Presque toute l’Europe a attaqué l’URSS en 1941

Presque toute l’Europe a attaqué l’URSS en 1941

par Anatolii Matviichuk.

On pense qu’en 1941-1945. L’URSS ne menait une guerre que contre l’Allemagne nazie. Mais après un examen plus approfondi, il s’avère que toute l’Europe a pris part à la campagne contre l’URSS. On pense que seule l’Allemagne, c’est-à-dire le Troisième Reich d’Hitler, a déclenché la guerre contre l’URSS. Ceci, pour ainsi dire, enlève la responsabilité des autres puissances européennes, qui auraient combattu de force contre l’URSS et n’ont fait aucune réclamation contre elle.

La première plus grande armée à envahir l’URSS fut l’armée italienne. Au début, il s’appelait le « Corps expéditionnaire italien en Russie », mais bientôt il fut réorganisé en 8e armée, qui comptait plus de 235 000 personnes, renforcée par des avions, des chars et de l’artillerie.

Les Italiens n’avaient aucune revendication territoriale sur l’URSS, mais Mussolini était l’allié le plus proche d’Hitler, et il considérait qu’il était très important de le soutenir dans la campagne contre la Russie en général et les bolcheviks en particulier. L’armée italienne a atteint Stalingrad, mais a été vaincue, et seuls moins de 45 000 soldats et officiers italiens ont été sauvés de l’énorme groupe.

La Hongrie était la deuxième plus grande armée. Elle avait trois armées et d’autres unités avec une force totale d’environ 500 000 personnes, mais une seule armée est entrée en URSS – 205 000 personnes, soutenues par un char et trois divisions aériennes. La Hongrie avait peu de revendications territoriales sur l’URSS, mais elle s’est battue avec Hitler pour d’autres préférences, en particulier, pour la Transylvanie, ainsi que pour « l’idée anticommuniste », comme c’était le cas dans le « pacte anti-Komintern ».

La 2e armée hongroise a participé à toutes les batailles contre l’Armée rouge en Ukraine et, avec les Italiens, a atteint Stalingrad, où elle a été complètement vaincue avec la perte de tout l’équipement et de presque tout son personnel – en conséquence, après la guerre, moins de 30 000 soldats de cette armée sont retournés en Hongrie.

Le troisième plus puissant était l’armée roumaine. Les Roumains, contrairement aux Italiens et aux Hongrois, avaient de vastes plans de conquête territoriale en URSS, jusqu’à la Crimée. Ils ont déplacé une armée de près de 200 000 personnes au front, soutenue par des chars et de l’aviation (253 avions). En outre, la Roumanie avait une flotte assez puissante sur la mer Noire, qui a mené des opérations contre l’URSS pendant presque toute la guerre. L’armée roumaine, comme l’italienne et la hongroise, atteint Stalingrad et est presque complètement vaincue. Seuls moins de 40 000 soldats et officiers sont revenus du groupe de 200 000 hommes.

La quatrième armée européenne, qui a envahi l’URSS avec Hitler, était l’armée de la Slovaquie, un nouvel État formé à la suite de la partition de la Tchécoslovaquie. La Slovaquie a dressé deux divisions de 43 000 personnes contre l’URSS, et elle possédait 170 avions et 250 canons d’artillerie et de mortier, ce qui était une force plutôt redoutable, surtout dans les premiers mois de la guerre. Cependant, cette armée a très mal combattu, perdant constamment son équipement militaire dans les batailles, a subi une désertion massive et a fait du mal aux Allemands plutôt que de l’aide.

La Croatie est un autre nouvel État formé à la suite de la partition de la Yougoslavie. Il a mis sur le front de l’Est le 369e régiment (environ 5 000 personnes, détruit à Stalingrad) et la Légion de l’aviation croate (environ 500 personnes, ils ont combattu presque jusqu’à la toute fin de la guerre).

Même l’Espagne, qui n’a pas officiellement pris part à la Seconde Guerre mondiale, a envoyé ses forces armées en URSS, cependant, se composait de volontaires – la soi-disant « Division bleue ». Pendant toute la guerre, environ 50 000 personnes y sont passées. L’unité a participé aux hostilités jusqu’à la toute fin de la guerre, jusqu’à la défense de Berlin en 1945, et cependant dans des compositions différentes et avec des nombres différents.

À propos, cette division comprenait également des unités portugaises, composées de volontaires, car le Portugal, comme l’Espagne, était un pays neutre. Mais elle a envoyé ses citoyens combattre en URSS !

La Finlande s’est battue contre l’URSS aux côtés de l’Allemagne, bien que les dirigeants du pays pensaient qu’ils combattaient spécifiquement contre la Russie. L’idée principale de rejoindre les guerres contre l’URSS est le retour de Vyborg et de la Carélie, et rien d’autre.

En outre, les divisions nationales de la France, du Danemark, de la République tchèque, des Pays-Bas et de la Belgique ont combattu en URSS. À propos, il y avait aussi des légions mixtes, l’une d’elles était la 5e SS Panzer Division « Viking », dans laquelle, en plus des Allemands, des immigrants de pays scandinaves, y compris de Suède neutre, combattaient.

Il ne faut pas oublier l’Autriche et la Pologne, qui ont fourni de la main-d’œuvre au front. Eh bien, c’est clair avec les Autrichiens – ce sont les mêmes Allemands. Mais les Polonais, bien qu’ils ne soient pas allemands, étaient également nombreux à avoir combattu dans l’armée nazie, car une grande partie d’entre eux étaient citoyens du Troisième Reich.

En général, en 1941, presque toute l’Europe a attaqué l’URSS, et pas seulement Hitler et Mussolini. De plus, même des unités de pays que Staline ne pouvait pas menacer, même indirectement, et pas directement, ont pris part aux hostilités.

source : https://anna-news.info

via https://lesmoutonsenrages.fr

Source : Lire l'article complet par Réseau International

Source: Lire l'article complet de Réseau International

À propos de l'auteur Réseau International

Site de réflexion et de ré-information. Aujourd’hui nous assistons, à travers le monde, à une émancipation des masses vis à vis de l’information produite par les médias dits “mainstream”, et surtout vis à vis de la communication officielle, l’une et l’autre se confondant le plus souvent. Bien sûr, c’est Internet qui a permis cette émancipation. Mais pas seulement. S’il n’y avait pas eu un certain 11 Septembre, s’il n’y avait pas eu toutes ces guerres qui ont découlé de cet évènement, les choses auraient pu être bien différentes. Quelques jours après le 11 Septembre 2001, Marc-Edouard Nabe avait écrit un livre intitulé : “Une lueur d’espoir”. J’avais aimé ce titre. Il s’agissait bien d’une lueur, comme l’aube d’un jour nouveau. La lumière, progressivement, inexorablement se répandait sur la terre. Peu à peu, l’humanité sort des ténèbres. Nous n’en sommes encore qu’au début, mais cette dynamique semble irréversible. Le monde ne remerciera jamais assez Monsieur Thierry Meyssan pour avoir été à l’origine de la prise de conscience mondiale de la manipulation de l’information sur cet évènement que fut le 11 Septembre. Bien sûr, si ce n’était lui, quelqu’un d’autre l’aurait fait tôt ou tard. Mais l’Histoire est ainsi faite : la rencontre d’un homme et d’un évènement. Cette aube qui point, c’est la naissance de la vérité, en lutte contre le mensonge. Lumière contre ténèbres. J’ai espoir que la vérité triomphera car il n’existe d’ombre que par absence de lumière. L’échange d’informations à travers les blogs et forums permettra d’y parvenir. C’est la raison d’être de ce blog. Je souhaitais apporter ma modeste contribution à cette grande aventure, à travers mes réflexions, mon vécu et les divers échanges personnels que j’ai eu ici ou là. Il se veut sans prétentions, et n’a comme orientation que la recherche de la vérité, si elle existe. Chercher la vérité c’est, bien sûr, lutter contre le mensonge où qu’il se niche, mais c’est surtout une recherche éperdue de Justice.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Recommended For You