Justin Trudeau partage sa vision de l’avenir lors de la conférence Reuters Next

Justin Trudeau partage sa vision de l’avenir lors de la conférence Reuters Next

Le premier ministre canadien a déclaré jeudi qu’il s’attendait à ce que le président élu Joe Biden reconnecte les États-Unis avec le monde tout en expliquant qu’il comptait, quant à lui, continuer à servir les Canadiens pendant « un certain nombre d’années encore ».

S’exprimant lors de la conférence Reuters Next, Justin Trudeau dit espèrer que le nouveau président américain se concentrera sur des questions telles que le changement climatique et le libre-échange.

« Il faut un réengagement des États-Unis dans les cercles mondiaux, » a déclaré le leader libéral qui compte rencontrer M. Biden peu après son inauguration mercredi prochain, avec le changement climatique en tête des discussions.

« L’une des choses que beaucoup d’alliés traditionnels et d’amis des États-Unis attendent avec impatience est un réengagement sur certains des grands thèmes, qu’il s’agisse de la libéralisation du commerce, du changement climatique, de la protection de la démocratie ou de la coordination contre la montée de l’autoritarisme que nous observons dans le monde entier. »

Justin Trudeau, premier ministre du Canada

Rappelons que durant son mandat, le président Trump a imposé des tarifs douaniers sur l’aluminium au Canada avant d’au final rebrousser chemin.

Mr Trump a également bloqué les nominations au comité d’appel de l’Organisation mondiale du commerce, le paralysant ainsi dans son rôle d’arbitre mondial du commerce.

Les relations entre le président Donald Trump et Justin Trudeau se sont quelque peu compliquées sur le thème des tarifs douaniers. (Photo : Sean Kilpatrick/La Presse canadienne)

Quant au climat, le président sortant avait pris la décision en juin 2017 de retirer les États-Unis des Accords de Paris, un cadre international visant à limiter le réchauffement de la planète à un niveau bien inférieur à 2 °C.

Les relations internationales entre les États-Unis et ses alliés de l’OTAN, à qui Donald Trump a imposé d’augmenter leur contribution au budget de l’alliance, se sont également détériorées durant son mandat.

S’écartant de plus en plus de la Chine, le président américain a eu tendance à plus se rapprocher de la Russie durant ses cinq années au pouvoir.

Pour ce qui est du récent assaut sur le Capitole américain, le premier ministre canadien a indiqué être confiant quant au maintien des principes démocratiques et des institutions aux États-Unis.

Ils « ne seront pas interrompus ou perturbés par une petite foule en colère, aussi déconcertant et alarmant que cela puisse être », a déclaré M. Trudeau dans une entrevue avec Reuters. Il faisait alors référence à un avertissement du FBI concernant des manifestations armées avant l’inauguration de Biden le 20 janvier.

« Je suis convaincu que les Américains soucieux de défendre leur démocratie feront ce qui est nécessaire et ce qui est juste pour assurer leur sécurité et celle de leurs institutions à long terme, dans ce moment imprévisible. »

Justin Trudeau, premier ministre du Canada

« L’émergence d’une Chine beaucoup plus affirmée et parfois problématique, le déplacement des pôles de pouvoir dans le monde, la montée et le renforcement de l’Asie comme pôle économique. Ce sont des choses auxquelles il faut répondre », a déclaré Justin Trudeau durant la conférence. (Photo : Wu Hong/Reuters)

Faire front commun contre les détentions chinoises de citoyens étrangers

Justin Trudeau a également abordé le sujet de la Chine et des Canadiens qui y sont détenus depuis décembre 2018.

Il a notamment demandé à ses alliés de rester unis face aux détentions de citoyens étrangers par le gouvernement chinois.

« Nous avons un niveau d’alignement énorme, non seulement avec les États-Unis, mais aussi avec nos alliés dans le monde entier, pour soulever continuellement la question de la diplomatie coercitive que la Chine utilise de plus en plus, » a souligné le premier ministre.

« Nous devons tous être solidaires, car qui sait quels seront les prochains citoyens ? »

Justin Trudeau, premier ministre du Canada

En parallèle de la déclaration de M. Trudeau, la Chine a récemment offert un meilleur accès consulaire à deux hommes canadiens, les deux Michaels, qu’elle a arrêtés le 20 décembre 2018 pour espionnage.

Les deux hommes, Michael Kovrig et Michael Spavor, sont emprisonnés en Chine depuis près de deux ans en représailles apparentes à l’arrestation par le Canada de Meng Wanzhou, une des dirigeantes de la compagnie Huawei, après une demande d’extradition des États-Unis.

Des gens tiennent des pancartes demandant à la Chine de libérer les détenus canadiens Michael Spavor et Michael Kovrig lors d’une audience d’extradition du directeur financier de Huawei Technologies, Meng Wanzhou, à Vancouver en 2019. (Lindsey Wasson/Reuters)

Syrine Khoury, porte-parole du ministre des Affaires étrangères canadien Marc Garneau, a déclaré que le Canada avait obtenu des accords impliquant un accès familial et consulaire accru aux deux hommes au cours des derniers mois, mais n’a donné aucun détail.

Elle a également indiqué que les fonctionnaires de l’immigration canadienne avaient autorisé les membres de la famille Meng à lui rendre visite alors même que des restrictions de voyage strictes sont en place pour lutter contre le coronavirus.

« Nous voyons un monde qui change rapidement. L’émergence d’une Chine beaucoup plus affirmée et parfois problématique, le déplacement des pôles de pouvoir dans le monde, la montée et le renforcement de l’Asie comme pôle économique. Ce sont des choses auxquelles il faut répondre », a notamment déclaré M. Trudeau.

« J’ai encore beaucoup à faire pour servir ce pays »

Lors de la conférence organisée par Reuters, le premier ministre du Canada a également exprimé son désir de continuer à servir les Canadiens.

« J’ai encore beaucoup à faire pour servir ce pays, j’attends donc avec impatience de pouvoir servir les Canadiens pendant encore plusieurs années », a-t-il partagé.

Au pouvoir depuis 2015, le père de trois enfants a été réélu en 2019, mais avec un gouvernement minoritaire. Il gouverne donc avec l’appui des partis de l’opposition qui peuvent dissoudre son gouvernement à tout moment. Certains libéraux pensent d’ailleurs qu’une élection devrait avoir lieu cette année.

Justin Trudeau, père de trois enfants, a été réélu avec un gouvernement minoritaire en octobre 2019. (Photo : Sean Kilpatrick/La Presse canadienne)

Justin Trudeau a admis que la lutte contre la pandémie était difficile, mais il a clairement indiqué qu’il n’avait pas l’intention de renoncer prochainement.

Interrogé sur la possibilité que Chrystia Freeland, sa ministre des Finances et vice-première ministre, devienne un jour la cheffe des libéraux, M. Trudeau a répondu : « Ma responsabilité est de réunir autour de moi la meilleure équipe possible pour servir les Canadiens… Je ne spéculerai pas sur ce qui pourrait se passer dans les années à venir ».

Le thème de la COVID-19 est également venu sur la table durant la conférence. Le premier ministre a d’ailleurs fait valoir son opposition à l’idée d’un passeport de vaccin pour les personnes ayant reçu des inoculations, une idée déjà en cours de développement au Danemark.

« Je pense que les indications selon lesquelles la grande majorité des Canadiens cherchent à se faire vacciner nous permettront de progresser sans avoir à prendre des mesures plus extrêmes qui pourraient avoir de véritables effets de division sur la communauté et le pays », a-t-il déclaré.

Avec les informations de Reuters. 

À lire aussi :

«Ça (les événement du Capitole) nous rappelle à quel point on ne peut pas prendre notre démocratie pour acquis.», Justin Trudeau - 08.01.2021 - Photo : La Presse Canadienne / Adrian Wyld

Trump a incité les extrémistes à la violence au Capitole, selon Trudeau

Le premier ministre canadien, Justine Trudeau, s’est dit choqué par la violence et le saccage causés par les manifestants pro-Donald Trump au Capitole américain et a fait porter la responsabilité de la tournure prise par les événements au président sortant. »

Source : Lire l'article complet par RCI

Source: Lire l'article complet de RCI

À propos de l'auteur RCI

« Le site multilingue de CBC/Radio-Canada pour découvrir et comprendre les valeurs démocratiques et culturelles des Canadiens de toutes origines. » Politique / Santé / Autochtones / Société / Économie / Immigration et refugiés / International / Environnement et vie animale / Internet, sciences et technologies / Arts et divertissements / Sports Radio Canada International (RCI) est le service radiophonique international de la Société Radio-Canada. Avant 1970, RCI était connu sous le nom de Service international de la CBC. Le service de radiodiffusion était également appelé auparavant la Voix du Canada, diffusant sur ondes courtes à partir de puissants émetteurs à Sackville, au Nouveau-Brunswick. « À son apogée », a déclaré le magazine Radio World, « Radio Canada International était l'un des radiodiffuseurs internationaux sur ondes courtes les plus écoutés au monde ». Toutefois, les services sur ondes courtes ont été supprimés en juin 2012, et RCI est devenu accessible exclusivement via Internet. Elle a également réduit ses services à cinq langues et mis fin à la production de son propre service d'information. (Wikipedia [en], traduit avec DeepL)

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Recommended For You