Pourquoi le START

Pourquoi le START

par Andrei Martyanov.

Parmi les nombreux « accomplissements » de Donald Trump en matière de politique étrangère et de sécurité nationale, l’une des principales réalisations a été la sortie des États-Unis de la plupart des traités de contrôle des armements avec la Russie, parmi lesquels START (Traité sur la Réduction des Armes stratégiques) est le plus notable. Comme je l’ai souligné plusieurs fois, la nonchalance de la Russie devant la démolition effective du régime de contrôle des armements par Trump a ses raisons. La principale de ces raisons est que la Russie dispose d’un avantage qualitatif décisif sur les États-Unis, notamment dans le domaine des armes de haute précision à distance, qui ont considérablement changé la nature de la guerre moderne et de la dissuasion. Pourtant, en maintenant les arsenaux nucléaires stratégiques non seulement des États-Unis mais aussi du monde entier sous contrôle, la Russie évite les investissements ruineux et inutiles dans des armes nucléaires stratégiques qui, d’un point de vue réaliste, ne sont pas des armes de guerre. Les moderniser, les maintenir en état de marche ? Certainement. La logique est simple : peu importe combien de fois les États-Unis et la Russie peuvent se rayer de la carte mutuellement – 5,6,7, aucune différence.

Des nouvelles du POTUS, un nouveau :

« Le président Joe Biden a décidé d’accepter l’offre de la Russie de prolonger le dernier traité de contrôle des armes nucléaires pour les cinq années à venir et propose que les deux parties « explorent de nouveaux accords de contrôle des armes vérifiables » à l’avenir. Cette ouverture pourrait être un point positif dans une relation par ailleurs tendue dans les premiers jours de la nouvelle administration. Le Traité sur la Réduction des Armes stratégiques, qui limite à 1 550 le nombre d’armes nucléaires déployées par Washington et Moscou, doit expirer le 5 février, à moins que les deux parties ne conviennent de le maintenir en vigueur. « Les États-Unis ont l’intention de demander une prolongation de cinq ans du Traité New START, dans la mesure où le traité le permet », a déclaré jeudi la porte-parole de la Maison Blanche, Jen Psaki, aux journalistes. « Le président a clairement indiqué depuis longtemps que le Traité New START est dans l’intérêt de la sécurité nationale des États-Unis. « Cette prolongation est d’autant plus logique que les relations avec la Russie sont conflictuelles actuellement », a-t-elle ajouté. « Le Traité New START est le seul traité restant à contraindre les forces nucléaires russes et constitue une ancre de stabilité stratégique entre nos deux pays ».

L’explication de ce changement d’avis est assez simple. Non, ce n’est pas parce que Biden s’est présenté avec ce programme dans sa candidature à la Maison Blanche. Non, une telle explication s’apparente à celle d’un vent résultant du mouvement des branches des arbres. La réponse est beaucoup plus simple.

« L’administration Biden dit également qu’elle espère utiliser la prolongation pour entamer des discussions sur une nouvelle série de mesures de contrôle des armes ».

Nous y voilà. Des plans dans les plans, dans les plans. Certes, ces plans sont assez évidents et ne sont pas surprenants. C’est le seul moyen pour les États-Unis de se rapprocher de technologies qu’ils ne possèdent pas et, très probablement, ne développeront pas de sitôt. Certes, les États-Unis peuvent créer un système rappelant quelque peu le planeur hypersonique Avangard et, peut-être, une sorte d’analogue du Kinzhal aérobalistique, mais en ce qui concerne les véritables missiles de croisière hypersoniques multi-plateformes comparables au Zircon 3M22, je doute que les États-Unis soient même proches de la maquette, oubliez le modèle de démonstration technologique, sans parler de Capacité opérationnelle initiale (IOC). C’est le secret de tout cela. Une fois que l’on prend en compte un système tel que le Poséidon, sans parler du Peresvet capable de neutraliser les MIRV entrants, on voit immédiatement les intentions des États-Unis concernant le START. De toute évidence, le talentueux Michael Peck du National Interest débarque, une fois de plus, avec son crétinisme auto-médicamenteux pour dire que pour le Poséidon en cours de développement … les technologies de sous-marins russes font défaut, mais là encore, pour le type qui a proposé de contrer les missiles hypersoniques anti-navires avec un ensemble standard Aegis-SM-6, on peut aussi s’attendre à une proposition de lutte contre le cancer avec des pansements.

De toute évidence, un clown de « combat », David Axe, n’est pas loin derrière, inventant toutes sortes de trucs d’amateurs sur des sujets dont il n’a aucune idée, mais il montre un schéma intéressant avec les deux « analystes » militaires américains les plus hilarants qui ont fait réimprimer un article de 2018 (Peck) et en ont publié un nouveau (Axe) aujourd’hui, précisément au moment où la nouvelle de la volonté de Biden, citant Eric Zoolander, de continuer la conversation sur START, a éclaté. Ce n’est pas un hasard. Je tiens à le souligner à nouveau, START en soi n’est plus une question de dissuasion stratégique classique – il s’agit pour les États-Unis d’acquérir un quelconque aperçu des technologies qui ont conduit à une véritable révolution dans les affaires militaires et, si possible, d’essayer d’en tirer le plus grand profit stratégique possible. Bien sûr, comme la Russie l’a déjà dit, elle est prête à poursuivre cette conversation et est même prête à reconsidérer certains systèmes d’armes, comme le Poséidon, à la table des négociations. Il est probable que la Russie accepte de limiter les Avangards déployés à une seule division. Ce dont la Russie ne parlera pas, c’est du RS-28 Sarmat, et du Zircon et des systèmes connexes. Ce n’est pas négociable. Le Sarmat est un missile stratégique, mais il remplace les ICBM Satana R-36 vieillissants, tandis que le Zircon est une arme ambivalente capable d’avoir un impact stratégique même dans sa variante conventionnelle.

J’ai donc un seau de pop-corn et je m’apprête à observer toute cette danse autour de la question principale qui est au cœur du problème – si la Russie va rajouter du sel sur la plaie américaine de la nécessité de négocier à partir d’une position extrêmement faible. Nous devrons attendre de voir comment cela va se passer, mais la Russie est aujourd’hui extrêmement orientée vers les affaires et, contrairement aux États-Unis, elle a une compréhension claire et nette de ses intérêts nationaux. Il existe même une école de pensée selon laquelle la Russie pourrait « échanger » quelque chose contre le Nord Stream-2. Je n’en sais rien. Vous savez, je déteste spéculer. La Russie peut geler le NS-2 pendant très longtemps puisqu’elle est de plus en plus impliquée, au niveau des hydrocarbures, avec les marchés asiatiques et que l’Europe n’est plus une priorité. En fin de compte, c’est avant tout l’intérêt de l’Europe, et non celui de la Russie. Laissons l’UE s’en occuper. La Russie a des affaires plus importantes à traiter. Comme le maintien de la paix dans le monde.

source : https://smoothiex12.blogspot.com

traduit par Réseau International

Source: Lire l'article complet de Réseau International

À propos de l'auteur Réseau International

Site de réflexion et de ré-information. Aujourd’hui nous assistons, à travers le monde, à une émancipation des masses vis à vis de l’information produite par les médias dits “mainstream”, et surtout vis à vis de la communication officielle, l’une et l’autre se confondant le plus souvent. Bien sûr, c’est Internet qui a permis cette émancipation. Mais pas seulement. S’il n’y avait pas eu un certain 11 Septembre, s’il n’y avait pas eu toutes ces guerres qui ont découlé de cet évènement, les choses auraient pu être bien différentes. Quelques jours après le 11 Septembre 2001, Marc-Edouard Nabe avait écrit un livre intitulé : “Une lueur d’espoir”. J’avais aimé ce titre. Il s’agissait bien d’une lueur, comme l’aube d’un jour nouveau. La lumière, progressivement, inexorablement se répandait sur la terre. Peu à peu, l’humanité sort des ténèbres. Nous n’en sommes encore qu’au début, mais cette dynamique semble irréversible. Le monde ne remerciera jamais assez Monsieur Thierry Meyssan pour avoir été à l’origine de la prise de conscience mondiale de la manipulation de l’information sur cet évènement que fut le 11 Septembre. Bien sûr, si ce n’était lui, quelqu’un d’autre l’aurait fait tôt ou tard. Mais l’Histoire est ainsi faite : la rencontre d’un homme et d’un évènement. Cette aube qui point, c’est la naissance de la vérité, en lutte contre le mensonge. Lumière contre ténèbres. J’ai espoir que la vérité triomphera car il n’existe d’ombre que par absence de lumière. L’échange d’informations à travers les blogs et forums permettra d’y parvenir. C’est la raison d’être de ce blog. Je souhaitais apporter ma modeste contribution à cette grande aventure, à travers mes réflexions, mon vécu et les divers échanges personnels que j’ai eu ici ou là. Il se veut sans prétentions, et n’a comme orientation que la recherche de la vérité, si elle existe. Chercher la vérité c’est, bien sûr, lutter contre le mensonge où qu’il se niche, mais c’est surtout une recherche éperdue de Justice.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Recommended For You