Retour sur les prêts des Rothschild au Saint-Siège

Retour sur les prêts des Rothschild au Saint-Siège

Les prêts des Rothschild au Saint-Siège font référence à une série de prêts financiers importants conclus entre la famille Rothschild et le Saint-Siège de l’Église catholique.

Le premier prêt, qui a eu lieu en 1832, s’est déroulé au lendemain des guerres napoléoniennes sous le pontificat du pape Grégoire XVI (impliquant James Mayer de Rothschild et Carl Mayer von Rothschild). Le prêt convenu était d’un montant de 400 000 livres sterling (équivalent à 37,4 millions de livres sterling en 2019).

Un deuxième prêt a été accordé sous le pontificat du pape Pie IX (« Pio Nono ») au début des années 1850 par les mêmes membres de la famille Rothschild après l’effondrement de la République romaine révolutionnaire de Giuseppe Mazzini, qui n’a pas duré longtemps, et la restauration des États pontificaux.

Prêt de 1832 sous le pape Grégoire XVI

Contexte

Au lendemain des guerres napoléoniennes, on assiste à un retour à la politique du trône et de l’autel en Europe. À cette époque, la famille Rothschild, une famille de banquiers juifs de Francfort, s’était hissée au rang de banquiers de premier plan. Les membres de cette famille se sont établis dans plusieurs centres de pouvoir européens, y compris dans des pays catholiques, comme à Vienne dans l’empire autrichien de Klemens von Metternich (d’où le nom de l’ère de Metternich), et à Naples sous la monarchie des Bourbon-Deux-Siciles. L’un des États dont la souveraineté a été restaurée par le Congrès de Vienne était les États pontificaux, domaine temporel du Saint-Siège. Cependant, dans les années qui ont suivi la restauration, les finances du Saint-Siège ont décliné.

En 1831, le cardinal Bartolomeo Cappellari est élu pape sous le nom de Grégoire XVI. Les Rothschild étaient considérés comme fiables dans les cercles conservateurs en Europe, car ils avaient travaillé avec le gouvernement autrichien pour stabiliser les finances après les guerres napoléoniennes. Ils ont également soutenu les Bourbons dans le Royaume des Deux Siciles, qui bordait les États pontificaux, en aidant à financer l’étouffement de deux tentatives de révolutions. Cette année-là, le bruit court que Rome va demander un prêt à la famille Rothschild ; les frères James et Carl se méfient au début, mais l’Autriche (Metternich et le comte Appony) et la France (Casimir Pierre Périer et Horace François Bastien Sébastiani de La Porta) font pression pour que Rome obtienne ce prêt. Cependant, Alessandro Torlonia (agissant au nom du Saint-Siège) a mené des négociations directes avec James Mayer de Rothschild et a fait échouer un accord, signé finalement le 30 novembre 1831. C’est ainsi qu’en 1832, l’accord des Rothschild d’accorder un prêt au Saint-Siège de 400 000 £ (équivalent à 37,4 millions de £ en 2019) est entré en vigueur.

James Mayer de Rothschild, chef de la famille bancaire française Rothschild (Banque Rothschild), est devenu le banquier officiel du Pape. Son frère basé à Naples, Carl Mayer von Rothschild, géographiquement plus proche de Rome, est allé rencontrer le Pape Grégoire XVI en janvier 1832. C’est là que Carl Mayer a reçu le ruban et l’étoile de l’Ordre sacré militaire constantinien de Saint-Georges. Il était d’usage pour les catholiques de montrer du respect pour ce qu’ils considéraient comme le Vicaire du Christ, de baiser les pieds du Pape lorsqu’ils le rencontraient. En tant que juif, Carl Mayer von Rothschild a été autorisé à embrasser simplement la bague de sa main à la place, ce qui a scandalisé les critiques catholiques de l’époque. Elle a même été reprise des siècles plus tard par Philippe de Rothschild, un descendant direct de James et Carl, dans son autobiographie Milady Vine (1984).

Le prêt convenu était d’un montant de 400 000 livres (équivalent à 34,1 millions de livres en 2016). Un deuxième prêt a été accordé pendant le pontificat du pape Pie IX (« Pio Nono ») au début des années 1850 par les mêmes membres de la famille Rothschild après l’effondrement de la République romaine révolutionnaire de Giuseppe Mazzini, qui n’a pas duré longtemps, et la restauration des États pontificaux.

Réactions

Les rapports sur la transaction ont conduit à des critiques cinglantes du pape Grégoire XVI dans le monde chrétien (en particulier catholique), qui ont presque toutes tourbé autour de la judaïcité des Rothschild. Le poète romantique français Alfred de Vigny a déclaré qu’« un juif règne désormais sur le pape et le christianisme ». Ludwig Börne, un juif converti au luthéranisme et membre du mouvement de la Jeune Allemagne, a déclaré : « Un juif riche baise sa main, tandis qu’un chrétien pauvre baise les pieds du pape. Les Rothschild sont assurément plus nobles que leur ancêtre Judas Iscariote. Il a vendu le Christ pour 30 petites pièces d’argent : les Rothschild l’achèteraient, s’il était à vendre ». Un autre exemple marquant est la mention du prêt dans un sonnet de Giuseppe Gioachino Belli, Er motivio de li guai. Alors que Belli trouvait les Rothschild très répréhensibles, pour lui le Pape était encore pire en tant qu’homme faible qui avait « vendu à la fois Rome et l’État » et n’était donc plus digne de porter les robes papales.

Cardinal Tosti

Le pape Grégoire XVI a nommé le cardinal Antonio Tosti comme nouveau trésorier papal (également connu sous le nom de Chambre Apostolique) à Rome en juillet 1834. Compte tenu des conditions du marché boursier et d’une récente offre de Rothschild à l’Égypte pour refinancer sa dette, Tosti a tenté de refinancer la dette à des conditions plus favorables ; Rothschild s’est opposé à un tel refinancement anticipé, craignant des pertes pour sa propre banque et un discrédit pour les émissions d’obligations du Vatican.

Dans le cadre d’un plan visant à obtenir de meilleures conditions, Tosti a pris contact avec un certain nombre de sociétés bancaires parisiennes actives à la Bourse de Paris, qui se trouvaient en position de concurrence avec les Rothschild, en raison de leur opposition commerciale intéressée face à un monopole des Rothschild dans le secteur financier. Bien que l’écrivain juif hongrois Ignatius Balla, dans son livre de 1913, The Romance of the Rothschilds, ait plus tard attribué la motivation du cardinal Tosti à des « raisons sectaires sans aucun doute », les six banques rivales étaient elles-mêmes pour la plupart protestantes ou suisses, mais aussi juives pour certaines. Il s’agit de la Banque J. Hagerman, de la Banque André & Cottier, de la Banque Fould-Oppenheim & Cie, de la Banque J. A. Blanc, de Colin et Compagnie, de la Banque Gabriel Odier & Compagnie et de la Banque Wells & Compagnie.

L’élément principal de ces intérêts, qui étaient rivaux des Rothschild à la Bourse de Paris, Jonas-Philip Hagerman, un luthérien suédois qui avait auparavant une banque à Gênes, avait déjà réalisé un exploit similaire en aidant à obtenir pour le royaume de Sardaigne un prêt du gouvernement français, qui a fait don de l’affaire aux six banques, évitant ainsi les Rothschild. Les Rothschild, qui se considéraient jusque-là comme inattaquables, avaient riposté en faisant baisser les obligations de l’État parisien, ce qui avait fait baisser les obligations sardes par rapport à leur valeur contractuelle. Bien que cette contre-attaque ait porté préjudice aux rivaux des Rothschild, lorsque le cardinal Tosti lança l’idée des obligations romaines, la Banque André & Cottier et d’autres furent désireux d’avancer et envoyèrent le marchand de Livourne Vincent Nolte pour confirmer leur intérêt.

Tout cela avait été fait de manière discrète, sans que les Rothschild en soient informés. Mais lorsque les agents de la famille Rothschild de Naples ont appris qu’un agent des « six banques » de Paris était à Rome, leurs soupçons se sont accentués. Après avoir pris connaissance de la situation, Carl Mayer von Rothschild s’est rendu à Rome pour demander au cardinal Tosti de lui dire la vérité sur cette affaire. Il y produisit une copie du contrat original de 5 %, signé par Rothschild et Torlonia (avant que Tosti ne soit impliqué dans les finances papales) qui contenait une condition jusqu’alors secrète ; le Saint-Siège ne pouvait approcher aucune autre entreprise pour un nouveau prêt sans en informer au préalable les Rothschild et leur donner la préférence s’il offrait des conditions égales à celles de ses concurrents. Les six entreprises parisiennes ont d’abord envisagé d’offrir des conditions telles que si les Rothschild essayaient de les égaler, cela porterait préjudice à leurs propres intérêts ; mais finalement, les deux parties se sont réconciliées et ont accepté ensemble les nouvelles conditions du prêt.

Relations entre catholiques et juifs

La question de savoir si le prêt a eu un effet significatif sur les relations entre le catholicisme et le judaïsme est débattue. Bien qu’il ait approuvé le prêt au-delà des frontières religieuses, le pape Grégoire XVI s’est opposé à ce qu’il a appelé l’indifférentisme religieux et a défendu l’orthodoxie catholique en la matière dans des encycliques telles que Mirari vos. Par l’intermédiaire de Klemens von Metternich, chancelier d’Autriche, les Rothschild demandèrent au pape un certain nombre de concessions envers les Juifs vivant dans les dominions papaux, comme les juifs d’Ancône, mais ces demandes furent refusées.

Source: Lire l'article complet de Égalité et Réconciliation

À propos de l'auteur Égalité et Réconciliation

« Association trans-courants gauche du travail et droite des valeurs, contre la gauche bobo-libertaire et la droite libérale. » Égalité et Réconciliation (E&R) est une association politique « trans-courants » créée en juin 2007 par Alain Soral. Son objectif est de rassembler les citoyens qui font de la Nation le cadre déterminant de l’action politique et de la politique sociale un fondement de la Fraternité, composante essentielle de l’unité nationale. Nous nous réclamons de « la gauche du travail et de la droite des valeurs » contre le système composé de la gauche bobo-libertaire et de la droite libérale.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Recommended For You