Zelensky met la société Sportmaster sous sanctions et plombe l’attractivité de l’Ukraine en matière d’investissement

Zelensky met la société Sportmaster sous sanctions et plombe l’attractivité de l’Ukraine en matière d’investissement

par Christelle Néant.

Après avoir censuré purement et simplement trois grandes chaînes TV d’opposition, le Président ukrainien, Volodymyr Zelensky a mis sous sanctions la société singapourienne Sportmaster, aux côtés de 18 autres sociétés, au risque de finir de plomber définitivement l’attractivité de l’Ukraine en matière d’investissement.

Il faut croire qu’après s’être aliéné la Chine et les investisseurs chinois lors de la désastreuse gabegie de l’affaire Motor Sich, Zelensky a décidé de finir de torpiller toute velléité d’investissement en Ukraine en mettant sous sanctions la société singapourienne Sportmaster.

La décision de sanctionner 19 sociétés et huit personnes, a été prise le vendredi 19 février, lors d’une réunion du Président ukrainien avec le Conseil de Sécurité Nationale et de Défense de l’Ukraine. Ces sanctions interdisent aux sociétés concernées de mener des opérations commerciales, de retirer des capitaux hors d’Ukraine, et de faire transiter ou transporter des ressources à travers le pays pour trois ans.

Parmi les personnes mises sous sanctions se trouve le député d’opposition Viktor Medvedtchouk et sa femme, Oksana Martchenko.

Et sur les 19 sociétés mises sous sanctions, se trouvent bon nombre de sociétés russes, et quelques sociétés étrangères dont une a particulièrement attiré l’attention des commentateurs et politologues : la société singapourienne Sportmaster.

Cette société qui appartient à deux hommes originaires d’Ukraine, les frères Fartouchniak, ayant des passeports maltais, et vivant en Suisse, est enregistrée à Singapour et dispose d’un important réseau de magasins dans plusieurs pays, dont l’Ukraine (150 magasins), où elle emploie 4 000 personnes, et qui assure 3 à 4% du chiffre d’affaires de la chaîne.

Si les pertes ne seront pas insurmontables pour Sportmaster, il pourrait en aller tout autrement pour l’Ukraine, car cette décision montre qu’aucun investissement n’est en sécurité dans le pays, et que du jour au lendemain votre business peut être mis sous sanctions, fermé de facto, et vous ne pouvez même pas récupérer le capital investi au départ. Cela viole totalement les obligations de l’Ukraine en matière de protection des investissements, et il est clair qu’après ça, seuls des investisseurs suicidaires seront prêts à investir dans le pays.

Alexandre Melamoud, copropriétaire du centre commercial Dream Town de Kiev, a commenté la mise sous sanctions de Sportmaster, en disant qu’en plus de mettre des milliers de personnes au chômage, cela fera perdre des millions de recettes fiscales à l’Ukraine.

« Je viens d’avoir au téléphone le directeur du développement de toute la chaîne, d’ailleurs originaire d’Ivano-Frankovsk.

– Ils respectaient totalement la loi. Pas de fraude, pas de salaires sous enveloppe. Ils ont payé tous les impôts, la sécurité sociale et les pensions. Ils sont restés en dehors de la politique. Est-ce qu’ils [les membres du gouvernement ukrainien – NDLR] ont pété les plombs ?

– Ne cherchez pas de logique là où il n’y en a pas. C’est soit un ordre, soit de la stupidité.

L’Ukraine va perdre des millions de recettes fiscales et environ quatre mille personnes vont perdre leur emploi. Je ne mentionnerai même pas le climat d’investissement. Ne vous arrêtez pas là, chères autorités ! », écrit Melamoud sur son mur Facebook.

Et Melamoud n’est pas le seul à commenter vertement cette décision sur les réseaux sociaux.

Le politologue Vladimir Kornilov a ironisé, en disant que cette décision était la suite logique de l’interdiction du vaccin russe, puisque le sport permet de maintenir une bonne immunité, et que le but de Zelensky est de détruire totalement les Ukrainiens.

« D’accord, puisqu’il a décidé de détruire les Ukrainiens en ne permettant pas que le vaccin russe leur parvienne, il devait être cohérent et ne pas leur donner une chance de maintenir leur immunité avec une bonne condition physique ! Mais plus sérieusement, je suis surpris que Sportmaster ait encore des magasins en Ukraine. Certains représentants du monde des affaires russe se font encore des illusions sur la possibilité de poursuivre les affaires normalement en Ukraine ? », écrit le politologue.

Le juriste Andreï Portnov a quant à lui souligné qu’une telle décision montre que les autorités ukrainiennes actuelles sont incompétentes et ne comprennent rien à l’économie, ce qui pourrait avoir des conséquences désastreuses pour l’Ukraine.

« Les sanctions extrajudiciaires contre la chaîne de magasins de sport Sportmaster sont la preuve concrète de l’inadéquation des autorités et du manque de compréhension des priorités économiques en matière de politique d’investissement et de protection des droits de propriété. Cette décision du CSND montre une déconnexion totale avec la réalité et le début de conséquences économiques irréversibles dans le monde des affaires et de l’entreprenariat. Idiotie totale et sans précédent », écrit-il sur sa chaîne Telegram.

Igor Goujva, le rédacteur en chef de Strana a souligné pour sa part sur son mur Facebook que les fondateurs et principaux propriétaires de Sportmaster, les frères Fartouchniak, sont originaires de Krivoï Rog, comme Zelensky !

« C’est-à-dire que Zelensky de Krivoï Rog a imposé des sanctions contre les Fartouchniak de Krivoï Rog », a-t-il écrit.

« Pour l’entreprise Sportmaster, la fermeture du marché ukrainien est une perte, mais pas trop importante. Leur principal chiffre d’affaires et leurs principaux bénéfices sont réalisés en Russie. Mais ce sera très désagréable pour eux [les frères Fartouchniak – NDLR] personnellement, car ils se souviennent toujours très bien de leurs racines ukrainiennes, à Krivoï Rog. Et d’ailleurs, ils étaient plus pour le Maidan et le choix européen de l’Ukraine au fond, parce qu’aujourd’hui ils sont européens. Les deux frères ont des passeports maltais et vivent principalement en Europe », a déclaré à Strana une connaissance des frères Fartouchniak.

Au vu du fait que la société n’est pas russe, mais singapourienne, et dirigée par des Maltais d’origine ukrainienne, qui ne sont pas des grands fans de Medvedtchouk, la décision de mettre la société Sportmaster sous sanctions en Ukraine a de quoi interroger.

Le SBU a alors justifié la décision ce lundi, en déclarant que la société Sportmaster avait été mise sous sanctions en Ukraine car la chaîne aurait des magasins en Crimée. Ce qui a de quoi faire rire toute personne qui sait que Zelensky a vendu la franchise de la « ligue du rire » à STS en Russie, et qu’il va donc toucher des royalties venant du « pays agresseur ». Ce qui a poussé Denis Ivanesco, le chef du syndicat national des journalistes à se demander si Zelensky va s’imposer des sanctions à lui-même pour cela, histoire de rester cohérent.

Mais quelles que soient les raisons officielles ou officieuses, pour le politologue et économiste Taras Zagorodny, la mise sous sanctions de Sportmaster pourrait avoir des conséquences négatives pour l’Ukraine, entre autre à cause du fait que la société est enregistrée à Singapour.

« En l’occurrence, l’Ukraine a signé un accord sur la protection des investissements. Par conséquent, Singapour a une raison de poursuivre l’Ukraine, et elle pourrait bien gagner », a déclaré l’économiste.

Il a ajouté que cette histoire « frappera durement l’attractivité de l’Ukraine en matière d’investissement ». « Cela ressemble à du pur lobbyisme de structures qui voulaient évincer des concurrents du marché ukrainien », a conclu M. Zagorodny.

Déjà que l’Ukraine est dans le collimateur de la Chine (qui lui réclame désormais 3,6 milliards de dollars) après l’affaire Motor Sich, voilà maintenant que Kiev s’aliène Singapour en mettant sous sanctions la société Sportmaster, et montre qu’aucun investissement n’est à l’abri, ce qui aura des conséquences économiques désastreuses pour le pays.

Christelle Néant

source : http://www.donbass-insider.com/fr/

Zelensky met la société Sportmaster sous sanctions et plombe l’attractivité de l’Ukraine en matière d’investissement

Source : Lire l'article complet par Réseau International

Source: Lire l'article complet de Réseau International

À propos de l'auteur Réseau International

Site de réflexion et de ré-information.Aujourd’hui nous assistons, à travers le monde, à une émancipation des masses vis à vis de l’information produite par les médias dits “mainstream”, et surtout vis à vis de la communication officielle, l’une et l’autre se confondant le plus souvent. Bien sûr, c’est Internet qui a permis cette émancipation. Mais pas seulement. S’il n’y avait pas eu un certain 11 Septembre, s’il n’y avait pas eu toutes ces guerres qui ont découlé de cet évènement, les choses auraient pu être bien différentes. Quelques jours après le 11 Septembre 2001, Marc-Edouard Nabe avait écrit un livre intitulé : “Une lueur d’espoir”. J’avais aimé ce titre. Il s’agissait bien d’une lueur, comme l’aube d’un jour nouveau. La lumière, progressivement, inexorablement se répandait sur la terre. Peu à peu, l’humanité sort des ténèbres. Nous n’en sommes encore qu’au début, mais cette dynamique semble irréversible. Le monde ne remerciera jamais assez Monsieur Thierry Meyssan pour avoir été à l’origine de la prise de conscience mondiale de la manipulation de l’information sur cet évènement que fut le 11 Septembre. Bien sûr, si ce n’était lui, quelqu’un d’autre l’aurait fait tôt ou tard. Mais l’Histoire est ainsi faite : la rencontre d’un homme et d’un évènement.Cette aube qui point, c’est la naissance de la vérité, en lutte contre le mensonge. Lumière contre ténèbres. J’ai espoir que la vérité triomphera car il n’existe d’ombre que par absence de lumière. L’échange d’informations à travers les blogs et forums permettra d’y parvenir. C’est la raison d’être de ce blog. Je souhaitais apporter ma modeste contribution à cette grande aventure, à travers mes réflexions, mon vécu et les divers échanges personnels que j’ai eu ici ou là. Il se veut sans prétentions, et n’a comme orientation que la recherche de la vérité, si elle existe.Chercher la vérité c’est, bien sûr, lutter contre le mensonge où qu’il se niche, mais c’est surtout une recherche éperdue de Justice.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Recommended For You