La guerre des réseaux sociaux contre Trump

La guerre des réseaux sociaux contre Trump

par Tyler Durden.

8 janvier 2021 – La culture de l’annulation est de retour en force, après que Reddit ait banni de son espace un autre forum pro-Trump, r/DonaldTrump. C’est un autre exemple de technocrates de gauche qui utilisent des groupes marginaux d’extrémistes – dans ce cas, le « raid » du Capitole – pour justifier leurs actions, tout en ayant donné carte blanche à leur propre camp pendant quatre années de violence et de rhétorique incendiaire.

« La politique du site de Reddit interdit tout contenu qui encourage la haine, ou qui encourage, glorifie, incite ou appelle à la violence contre des groupes de personnes ou des individus. Conformément à cela, nous avons pris des mesures proactives pour rappeler aux modérateurs nos politiques et leur offrir un soutien ou des ressources selon les besoins », a déclaré un porte-parole de Reddit à Axios, et a ajouté : « Nous avons également pris des mesures pour interdire la communauté r/donaldtrump étant donné les violations répétées de la politique ces derniers jours concernant la violence au Capitole américain ».

En juin, Reddit a banni /r/The_Donald – l’une des plus grandes communautés politiques du site, au moment même où les élections de 2020 commençaient à chauffer.

L’interdiction de la société ce vendredi arrive juste après plusieurs actions d’autres plateformes contre Trump ou ses partisans. Comme le note Axios :

  • Twitch et Snapchat ont désactivé les comptes de Trump.
  • Shopify a bloqué deux boutiques en ligne affiliées au président.
  • Facebook et Instagram ont interdit à Trump de publier des messages pendant au moins deux semaines et ont subi des pressions pour l’exclure définitivement, notamment de la part de l’ancienne première dame Michelle Obama et des démocrates de haut rang.
  • Twitter a gelé le compte de Trump mercredi avant de le rétablir jeudi après avoir supprimé les tweets problématiques.
  • YouTube dit qu’il accélère la répression contre les déclarations de fraude électorale du président Trump et d’autres personnes en se basant sur les événements de mercredi.
  • TikTok supprime les violations de contenu et redirige les hashtags comme #stormthecapitol et #patriotparty vers ses directives communautaires.

Pendant ce temps, Facebook a retiré la campagne « Walk Away » de sa plateforme et a banni le fondateur Brandon Straka et son équipe – qui comptait plus de 500 000 personnes ayant partagé leurs vidéos de témoignage sur leur départ du Parti démocrate.

Brandon Straka : FACEBOOK a retiré la campagne #WalkAway et m’a banni
ainsi que TOUS LES MEMBRES de mon équipe !
Plus d’un demi-million de personnes dans la campagne #WalkAway avec
des centaines de milliers de vidéos et d’histoires de témoignages est parti.
Facebook a interdit tout ce qui est lié à #WalkAway.
Ian Miles Cheong : C’est fini pour les mouvements pro-Trump sur Internet.
La purge est en cours.

Et en guise de cerise sur le gâteau, l’Université de Lehigh vient de révoquer un diplôme honorifique de 33 ans décerné au président Trump en 1988, après que le conseil d’administration de l’école ait voté en ce sens jeudi, suite aux violences au Capitole.

Il semble que ces institutions n’attendaient que la bonne excuse…

*

Mise à jour (16h25) – Twitter a suspendu le compte du général Michael Flynn, le premier conseiller à la Sécurité nationale du président Trump, et celui de l’avocate Sidney Powell, dans le cadre de la répression des comptes se livrant à des « activités nuisibles ».

Plus de purges :

Attendez-vous à une censure comme vous n’en avez jamais vue et
à entendre parler de la nouvelle menace, le « terrorisme intérieur ».
Voilà la situation.
Twitter vient de bannir Sydney Powell, le général Flynn et une foule de
followers de Trump. La purge commence. Elle se termine bien, j’en suis sûr.

*

Mise à jour (17h05) – Big tech est en croisade de culture de l’annulation aujourd’hui – avec la suspension par Twitter du compte du général Michael Flynn, de l’avocate Sidney Powell et de divers autres comptes pro-Trump.

Pendant ce temps, Apple s’apprête à retirer de son app store le concurrent de Twitter, Parler, à moins qu’il n’adopte une série de mesures de répression draconiennes contre la liberté d’expression.

Via BuzzFeed :

« Apple a lancé un ultimatum à Parler, le réseau social favori des conservateurs et des extrémistes, pour qu’il mette en place un plan de modération complet de sa plateforme dans les 24 prochaines heures, sous peine d’être expulsé de l’App store.

Dans un courriel envoyé ce matin et obtenu par BuzzFeed News, Apple a écrit aux dirigeants de Parler qu’il y avait eu des plaintes selon lesquelles le service avait été utilisé pour planifier et coordonner la prise d’assaut du Capitole américain par les partisans du président Donald Trump mercredi. L’insurrection a fait cinq morts, dont un officier de police.

« Nous avons reçu de nombreuses plaintes concernant des contenus répréhensibles dans votre service Parler, des accusations selon lesquelles l’application Parler a été utilisée pour planifier, coordonner et faciliter les activités illégales à Washington D.C. le 6 janvier 2021 qui ont conduit (entre autres choses) à des pertes de vies humaines, de nombreux blessés et à la destruction de biens », a écrit Apple à Parler. « L’application semble également continuer à être utilisée pour planifier et faciliter encore d’autres activités illégales et dangereuses » …

Apple a déclaré que « pour garantir qu’il n’y ait pas d’interruption de la disponibilité de votre application sur l’App Store », Parler devait soumettre une mise à jour et un « plan d’amélioration de la modération demandée dans les 24 heures suivant la date du message », qui a été envoyé vendredi matin. Apple a déclaré que si elle ne recevait pas de mise à jour de l’entreprise dans ce délai, l’application serait retirée de l’App Store.

Un porte-parole d’Apple a refusé de commenter ».

Aujourd’hui, le Washington Post rapporte que des centaines d’employés de Twitter ont demandé dans une lettre de vendredi que la société suspende définitivement le compte du président Trump suite à la « prise d’assaut » du Capitole américain de mercredi, alors que la police a simplement laissé entrer les manifestants dans le bâtiment.

La police du Capitole ouvre les portes aux manifestants.
Ils se tiennent à l’écart et les invitent à entrer.

« Dans une lettre interne adressée au directeur général Jack Dorsey et à ses cadres supérieurs, vue par le Washington Post, environ 350 employés de Twitter ont demandé un compte rendu clair du processus de décision de l’entreprise concernant les tweets du président le jour où une foule pro-Trump a pénétré dans le Capitole américain. Les employés ont également demandé une enquête sur les dernières années d’actions de l’entreprise qui ont conduit au rôle de Twitter dans l’insurrection », écrit le Post.

« Malgré nos efforts pour servir la conversation publique, en tant que mégaphone de Trump, nous avons contribué à alimenter les événements meurtriers du 6 janvier », lit-on dans la lettre. « Nous demandons une enquête sur la manière dont nos décisions de politique publique ont conduit à l’amplification de graves menaces anti-démocratiques. Nous devons tirer les leçons de nos erreurs afin d’éviter de causer des dommages futurs ».

*

Mise à jour (18h30) – Avec un post publié sur son blog, accompagné d’un tweet du compte « Twitter Safety » de Twitter, la société de médias sociaux a officiellement cédé à la pression d’un chœur croissant de démocrates, et a accepté d’interdire définitivement le président Trump de twitter.

C’est la pierre angulaire d’une longue journée de censure croissante de Trump et des voix conservatrices sur le web, de Shopify à Apple (qui, comme nous l’avons noté ci-dessus, tente de faire de l’ombre à Parler).

Voici la déclaration de Twitter :

Suspension permanente de @realDonaldTrump

Après avoir examiné de près les récents tweets du compte @realDonaldTrump et le contexte qui les entoure – en particulier la façon dont ils sont accueillis et interprétés sur Twitter et en dehors – nous avons suspendu définitivement le compte en raison du risque de nouvelles incitations à la violence.

Dans le contexte des terribles événements de cette semaine, nous avons clairement fait savoir mercredi que de nouvelles violations des règles de Twitter pourraient entraîner cette même ligne de conduite. Notre cadre d’intérêt public existe pour permettre au public d’entendre directement les représentants élus et les dirigeants mondiaux. Il repose sur le principe selon lequel les citoyens ont le droit de demander des comptes au grand jour.

Cependant, nous avons clairement indiqué, il y a des années, que ces comptes ne sont pas au-dessus de nos règles et ne peuvent pas utiliser Twitter pour inciter à la violence, entre autres. Nous continuerons de faire preuve de transparence en ce qui concerne nos politiques et leur mise en œuvre.

Vous trouverez ci-dessous une analyse complète de notre approche en matière d’application des politiques dans ce cas.

Vue d’ensemble

Le 8 janvier 2021, le président Donald J. Trump a tweeté :

« Les 75 000 000 de grands patriotes américains qui ont voté pour moi, AMERICA FIRST, et MAKE AMERICA GREAT AGAIN, auront une VOIX GÉANTE longtemps pour l’avenir. Ils ne seront pas irrespectés ou traités injustement de quelque manière que ce soit !!! »

Peu après, le président a tweeté :

« À tous ceux qui ont demandé, je n’irai pas à l’inauguration le 20 janvier ».

En raison des tensions actuelles aux États-Unis, et d’un regain de la conversation mondiale concernant les personnes qui ont violemment pris d’assaut le Capitole le 6 janvier 2021, ces deux Tweets doivent être lus dans le contexte d’événements plus larges dans le pays et des façons dont les déclarations du président peuvent être exploitées par différents publics, notamment pour inciter à la violence, ainsi que dans le contexte du modèle de comportement de ce compte au cours des dernières semaines. Après avoir évalué le langage utilisé dans ces tweets par rapport à notre politique de glorification de la violence, nous avons déterminé que ces tweets sont en violation de la politique de glorification de la violence et que l’utilisateur @realDonaldTrump devrait être immédiatement et définitivement suspendu du service.

Évaluation

Nous avons évalué les deux tweets mentionnés ci-dessus dans le cadre de notre politique de glorification de la violence, qui vise à empêcher la glorification de la violence qui pourrait inciter d’autres personnes à reproduire des actes violents et nous avons déterminé qu’ils étaient très susceptibles d’encourager et d’inspirer les gens à reproduire les actes criminels qui ont eu lieu au Capitole américain le 6 janvier 2021.

Cette détermination est basée sur un certain nombre de facteurs, notamment :

  • La déclaration du président Trump selon laquelle il ne participera pas à l’inauguration est reçue par un certain nombre de ses partisans comme une confirmation supplémentaire que l’élection n’était pas légitime et est considérée comme un désaveu de sa précédente affirmation faite par le biais de deux tweets (1, 2) de son chef de cabinet adjoint, Dan Scavino, selon laquelle il y aurait une « transition ordonnée » le 20 janvier.
  • Le second tweet peut également servir d’encouragement à ceux qui envisagent des actes violents et qui pensent que l’inauguration serait une cible « sûre », puisqu’il n’y assistera pas.
  • L’utilisation des mots « Patriotes américains » pour décrire certains de ses partisans est également interprétée comme un soutien à ceux qui commettent des actes violents au Capitole américain.
  • La mention de ses partisans ayant une « VOIX GÉANTE pour le futur » et « qu’ils ne seront pas irrespectés ou traités injustement de quelque manière que ce soit » est interprétée comme une indication supplémentaire que le président Trump ne prévoit pas de faciliter une « transition ordonnée » et qu’au contraire, il prévoit de continuer à soutenir, habiliter et protéger ceux qui croient qu’il a gagné l’élection.
  • Des plans pour de futures manifestations armées ont déjà commencé à proliférer sur et hors Twitter, notamment un projet de seconde attaque contre le Capitole américain et les bâtiments du Capitole de l’État le 17 janvier 2021.

En tant que tel, notre détermination est que les deux tweets ci-dessus sont susceptibles d’inspirer d’autres à reproduire les actes violents qui ont eu lieu le 6 janvier 2021, et qu’il y a de multiples indicateurs qu’ils sont reçus et compris comme un encouragement à le faire ».

Les actions de Twitter ont chuté après la fermeture de la bourse.

Le conseiller de campagne de Trump, Stephen Miller, a tweeté immédiatement après (et nous soupçonnons qu’il ne tardera pas à être suspendu lui aussi pour une durée indéterminée) que « Big Tech veut annuler tous les partisans de Trump ».

Écœurant. Big Tech veut annuler tous les 75M de supporters de @realDonaldTrump.
Si vous pensez qu’ils ne viendront pas vous chercher ensuite, vous vous trompez.
« Twitter bannit le président Trump »

*

Mise à jour (20h00) : Alors que la purge s’accélère, nous ne sommes pas vraiment étonnés que Google vienne de suspendre Parler de son Play Store :

« Afin de protéger la sécurité des utilisateurs sur Google Play, nos politiques de longue date exigent que les applications affichant du contenu généré par les utilisateurs aient des politiques de modération et une application qui supprime les contenus flagrants comme les messages qui incitent à la violence.

Tous les développeurs acceptent ces conditions et nous avons rappelé à Parler cette politique claire au cours des derniers mois.

Nous sommes au courant de publication continue dans l’application Parler qui cherche à inciter à la violence aux États-Unis.

Nous reconnaissons qu’il peut y avoir un débat raisonnable sur les politiques en matière de contenu et qu’il peut être difficile pour les applications de supprimer immédiatement tout contenu violant, mais pour que nous puissions distribuer une application par le biais de Google Play, nous exigeons que les applications mettent en place une modération solide pour le contenu abusif.

Compte tenu de cette menace permanente et urgente pour la sécurité publique, nous suspendons les inscriptions de l’application sur le Play Store jusqu’à ce que ces problèmes soient résolus » – José Castañeda, porte-parole de Google.

Le fils du président Trump, Don Jr, a résumé les choses de manière très succincte :

« Nous vivons 1984 d’Orwell. La liberté d’expression n’existe plus en Amérique. Elle est morte avec big tech et ce qui reste n’est là que pour quelques élus.

C’est de la folie absolue !

Donc l’ayatollah, et de nombreux autres régimes dictatoriaux peuvent avoir des comptes Twitter sans problème malgré la menace de génocide à des pays entiers et le meurtre d’homosexuels etc… mais le président des États-Unis devrait être suspendu définitivement.

Mao serait fier ».

« Mariage rouge » quelqu’un ?

*

Mise à jour (21h00) : À 20h29, Trump – après la suspension de son compte twitter personnel – a décidé d’utiliser le compte twitter officiel du président américain, @POTUS, en disant que « les employés de Twitter se sont coordonnés avec les démocrates et la gauche radicale en retirant mes comptes de leur plateforme pour me faire taire – et VOUS, les 75 000 000 de grands patriotes qui ont voté pour moi. Trump a ensuite déclaré que « Twitter est peut-être une entreprise privée, mais sans le don du gouvernement de la section 230, ils n’existeraient pas pour longtemps ».

Trump, qui n’a pas encore créé son propre compte Parler, a poursuivi : « Nous avons négocié avec divers autres sites, et nous aurons bientôt une annonce importante, tout en examinant les possibilités de créer notre propre plateforme dans un avenir proche ».

« Nous ne serons pas réduits au silence ! Twitter n’est pas un site de discours libre. Ils ne servent qu’à promouvoir une plateforme de la gauche radicale où certaines des personnes les plus vicieuses du monde sont autorisées à s’exprimer librement », a déclaré le président.

Il a conclu par un « STAY TUNED ! » (restez connectés !)


Quelques instants plus tard, twitter a supprimé tous les tweets ci-dessus du compte @POTUS. Le dernier tweet restant sur ce compte qui, avec ses 33,4 millions d’abonnés, compte un peu plus d’un tiers des 88 millions d’abonnés originaux de Trump, date du 23 décembre.

La suppression a été suivie d’un tweet de nulle autre que la Némésis de Trump, Hillary Clinton, qui s’est réjouie que le compte de Trump ait effectivement été supprimé, comme elle avait exhorté à le faire juste avant qu’elle ne perde les élections de 2016 face à lui.

Peu de temps après, Trump a également tweeté en utilisant sa campagne, le compte @TeamTrump. Littéralement 10 secondes plus tard, le compte a été suspendu.

Selon le journaliste de VOA Steve Herman, un porte-parole de twitter a déclaré que « Comme nous l’avons dit, utiliser un autre compte pour tenter d’échapper à une suspension est contraire à nos règles. Nous avons définitivement suspendu le compte @TeamTrump ».

Et ce n’est pas tout : juste avant 22h, Gary Coby, directeur de la campagne numérique de Trump, a tweeté à Dan Scavino d’utiliser son compte pour Trump… et a été suspendu quelques instants plus tard :

Le fils de Trump, Donald Jr, – dont le compte twitter n’a étonnamment pas encore été interdit – a tweeté « La liberté d’expression est attaquée ! La censure se produit comme JAMAIS auparavant ! Ne les laissez pas nous réduire au silence. Inscrivez-vous sur DONJR.COM pour rester connecté ! »

La nuit n’est pas encore finie, et alors que la grande purge se poursuit, personne ne sait combien d’autres voix seront réduites au silence.

Et pendant que nous attendons, il semble que l’animateur de talk-show le plus populaire de l’histoire de l’Amérique, un patient en phase terminale de cancer et ami proche de Donald Trump, a fait ce que tant d’autres feront dans les jours à venir, et a fermé son propre compte.


source : https://www.zerohedge.com/political

traduit par Réseau International

Source : Lire l'article complet par Réseau International

Source: Lire l'article complet de Réseau International

À propos de l'auteur Réseau International

Site de réflexion et de ré-information. Aujourd’hui nous assistons, à travers le monde, à une émancipation des masses vis à vis de l’information produite par les médias dits “mainstream”, et surtout vis à vis de la communication officielle, l’une et l’autre se confondant le plus souvent. Bien sûr, c’est Internet qui a permis cette émancipation. Mais pas seulement. S’il n’y avait pas eu un certain 11 Septembre, s’il n’y avait pas eu toutes ces guerres qui ont découlé de cet évènement, les choses auraient pu être bien différentes. Quelques jours après le 11 Septembre 2001, Marc-Edouard Nabe avait écrit un livre intitulé : “Une lueur d’espoir”. J’avais aimé ce titre. Il s’agissait bien d’une lueur, comme l’aube d’un jour nouveau. La lumière, progressivement, inexorablement se répandait sur la terre. Peu à peu, l’humanité sort des ténèbres. Nous n’en sommes encore qu’au début, mais cette dynamique semble irréversible. Le monde ne remerciera jamais assez Monsieur Thierry Meyssan pour avoir été à l’origine de la prise de conscience mondiale de la manipulation de l’information sur cet évènement que fut le 11 Septembre. Bien sûr, si ce n’était lui, quelqu’un d’autre l’aurait fait tôt ou tard. Mais l’Histoire est ainsi faite : la rencontre d’un homme et d’un évènement. Cette aube qui point, c’est la naissance de la vérité, en lutte contre le mensonge. Lumière contre ténèbres. J’ai espoir que la vérité triomphera car il n’existe d’ombre que par absence de lumière. L’échange d’informations à travers les blogs et forums permettra d’y parvenir. C’est la raison d’être de ce blog. Je souhaitais apporter ma modeste contribution à cette grande aventure, à travers mes réflexions, mon vécu et les divers échanges personnels que j’ai eu ici ou là. Il se veut sans prétentions, et n’a comme orientation que la recherche de la vérité, si elle existe. Chercher la vérité c’est, bien sûr, lutter contre le mensonge où qu’il se niche, mais c’est surtout une recherche éperdue de Justice.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Recommended For You