J’ai dépensé 12,99 $ durement gagnés (plus taxes)

J’ai dépensé 12,99 $ durement gagnés (plus taxes)

par Andrei Martyanov.

12,99 $ pour le numéro de janvier/février 2021 de Foreign Affairs lors d’un passage chez Barnes & Noble vendredi. La seule raison pour laquelle j’ai dépensé cette importante somme d’argent (le prix d’une demi-bouteille de Jack Daniels – un investissement beaucoup plus judicieux) était, sachant qu’il s’agit d’une publication du Council on Foreign Relations (CFR), de donner un aperçu de ce que les démocrates préparent pour les États-Unis dans un avenir proche. Je n’ai pas été déçu. Ce volume n° 100, numéro 1, est tout ce qu’il faut savoir sur le déclin des États-Unis et les mécanismes qui entraînent ce déclin, voire leur effondrement.

La « première salve » est la dissertation de Samantha Power de niveau collège intitulée « Le pouvoir de faire ». L’avantage des États-Unis et le cas Biden. C’est une pièce remarquable dans la mesure où elle montre l’illusion et le manque d’adéquation professionnelle du futur establishment de « politique étrangère » américain. Ne vous y trompez pas, les États-Unis n’ont pas développé de politique étrangère pertinente depuis des décennies. Il n’y a tout simplement pas, dans l’establishment moderne de la « politique étrangère » des États-Unis, de personnes de connaissance et de statut capables d’évaluer de manière sobre et professionnelle les tendances politiques tant extérieures qu’intérieures des États-Unis pour mettre la « diplomatie » américaine au service des intérêts nationaux américains puisque personne ne peut les formuler, surtout pas les diplomates américains.

Samantha Power, qui est censée devenir une grande figure de l’USAID au sein de l’administration Biden, est connue pour être une avocate inculte et moralisatrice devenue « diplomate » en tant qu’ambassadrice des États-Unis à l’ONU, et qui a été régulièrement humiliée et comparée à une adolescente capricieuse par Vitaly Churkin, alors vivant et en bonne santé.

Power, produit inculte et mal éduqué de la sphère des humanités anglo-saxonnes, remplace les connaissances, les évaluations solides et le professionnalisme par une morale hystérique et un esprit de croisade basé sur des illusions et des falsifications flagrantes. Elle peut cocher toutes les cases dans le parcours de l’incompétence systémique des États-Unis en matière de politique étrangère, en commençant par une formation en droit de l’Ivy League, jusqu’au Pulitzer pour falsification des guerres des Balkans et incapacité à appliquer prudemment ses expériences personnelles. C’est précisément l’ensemble des qualités requises pour les « diplomates » américains modernes et Power est parfaite pour ce poste.

Elle ouvre son article en faisant référence à… Madeleine Albright avec sa déclaration de « nation indispensable », étant entendu que même Power admet dans son texte que cette déclaration est « vigoureusement débattue » et va jusqu’à accuser, à juste titre, l’administration Trump d’être « incompétente ». Elle pense que la réponse de Trump aux problèmes mondiaux était très mauvaise, ce qui implique que la réponse d’Obama à ces problèmes était bonne. Il est remarquable que Samantha Power, qui a défendu les terroristes syriens au Conseil de Sécurité de l’ONU et qui a fait partie de l’administration Obama – pendant laquelle la Libye a été attaquée, sans parler du coup d’État sanglant et de la guerre civile en Ukraine qui ont été déclenchés par les États-Unis –, ne puisse pas être prise au sérieux en tant qu’analyste géopolitique – elle n’a tout simplement pas d’antécédents pour cela. Elle a certainement la réputation d’être déséquilibrée et c’est là le problème. L’argument qu’elle présente dans son article est une preuve A d’une illusion exercée par la « diplomatie » américaine. Power déclare :

« Malgré toutes les critiques adressées à la politique étrangère américaine dans le passé, les dirigeants étrangers et l’opinion publique ont largement conservé le respect de la volonté des États-Unis d’entreprendre des projets ambitieux et de leur capacité à accomplir des tâches difficiles – une pierre angulaire importante mais sous-estimée de la puissance américaine ».

Je suis d’accord, dans le « passé », en particulier sous le regard de Power, qui est la porte-voix de la « politique étrangère » radicalement interventionniste et agressive d’Obama, les États-Unis ont réalisé des choses absolument stupéfiantes, qu’aucun pays n’aurait jamais pu réaliser autrement :

1 – Les États-Unis, par le biais de leur politique criminelle en Libye, en Syrie et en Ukraine, ont fait en sorte qu’une majorité écrasante de Russes, tout en n’ayant aucune querelle avec le peuple américain, abhorrent les États-Unis et les considèrent comme la menace numéro un pour la Russie et le monde dès 2015. Les Russes ont également fait en sorte d’avoir suffisamment de pouvoir pour anéantir les États-Unis en toutes circonstances et se sont assurés que les « valeurs » que Samantha Power et le Parti démocrate, auquel elle appartient, professent ne fassent pas leur entrée en Russie grâce à la nouvelle Constitution russe.

2 – Les États-Unis ont évidemment aussi réalisé un incroyable exploit diplomatique en s’assurant que, sous la houlette d’Obama, la Russie et la Chine concluent leur alliance politique, qui, inévitablement, a commencé à évoluer vers une alliance militaire. Tout cela alors que Power était encore à l’ONU.

3 – La politique américaine au Moyen-Orient est un gâchis induit par l’AIPAC, que Power n’a aucun pouvoir de changer et fera ce que ses maîtres Israël-first lui ont dit.

Donc, oui, les États-Unis ont le « pouvoir de faire » parce que pour tout foutre en l’air à cette échelle véritablement historique, il faut des « diplomates » de l’échelle d’ignorance et de zèle de Samantha Power. Bien sûr, elle n’est pas seule, mais il y a très peu de différence, surtout sans distinction, entre Power et, disons, Pompeo.

Mais Power continue ses tentatives de faire oublier ces « époques » révolues et propose la même vieille routine de répudiation de la « politique » de Trump et la poursuite de ce qui est perçu comme étant la politique de Biden. Encore une fois, une différence sans distinction. Power affirme que les États-Unis sont le pays d’origine de 40% des prix Nobel et, sur cette base, elle conclut que les États-Unis devraient montrer aux gens la voie de la reprise économique et du progrès technique. Le problème avec cet argument est que Power, qui a des diplômes américains en « sciences humaines », ne comprend pas que les prix Nobel de littérature et, surtout, d’économie sont une véritable bêtise, car ils sont essentiellement motivés par l’idéologie et se situent dans des domaines qui ont un effet relativement mineur ou carrément néfaste, comme « l’économie », sur la vie des gens. Ce qu’elle ne sait pas, bien sûr, c’est que dans les domaines qui comptent vraiment pour de sérieux développements économiques et technologiques, les États-Unis ne sont pas, depuis longtemps, un leader, pas même proche, et produisent autant de diplômés dans les STEM que la Russie, dont la population est plus de deux fois plus petite. C’était en 2016.

À l’heure actuelle, la Russie accélère ses inscriptions dans les STEM alors qu’aux États-Unis, la plupart des diplômés dans les STEM sont… étrangers. Si Power pense, et c’est le cas, que l’on peut relancer le pays en délivrant des diplômes non-STEM, comme le sien, elle est vraiment naïve. Mais c’est ce que Power propose en substance : permettons aux étudiants étrangers de revenir aux États-Unis, car cela reflète bien la réputation des États-Unis et est censé être lié d’une manière ou d’une autre à la compétence américaine… compétence, dont Power admet l’absence tout en proposant des mesures totalement incompétentes, dont la Chine a effectivement profité en préparant une partie importante de ses diplômés dans les STEM aux États-Unis, en particulier entre 2000 et 2010. Ce que Power offre en fait, c’est de préparer des cadres scientifiques et d’ingénierie de grande valeur pour quelqu’un d’autre, tout en continuant à détruire la véritable éducation aux États-Unis. Je suis sûr que les États-Unis ont un besoin urgent de doctorats en diversité, en études sur le genre et en « science » politique. Peut-on être plus oublieux que Power de la véritable question qui se pose aux États-Unis ?

Il est remarquable que Power n’oublie pas d’attaquer la Chine – je ne vais pas juger du bien-fondé de ces attaques – mais si Power pense que la course déjà perdue au vaccin Covid-19 pourrait en quelque sorte restaurer la « compétence » des États-Unis, elle a manifestement perdu son temps à « enseigner » à la faculté de droit de Harvard, reproduisant l’incompétence américaine désormais traditionnelle dans le domaine des relations internationales, au lieu de prêter attention aux tendances réelles tant au niveau international qu’au niveau national. Fait remarquable, c’est le grand argentier du CFR, Richard Haas, qui, dans son twitter du 6 janvier 2021, a traditionnellement réagi de manière excessive :

« Nous voyons des images que je n’aurais jamais imaginé voir dans ce pays – dans une autre capitale, oui, mais pas ici. Personne dans le monde n’est susceptible de nous voir, de nous respecter, de nous craindre ou de dépendre de nous de la même manière. Si l’ère post-américaine a une date de début, c’est presque certainement aujourd’hui ».

Ce qui ne fait que renforcer mon argumentation de ces dix dernières années. Les États-Unis ont perdu leur mojo à travers une série d’événements que je décris sur ce blog depuis 7 ans. Dans mes livres également. Les États-Unis sont détruits et sont poussés dans le monde orwellien en raison d’une crise systémique qui ne peut être résolue dans le cadre du paradigme économique, militaire et culturel actuel. Mais c’est ce dont témoigne l’article de Power, et tout le numéro de Foreign Affairs – vous pouvez le croire, ils ont redonné le podium à Francis Fukuyama. Vous ne pouvez pas soigner la maladie auto-immune américaine, en particulier avec ses « élites » de plus en plus incompétentes et malveillantes, dont le niveau « intellectuel » et la conscience de soi sont ceux de lycéens. En d’autres termes, j’ai dépensé mes 12,99 dollars durement gagnés pour à peu près ce que je savais déjà, il me fallait juste la preuve. Je l’ai eue, il n’y a plus d’espoir.

Dans les actualités connexes. Face aux répressions politiques (et criminelles) aux États-Unis, Maria Zakharova a admis aujourd’hui qu’il y a des demandes et des requêtes, principalement de la part des partisans de Trump, concernant la citoyenneté russe. Comme je l’ai dit plus d’une fois, la Russie est plus qu’une superpuissance, c’est aussi un arc. J’ai prédit il y a longtemps que le flux de personnes occidentales, principalement blanches et chrétiennes, vers la Russie finira par se transformer en rivière. Les élites américaines actuelles ont trois propriétés, elles sont soit folles, soit lâches, soit les deux. Ce sont les personnes qui conçoivent la société totalitaire et beaucoup en ont envie, surtout du côté démocrate. Ils le font parce qu’ils sont un plancton de bureau urbain, qui ne se soucie que d’eux-mêmes et qui est soumis à toutes sortes de pathologies sociales et psychologiques. Une telle société n’a pas d’avenir et les États-Unis du passé ne sont plus. Ainsi, la menace de violence, de guerre civile, de persécution et même de répression massive poussera un nombre croissant d’Américains à envisager de s’installer en Russie et cela est tout à fait compréhensible.

Au fait, pour ceux qui ont demandé, la famille Griezbach EST en Russie et ils sont maintenant des résidents légaux permanents et sont en voie d’obtenir la citoyenneté. Tous les enfants sont avec eux et se portent bien. Je n’aurais jamais pu imaginer, dans mes rêves les plus fous d’il y a 25 ans, que je dirais cela : vous voulez une vraie démocratie, la liberté de pensée, la liberté d’enquête et la normalité sociale ? La Russie. C’est pourquoi elle est tellement détestée.

source : https://smoothiex12.blogspot.com

traduit par Réseau International

Source : Lire l'article complet par Réseau International

Source: Lire l'article complet de Réseau International

À propos de l'auteur Réseau International

Site de réflexion et de ré-information. Aujourd’hui nous assistons, à travers le monde, à une émancipation des masses vis à vis de l’information produite par les médias dits “mainstream”, et surtout vis à vis de la communication officielle, l’une et l’autre se confondant le plus souvent. Bien sûr, c’est Internet qui a permis cette émancipation. Mais pas seulement. S’il n’y avait pas eu un certain 11 Septembre, s’il n’y avait pas eu toutes ces guerres qui ont découlé de cet évènement, les choses auraient pu être bien différentes. Quelques jours après le 11 Septembre 2001, Marc-Edouard Nabe avait écrit un livre intitulé : “Une lueur d’espoir”. J’avais aimé ce titre. Il s’agissait bien d’une lueur, comme l’aube d’un jour nouveau. La lumière, progressivement, inexorablement se répandait sur la terre. Peu à peu, l’humanité sort des ténèbres. Nous n’en sommes encore qu’au début, mais cette dynamique semble irréversible. Le monde ne remerciera jamais assez Monsieur Thierry Meyssan pour avoir été à l’origine de la prise de conscience mondiale de la manipulation de l’information sur cet évènement que fut le 11 Septembre. Bien sûr, si ce n’était lui, quelqu’un d’autre l’aurait fait tôt ou tard. Mais l’Histoire est ainsi faite : la rencontre d’un homme et d’un évènement. Cette aube qui point, c’est la naissance de la vérité, en lutte contre le mensonge. Lumière contre ténèbres. J’ai espoir que la vérité triomphera car il n’existe d’ombre que par absence de lumière. L’échange d’informations à travers les blogs et forums permettra d’y parvenir. C’est la raison d’être de ce blog. Je souhaitais apporter ma modeste contribution à cette grande aventure, à travers mes réflexions, mon vécu et les divers échanges personnels que j’ai eu ici ou là. Il se veut sans prétentions, et n’a comme orientation que la recherche de la vérité, si elle existe. Chercher la vérité c’est, bien sûr, lutter contre le mensonge où qu’il se niche, mais c’est surtout une recherche éperdue de Justice.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Recommended For You