Biden autorise les athlètes transgenres nés hommes à concourir chez les femmes

Biden autorise les athlètes transgenres nés hommes à concourir chez les femmes

Les sept branches ou tentacules du mondialisme finissent toujours par entrer en conflit les unes avec les autres.

Après les féministes de la Chapelle à Paris qui ne voulaient pas, antiracisme oblige, dénoncer les migrants qui les agressaient sexuellement, voici le progressisme américain qui se mord la queue en faisant pénétrer l’homme biologique dans le sport féminin.

Il suffira de se déclarer femme – le genre, c’est à la carte maintenant –, de prendre quelques hormones et le tour sera joué : les vraies femmes n’auront plus une seule médaille aux JO.

Ça vaut le coup de changer de sexe : Laurel est devenu champion du monde !

Le féminisme, en l’occurrence, a été battu par le LGBTisme. Tout ceci n’est qu’une vaste mascarade pour faire croire aux peuples, ou plutôt à l’individu, qu’il est libre, libre de se choisir, de choisir son sexe, alors que tout est déterminé depuis la naissance, et même depuis la naissance de la Vie, devrait-on dire.

On n’échappe pas à ses déterminismes, mais on est libre de croire n’importe quoi si ça nous arrange. Les démocrates sont en train de déglinguer l’Amérique, et c’est l’alliance objective des ennemis du Pentagone, les Chinois et les Russes, qui applaudissent en riant sous cape. Biden va accélérer le déclin de l’Amérique, on verra comment réagit son peuple.

– La Rédaction d’E&R –


 

Le 20 janvier, le nouveau président des États-Unis Joe Biden a signé une série de décrets, parmi lequel celui autorisant les athlètes transgenres biologiquement masculins à concourir dans les sports féminins. Des membres républicains du Congrès ont déjà déposé une proposition de loi pour s’y opposer.

Le décret présidentiel (Executive Order) signé par Joe Biden intitulé « Prévention et lutte contre la discrimination fondée sur l’identité de genre ou l’orientation sexuelle » (Preventing and Combating Discrimination on the Basis of Gender Identity or Sexual Orientation) rétablit une législation de l’ère Obama – que Donald Trump avait abolie – qui donnait déjà cette possibilité à ces athlètes.

En mars 2020, l’Idaho était devenu le premier État du pays à interdire aux femmes transgenres (nées hommes) de pouvoir participer aux compétitions féminines, après la signature par son gouverneur républicain Brad Little de la loi sur l’Équité dans le sport féminin (Fairness in Women’s Sports act).

Mi-janvier 2021, Une plainte avait été déposée contre la fédération américaine de force athlétique par une pratiquante transgenre qui l’accuse de discrimination. La sportive, née homme mais se revendiquant femme, souhaitait participer à des compétitions féminines de force athlétique, ce qui lui a été refusé.

La fédération américaine, citée par NBC News, explique que « les hommes ont naturellement une structure osseuse plus grande, une densité osseuse plus élevée, un tissu conjonctif plus fort et une densité musculaire plus élevée que les femmes […] Ces traits, même avec des niveaux réduits de testostérone, ne disparaissent pas. Alors que les personnes trans passant du sexe masculin à féminin peuvent être plus faibles et moins musclées qu’autrefois, les bénéfices biologiques qui leur ont été apportés à la naissance restent supérieurs à ceux d’une femme ».

Selon une récente étude du British Journal of Sports Medicine, citée par NBC, les athlètes transgenres conservent un avantage athlétique sur les femmes après un an de traitement hormonal, mais cette différence tendrait à s’estomper après deux années.

« Nous enlevons des opportunités aux femmes »

L’élu républicain à la Chambre des représentants des États-Unis Greg Steube a réagi sur Twitter à la décision de Joe Biden en affirmant qu’en « forçant des athlètes femmes biologiques à se mesurer à des athlètes hommes biologiques dans les compétitions sportives, nous enlevons aux femmes des opportunités sur le terrain et en dehors ».
Il a par conséquent déposé une proposition de loi allant à son encontre intitulée « Protection des femmes et des filles dans le sport » (Protection of Women and Girls in Sports Act) qui permettra selon lui « d’égaliser les chances ».

 

Sa collègue Marjorie Taylor Greene a co-signé cette proposition de loi, en déclarant « Pas d’hommes biologiques dans le sport féminin ! »

 

L’analyste politique Erielle Davidson a quant à elle considéré qu’il s’agissait d’un « triste jour pour le sport féminin ».

« Les femmes devront se mesurer aux hommes biologiques au risque de se blesser et de perdre leur titre. Ne me dites jamais que c’est “pro-femme”. Ce n’est pas le cas. C’est destructeur et malveillant », a-t-elle poursuivi.

Source: Lire l'article complet de Égalité et Réconciliation

À propos de l'auteur Égalité et Réconciliation

« Association trans-courants gauche du travail et droite des valeurs, contre la gauche bobo-libertaire et la droite libérale. » Égalité et Réconciliation (E&R) est une association politique « trans-courants » créée en juin 2007 par Alain Soral. Son objectif est de rassembler les citoyens qui font de la Nation le cadre déterminant de l’action politique et de la politique sociale un fondement de la Fraternité, composante essentielle de l’unité nationale. Nous nous réclamons de « la gauche du travail et de la droite des valeurs » contre le système composé de la gauche bobo-libertaire et de la droite libérale.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Recommended For You