La Silicon Valley et une fondation soutenue par le Forum économique mondial annoncent une initiative mondiale pour les registres de vaccination contre le COVID-19

La Silicon Valley et une fondation soutenue par le Forum économique mondial annoncent une initiative mondiale pour les registres de vaccination contre le COVID-19

par Whitney Webb.

Les entreprises les plus influentes de la Silicon Valley, aux côtés de sociétés de soins de santé, de contractants du renseignement américain et de la Fondation Commons Project, ont récemment lancé l’Initiative d’Accréditation des Vaccins. Les ambitions de cette initiative vont bien au-delà des vaccins et auront des implications majeures pour les libertés civiles.

Jeudi, des géants de la technologie ayant des liens étroits avec l’État américain de sécurité nationale – Microsoft, Oracle et MITRE – ont annoncé qu’ils s’étaient associés à plusieurs entreprises de soins de santé pour créer l’Initiative d’Accréditation des Vaccins (VCI) afin de faire avancer la mise en place de registres numériques de vaccination contre le COVID-19.

Selon un rapport de Reuters, la VCI « vise à aider les gens à obtenir des copies numériques cryptées de leurs registres de vaccination stockés dans un portefeuille numérique de leur choix » parce que « le système actuel ne permet pas d’accéder facilement aux registres de vaccination vérifiables et de les partager ».

L’initiative, sur son site web, note que la VCI est un partenariat public-privé « qui s’engage à donner aux individus les moyens d’accéder aux registres numériques de vaccination » afin que les participants puissent « protéger et améliorer leur santé » et « démontrer leur état de santé pour retourner en toute sécurité en voyage, au travail, à l’école et dans la vie tout en protégeant la confidentialité de leurs données ». L’initiative repose essentiellement sur un cadre commun de « portefeuilles » numériques de vaccination appelés « Cartes de Santé SMART » qui sont destinés à « fonctionner par-delà les frontières organisationnelles et juridictionnelles » dans le cadre d’une nouvelle infrastructure mondiale de registres de vaccination.

L’hôte du site web de la VCI et l’un des principaux financeurs de l’initiative est la Fondation Commons Project. Cette fondation, en partenariat avec le Forum économique mondial (FEM), gère le Common Trust Network, dont les trois objectifs sont analogues à ceux de la VCI. Comme indiqué sur le site web du FEM, les objectifs du réseau sont les suivants :

  1. Donner aux individus les moyens d’agir en leur donnant un accès numérique aux informations sur leur santé ;
  2. Permettre aux individus de comprendre et de respecter plus facilement les exigences de chaque destination ;
  3. Contribuer à garantir que seuls les résultats de laboratoire vérifiables et les registres de vaccination provenant de sources fiables sont présentés pour les voyages et le commerce transfrontaliers.

Pour atteindre ces objectifs, le Common Trust Network s’appuie sur « un registre mondial de sources fiables de données de laboratoire et de vaccination » ainsi que sur « des formats standard pour les résultats de laboratoire et des registres de vaccination et des outils standard pour rendre ces résultats et registres accessibles sous forme numérique ».

Comment fonctionne le CommonPass, thecommonsproject.org

Un autre partenariat entre la Fondation Commons Project et le FEM, qui lui est apparenté, est le CommonPass. Le CommonPass, qui est également soutenu par la Fondation Rockefeller, est à la fois un dispositif et une application qui « permettra aux individus d’accéder à leurs résultats de laboratoire et à leurs registres de vaccination, et de consentir à ce que ces informations soient utilisées pour valider leur statut COVID sans révéler aucune autre information de santé personnelle sous-jacente ». Certains membres actuels du CommonPass, dont JetBlue, Lufthansa, Swiss International Airlines, United Airlines et Virgin Atlantic, sont également membres du Common Trust Network.

Ce chevauchement entre les partenariats de la Fondation Commons Project/FEM et la VCI illustre le fait que le FEM lui-même est impliqué avec la VCI, bien qu’indirectement par le biais de ses partenaires de la Fondation Commons Project. La Fondation Commons Project elle-même mérite d’être explorée, car ses cofondateurs, Paul Meyer et Bradley Perkins, ont des liens de longue date avec la RAND Corporation, les Centres américains pour le Contrôle et la Prévention des Maladies, et le Comité international de Sauvetage (IRC), comme l’indique cet article publié l’année dernière par MintPress News. L’IRC, actuellement dirigé par David Milliband, protégé de Tony Blair, développe un système biométrique d’identification et d’enregistrement des vaccinations pour les réfugiés au Myanmar en coopération avec l’Alliance ID2020, qui est associée au financeur du CommonPass, la Fondation Rockefeller. En outre, l’Alliance ID2020 finance la Fondation Commons Project et est également soutenue par Microsoft, l’une des principales entreprises à l’origine de la VCI.

Des cartes d’identité portables pour votre santé et votre portefeuille

Le chevauchement entre les registres numériques de vaccination, promus par des initiatives telles que le CommonPass et la VCI, et l’impulsion donnée à un nouveau système mondial d’identité numérique n’est pas une coïncidence. En effet, le développeur du cadre des Cartes de Santé SMART de la VCI chez Microsoft Health, Josh C. Mandel, a noté dans sa présentation générale sur ce cadre que l’identité numérique fait partie intégrante de l’effort de création de registres numériques de vaccination. Les Cartes de Santé SMART, à partir de maintenant, devraient inclure le nom complet d’une personne, son sexe, sa date de naissance, son numéro de téléphone portable et son adresse e-mail, en plus des informations sur la vaccination, bien qu’il soit probable que davantage d’informations personnelles soient nécessaires au fur et à mesure que l’initiative avance, étant donné que la VCI déclare que ces identifiants ne sont qu’un point de départ.

Bien que présentées comme des registres numériques de vaccination, les Cartes de Santé SMART sont clairement destinées à être utilisées pour bien plus que cela. Par exemple, l’information publique sur le dispositif indique que les Cartes de Santé SMART sont « des éléments de base qui peuvent être utilisés pour l’ensemble des soins de santé », notamment la gestion d’un registre de vaccination complet qui va bien au-delà des vaccins contre le COVID-19, le partage des données avec les organismes de santé publique et la communication avec les prestataires de soins de santé.



partenaires de l’Initiative d’Accréditation des Vaccins, vaccinationcredential.org

Cependant, ce cadre ne se limitera pas aux informations sur les soins de santé, comme l’a dit Mandel. Dans sa présentation, il note que l’application des Cartes de Santé SMART pourrait bientôt servir de pièces d’identité pour des activités commerciales, comme la location d’une voiture. L’utilisation du terme « portefeuille numérique » par le cadre de la VCI pour désigner son registre numérique de vaccination est également une indication de la connectivité future à l’activité économique. Les efforts visant à relier l’identité numérique, non seulement à l’activité économique mais aussi aux données de santé, se sont récemment intensifiés, par exemple avec le projet de Gavi, le partenariat Alliance du Vaccin (alias GAVI)-Mastercard-Trust Stamp en Afrique. Ce programme, lancé pour la première fois en 2018, relie la plateforme d’identité numérique de Trust Stamp au Passeport Bien-être de GAVI-Mastercard, un registre numérique de vaccination, et au système de paiement par clic de Mastercard fonctionnant avec la technologie d’IA appelée NuData. Mastercard et GAVI sont tous deux partenaires de l’Alliance ID2020, qui comprend Microsoft.

Étant donné les spéculations raisonnables selon lesquelles ces plateformes utiliseraient le paiement numérique, en particulier avec la cryptomonnaie, pour les activités financières, il convient de noter que Microsoft, membre de la VCI, a déposé un brevet en 2019 qui permettrait à « l’activité du corps humain », notamment les ondes cérébrales et la chaleur corporelle, d’exploiter (c’est-à-dire de générer) de la cryptomonnaie. Cela permettrait, bien sûr, de relier la biométrie à l’activité financière, entre autres choses.

Un tel système, tel que défini dans le brevet de Microsoft, nécessiterait probablement l’introduction d’articles portables pour être mis en œuvre. En particulier, de nombreux dispositifs portables pour l’identité sans contact, les titres de transport numériques et les dispositifs de paiement ont récemment été lancés. Parmi les exemples, on peut citer DigitalDNA, Proxy et FlyWallet. FlyWallet est particulièrement remarquable car son dernier produit, Keyble, est un produit portable qui combine l’identité numérique par l’authentification des empreintes digitales, ce qui permet à la fois des paiements sans contact et des applications de santé telles que la surveillance des signes vitaux et le partage de données avec les compagnies d’assurance et les prestataires de soins de santé.

Parrainé par Spooks et la Silicon Valley

Le cadre des Cartes de Santé SMART a été développé par une équipe dirigée par l’architecte en chef de Microsoft Healthcare, Josh Mandel, qui était auparavant responsable de l’Écosystème informatique de la Santé pour Verily, anciennement Google Life Sciences. Verily est actuellement très impliquée dans les tests COVID-19 à travers les États-Unis, en particulier en Californie, et relie les résultats des bénéficiaires des tests à leurs comptes Google. Ses autres initiatives concernant le COVID-19 ont été critiquées en raison de problèmes de confidentialité non résolus, ce qui a également nui à plusieurs des autres initiatives de Verily avant le COVID-19, notamment celles impliquant Mandel.

Il est particulièrement inquiétant de constater que Verily, et par extension Google, a créé le projet Baseline, qui recueille depuis 2017 des « informations génétiques exploitables » en mettant l’accent sur la « santé de la population » auprès des participants. Pourtant, au cours du processus du COVID-19, le Projet Baseline est devenu une composante importante des efforts de Verily en matière de tests COVID-19, ce qui soulève la possibilité troublante que Verily ait obtenu des données génétiques américaines par le biais de ses activités de tests COVID-19. Bien que Verily n’ait pas abordé cette possibilité directement, il convient de noter que Google est fortement impliqué dans l’acquisition de données génomiques depuis plusieurs années. Par exemple, en 2013, Google Genomics a été fondé dans le but de stocker et d’analyser les données ADN sur les serveurs Google Cloud. Désormais connue sous le nom de Cloud Life Sciences, la filiale de Google a depuis développé des algorithmes d’IA qui peuvent « construire votre séquence de génome » et « identifier toutes les mutations qu’un individu hérite de ses parents ».

Google a également des liens étroits avec les sociétés de tests ADN les plus connues aux États-Unis, comme Ancestry.com. Ancestry, récemment rachetée par le géant Blackstone, partage ses données avec une filiale secrète de Google qui utilise les données génomiques pour développer des thérapies de prolongation de la vie. En outre, l’épouse du cofondateur de Google, Sergey Brin, Anne Wojcicki, est la cofondatrice et PDG de la société de tests ADN 23andMe. Anne Wojcicki est également la sœur de Susan Wojcicki, PDG de la société YouTube, propriété de Google.

Google et la majorité des financeurs de la VCI – Microsoft, Salesforce, Cerner, Epic, la Mayo Clinic, et MITRE Corporation, Change Healthcare – sont également des membres importants de la Coalition COVID-19 Healthcare, dirigée par MITRE. Parmi les autres membres de cette coalition figurent In-Q-Tel de la CIA et la société d’exploration de données Palantir, liée à la CIA, ainsi qu’une myriade de sociétés de soins de santé. La coalition correspond bien aux ambitions de Google et des entreprises de même sensibilité qui ont cherché à avoir accès à des foules de données américaines sur la santé sous le couvert de la lutte contre le COVID-19.

La Coalition COVID-19 Healthcare se décrit comme un partenariat public-privé qui a permis de mettre en place « l’infrastructure essentielle pour permettre la collaboration et le partage des analyses » sur le COVID-19 grâce au partage des données sur les soins de santé et le COVID-19 entre les membres. Le fait que cette coalition et la VCI soient intimement liés à MITRE Corporation est significatif, étant donné que MITRE est un contractant bien connu du gouvernement américain, en particulier de la CIA et d’autres agences de renseignement, qui a développé des technologies de surveillance et de biométrie orwelliennes, dont plusieurs sont maintenant axées sur le COVID-19.

Trois jours seulement avant l’annonce publique de la création de la VCI, Microsoft Healthcare et Google Verily ont annoncé un partenariat avec le MIT et le Broad Institute de Harvard pour partager les données du cloud et les technologies d’IA des entreprises avec un « réseau mondial de plus de 168 000 partenaires dans le domaine de la santé et des sciences de la vie » afin d’accélérer la plate-forme Terra. Terra, développé à l’origine par le Broad Institute et Verily, est un « écosystème de données ouvert » axé sur la recherche biomédicale, en particulier dans les domaines de la génomique du cancer, de la génétique des populations et de la génomique virale. Les données biomédicales recueillies par Terra comprennent non seulement des données génétiques, mais aussi des images médicales, des signaux biométriques et des registres médicaux électroniques. Google, grâce à son partenariat avec le Pentagone annoncé en septembre dernier, a décidé d’utiliser l’analyse de ces données pour « diagnostiquer de manière prédictive » des maladies telles que le cancer et le COVID-19. Des entreprises militaires américaines, telles qu’Advanced Technology International, ont mis au point des appareils portables qui appliquent cette technologie de diagnostic prédictif basée sur l’IA aux diagnostics du COVID-19.

Le diagnostic prédictif du COVID-19 est également une ambition d’une autre société qui soutient la VCI, Salesforce. Salesforce est l’une des trois sociétés qui ont créé COVID 360, que le vice-président senior de Salesforce, Bob Vanstraelen, décrit comme une « solution complète et gratuite de traitement du coronavirus pour les patients et les citoyens à risque », qui est hébergée sur Salesforce Health Cloud et qui a été réalisée par la branche israélienne de Deloitte et par la société israélienne Diagnostic Robotics, spécialisée dans l’IA liée aux renseignements. COVID 360 utilise la plateforme de prévisions cliniques de Diagnostic Robotics et l’applique au COVID-19 afin que « les agences gouvernementales ou les gardiens » puissent identifier les individus « à proximité d’un cas potentiel de coronavirus positif » et prescrire des tests de dépistage et/ou des régimes de traitement du coronavirus, sur la base d’un profil de risque généré par COVID 360. Diagnostic Robotics et Salesforce sont tous deux membres de la Coalition COVID-19 Healthcare, gérée par MITRE.



Marc Benioff, fondateur et PDG de Salesforce, inclusivecapitalism.com

Marc Benioff, fondateur, président et PDG de Salesforce, était auparavant vice-président chez Oracle. Oracle, un autre financeur de la VCI, a été créé en tant que dérivé d’un projet de la CIA du même nom, et ses cadres supérieurs ont des liens étroits avec l’administration Trump sortante ainsi qu’avec le gouvernement israélien. Bien que l’histoire de Benioff avant Saleforce est significative pour une entreprise liée à la CIA comme Oracle, les liens étroits de Benioff avec le Forum économique mondial méritent également un examen plus approfondi.

Benioff est non seulement membre du conseil d’administration du FEM, mais il est également le président inaugural du Centre pour la Quatrième Révolution industrielle du forum, une « révolution » que son architecte et fondateur du FEM, Klaus Schwab, définit comme une fusion des identités physiques, numériques et biologiques des humains. Benioff est également le propriétaire et le coprésident du magazine Time, qui a récemment publié un numéro entier consacré à la promotion de la 4ème Révolution industrielle et de la Grande Réinitialisation soutenue par le WEF.

Benioff est également membre du Conseil pour un Capitalisme inclusif, une collaboration entre le Vatican et les oligarques visant à créer un « système économique plus inclusif, durable et fiable » pour le XXIe siècle. Aux côtés de Benioff, on trouve des personnalités bien connues telles que Lynn Forester de Rothschild (proche collaboratrice de Jeffrey Epstein et des Clinton), Mark Carney (envoyé spécial des Nations unies pour l’Action climatique et ancien gouverneur de la Banque d’Angleterre) et William Lauder (président exécutif d’Estée Lauder, neveu de Ronald Lauder, membre de Mega Group), ainsi que les dirigeants de MasterCard, Visa, Dupont, Merck, Johnson & Johnson, BP et Bank of America. Sont également présents les dirigeants des Fondations Ford et Rockefeller.

Benioff et les autres personnes mentionnées dans cet article sont des exemples parfaits de la pollinisation croisée entre des groupes d’oligarques et les fondations et organisations qui leur sont associées et de la manière dont ces réseaux travaillent ensemble pour poursuivre un programme commun. Alors que l’effort pour combiner l’identité numérique avec les registres de vaccination et l’activité économique semble, en apparence, être le fait de divers organismes et groupes, les mêmes individus et entités apparaissent à maintes reprises, ce qui indique une volonté coordonnée non seulement de mettre en œuvre ce système, mais aussi d’obtenir le consentement de la population mondiale.

L’effort visant à obtenir le consentement à un système d’identification numérique global est particulièrement important, étant donné que son principal argument de vente a été jusqu’à présent la coercition. On nous a dit que sans un tel système, nous ne pourrons jamais retourner au travail ou à l’école, ne pourrons jamais voyager ou ne pourrons jamais participer normalement à l’économie. Alors que ce système est introduit de cette manière, il est essentiel de souligner que la coercition fait partie intégrante de cette infrastructure et, si elle est mise en œuvre, elle sera utilisée pour modifier le comportement humain de manière très efficace, allant bien au-delà de la seule question des vaccins contre le COVID-19.

source : https://unlimitedhangout.com

traduit par Réseau International

Source : Lire l'article complet par Réseau International

Source: Lire l'article complet de Réseau International

À propos de l'auteur Réseau International

Site de réflexion et de ré-information. Aujourd’hui nous assistons, à travers le monde, à une émancipation des masses vis à vis de l’information produite par les médias dits “mainstream”, et surtout vis à vis de la communication officielle, l’une et l’autre se confondant le plus souvent. Bien sûr, c’est Internet qui a permis cette émancipation. Mais pas seulement. S’il n’y avait pas eu un certain 11 Septembre, s’il n’y avait pas eu toutes ces guerres qui ont découlé de cet évènement, les choses auraient pu être bien différentes. Quelques jours après le 11 Septembre 2001, Marc-Edouard Nabe avait écrit un livre intitulé : “Une lueur d’espoir”. J’avais aimé ce titre. Il s’agissait bien d’une lueur, comme l’aube d’un jour nouveau. La lumière, progressivement, inexorablement se répandait sur la terre. Peu à peu, l’humanité sort des ténèbres. Nous n’en sommes encore qu’au début, mais cette dynamique semble irréversible. Le monde ne remerciera jamais assez Monsieur Thierry Meyssan pour avoir été à l’origine de la prise de conscience mondiale de la manipulation de l’information sur cet évènement que fut le 11 Septembre. Bien sûr, si ce n’était lui, quelqu’un d’autre l’aurait fait tôt ou tard. Mais l’Histoire est ainsi faite : la rencontre d’un homme et d’un évènement. Cette aube qui point, c’est la naissance de la vérité, en lutte contre le mensonge. Lumière contre ténèbres. J’ai espoir que la vérité triomphera car il n’existe d’ombre que par absence de lumière. L’échange d’informations à travers les blogs et forums permettra d’y parvenir. C’est la raison d’être de ce blog. Je souhaitais apporter ma modeste contribution à cette grande aventure, à travers mes réflexions, mon vécu et les divers échanges personnels que j’ai eu ici ou là. Il se veut sans prétentions, et n’a comme orientation que la recherche de la vérité, si elle existe. Chercher la vérité c’est, bien sûr, lutter contre le mensonge où qu’il se niche, mais c’est surtout une recherche éperdue de Justice.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Recommended For You