Stockage préventif de vaccins contre le virus Ebola en cas d’épidémie

Stockage préventif de vaccins contre le virus Ebola en cas d’épidémie

Alors que l’attention mondiale est détournée par la pandémie, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) se prépare à la propagation éventuelle d’un coronavirus plus meurtrier, l’Ebola.

L’épidémie de Marburg en Angola, en 2005, avait tué 329 personnes, avec un taux de mortalité de près de 90 % des personnes infectées. En 2019, une épidémie de virus Ebola en République démocratique du Congo avait été déclarée urgence internationale, car le virus semblait être sur le point de s’échapper de la RDC.

À la lumière de qui s’est passé en 2020, l’OMS et ses partenaires humanitaires annoncent qu’ils vont maintenant constituer un stock mondial de vaccins pour se protéger contre ce virus de l’Ebola découvert pour la première fois en 1976.

Les quatre principales organisations sanitaires et humanitaires internationales ont annoncé aujourd’hui la création d’un stock mondial de vaccins contre le virus Ebola afin d’assurer une réponse à l’épidémie. Rappelons que le vaccin contre l’Ebola a été créé en bonne partie grâce au Canada qui a mené des recherches préliminaires, effectué les premiers essais cliniques en plus de fournir un financement essentiel.

Le Laboratoire national de microbiologie du Canada qui se trouve dans la ville de Winnipeg au Manitoba a commencé à travailler à la mise au point du vaccin en 2001 et en octobre 2014, le Canada a fait don de 800 flacons à l’OMS pour qu’elle les utilise dans des essais cliniques lors d’une épidémie d’Ebola en Afrique de l’Ouest.

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) rapportait en 2019 que près de 147 000 personnes avaient reçu dans les 11 mois précédents le vaccin contre l’Ebola de conception canadienne depuis que le ministère de la Santé du Congo avait annoncé la découverte d’un vaste foyer d’infection.

Un infirmier travaillant pour l’Organisation mondiale de la santé (OMS) dans la ville de Mbandaka, en République démocratique du Congo, montre une fiole contenant un vaccin contre le virus Ebola. PHOTO : GETTY IMAGES / AFP/JUNIOR D. KANNAH

Des stocks de vaccins insuffisants

Il n’y a actuellement que 7 000 doses du vaccin fabriqué par Merck, Sharp & Dohme Corp qui sont stockées en Suisse, mais l’OMS veut que la réserve d’urgence comprenne à terme environ un demi-million de doses.

La décision d’expédier le vaccin sera prise dans les 48 heures suivant la réception d’une demande d’un pays ; les vaccins seront mis à disposition avec un emballage à chaîne ultra froide par le fabricant pour être expédiés aux pays dans les 48 heures suivant la décision. Le délai de livraison global visé pour le stock aux pays est de sept jours.

« La pandémie COVID-19 nous rappelle l’incroyable pouvoir des vaccins pour sauver des vies de virus mortels », a déclaré le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, directeur général de l’OMS. « Les vaccins contre le virus Ebola ont permis de prévenir l’une des maladies les plus redoutées sur terre. Ce nouveau stock est un excellent exemple de solidarité, de science et de coopération entre les organisations internationales et le secteur privé pour sauver des vies ».

L’effort de création de ce stock de vaccin est mené par le Groupe international de coordination (GIC) pour la fourniture de vaccins, qui comprend l’Organisation mondiale de la santé (OMS), l’UNICEF, la Fédération internationale des sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant Rouge (FICR) et Médecins sans frontières (MSF).

L’Agence européenne des médicaments a homologué le vaccin injectable monodose contre le virus Ebola en novembre 2019, et le vaccin est maintenant préqualifié par l’OMS et homologué par la Food and Drug Administration américaine ainsi que dans huit pays africains.

Avant d’être homologué, le vaccin a été administré à plus de 350 000 personnes en Guinée et lors des épidémies d’Ebola de 2018-2020 en République démocratique du Congo dans le cadre d’un protocole d’usage compassionnel.

L’épidémie de Marburg en Angola, en 2005, avait tué 329 personnes, avec un taux de mortalité de près de 90 % des personnes infectées. (Reuters)

RCI avec OMS et RCI

Source : Lire l'article complet par RCI

Source: Lire l'article complet de RCI

À propos de l'auteur RCI

« Le site multilingue de CBC/Radio-Canada pour découvrir et comprendre les valeurs démocratiques et culturelles des Canadiens de toutes origines. » Politique / Santé / Autochtones / Société / Économie / Immigration et refugiés / International / Environnement et vie animale / Internet, sciences et technologies / Arts et divertissements / Sports Radio Canada International (RCI) est le service radiophonique international de la Société Radio-Canada. Avant 1970, RCI était connu sous le nom de Service international de la CBC. Le service de radiodiffusion était également appelé auparavant la Voix du Canada, diffusant sur ondes courtes à partir de puissants émetteurs à Sackville, au Nouveau-Brunswick. « À son apogée », a déclaré le magazine Radio World, « Radio Canada International était l'un des radiodiffuseurs internationaux sur ondes courtes les plus écoutés au monde ». Toutefois, les services sur ondes courtes ont été supprimés en juin 2012, et RCI est devenu accessible exclusivement via Internet. Elle a également réduit ses services à cinq langues et mis fin à la production de son propre service d'information. (Wikipedia [en], traduit avec DeepL)

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Recommended For You