Plus de morts à domicile qu’en CHSLD en fin de 2e vague

Plus de morts à domicile qu’en CHSLD en fin de 2e vague
Depuis la 2e vague, le nombre absolu de Québécois morts à domicile de la COVID a presque égalé le nombre de décès déplorés dans les CHSLD, et il l’a dépassé depuis la mi-janvier. Une réalité méconnue qui démontre le besoin pressant de vacciner les aînés autonomes résidant encore chez eux.

Selon les données recensées par l’Institut national de santé publique (INSPQ) sur l’évolution des décès en fonction du milieu de vie, plus de 1000 Québécois qui vivaient à domicile ont été emportés par la COVID depuis le 29 novembre, soit le même nombre que ceux résidant en CHSLD.

À compter du début octobre, la forte transmission communautaire a nourri cette tendance, qui a culminé pendant le temps des Fêtes et s’est accélérée début janvier.

Depuis janvier 2021, plus de 660 décès ont été rapportés à domicile, majoritairement des personnes âgées, soit plus que dans l’ensemble des CHSLD (531), et que dans les résidences pour aînés (495). Et ce, même si les personnes vivant en CHSLD sont beaucoup plus vulnérables et plus âgées que celles qui vivent encore à leur domicile.

Selon le Dr David Lussier, gériatre à l’Institut universitaire de gériatrie de Montréal (IUGM), cela démontre qu’il urge de vacciner les personnes de 70 ans et plus, qui sont plus mobiles, plus actives et plus à risque de contracter des infections dans la communauté. Surtout avec l’arrivée des variants, celles-ci sont plus susceptibles d’être infectées rapidement, et de se retrouver hospitalisées et aux soins intensifs.

« Ce qui est important, c’est qu’on voit une diminution du nombre d’hospitalisations, car 75 % des gens ont reçu le vaccin en CHSLD et 50 % en RPA, en plus de l’effet du couvre-feu. Maintenant, ça devient important de vacciner les personnes les plus à risque qui vivent à domicile », explique le Dr Rodica Gilca, médecin-conseil à l’INSPQ et membre du Comité sur l’immunisation du Québec (CIQ).
 

Pour les personnes vivant en CHSLD, l’effet protecteur du vaccin a commencé son travail de protection autour de la mi-janvier, soit de 15 à 21 jours après la vaccination. Selon cette experte, l’ordre de priorisation pour la vaccination reste pour l’instant inchangé, mais les experts du CIQ) surveillent de près l’effet de l’arrivée des variants sur la transmission communautaire.

À Montréal, cet effet pourrait être explosif. Selon des données de la Direction régionale de santé publique de Montréal, une soixantaine de personnes résidant à domicile (milieu ouvert) sont mortes depuis le début du mois de février et 50 dans les 10 derniers jours de janvier.

Il y a beaucoup de gens qui pourraient passer à travers les “craques”

 
« L’objectif de la campagne de vaccination est de prévenir les complications, donc tout est analysé en ce sens, dit la Dre Gilca. Si les variants entraînent des complications chez des personnes plus jeunes, il faudra voir si ces nouveaux éléments nécessitent de revoir l’ordre de priorité de la vaccination. »

Chose certaine, les nombreux organismes communautaires qui travaillent auprès des aînés à domicile anticipent le début de la vaccination de masse. « Il va falloir travailler fort pour aller rejoindre des personnes seules et très isolées qui ne seront pas capables de se rendre aux sites de vaccination », soutient Ginette Faucher, directrice générale de l’organisme communautaire Le Pivot à Québec.

« Ce n’est pas tout le monde qui a des enfants qui peuvent venir les aider à se déplacer. Il y a beaucoup de gens qui pourraient passer à travers les “craques”, dit-elle. Certains ne sont même pas au courant qu’il y a une campagne de vaccination ! »
 
 

Source : Lire l'article complet par Le Devoir

Source: Lire l'article complet de Le Devoir

À propos de l'auteur Le Devoir

Le Devoir a été fondé le 10 janvier 1910 par le journaliste et homme politique Henri Bourassa. Le fondateur avait souhaité que son journal demeure totalement indépendant et qu’il ne puisse être vendu à aucun groupe, ce qui est toujours le cas cent ans plus tard. De journal de combat à sa création, Le Devoir a évolué vers la formule du journal d’information dans la tradition nord-américaine. Il s’engage à défendre les idées et les causes qui assureront l’avancement politique, économique, culturel et social de la société québécoise. www.ledevoir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Recommended For You