaucoup n’ont ni la capacité ni le désir de comprendre les questions complexes. Les personnes qui cultivent la compétence, la précision et l’honnêteté intellectuelle constituent le plus petit segment des médias, leur public le plus petit segment du public.

Le rôle de l’intellectuel est d’une importance capitale dans la tromperie. Il n’est pas exagéré de dire qu’une fois que la partie la plus active des intellectuels a été convertie en un ensemble de croyances, le processus par lequel celles-ci deviennent généralement acceptées est presque automatique et irrésistible. Les convictions et les opinions des intellectuels constituent le tamis à travers lequel toute nouvelle conception doit passer avant de pouvoir atteindre les masses.

Nous le constatons non seulement dans les médias, mais aussi dans l’élaboration des politiques et dans le processus de décision judiciaire. C’est à « l’expert » autoproclamé, ou à « l’expert » choisi par l’élite au pouvoir que nous nous en remettons dans de tels cas, malgré les preuves souvent accablantes des erreurs de leur pensée. Mais l’impact de leurs déclarations et de leurs opinions peut faire la différence entre la vie et la mort.

On dirait bien que la société Fabian était dans l’esprit des néoconservateurs aux États-Unis. Non ? Avec les révélations du Canular russe et ses suites, nous voyons comment les néoconservateurs ont pu « normaliser » la corruption aux États-Unis à la manière de la société Fabian. Non seulement les néoconservateurs n’ont pas eu à rendre de comptes au Congrès, mais ils ont été encouragés par la Chambre et le Sénat.

Une fois de plus, rappelez-vous, en référence à « la guerre en Irak », Seymour Hersh a demandé « comment huit ou neuf néoconservateurs ont pu venir prendre en charge ce gouvernement ? » Les néoconservateurs ont pris le contrôle de la bureaucratie, du Congrès américain, des médias et de l’armée. L’utilisation de la propagande et de la censure est plus souvent associée à des régimes totalitaires, corrompus et/ou despotiques, et non à des démocraties modernes.

Les néocons nous ont littéralement frappés dans notre angle mort. Et ils l’ont fait encore et encore pendant les deux premières décennies du XXIe siècle.

Légalement, nous sommes libres, mais nous sommes conditionnés par la mode du moment. C’est ce que Soljenitsyne avait qualifié de « censure à la mode ». Dans une société où même une minorité importante du public est capable d’avoir une pensée critique, peu de gens croiront immédiatement tout ce qu’on leur dit, même s’ils ne peuvent pas tout à fait mettre le doigt sur un point de discorde précis. C’est pourquoi nos médias corporatistes devraient servir à alerter les gens sur ce qu’il sera interdit, censuré, de désapprouver en public.

En d’autres termes, la politique de l’élite telle qu’elle est présentée dans les journaux, les radios et les télévisions corporatistes est de la propagande mais aussi déclarée comme une ligne rouge. Nos médias envoient constamment des messages selon lesquels il est inadmissible d’avoir une opinion contraire à leur ligne « standard ».

Une fois que vous acceptez que nous n’avons pas de presse libre, la vie est beaucoup plus facile. Vous pouvez éviter le bain de sang en boycottant les médias. Ensuite, commencez votre propre combat contre la censure à la mode de l’élite en encourageant l’esprit critique, la compassion et la compréhension.

Épilogue

J’ai écrit ce qui précède il y a plus d’un an et je le réédite en français. Si mes pensées restent intactes, je bénéficie maintenant du recul, du moins de ce que 16 mois m’ont apporté. Avant de pouvoir bénéficier de ce recul ou, si j’ose dire, de cette sagesse, j’ai dû creuser assez profondément.

Alexandre Soljenitsyne nous mettait en garde contre le fascisme de Mussolini de la vieille école (le corporatisme) pour le XXIe siècle. Le Fabio-Fascisme. L’élitisme. Aujourd’hui, les entreprises le pratiquent au nom des États-Unis (« l’Occident ») mais le fascisme n’est pas américain.

Nicholas Molodyko

source : https://blogs.mediapart.fr

traduit par Réseau International

illustration : Alexandre Soljenitsyne, prisonnier au Kazakhstan, 1953 © Centre Alexandre Soljenitsyne

Source : Lire l'article complet par Réseau International

Source: Lire l'article complet de Réseau International

À propos de l'auteur Réseau International

Site de réflexion et de ré-information. Aujourd’hui nous assistons, à travers le monde, à une émancipation des masses vis à vis de l’information produite par les médias dits “mainstream”, et surtout vis à vis de la communication officielle, l’une et l’autre se confondant le plus souvent. Bien sûr, c’est Internet qui a permis cette émancipation. Mais pas seulement. S’il n’y avait pas eu un certain 11 Septembre, s’il n’y avait pas eu toutes ces guerres qui ont découlé de cet évènement, les choses auraient pu être bien différentes. Quelques jours après le 11 Septembre 2001, Marc-Edouard Nabe avait écrit un livre intitulé : “Une lueur d’espoir”. J’avais aimé ce titre. Il s’agissait bien d’une lueur, comme l’aube d’un jour nouveau. La lumière, progressivement, inexorablement se répandait sur la terre. Peu à peu, l’humanité sort des ténèbres. Nous n’en sommes encore qu’au début, mais cette dynamique semble irréversible. Le monde ne remerciera jamais assez Monsieur Thierry Meyssan pour avoir été à l’origine de la prise de conscience mondiale de la manipulation de l’information sur cet évènement que fut le 11 Septembre. Bien sûr, si ce n’était lui, quelqu’un d’autre l’aurait fait tôt ou tard. Mais l’Histoire est ainsi faite : la rencontre d’un homme et d’un évènement. Cette aube qui point, c’est la naissance de la vérité, en lutte contre le mensonge. Lumière contre ténèbres. J’ai espoir que la vérité triomphera car il n’existe d’ombre que par absence de lumière. L’échange d’informations à travers les blogs et forums permettra d’y parvenir. C’est la raison d’être de ce blog. Je souhaitais apporter ma modeste contribution à cette grande aventure, à travers mes réflexions, mon vécu et les divers échanges personnels que j’ai eu ici ou là. Il se veut sans prétentions, et n’a comme orientation que la recherche de la vérité, si elle existe. Chercher la vérité c’est, bien sûr, lutter contre le mensonge où qu’il se niche, mais c’est surtout une recherche éperdue de Justice.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Recommended For You