Opération Premières Nations : la vaccination commence partout au pays

Opération Premières Nations : la vaccination commence partout au pays

Les Premières Nations du Canada ont commencé à recevoir des vaccins contre la COVID-19.

Le vaccin contre la COVID-19 commence à arriver pour protéger les citoyens des Premières Nations qui sont souvent éparpillées dans de petites communautés dans le nord du pays et qui sont particulièrement isolées en ce moment au cœur de l’hiver et où l’avion est le seul moyen de transport viable.

Le Comité consultatif national de l’immunisation (CCNI) du Canada a conseillé que les adultes des communautés autochtones, où les infections par COVID-19 peuvent avoir des conséquences disproportionnées, soient parmi les premières personnes du pays à se faire vacciner contre le coronavirus.

Au début du mois de décembre, par exemple, les membres des Premières nations représentaient plus de 40 % des personnes se trouvant dans les unités de soins intensifs du Manitoba en raison du virus.

Vendredi dernier, Services aux Autochtones Canada avait confirmé 3288 cas actifs de COVID-19 parmi les Premières Nations du pays, 452 hospitalisations. Depuis le début de la pandémie, près de 10 000 cas ont été rapportés au sein de la population autochtone. Les autorités déplorent 95 décès.

Au Nunavut, dans le nord du pays, où les ressources médicales sont plus rares, l’apparition de la COVID-19 début novembre a montré que les éclosions peuvent se propager rapidement. Le nombre de cas sur le territoire étant passé de zéro à 266 en quelques mois.

Récemment, la communauté de la réserve Ehatis sur la côte nord-ouest de l’île de Vancouver a été frappée par une éclosion ayant touché 28 des 100 personnes qui y habitaient.

Les doses de vaccins arrivent par milliers

La Colombie-Britannique a alloué 25 000 doses du vaccin COVID-19 aux membres à risque des Premières nations isolées, qui seront distribuées d’ici la fin février. Lundi dernier, 10 700 doses du vaccin de Moderna étaient disponibles pour les Premières nations, et 5 300 avaient été distribuées à 18 communautés.

En Saskatchewan, 4 900 doses du vaccin de Moderna ont été envoyées jusqu’à présent dans les régions du nord, où les travailleurs de la santé, le personnel et les résidents des maisons de soins de longue durée, ainsi que les personnes âgées de 80 ans ou plus, sont les premiers à être vaccinés, y compris ceux qui vivent dans les communautés des Premières nations. Cette province s’attend à recevoir ces prochains jours 5300 doses supplémentaires du vaccin Moderna, les petites villes servant de centres de distribution régionaux.

Selon les données du ministère de la Santé du Québec publiées samedi, 808 doses du vaccin avaient été administrées dans la région Terres-Cries-de-la-Baie-James, 540 à Opitciwan, 281 à Wemotaci et 96 dans le Nord-du-Québec. 

Le Manitoba, quant à lui, a commencé à expédier 5 300 doses du vaccin de Moderna la semaine dernière afin d’atteindre les habitants des 63 Premières nations de la province. (Charlie Riedel/The Associated Press)

Rassurer les populations autochtones

Les responsables provinciaux de la santé sont appelés un peu partout à travailler avec les infirmières autochtones de ces régions qui administrent les doses de vaccin afin que ceux qui les reçoivent voient un visage familier en qui ils ont confiance leur procurer ces soins.

Au départ, « les Premières Nations n’étaient pas vraiment impliquées dans l’attribution de ce vaccin », souligne le Dr Nnamdi Ndubuka, médecin hygiéniste de la Northern Inter-Tribal Health Authority. Plus récemment, la communication sur la distribution des vaccins s’est améliorée entre les communautés et les responsables de la santé publique de la Saskatchewan Health Authority,.

Publié en novembre dernier, un rapport provincial en Colombie-Britannique mettait en lumière le profilage racial répandu fondé sur des stéréotypes qui affectaient les soins que reçoivent les patients autochtones. Sur plus de 2700 Autochtones interrogés dans le cadre de l’enquête, 84 % ont déclaré avoir subi une forme de discrimination en matière de soins de santé.

Comme plusieurs autres communautés autochtones reculées à travers le Canada, la Première Nation de ull Bay en Ontario a dû prendre des mesures d’urgence pour affronter la pandémie de la COVID-19 sur son territoire. (Photo du chef de la nation Wilfred King | REUTERS/David Jackson)

RCI avec CBC News et La Presse canadienne

Source : Lire l'article complet par RCI

Source: Lire l'article complet de RCI

À propos de l'auteur RCI

« Le site multilingue de CBC/Radio-Canada pour découvrir et comprendre les valeurs démocratiques et culturelles des Canadiens de toutes origines. » Politique / Santé / Autochtones / Société / Économie / Immigration et refugiés / International / Environnement et vie animale / Internet, sciences et technologies / Arts et divertissements / Sports Radio Canada International (RCI) est le service radiophonique international de la Société Radio-Canada. Avant 1970, RCI était connu sous le nom de Service international de la CBC. Le service de radiodiffusion était également appelé auparavant la Voix du Canada, diffusant sur ondes courtes à partir de puissants émetteurs à Sackville, au Nouveau-Brunswick. « À son apogée », a déclaré le magazine Radio World, « Radio Canada International était l'un des radiodiffuseurs internationaux sur ondes courtes les plus écoutés au monde ». Toutefois, les services sur ondes courtes ont été supprimés en juin 2012, et RCI est devenu accessible exclusivement via Internet. Elle a également réduit ses services à cinq langues et mis fin à la production de son propre service d'information. (Wikipedia [en], traduit avec DeepL)

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Recommended For You