Dictature : le pouvoir essaye d'imposer en douceur le passeport vaccinal

Dictature : le pouvoir essaye d'imposer en douceur le passeport vaccinal

Attention, les chiffres avancés par le site France Info, repris du Parisien, deux des pires médias pro-psychose, sont exagérés pour aller dans le sens de la dictature sanitaire.

Ainsi, quand on lit que 62 % des Français souhaitent un passeport vaccinal, c’est—dire une discrimination entre les vaccinés et les non vaccinés, créant ainsi des bons citoyens et des citoyens de seconde zone, on peut avoir un énorme doute.

On sent chez les hiérarques français ou européens que la tentation est grande d’imposer cette saloperie de passeport, mais qu’ils craignent la réaction des peuples. Pour arriver à leur fin diabolique, ils jouent la montre, avancent étape par étape, pour faire avaler leur couleuvre totalitaire.

« Mettre en place un passeport vaccinal. La solution est évoquée par certains observateurs afin de permettre aux personnes vaccinées de reprendre une vie “normale”, comme voyager à l’étranger et circuler normalement. La mesure serait approuvée par les Français selon un sondage, mais pour le Pr Fischer, qui pilote la vaccination en France, “la question est prématurée”. » (RTL)

Pour info :

Le chef des services de santé publique au ministère de la Santé d’Israël, le Dr Sharon Elrai-Price, a averti qu’une seule dose du vaccin contre le coronavirus n’offrait pas une protection suffisante contre l’infection par le virus.
- 17 % des patients gravement malades qui sont actuellement hospitalisés sont des patients qui ont reçu une première dose du vaccin avant leur hospitalisation.
- 4.500 personnes ont été diagnostiquées positives au coronavirus après avoir reçu la première dose de vaccin, dont 375 ont été hospitalisées en raison de la maladie.
- Parmi les personnes hospitalisées, 244 l’ont été dans la première semaine suivant leur vaccination, 124 au cours de la deuxième semaine, et 7 plus de 15 jours après avoir reçu le vaccin. (Le salon beige)

– La Rédaction d’E&R –


 

Ce certificat de vaccination qui permettrait par exemple de voyager pose de nombreuses questions que les autorités françaises n’ont pas encore tranché.

L’envie de retrouver une vie normale serait-elle plus forte que tout ? Selon un sondage de l’institut Ifop publié par Le Parisien, dimanche 17 janvier, les Français se disent favorables à un « passeport vaccinal » contre le Covid-19. C’est-à-dire à un certificat de vaccination attestant qu’ils sont immunisés pour accéder à certains lieux ou réaliser certaines activités.

Quelque 62 % des Français souhaitent ainsi qu’il soit imposé pour les passagers prenant l’avion. La moitié des sondés réclame qu’un tel document soit obligatoire pour les transports en commun. Néanmoins, l’application de ce « sésame » pose de nombreuses questions et s’inscrit dans un débat à la fois scientifique, juridique et éthique que de nombreux pays, dont la France, n’ont pas tranché.

Le gouvernement veut-il en créer un ?

Non. La France y est pour l’instant opposée. La mise en place d’un passeport vaccinal à l’échelle européenne est un débat « très prématuré », a ainsi estimé le secrétaire d’État chargé des Affaires européennes, Clément Beaune, qui était dimanche 17 janvier l’invité de franceinfo.

« C’est un débat qui n’a pas lieu d’être et ce serait choquant, alors qu’on débute encore partout cette campagne de vaccination en Europe, qu’il y ait des droits plus importants pour certains que pour d’autres. Ce n’est pas notre conception de la protection et de l’accès aux vaccins. » (Clément Beaune)

Mais la question pourrait se poser plus tard : « Quand l’accès au vaccin sera généralisé, ce sera un sujet différent », a-t-il admis. Le gouvernement avait d’ailleurs présenté fin décembre un projet de loi sur les urgences sanitaires, qui a été perçu comme une volonté d’instaurer un « passeport vaccinal » au moment où débutait la campagne de vaccination contre le Covid-19 en France. Mais, sous le feu des critiques, l’exécutif a ensuite remballé son texte.

Dans son article 1, le projet de loi prévoyait en effet de modifier l’article L.3131-9 du Code de la santé publique et d’octroyer au Premier ministre le pouvoir de « subordonner les déplacements des personnes, leur accès aux moyens de transports ou à certains lieux, ainsi que l’exercice de certaines activités à la présentation des résultats d’un test de dépistage établissant que la personne n’est pas affectée ou contaminée, au suivi d’un traitement préventif, y compris à l’administration d’un vaccin, ou d’un traitement curatif ». Les détracteurs du projet de loi redoutaient ainsi un possible durcissement des conditions d’accès à certains moyens de transports comme l’avion.

[…]

Est-il compatible avec le droit français ?

« Les obligations vaccinales dans certains domaines sont admises par la jurisprudence », souligne Serge Slama, professeur de droit public à l’université de Grenoble-Alpes, interrogé par franceinfo. Pour être inscrits à l’école, les enfants doivent ainsi être vaccinés contre la diphtérie, le tétanos et la poliomyélite. Mais la vaccination contre le Covid-19 n’est pas obligatoire. Or, la création d’un passeport sanitaire revient, de fait, à créer l’obligation de se faire vacciner.

Seconde difficulté importante, le « passeport sanitaire » ne peut être instauré tant qu’il existe une inégalité des citoyens face à l’accès au vaccin, pointent les juristes. Or la stratégie adoptée par le gouvernement pour sa campagne de vaccination donne la priorité aux personnes âgées dépendantes, puis aux personnes présentant des facteurs de risques liés à leur âge ou à leur pathologie chronique, puis au reste de la population, en fonction des tranches d’âge, le tout s’échelonnant sur plusieurs mois. Il semble donc difficile d’instaurer rapidement un « passeport vaccinal » aujourd’hui.

A-t-il un sens médicalement ?

Les vaccins contre le Covid-19 qui sont déjà autorisés en Europe, qu’il s’agisse de celui de Pfizer-BioNTech ou de Moderna, évitent les symptômes graves de la maladie. Mais à ce jour, aucune étude ne dit qu’ils empêchent la propagation du virus. La question de sa transmission par les personnes vaccinées n’est pas encore tranchée, car ce n’était pas l’objectif des essais cliniques de phase 3 réalisés jusqu’à présent. L’Organisation mondiale de la santé (OMS) s’est ainsi déclarée opposée « pour le moment » à ce passeport vaccinal à l’échelle planétaire.

Lire l’article entier sur francetvinfo.fr

Source: Lire l'article complet de Égalité et Réconciliation

À propos de l'auteur Égalité et Réconciliation

« Association trans-courants gauche du travail et droite des valeurs, contre la gauche bobo-libertaire et la droite libérale. » Égalité et Réconciliation (E&R) est une association politique « trans-courants » créée en juin 2007 par Alain Soral. Son objectif est de rassembler les citoyens qui font de la Nation le cadre déterminant de l’action politique et de la politique sociale un fondement de la Fraternité, composante essentielle de l’unité nationale. Nous nous réclamons de « la gauche du travail et de la droite des valeurs » contre le système composé de la gauche bobo-libertaire et de la droite libérale.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Recommended For You