Premier revers pour l’étude sur le plasma visant à guérir les patients COVID-19

Premier revers pour l’étude sur le plasma visant à guérir les patients COVID-19

Un essai clinique international, nommé REMAP-CAP, a récemment tenté d’étudier un nouveau traitement pour les malades gravement atteints de la COVID-19.

Les scientifiques et les médecins à l’initiative de cet essai sont partis d’une hypothèse selon laquelle le plasma de convalescence pourrait servir de traitement aux patients atteints de la COVID-19.

Rappelons que le plasma sanguin, composé à 90 % d’eau, est le composant liquide du sang à l’intérieur duquel on retrouve toutes ses cellules, dont les anticorps. Ces derniers se développent pour répondre à une infection.

Dans le cas des patients guéris du coronavirus, leur plasma, dit plasma convalescent, contient des anticorps permettant de lutter contre le virus.

L’essai clinique visait donc à utiliser ce plasma convalescent pour fournir des anticorps à une personne gravement atteinte de la COVID-19 qui ne parvient pas à en développer naturellement.

Ce n’est pas la première fois qu’une méthode comme celle-ci est utilisée. Lors de certaines grandes épidémies telles que la grippe Espagnole ou encore Ebola, les scientifiques procédaient déjà à l’injection de plasma convalescent pour lutter contre ces maladies.

REMAP-CAP se déroule sur trois continents, dans plus de 290 sites cliniques et sur plus de 4100 patients. (Photo : Francois Lenoir/Reuters)

Dans le cas de la COVID-19, beaucoup d’espoirs reposaient sur cette injection de plasma, malheureusement les résultats étudiés n’ont pas été à la hauteur des attentes.

En effet, l’essai a démontré que les probabilités de réduction de la mortalité, chez les patients gravement atteints, suite à ces injections de plasma étaient très faibles — seulement 2,2 %.

Les chercheurs disent ne pas comprendre “pourquoi le plasma de convalescence ne semble pas améliorer les résultats chez les patients gravement malades atteints de la COVID-19”.

“Il se peut que ce soit parce que les lésions pulmonaires sont trop avancées pour que le plasma de convalescence puisse faire une différence. »

Alexis Turgeon, professeur à l’Université Laval et co-auteur de l’étude

Cependant, les scientifiques continuent leurs études dans l’espoir de trouver un traitement.

Les essais cliniques sur le plasma vont donc se poursuivre afin de déterminer si les anticorps peuvent être utilisés pour d’autres patients qui seraient dans un état moins critique.

Certaines recherches internationales antérieures auraient notamment démontré que l’utilisation de ces anticorps chez un patient qui n’est pas encore en soins intensifs pourrait s’avérer plus efficace.

“Il est possible que les patients moins gravement atteints par la COVID-19 qui seront traités plus précocement puissent bénéficier du plasma de convalescents. »

Dr Zarychanski, médecin spécialiste en soins intensifs et co-auteur de l’étude.

En effet, Gail Miflin, experte médicale au service national de santé britannique explique que “les anticorps agissent en arrêtant le virus, et non en traitant les symptômes”.

Cela signifierait que s’ils sont injectés suffisamment tôt, ces anticorps pourraient avoir un impact sur la progression de la maladie.

« Étant donné que nous ignorons toujours l’effet du plasma de convalescents chez les patients hospitalisés modérément malades de la COVID-19, […] nous continuons le recrutement dans l’essai clinique pour ce groupe de patients », souligne le Dr Ryan Zarychanski.

REMAP-CAP se déroule sur trois continents, dans plus de 290 sites cliniques et sur plus de 4100 patients.

912 patients gravement malades ont notamment participé à l’étude et leurs données ont été analysées par un comité indépendant de surveillance.

Au Canada, des chercheurs de l’Université Laval, de l’Université du Manitoba et de l’Université de Toronto travaillent sur cet essai clinique.

Avec les informations de Radio-Canada et Reuters.

À lire aussi :

Les prisons fédérales canadiennes ont enregistré 1.149 cas de COVID-19 dont trois décès, depuis le début de la pandémie - Photo : iStock / Tugores34

COVID-19 : Opération de vaccination dans les prisons fédérales canadiennes

Le Canada lance à partir de ce vendredi 8 janvier la première phase de vaccination contre la COVID-19 des détenus dans les prisons fédérales. Le Service correctionnel du Canada a annoncé dans un communiqué qu’il commencera par vacciner «les détenus »

Source : Lire l'article complet par RCI

Source: Lire l'article complet de RCI

À propos de l'auteur RCI

« Le site multilingue de CBC/Radio-Canada pour découvrir et comprendre les valeurs démocratiques et culturelles des Canadiens de toutes origines. » Politique / Santé / Autochtones / Société / Économie / Immigration et refugiés / International / Environnement et vie animale / Internet, sciences et technologies / Arts et divertissements / Sports Radio Canada International (RCI) est le service radiophonique international de la Société Radio-Canada. Avant 1970, RCI était connu sous le nom de Service international de la CBC. Le service de radiodiffusion était également appelé auparavant la Voix du Canada, diffusant sur ondes courtes à partir de puissants émetteurs à Sackville, au Nouveau-Brunswick. « À son apogée », a déclaré le magazine Radio World, « Radio Canada International était l'un des radiodiffuseurs internationaux sur ondes courtes les plus écoutés au monde ». Toutefois, les services sur ondes courtes ont été supprimés en juin 2012, et RCI est devenu accessible exclusivement via Internet. Elle a également réduit ses services à cinq langues et mis fin à la production de son propre service d'information. (Wikipedia [en], traduit avec DeepL)

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Recommended For You