Couvre-feu : 5 constats d’infraction à Trois-Rivières

Couvre-feu : 5 constats d’infraction à Trois-Rivières
Article réservé aux abonnés

Trois-Rivières — À l’approche du week-end, alors que la police de Trois-Rivières appréhende une hausse du nombre de délinquants face au couvre-feu, la situation est demeurée tout de même stable au cours de la soirée et de la nuit de jeudi, avec un total de cinq constats d’infraction remis aux fautifs, portant ainsi le nombre à 43 constats distribués depuis le début du couvre-feu, samedi.

À cet effet, le sergent aux relations publiques de la police de Trois-Rivières, Luc Mongrain, précise que les constats remis au cours des derniers jours concernent autant les piétons que les automobilistes.
«On fait état d’autant de piétons que d’automobilistes pour la dernière nuit, mais depuis le début du couvre-feu également, c’est très partagé. Ce n’est donc pas plus un que l’autre.»
Alors que la police de Trois-Rivières a remis quelque 43 constats depuis samedi, du côté de la Sûreté du Québec, bien qu’on ne mentionne pas les chiffres précis par région, le plus récent bilan publié mercredi à l’échelle de la province fait état de 288 constats émis en ce sens.
Rappelons que les contrevenants s’exposent à une amende totalisant 1550 $ pour une première offense et que cette dernière peut atteindre un montant maximal de 6000 $ en cas de récidive.
Sites de vaccination visés par les complotistes

Par ailleurs, on apprenait également dans La Presse vendredi qu’un groupe complotiste québécois qui s’est organisé sur les réseaux sociaux avec une multitude de cellules locales afin de «mettre en accusation» le personnel des sites de vaccination pour crimes contre l’humanité était surveillé de près par la Section antiterrorisme et mesures d’urgence du SPVM.

Du côté de Trois-Rivières, la menace ne semble toutefois pas encore très sérieuse à l’heure actuelle, selon Luc Mongrain.
«Ça n’a pas été porté à mon niveau actuellement. En fait, c’est géré par la division des événements spéciaux en lien avec la Sûreté du Québec, donc c’est sûr que si quelqu’un risque de nous impacter à Trois-Rivières, on va être mis au parfum et on va faire une stratégie d’intervention. Mais ça n’a pas été le cas encore.»

Source : Lire l'article complet par Le Nouvelliste

Source: Lire l'article complet de Le Nouvelliste

À propos de l'auteur Le Nouvelliste

Le Nouvelliste est un quotidien de langue française fondé le 30 octobre 1920 à Trois-Rivières au Québec. Il est publié en format numérique du lundi au samedi et en format papier le samedi. Le journal couvre le territoire de la région de la Mauricie et de la partie de la région du Centre-du-Québec située au nord de l'autoroute 20. Il est actuellement édité par la Coopérative Le Nouvelliste, membre du groupe de presse Coopérative nationale de l'information indépendante depuis 2020.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Recommended For You