Mieux connaitre le français au Québec avec Claude Simard

Mieux connaitre le français au Québec avec Claude Simard

[Entrevue intégrale – lecture longue]

Claude Simard est professeur retraité de la Faculté des sciences de l’éducation de l’Université Laval. À la fois linguiste et didacticien du français, il a publié de nombreux ouvrages de référence, dont Grammaire de base (ERPI, 2000-2011 et De Boeck, 2006), Grammaire pédagogique du français d’aujourd’hui (Graficor, 1999) et Didactique du français langue première (De Boeck, 2010-2019). 

Avec son collègue Claude Verreault, professeur retraité du Département de langues, linguistique et traduction, il vient de faire paraitre, aux Presses de l’Université Laval, La langue de Charlevoix et du SaguenayLac-Saint-Jean : un français qui a du caractère. Dans cet entretien, Le Verbe cherche à comprendre avec l’auteur ce qui distingue la langue parlée dans les deux régions susmentionnées et, par la même occasion, à faire ressortir les particularités et les défis de la langue française au Québec.

Le Verbe : En quoi le français parlé dans les régions de Charlevoix et du Saguenay–Lac-Saint-Jean — peut-être plus que d’autres régions du Québec — mérite-t-il une étude spécifique ?

Je dois vous avouer que c’est d’abord par intérêt personnel que Claude Verreault et moi avons décidé de faire une étude sur le français de Charlevoix et du Saguenay–Lac-Saint-Jean. Je suis saguenéen d’origine, étant né dans la ville d’Arvida qui est maintenant annexée à la grande municipalité de Saguenay. 

De son côté, Claude Verreault, qui est lexicologue et lexicographe, caressait depuis longtemps le projet de publier un ouvrage sur le français de ces deux régions sœurs, notamment en raison de la riche documentation qui est disponible sur le sujet. Il existe entre autres une grande enquête géolinguistique1 qui porte spécifiquement sur le français de Charlevoix et du Saguenay–Lac-Saint-Jean.

Nous avons fait porter notre livre à la fois sur Charlevoix et le Saguenay–Lac-Saint-Jean compte tenu des liens étroits qui les unissent. Sur le plan géographique, il s’agit de deux régions limitrophes ; sur le plan historique, 80 % des premiers habitants du Saguenay–Lac-Saint-Jean venaient de Charlevoix.

Les deux régions présentent vraiment un intérêt particulier quant à l’usage du français au Québec. Elles sont restées francophones à 99 % jusqu’à aujourd’hui. De plus, à cause de l’isolement géographique dans lequel elles ont été tenues pendant longtemps, elles ont conservé des traits de prononciation et de vocabulaire qui les différencient des autres régions du Québec. Cette originalité linguistique est d’ailleurs bien ancrée dans l’esprit des Québécois. À propos des nombreuses personnalités provenant de Charlevoix et du Saguenay–Lac-Saint-Jean qui rayonnent dans toutes sortes de domaines, autant artistique que sportif, politique et économique, ne s’accorde-t-on pas à dire qu’on les reconnait à leur accent typique ?

Le Verbe : Pouvez-vous mentionner des particularités phonétiques et lexicales des deux régions que vous avez étudiées ?

Du point de vue phonétique, notons d’emblée que les gens de Charlevoix et du Saguenay–Lac-Saint-Jean partagent bien des habitudes de prononciation avec les autres locuteurs québécois. Ainsi, dans ces régions comme ailleurs au Québec, on fait entendre un sifflement, une sorte de s ou z, après les consonnes t ou d devant les voyelles i ou u, comme dans tigre et dune (ce phénomène est appelé assibilation ou affrication). 

Quelques traits seulement, qui touchent surtout les voyelles, peuvent révéler l’appartenance à ces deux régions. Il faut bien comprendre qu’un « accent », c’est-à-dire la manière de prononcer propre à un milieu donné, n’est pas forcément déterminé par une grande quantité de traits, mais plus généralement par un petit nombre de particularités qui, apparaissant de façon répétée dans le discours, se remarquent à l’oreille en peu de temps.

Les gens de Charlevoix et du Saguenay–Lac-Saint-Jean ont entre autres l’habitude de prononcer les voyelles iu et ou de façon moins ouverte, plus tendue dans une syllabe terminée par une consonne comme dans les mots mitejupe et mouche, un peu comme dans les pays francophones d’Europe. Dans ce type d’entourage, les autres Québécois articulent les trois voyelles de façon plus lâche, avec une moins grande fermeture du canal buccal. 

Le français possède en principe deux voyelles ouvertes : le a antérieur, au timbre clair, et le a postérieur, au timbre plus grave, ainsi que l’illustre l’opposition entre patte et pâte ou entre tache et tâche. Un peu partout au Québec, la voyelle postérieure a de pâtebas ou gaz est souvent prononcée comme un o, celui qu’on entend par exemple dans le mot port, ce qui n’est pas le cas dans Charlevoix et au Saguenay–Lac-Saint-Jean où cette voyelle reste un a postérieur comme elle est décrite dans le système phonétique du français standard. C’est ce timbre a allongé qui s’entend dans le fameux là, là, ponctuant du discours qui, avec la célébrité de l’ex-maire Jean Tremblay, est devenu un symbole de l’accent saguenéen.

Les données de notre étude font ressortir que la langue est un bien culturel qui soude les diverses générations en témoignant de leur histoire commune.

Les Québécois en général et spécialement les habitants de la région de Montréal ont tendance à diphtonguer. Une voyelle est diphtonguée lorsque, sous l’effet de son allongement, un changement de timbre se produit durant son émission. Par exemple, rêve, beurre et tasse seront prononcés respectivement raève, baeurre et taosse. Contrairement à l’ensemble de leurs compatriotes, les locuteurs de Charlevoix et du Saguenay–Lac-Saint-Jean diphtonguent peu ou pas du tout. 

Les quelques caractéristiques phonétiques qui viennent d’être signalées laissent étonnamment déceler que l’accent des régions de Charlevoix et du Saguenay–Lac-Saint-Jean se distingue du parler québécois général en ce qu’il serait moins marqué et relativement plus proche de la prononciation ayant cours en France. Plusieurs témoignages de francophones étrangers que nous signalons dans notre ouvrage vont d’ailleurs dans ce sens.

Sur le plan du vocabulaire, qui est le sujet principal de notre livre avec son dictionnaire comprenant environ 260 articles, il faut signaler que, comme dans le cas de la prononciation, les gens de Charlevoix et du Saguenay–Lac-Saint-Jean recourent à des mots ou à des emplois qui sont répandus partout au Québec tels que boucanemagasiner, placoter, péquiste, séraphin, vlimeux, etc. Nous n’avons pas tenu compte de ces québécismes dans notre sélection puisqu’ils n’étaient pas spécifiques des deux régions à l’étude.

Nous nous sommes concentrés plutôt sur les unités réellement caractéristiques de Charlevoix et du Saguenay–Lac-Saint-Jean. Sans être exhaustive, notre sélection donne une vue représentative du vocabulaire propre à ces deux régions. On y trouve des mots ou des emplois appartenant au parler rural ou populaire d’autrefois comme anguille « joint entre deux bardeaux », arbidou « apprenti bucheron », bedeauterie « charge de bedeau », cornant-cul « alcool fort de fabrication artisanale », grafigneuse « surnom péjoratif donné à la sagefemme », hartigner « rudoyer un cheval », rendeux « qui donne une bonne récolte ». 

La langue contemporaine est aussi illustrée avec des unités encore très vivantes comme adon dans c’est tout un adon « c’est un hasard heureux » ou un voisin bien d’adon « aimable, serviable », bachat « automobile délabrée », câilles« produit laitier grumeleux et acidulé servant de sauce à salade », cher « appellatif adressé à son interlocuteur pour établir une certaine connivence avec lui », cruchon « pot à conserves », grand talent « personne qui croit tout savoir », plaisant « agréable », simple dans discours simple « propos stupides » ou faire simple « faire ou dire des bêtises », zezon « personne qui est sotte ou qui manque d’énergie ».

Les régionalismes propres à Charlevoix et au Saguenay–Lac-Saint-Jean peuvent être des mots qui sont inconnus ailleurs au Québec tels que chouenne « paroles dites pour le seul plaisir de bavarder » ou gigon « personne miséreuse qui vit dans un milieu délabré ». Il peut s’agir aussi de mots qui existent dans d’autres régions, mais qui ont un ou des sens particuliers chez les Charlevoisiens, les Saguenéens et les Jeannois, tels que falaise « banc de neige », gâchis « restes d’arbres abattus, broussailles » ou tourtière, « gros pâté fait de cubes de diverses viandes et de pommes de terre » que les gens du Saguenay–Lac-Saint-Jean opposent nettement à pâté à la viande, qui est plus mince et comprend seulement du porc haché.

Nous avons retenu en outre des mots connus dans l’ensemble du Québec, mais qui ont une valeur emblématique pour ces régions à cause de leur importance dans le domaine de la faune ou de la flore tels que ouananiche, saumon d’eau douce du lac Saint-Jean réputé pour sa combattivité et sa saveur, bleuet, fruit typique devenu le surnom des habitants du Saguenay–Lac-Saint-Jean, gourgane, grosse fève qui est cultivée au Québec seulement dans ces deux régions et dont on fait une soupe locale très appréciée. 

Ces emplois emblématiques peuvent comporter aussi une dimension historique ou culturelle tels que parc, immense territoire de montagnes et de forêts qui a longtemps constitué une barrière naturelle isolant le Saguenay–Lac-Saint-Jean du reste du Québec, pinière, mot qui renvoie à l’exploitation du bois de pin à l’origine de la colonisation du Saguenay, royaume, terme qui désigne depuis Jacques Cartier la région du Saguenay–Lac-Saint-Jean considérée comme un pays merveilleux.  

Le Verbe : 180 mots ou emplois des quelque 500 décrits dans votre dictionnaire, soit près de 40 % de sa nomenclature, reprennent ou rappellent des mots ou des emplois d’un état ancien du français ou de parlers de la France dialectale. Les mots de la « vieille France » sont-ils davantage utilisés dans Charlevoix et au Saguenay–Lac-Saint-Jean que dans les autres régions du Québec ?

On ne peut pas affirmer que le français parlé dans Charlevoix et au Saguenay–Lac-Saint-Jean soit davantage imprégné des parlers anciens de la mère-patrie. L’héritage français est commun à l’ensemble des régions du Québec étant donné que les Charlevoisiens, les Saguenéens et les Jeannois ainsi que tous les Québécois francophones descendent des mêmes colons qui, partant pour la plupart du nord-ouest de la France, sont venus s’établir dans la vallée du Saint-Laurent aux XVIIe et XVIIIe siècles. 

En plus de ces mots hérités directement du fonds français, la nomenclature de notre dictionnaire comprend presque autant de mots nouveaux créés par des procédés tout à fait français, soit par composition (ventre bleu « natif du Saguenay–Lac-Saint-Jean») ou par dérivation (boutonnu, adjectif formé de bouton et du suffixe -u et signifiant « couvert de boutons ou orné de motifs en relief dans le cas d’un tissu »). Les innovations recensées peuvent aussi correspondre à de nouveaux sens attribués à des mots du fonds français (pieu « allumette de bois »).

La grande proportion de mots ou d’emplois provenant de la France que contient notre dictionnaire atteste que le français parlé au Québec est en bonne partie composé de nombreux legs du pays d’origine de nos ancêtres et qu’il contribue à la perpétuité et au rayonnement du français dans le monde. 

Les données de notre étude font ressortir que la langue est un bien culturel qui soude les diverses générations en témoignant de leur histoire commune. Ainsi qu’Alain Rey, le rédacteur en chef des dictionnaires Le Robert, l’a si bien dit : « La langue est la mise en œuvre d’un inconscient collectif gigantesque. […] Les mots sont des fenêtres à travers lesquels on voit l’histoire. » Les mots de Charlevoix et du Saguenay–Lac-Saint-Jean sont des traces vivantes de l’aventure millénaire du français et ils contribuent à développer, en terre d’Amérique, cette langue née en Europe, de l’autre côté de l’océan Atlantique.

Le Verbe : Selon qu’on se trouve à Montréal ou à Québec, on prononcera différemment des mots comme poteau et baleine ou on emploiera tel mot plutôt qu’un autre comme canard ou bombe pour désigner une bouilloire. D’où vient que le Québec est, sur le plan phonétique et lexical, divisé en deux grandes aires qui ont Trois-Rivières pour point de rencontre ?

Les études géolinguistiques sur le français québécois ont permis de dégager en effet deux grandes aires relativement distinctes, celle de l’Est autour de Québec et celle de l’Ouest autour de Montréal. Les causes de cette division géolinguistique sont diverses. Le peuplement était plus ancien et plus homogène dans la région de Québec. De plus, la communication entre les deux territoires était difficile en raison de leur éloignement, cet isolement étant accentué par leur séparation administrative à l’époque du Régime français. 

Un des principaux traits phonétiques opposant les deux aires concernait la prononciation de la consonne r, qui était dite « roulée » dans la région de Montréal et « grasseyée » dans celle de Québec. Précisons que le r roulé est articulé avec le battement de la pointe de la langue contre les dents de devant, tandis que le r grasseyé est produit à l’arrière de la bouche.

Aujourd’hui le français au Québec semble plus uniforme et il a perdu, depuis la Révolution tranquille, plusieurs caractéristiques du passé.

Des différences s’observaient également du point de vue lexical. Par exemple, pour désigner la mamelle d’une vache, on utilisait surtout le mot pair dans l’Est, mais le mot pis dans l’Ouest.

Il convient de signaler que les études faisant état de cette division géolinguistique concernent le Québec d’autrefois et beaucoup moins le Québec contemporain. Elles sont fondées en effet sur des observations recueillies auprès de sujets de générations anciennes. Aujourd’hui le français au Québec semble plus uniforme et il a perdu, depuis la Révolution tranquille, plusieurs caractéristiques du passé sous l’influence de l’urbanisation, de la scolarisation de l’ensemble de la population et des médias de masse.

Le Verbe : Certains ont soutenu que le français parlé dans l’ancienne province française de la Touraine, qui correspond aujourd’hui principalement au département d’Indre-et-Loire situé dans le Centre-Ouest de la France, est le « plus pur ». Au Québec, y a-t-il une région dans laquelle le français parlé se rapprocherait de ce niveau ?

Je me permettrai d’apporter une nuance à l’idée de « pureté linguistique ». Soutenir qu’une variété de langue est plus « pure » qu’un autre implique un jugement de valeur d’inégalité entre elles qui peut être fondé sur diverses considérations : linguistiques (par exemple, telle tournure sera condamnée parce qu’elle est considérée comme grammaticalement mal construite), socioculturelles (sur ce plan, la langue des grands écrivains jouit en général d’une plus grande estime) ou comportementales (on fera ainsi reproche à certains adolescents de leur paresse articulatoire). 

Contrairement à cette attitude de sanction typique de la grammaire normative dont le but est de prescrire l’usage de la langue tenu pour correct, la linguistique se veut essentiellement descriptive et tente de rendre objectivement compte du fonctionnement réel de la langue dans ses différentes manifestations sans porter de jugements de valeur. Le concept de « pureté linguistique » lui est donc étranger.

L’évaluation d’un usage linguistique peut dépendre de deux critères principaux qui ne sont pas forcément toujours compatibles : la correction et la compréhensibilité. 

La correction se juge en fonction d’une norme, d’un usage de référence qui est socialement valorisé : dire ou écrire *Si j’aurais su, je ne serais pas venu est syntaxiquement incorrect, car une subordonnée conditionnelle en si commande l’imparfait et non le conditionnel en français standard. 

La compréhensibilité, elle, ne relève pas nécessairement de la correction, mais bien de la clarté de la formulation. Un texte bien structuré, clairement rédigé sera compris sans difficulté même s’il contient quelques incorrections, alors qu’un autre texte respectant parfaitement la norme pourra être confus s’il est rédigé dans un style jargonnant ou ampoulé2.

Pour vous faire saisir encore mieux le caractère inconsistant de la notion de « pureté linguistique », je vous donnerai l’exemple d’un locuteur très connu au Québec, le député Gabriel Nadeau-Dubois. Celui-ci intervient souvent à l’Assemblée nationale, dans des conférences de presse, sur les réseaux sociaux, etc. Si on porte attention à sa manière de parler, on peut constater qu’il s’exprime en général dans un français à la fois correct et compréhensible. Ses phrases sont bien construites, son vocabulaire est approprié et ses propos peuvent être saisis aisément, qu’on soit d’accord ou non avec lui. 

Cependant, comme bon nombre de Montréalais, Gabriel Nadeau-Dubois diphtongue de façon assez marquée. Dans sa bouche, le parti qu’il représente devient Québec solidaère avec une forte diphtongue de la voyelle finale du mot solidaire. À cause de ce trait de prononciation qui transgresse la norme phonétique et que certains seraient portés à juger populaire, devrait-on conclure que ce jeune parlementaire estimé parle mal français, que son français n’est pas « pur » ?

L’ancienne province française de la Touraine passe pour le berceau du français avec la région parisienne. La qualité de sa langue est vantée depuis longtemps. Déjà au XVIe siècle, Rabelais l’évoquait dans son Pantagruel. Précisons que seule une petite partie de nos ancêtres (environ 2 %) était originaire de la Touraine. Il faut garder à l’esprit que la norme phonétique du français des XVIIe et XVIIIe siècles était fort différente de la norme actuelle, de sorte que l’attribution du qualificatif de « pur » pour un accent peut varier selon les époques. Ainsi l’accent traditionnel tourangeau comporte des traits qui sont disparus du français contemporain et qui rappellent plutôt la prononciation des anciens Canadiens. Par exemple, le t en finale de mot est maintenu (lit est prononcé litte), alors que le r du suffixe –eur est amuï (quêteur est prononcé quêteu) ; la voyelle è est souvent remplacée par la voyelle é (cortège est prononcé cortége). Autant de traits qui sont perçus comme vieillis ou populaires de nos jours. 

Pour répondre plus directement à la dernière partie de votre question, on pourrait souligner sur la base de ce qui a été mentionné plus haut que le parler de Charlevoix et du Saguenay–Lac-Saint-Jean possède certains traits phonétiques qui le rapprochent davantage du français dit « standard » dont la norme est dictée par Paris. Conclure en fonction de cette observation que le français de ces deux régions est d’un niveau supérieur impliquerait d’abord d’admettre que la seule norme de référence admissible serait le français pratiqué par l’élite parisienne. 

Ce serait ensuite oublier que l’accent des Charlevoisiens, des Saguenéens et des Jeannois comporte un nombre aussi sinon plus grand de traits les associant à l’accent de tous les autres Québécois. En fait, il n’y a pas vraiment de région où le français pourrait être qualifié de meilleur au Québec. Ce que l’on peut soutenir avec une certaine justesse est que la qualité de la langue transcende l’espace géographique et concerne plutôt les individus qui forment la communauté linguistique. 

On remarque d’une région à l’autre du Québec que maints locuteurs ont le souci de bien parler et de bien écrire spécialement dans les communications publiques à caractère officiel. Ce souci de la qualité de la langue répandu sur l’ensemble du territoire par les personnes qui la parlent et l’écrivent est un puissant garant de son rayonnement et de son prestige.   

Le Verbe : Ces années-ci, une étude n’attend pas l’autre quant au déclin du français au Québec et notamment à Montréal. Dans la métropole émerge de plus en plus ce qu’on appelle le franglais. Quel lien peut-on établir entre le franglais et le joual ?

Le joual et le franglais actuel sont deux réalités linguistiques fort différentes qui n’ont pas du tout les mêmes implications quant à l’état et à l’avenir du français au Québec.

Le terme joual est issu d’une prononciation populaire du nom cheval. Il renvoie d’abord au français des quartiers populaires de Montréal et par extension il désigne de façon générale la variété populaire du français du Québec, qui est nettement éloignée du français normé. Cantonné pendant longtemps dans les milieux paysans ou ouvriers peu ou pas scolarisés, il a quitté l’oral quotidien du peuple au tournant des années 1970 pour se répandre dans les productions artistiques telles que les pièces de théâtre ou les romans de Michel Tremblay, les chansons de Robert Charlevoix, les monologues humoristiques d’Yvon Deschamps, les films de Pierre Falardeau et les téléromans de Claude Meunier. 

Cet avènement du joual dans l’espace public comme symbole de l’identité franco-québécoise a coïncidé avec le grand mouvement d’affirmation nationale qui a marqué le Québec dans le sillage de la Révolution tranquille. 

Sur le plan sociolinguistique, le joual ne peut pas être assimilé à l’ensemble du français québécois. Il en constitue seulement une variété populaire qui entre en concurrence avec d’autres variétés comme le registre familier à l’oral ou le registre soigné à l’écrit.

Sur le plan proprement linguistique, contrairement à ce qui est colporté par des préjugés tenaces, le joual n’est pas contaminé par l’anglais. Il peut comporter certes plusieurs anglicismes, possiblement davantage chez les locuteurs de Montréal en contact régulier avec l’anglais, mais ses traits caractéristiques d’ordre phonétique, lexical et morphosyntaxique relèvent avant tout d’un usage populaire ou vieilli du français ainsi qu’en témoigne cet extrait des Belles-Sœurs de Michel Tremblay, où deux personnages de la pièce se souviennent de l’enfance de leur sœur cadette Pierrette, jadis enfant modèle devenue serveuse dans un cabaret miteux :

GERMAINE LAUZON – Ma sœur Pierrette, ça fait longtemps que j’l’ai reniée ! Après toute c’qu’a nous a faite ! Est’tait si fine, quand est’tait p’tite ! Pis belle ! Quand on dit, une vraie catin ! Ah ! on l’a ben aimée, moé pis mes sœurs ! On la gâtait sans bon sens ! Mais pour que c’est faire… J’comprends pas ! J’comprends pas ! Le pére, à’maison, l’appelait sa p’tite pourrite ! Y l’amait donc, sa Pierrette ! Quand y’a prenait sur ses genoux, là on sentait qu’y’était heureux ! Nous autres, on était pas jalouses… 
ROSE OUIMET – On se disait : « C’est la plus jeune. C’est toujours comme ça, c’est les plus jeunes qui sont les préférés… » Quand all’a comencé à aller à l’école, on l’a habillée comme une princesse ! J’étais déjà mariée, moé, j’m’en rappelle comme si c’était hier ! Eh ! qu’all’était donc belle ! Une vraie Shirley Temple ! Pis all’apprenait donc vite, à l’école ! Ben plus vite que moé ! Moé, j’ai jamais été ben bonne à l’école… J’étais la grosse comique d’la classe, c’était toute c’que j’pouvais faire, de toute façon… Mais elle, la p’tite bougresse, a vous-en a-tu décroché, des prix ! Prix de français, prix d’arithmétique, prix de religion… Oui, de religion ! C’était pieux comme une bonne sœur, c’t’enfant-là. C’est ben simple, les sœurs étaient folles d’elle ! Quand on la voit, aujourd’hui… Mon Dieu, au fond, j’ai un peu pitié d’elle. A doit avoir de besoin d’aide, des fois… Pis a doit être ben tu-seule !

Ce passage des Belles-Sœurs ne comprend aucun anglicisme. Comme dans de nombreux parlers de Nord-Ouest de la France, les pronoms elle et il sont réduits respectivement à la voyelle a et i. La graphie oi dans moi est prononcé oué ainsi que c’était l’usage à la cour de Louis XIV. On relève également le québécisme catin au sens de « poupée » ainsi que le mot plaisant bougresse recensé par tous les dictionnaires courants faits à Paris. Le participe passé fait est prononcé à l’ancienne avec un final. Un autre participe passé, pourrite, montre une forme non standard avec une terminaison en -it plutôt qu’en -i. Le ne de négation est partout omis, ce qui est une tendance générale du français oral familier. Plusieurs contractions propres à la langue parlée familière ou populaire parsèment le dialogue : ben à la place de bienj’comprendsà’ maisonpis au lieu de puis, c’t’enfant-là

Alors que le joual conserve un solide substrat français, le franglais mélange étroitement les deux langues tant sur le plan lexical que grammatical. Une phrase anglaise peut suivre une phrase française ou une même phrase est construite avec des mots et des syntagmes aussi bien français qu’anglais. On aboutit ainsi à une langue mixte où le français n’existe plus en tant que tel. Voici un exemple qui illustre bien cette forte hybridation linguistique. Il s’agit d’un extrait de la chanson Waiting des Dead Obies, un groupe hip-hop connu de Montréal :

Stand by, c’est quand tu veux
Just let me get high, ’tend ti peu, man
J’prends mon temps parce qu’j’suis rendu vieux
Tu t’en christ ? Well, guess qu’on est rendu deux, then
 
Ha ha ! Veux-tu ben
The fuck you mean : « J’ai peur d’y aller » ?
Matter of fact, I was born ready
Short stack, parce qu’y n’a pas un de breadé
 
Could do it all day, er’day, 3 yeux fermés, 2 mains dans le dos
And I smoke that dope!
Why give a shit? I mean, quitte à me donner en show
We can talk money
Check ton langage, parce qu’comme on dirait dans le nôtre :
« Y’où mon goodie ? Fuck you, pay me! Cordialement vôtre »
And I’m out like that

Le joual, même s’il s’écarte du français standard, représente une forme de manifestation de l’identité francophone du Québec. Le franglais marque au contraire une progression de l’influence de l’anglais. On peut l’analyser, à n’en pas douter, comme le résultat de la bilinguisation grandissante de la région de Montréal. Compte tenu de l’inégalité de statut entre les deux langues, le français restant une langue minorée au Canada et en Amérique du Nord, il est probable que la bilinguisation à laquelle on assiste actuellement mènera à moyen ou à long terme à la disparition du français si des actions efficaces ne sont pas entreprises prochainement pour endiguer ce déclin3.

En terminant, je voudrais vous confier ma déception quant au peu d’intérêt que suscite maintenant l’étude du français québécois dans nos universités. Cette désaffection va de pair avec la perte d’attrait dont souffre de plus en plus le français chez nous. Il y eut une époque où d’importants intellectuels consacraient leur carrière à développer la connaissance de la langue et de la culture françaises au Québec. Je pense à Adjutor Rivard, Marius Barbeau, Luc Lacourcière, Jean-Denis Gendron, Gaston Dulong, Marcel Juneau, Claude Poirier et bien d’autres. Force est de constater qu’il n’y a guère de relève aujourd’hui. J’espère que notre livre ne sera pas parmi les derniers à rendre compte de la richesse de notre langue.


Heureux que Le Verbe existe ? Notre équipe vit d’amour, d’eau fraiche… et de café. Merci de nous aider en nous offrant l’équivalent du prix d’un café par jour !

  1. Thomas Lavoie, Gaston Bergeron et Michelle Côté, Les parlers français de Charlevoix, du Saguenay, du Lac-Saint-Jean et de la Côte-Nord, Québec, Gouvernement du Québec/Office de la langue française, coll. « Les publications du Québec », 5 vol., 1985.
  2. Il arrive que, malgré leur niveau d’instruction et leur statut social élevé, certains locuteurs enfreignent à la fois les règles de correction et de compréhensibilité. La non-maîtrise de la langue de Molière chez le Premier ministre du Canada est consternante. Justin Trudeau commet sans cesse de graves erreurs de vocabulaire et de syntaxe en français, et ses discours sont souvent alambiqués et inintelligibles. Lire l’entrevue que j’ai donnée à ce sujet : Jérôme Blanchet-Gravel, « Justin Trudeau parle-t-il correctement français ? » , Sputnik, 14 mars 2019.
  3. Pour plus d’information sur la question du français québécois, lire mon article : « Quelques repères pour mieux comprendre la situation du français au Québec », Argument, 19 novembre 2017,

Source : Lire l'article complet par Le Verbe

Source: Lire l'article complet de Le Verbe

À propos de l'auteur Le Verbe

Le Verbe témoigne de l’espérance chrétienne dans l’espace médiatique en conjuguant foi catholique et culture contemporaine. Nos contenus abordent divers sujets qui émergent de l’actualité. Et, puisque nous souhaitons que nos plateformes médiatiques suscitent le dialogue, on espère bien y croiser autant des réactionnaires pleins d’espérance que des socialistes chrétiens, autant des intellectuelles mères au foyer que des critiques d’art en bottes à cap.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Recommended For You