La valeur des permis de bâtir atteint un record en janvier

La valeur des permis de bâtir atteint un record en janvier
La valeur des permis de bâtir délivrés en janvier a grimpé au niveau record de 9,9 milliards en janvier, a indiqué hier Statistique Canada, une hausse principalement attribuable au secteur résidentiel.

Le sommet de janvier représentait une progression de 8,2 % par rapport au record précédent de 9,6 milliards, qui avait été enregistré en avril 2019, a précisé l’agence fédérale. La valeur des permis délivrés dans le secteur résidentiel s’est accrue de 10,6 %, pour atteindre 7,1 milliards en janvier, dépassant le précédent sommet de 6,5 milliards, atteint deux mois plus tôt.

Dans les différents secteurs résidentiels, des records ont été établis au Québec, en Ontario, au Nouveau-Brunswick et au Manitoba.

Cette hausse dans le secteur résidentiel est principalement attribuable aux maisons unifamiliales, pour lesquelles la valeur des permis de bâtir a grimpé pour une huitième fois en neuf mois. Celle-ci a progressé de 15,1 %, à 3,5 milliards.

Au Québec, la valeur des permis délivrés pour des maisons unifamiliales a bondi de 40,3 %, poursuivant une tendance observée depuis octobre, qui s’accompagne d’une diminution de celle pour des logements multifamiliaux, qui a reculé pour un cinquième mois consécutif.

En ce qui concerne la revente résidentielle, le marché du Grand Toronto est resté très actif en février, le prix moyen ayant dépassé pour la première fois le cap du million de dollars, a indiqué mercredi la chambre immobilière de la région. Les ventes d’habitations se sont chiffrées à 10 970 le mois dernier, ce qui représentait un bond de 52,5 % par rapport au même mois l’an dernier. Le prix de vente moyen a augmenté de 14,9 %, à 1 045 488 $.

Demande historique

« Il est clair que la demande historique de logements au second semestre de l’année dernière s’est poursuivie au premier trimestre de cette année avec des thèmes similaires, notamment la popularité continue des petites propriétés de banlieue, a souligné la présidente de la chambre immobilière, Lisa Patel. Il est également évident que l’offre d’annonces ne répond pas à la demande, ce qui pourrait poser un problème encore plus grand quand la croissance démographique reprendra après la vaccination généralisée, plus tard cette année, et jusqu’en 2022. »

Il est […] évident que l’offre d’annonces ne répond pas à la demande

 
D’ailleurs, dans le Grand Montréal, les ventes de logements ont diminué de 3,5 % en février par rapport au même mois l’an passé, une première baisse depuis mai 2020. L’Association professionnelle des courtiers immobiliers du Québec souligne que « cette diminution s’explique par une baisse des ventes de maisons unifamiliales en raison du manque d’offre sur le marché et de la progression importante des prix pour ce segment. Tous les marchés à l’extérieur de l’île de Montréal ont connu une diminution des ventes, allant de -3 % sur la Rive-Nord à -32 % à Saint-Jean-sur-Richelieu.

À voir en vidéo

 

Source : Lire l'article complet par Le Devoir

Source: Lire l'article complet de Le Devoir

À propos de l'auteur Le Devoir

Le Devoir a été fondé le 10 janvier 1910 par le journaliste et homme politique Henri Bourassa. Le fondateur avait souhaité que son journal demeure totalement indépendant et qu’il ne puisse être vendu à aucun groupe, ce qui est toujours le cas cent ans plus tard. De journal de combat à sa création, Le Devoir a évolué vers la formule du journal d’information dans la tradition nord-américaine. Il s’engage à défendre les idées et les causes qui assureront l’avancement politique, économique, culturel et social de la société québécoise. www.ledevoir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Recommended For You