Nouveaux records dans le domaine des greffes d’organes au Vietnam

Nouveaux records dans le domaine des greffes d’organes au Vietnam

Le patient est Pham Van Vuong, 31 ans, à Hanoï. En 2016, suite à un accident de travail, sa main gauche ainsi qu’une partie de son avant-bras ont été complètement écrasées. Il avait été envoyé à l’Hôpital central militaire 108 et en raison de l’état grave de ses blessures, les médecins avaient dû amputer la partie mutilée, soit sa main gauche et un tiers de son avant-bras.

Concernant le donneur, le 3 janvier 2020, l’Hôpital central militaire 108 a accueilli un patient ayant également subi un grave accident de travail. Une partie de son bras et de son avant-bras gauche avait été sérieusement endommagée.

Après plusieurs examens poussés, les médecins ont trouvé qu’une partie du membre sectionné (à savoir une partie de l’avant-bras) était encore saine et pouvait être utilisée pour une greffe. Suite à la demande des médecins, le patient, avec l’accord de sa famille, a ainsi décidé de faire don de ce greffon à Pham Van Vuong, candidat idéal qui répondait à tous les critères.

Le Prof.-Docteur Nguyên Thê Hoàng, directeur adjoint de l’hôpital, qui a directement participé à la greffe, a informé que pour pouvoir pratiquer cette chirurgie, l’hôpital avait trois ans pour préparer les bases juridiques et scientifiques nécessaires et les procédures liées à l’éthique médicale, le traitement après une greffe…

Évaluant la greffe, le Prof.-Docteur Pham Gia Khanh, président de l’Association vietnamienne de transplantation d’organes, a estimé : « C’est une transplantation merveilleuse ». La technique de greffe de membre est très compliquée, les pays avancés ont des décennies de recherche mais n’ont jamais été en mesure de réaliser une greffe de membre à partir d’un donneur vivant car il y a un risque rare d’amputation mains et jambes encore éligibles à la transplantation.

Selon le Prof.-Docteur Mai Hông Bang, directeur de l’hôpital, depuis 1998, seules 89 greffes de membres avaient été réalisées dans le monde. Tous les membres avaient été prélevés sur des donneurs en état de mort cérébrale. Toujours en 2020, une série de greffes d’organes spéciaux ont été effectuées par des médecins vietnamiens.

C’est le bilan de la transplantation d’organes de l’Hôpital de l’amitié Viêt – Duc (Vietnam – Allemagne). En 13 jours, du 30 août au 12 septembre, les médecins ont réalisé 23 greffes d’organes, dont trois cœurs, quatre foies et 16 reins, grâce à 15 organes de donneurs de cerveau. Les médecins de l’Hôpital de l’amitié Viêt Duc ont également atteint le pic de 1000 greffes de rein le 28 septembre.

Le médecin examine un patient après une greffe de rein. Photo : VNA/CVN

À l’Hôpital central militaire 108 à Hanoï, le 16 septembre, les médecins ont réalisé avec succès le 4e cas de transplantation d’organes multi-tissus. Ils ont effectué la transplantation de deux poumons pour un patient ; la transplantation hépatique pour un patient souffrant d’insuffisance hépatique aiguë ; la greffe de deux reins pour deux patients atteints d’insuffisance rénale chronique terminale. Le même jour, les médecins ont réussi à transplanter deux avant-bras pour un homme de 18 ans. Actuellement, toutes les blessures de ce jeune homme ont été guéries, les membres vivent bien.

En outre, l’hôpital a également coopéré avec le Centre national de coordination pour recueillir et transplanter le cœur d’un patient atteint de myocardite dilatée en phase terminale à l’Hôpital de l’amitié Viêt Duc.

À l’Académie de médecine militaire, pendant deux jours, les 27 et 28 octobre, des médecins ont effectué avec succès deux transplantations intestinales, marquant le passage du Vietnam à la conquête réussie de la technique de transplantation intestinale – l’une des transplantations les plus difficiles dans le domaine de la transplantation d’organes.

Toujours en 2020, l’Hôpital pédiatrique de Hô Chi Minh-Ville a mis en œuvre avec succès la séparation des jumelles siamoises Diêu Nhi et Truc Nhi. Nées le 6 juillet 2019 à l’hôpital Hùng Vuong de Hô Chi Minh-Ville, ces petites filles étaient en effet jointes par l’abdomen pelvien avec des membres pleins, deux organes génitaux et un anus. Les deux bébés avaient deux vessies situées de chaque côté de l’abdomen commun, avec un double utérus vaginal.



Les jumelles siamoises Diêu Nhi et Truc Nhi quittent l’Hôpital pédiatrique de Hô Chi Minh-Ville, le 7 octobre 2020. Photo : Quang Châu/CVN

Pour rappel, la transplantation d’organes au Vietnam a été marquée par la greffe rénale pour le patient Vu Manh Doan (40 ans) en insuffisance rénale terminale du donneur de 28 ans, son frère, le 4 juin 1992 à l’Hôpital militaire 103. Chaque année, le secteur de la transplantation d’organes au Vietnam établit de nombreuses nouvelles réalisations, confirmant sa position mondiale. Le Vietnam, qui compte 19 centres de transplantation d’organes, a fait de grands progrès dans les techniques de transplantation de tissus et d’organes

illustration: Le patient Pham Van Vuong après la greffe réalisée par les chirurgiens de l’Hôpital central militaire 108 à Hanoï. Photo : VNA/CVN

source:https://lecourrier.vn/

Source : Lire l'article complet par Réseau International

Source: Lire l'article complet de Réseau International

À propos de l'auteur Réseau International

Site de réflexion et de ré-information. Aujourd’hui nous assistons, à travers le monde, à une émancipation des masses vis à vis de l’information produite par les médias dits “mainstream”, et surtout vis à vis de la communication officielle, l’une et l’autre se confondant le plus souvent. Bien sûr, c’est Internet qui a permis cette émancipation. Mais pas seulement. S’il n’y avait pas eu un certain 11 Septembre, s’il n’y avait pas eu toutes ces guerres qui ont découlé de cet évènement, les choses auraient pu être bien différentes. Quelques jours après le 11 Septembre 2001, Marc-Edouard Nabe avait écrit un livre intitulé : “Une lueur d’espoir”. J’avais aimé ce titre. Il s’agissait bien d’une lueur, comme l’aube d’un jour nouveau. La lumière, progressivement, inexorablement se répandait sur la terre. Peu à peu, l’humanité sort des ténèbres. Nous n’en sommes encore qu’au début, mais cette dynamique semble irréversible. Le monde ne remerciera jamais assez Monsieur Thierry Meyssan pour avoir été à l’origine de la prise de conscience mondiale de la manipulation de l’information sur cet évènement que fut le 11 Septembre. Bien sûr, si ce n’était lui, quelqu’un d’autre l’aurait fait tôt ou tard. Mais l’Histoire est ainsi faite : la rencontre d’un homme et d’un évènement. Cette aube qui point, c’est la naissance de la vérité, en lutte contre le mensonge. Lumière contre ténèbres. J’ai espoir que la vérité triomphera car il n’existe d’ombre que par absence de lumière. L’échange d’informations à travers les blogs et forums permettra d’y parvenir. C’est la raison d’être de ce blog. Je souhaitais apporter ma modeste contribution à cette grande aventure, à travers mes réflexions, mon vécu et les divers échanges personnels que j’ai eu ici ou là. Il se veut sans prétentions, et n’a comme orientation que la recherche de la vérité, si elle existe. Chercher la vérité c’est, bien sûr, lutter contre le mensonge où qu’il se niche, mais c’est surtout une recherche éperdue de Justice.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Recommended For You