L’OTAN et l’UE envoient un « message » à la Russie. Encore une fois

L’OTAN et l’UE envoient un « message » à la Russie. Encore une fois

par The Saker.

J’ai vécu la plus grande partie de ma vie en Europe et même si au moment où j’ai déménagé aux États-Unis (2002), l’Europe était déjà en très mauvais état, ce que je vois maintenant se produire là-bas ne cesse de m’étonner. En fait, je me demande si les Européens ou, plus précisément, les dirigeants européens sont devenus complètement fous. Soit cela, soit peut-être ont-ils une sorte de désir de mort ?

La première chose qui m’étonne vraiment est le fait que les dirigeants européens agissent comme si nous étions encore dans les années 1980, lorsque l’Europe comptait encore et que le continent européen était relativement prospère. Et même lorsque les dirigeants de l’UE reconnaissent les problèmes auxquels l’Europe est confrontée aujourd’hui (criminalité, immigration, confinements, troubles civils, tensions avec la Russie, sanctions autodestructrices sous la pression des États-Unis, etc.), ils les traitent systématiquement (pour ainsi dire) en minimisant leur impact et leurs conséquences réels et potentiels. Et lorsque les choses s’enveniment, ils utilisent les forces de police anti-émeute pour « résoudre » le problème.

Ensuite, il y a l’OTAN qui semble maintenant croire que les incantations mantriques et certaines activités militaires vraiment stupides « pour le spectacle » le long des frontières de la Russie vont terrifier le Kremlin et transformer les Russes en Polonais. Apparemment, tout l’appareil analytique de l’OTAN n’a jamais ouvert un livre d’histoire. Soit cela, soit ils ont décidé d’ignorer les leçons de l’histoire, parce que « cette fois-ci » les Russes vont définitivement se rendre.

En réalité, toutes les opérations militaires le long de la frontière russe ne dérangent les Russes que parce qu’elles montrent que « l’Occident collectif » déteste et craint toujours la Russie. Mais en termes purement militaires, elles sont une plaisanterie.

Il n’y a pas si longtemps, les provocations sans fin de l’Occident ont finalement obtenu une réaction de la Russie : les Russes ont recréé la 1ère Armée Blindée de la Garde. Pour la plupart des gens, le concept « d’Armée Blindée » ne signifie pas grand chose. Une « Armée Blindée de la Garde » encore moins. Donc plutôt que d’utiliser des sources russes (les « hackers » et les « agents » de Poutine qui ne dorment jamais), prenons une source que personne ne peut suspecter d’être pro-russe : Wikipedia. Veuillez consulter cette entrée de Wikipédia pour l’histoire de la 1ère Armée Blindée de la Garde ». En bas de l’article, il y a une liste partielle des unités et sous-unités qui composent cette armée. Consultez-la :

Inutile d’entrer dans les détails, mais disons simplement deux choses à propos de cette Armée Blindée : premièrement, elle a beaucoup plus de capacités que « seulement » des chars et, deuxièmement, c’est l’armée qui a vraiment brisé le dos des forces nazies pendant la Seconde Guerre mondiale : elle a détruit ou capturé 5 500 chars, 491 canons automoteurs, 1 161 avions, 1 251 véhicules blindés et transporteurs de troupes blindés, 4 794 canons de différents calibres, 1 545 mortiers, 5 797 mitrailleuses, 31 064 véhicules et autres équipements militaires. La 1ère Armée Blindée de la Garde a combattu de Koursk à Berlin, et s’étendait sur trois mille kilomètres (source).

Au fait, la 1ère Armée Blindée de la Garde va également recevoir les tout nouveaux et meilleurs chars russes (il ne sert à rien de déployer la famille de véhicules blindés Armata ailleurs que vers les frontières occidentales de la Russie), et les deux plus célèbres divisions de chars de la Russie moderne.

En outre, nous devons comprendre que cette Armée Blindée ne fonctionnera pas de manière isolée, mais sera directement soutenue par les Districts Militaires de l’Ouest et du Sud, les Flottes de la Mer Noire et de la Mer Baltique (équipées des derniers missiles hypersoniques russes) et les forces aérospatiales. Même la puissante Flotte du Nord et la Flottille de la Mer Caspienne (!) pourraient, si nécessaire, fournir un soutien aux opérations en Europe centrale grâce à la longue portée des missiles russes.

Quel est donc l’objectif de la 1ère Armée Blindée de la Garde ? Voyez-la comme un puissant « poing » blindé dont le but principal est de stopper toute attaque ennemie et de percer ses défenses par la suite. La Russie a également annoncé qu’elle doublera la taille de ses forces aéroportées (actuellement composées de 4 divisions aéroportées/d’assaut, 4 brigades d’assaut aérien, 1 brigade d’opérations spéciales, avec plus de 45 000 soldats). En plus de ces unités aéroportées, l’armée russe peut également utiliser ses forces Spetsnaz (8 brigades Spetsnaz et 1 régiment Spetsnaz selon le bilan militaire 2020 de l’IISS). Il est vrai que seule une partie de ces unités ira dans les Districts Militaires de l’Ouest et du Sud, mais c’est déjà beaucoup plus que ce que l’OTAN pourrait raisonnablement espérer être en mesure de gérer (pour plus de détails, voir ici).

Oh, et ai-je mentionné que toute la triade nucléaire russe a été modernisée (ou est actuellement en cours de modernisation) ?

Voici maintenant la question intéressante :

De quel type de forces l’OTAN dispose-t-elle pour faire face à ce type de puissance ?

Sur le papier, elles sont nombreuses. En termes de chiffres bruts, l’Occident dispose de forces beaucoup plus importantes que les forces russes.

Mais, en réalité, de très, très peu, du moins de valeur militaire.

Qu’est-ce que l’OTAN aujourd’hui ? Tout d’abord, une coalition de petits pays qui essaient de trouver le courage d’aboyer sur l’ours russe comme des chihuahuas aboient sur un grand ours brun. Ces petits pays sont ce que j’appelle des « États prostitués » – ils ne veulent ni souveraineté, ni liberté, ni dignité. Tout ce qu’ils veulent, c’est que l’oncle Shmuel les protège lorsqu’ils aboient et que l’UE leur donne des tonnes d’argent en récompense de leur prostitution à l’Occident collectif. Ils ne savent apparemment pas que l’oncle Shmuel est un champion mondial de la destruction de pays, mais en termes de victoire, il est l’un des pires perdants de l’histoire (en ce sens, les armées américaine et russe sont opposées). Ils ignorent aussi apparemment que l’UE est fauchée et en crise profonde. En outre, même les Allemands, normalement dociles, en ont assez de dépenser des milliards d’euros pour leurs voisins orientaux, ignorants et désespérés (et je ne les blâme pas !).

Il y a aussi des pays plus civilisés au sein de l’OTAN, des pays qui avaient autrefois une puissance militaire très réelle et une histoire de guerres gagnées et perdues : l’Allemagne, le Royaume-Uni, la France, etc. – ce que Rumsfeld appelait la « vieille Europe ». Ce sont tous d’anciennes puissances impériales et ils sont bien conscients de ce qu’il faut pour gagner (ou perdre) une guerre.

Leur problème, cependant, est qu’ils sont maintenant de véritables protectorats/colonies américains, sans véritable politique étrangère propre. Leurs hauts dirigeants, politiques et militaires, sont également des prostituées, tout comme la « Nouvelle Europe », de sorte que, bien qu’ils aient une riche expérience historique à exploiter, ils ne peuvent pas agir en raison de la main de fer que l’oncle Shmuel a sur leur gorge politique. Même la France, qui jouissait autrefois d’une relative indépendance, sous des dirigeants tels que de Gaulle et Mitterrand, n’est plus qu’un protectorat sans voix et sans repères.

Il reste les États-Unis. Je ne vais pas tout répéter ici, mais pour résumer : il n’y a que deux segments des forces militaires américaines qui sont encore valablement capables de combattre : la triade nucléaire et les forces sous-marines américaines (stratégiques et d’attaque). Toutes deux utilisent pour la plupart des équipements anciens, voire dépassés, toutes deux gaspillent des sommes absolument fantastiques, mais toutes deux sont encore réelles. Le problème d’une telle force déséquilibrée est que si elle peut dévaster n’importe quel ennemi, elle ne peut le faire qu’au prix de sa dévastation par les contre-attaques russes. En d’autres termes, lorsque le SSN et le SSBN américains seront engagés contre la Russie, nous aurons affaire à une guerre à grande échelle (encore plus si des armes nucléaires sont utilisées, ce qui sera probablement le cas, du moins au niveau tactique). Oh, et ceci aussi : aucune quantité de sous-marins et d’armes nucléaires ne peut « protéger » une partie de l’Europe contre une attaque russe (entièrement hypothétique) (conventionnelle ou non). Pour cela, il vous faut encore la seule chose dont les États-Unis disposent le moins : des « bottes sur le terrain » capables de combattre.

Saviez-vous que dans les années 1990, la Russie n’avait pratiquement aucune défense contre la menace occidentale ? Rien de plus grand que des forces de la taille d’une division ou d’une brigade. Et elles étaient toutes en très mauvais état. Et le Kremlin, sous Eltsine, ne cherchait qu’à poursuivre la « réforme » (la « destruction ») de l’armée russe.

Alors, qu’est-ce qui a provoqué des changements aussi spectaculaires dans le dispositif de forces russes ?

La guerre UE/États-Unis/OTAN contre la nation serbe.

Et les menaces occidentales sans fin, bien sûr.

On pourrait penser que l’Occident collectif a réalisé cette erreur et qu’il va maintenant essayer quelque chose de plus intelligent ?

Mai non !

Ils ont fait exactement la même chose à nouveau, cette fois avec l’enclave de Kaliningrad.

Et ils parlent maintenant ouvertement de « traiter avec la Russie en position de force » !

La dernière fois que l’Allemagne a essayé cela, ça ne s’est pas très bien passé, n’est-ce pas ?

Permettez-moi de résumer ce qui s’est passé récemment : les Russes ont déployé des systèmes de défense à Kaliningrad : défenses aériennes, radars d’alerte rapide, renseignement sur les signaux, chasseurs, intercepteurs, unités de guerre électronique, etc. Selon des sources russes, ces systèmes auraient la capacité d’espionner une grande partie de l’Europe du Nord et seraient capables d’engager simultanément 475 cibles aériennes (missiles, avions, etc.). En outre, ces capacités ont fourni un soutien indispensable aux opérations de la Flotte de la Mer Baltique.

Les analystes occidentaux, toujours à la recherche d’un mot à la mode ou d’un acronyme fantaisiste, ont décrit cela comme un « anti-accès et refus de zone », et l’ont utilisé pour justifier des dépenses supplémentaires dans des plans complètement irréalistes (voir ici un bon exemple). Mais ce n’est pas tout, les commandants de l’OTAN ont ouvertement déclaré qu’ils « enverraient » toutes sortes de « signaux » pour « dissuader » la Russie. Encore une fois. Et c’est ce qu’ils ont fait. Ils ont envoyé des forces relativement minuscules dans leurs protectorats 3B+PU (les 3 pays baltes plus la Pologne et l’Ukraine) où ils ont joué à toutes sortes de jeux de guerre.

Le comportement passé est le meilleur prédicteur du comportement futur, mais les analystes de l’OTAN ne le savent apparemment pas. Ce qui devait arriver est arrivé : La Russie a maintenant annoncé qu’elle allait créer une division complète à l’intérieur de l’enclave de Kaliningrad. Et cette division n’enverra aucun « message » aux 3B+PU, à l’OTAN ou à qui que ce soit d’autre. Mais ils s’entraîneront pour la vraie guerre, le genre de guerre que la Russie a toujours menée contre ses ennemis lorsqu’elle était attaquée. Bravo l’OTAN ! Maintenant vous allez devoir faire face à une force bien plus dangereuse qu’auparavant, bien joué !

Quant aux Polonais, ils prétendent maintenant que l’ensemble du plan « Fort Trump », dont ils étaient si fiers, n’était qu’un concept. Pourquoi ? Parce que ces perdants sont maintenant terrifiés à l’idée que l’équipe Biden se souvienne de la façon dont ils ont soutenu Trump au cours des quatre dernières années (comme le reste des 3B+PU). Cela vaut vraiment la peine d’être répété : contrairement aux pays qui ont héroïquement résisté à l’Empire anglo-sioniste (Corée, Vietnam, Cuba, etc.), ou à ceux qui au moins ne se sont pas portés volontaires pour être occupés (Japon, Corée, Allemagne), les 3B+PU sont les seuls pays réellement prêts à payer (tout en étant pour la plupart fauchés !) pour que l’armée américaine les occupe. Rien que de ce point de vue, tout Russe en conclura immédiatement que, quel que soit leur nombre sur le papier, le potentiel de combat réel de ces pays est proche de zéro (les Russes se souviennent très bien que toutes les unités composées de volontaires de nombreux pays européens occupés par l’Allemagne et qui combattaient aux côtés de l’Allemagne pendant la Seconde Guerre mondiale n’étaient bonnes qu’à massacrer et terroriser les civils, mais face à l’Armée Rouge régulière, elles courraient *toujours* se cacher).

Enfin, si vous considérez l’OTAN comme une structure, alors l’armée américaine est à la fois son fondement et sa pierre angulaire. Alors que les États-Unis entrent dans la pire crise de leur histoire (certes courte), ils sont totalement incapables d’accomplir ne serait-ce que leurs tâches habituelles, alors encore moins de lutter contre la force militaire la plus puissante de la planète.

Si les dirigeants européens avaient la moindre conscience de ces réalités, ils pourraient immédiatement entreprendre une série de mesures pour mettre fin à cette folie. Parmi ces mesures, il pourrait y avoir des mesures « impensables » telles que :

  • Déclarer que la Russie et/ou Poutine ne sont pas toujours responsables de tous les maux et problèmes de l’univers.
  • Prendre immédiatement des mesures de confiance, modestes mais régulières, notamment en reprenant des relations normales entre les militaires occidentaux et russes.
  • Reprendre la collaboration économique avec la Russie, non pas parce que quelqu’un aime ou approuve Poutine, mais simplement pour donner les meilleures conditions possibles aux industries européennes.
  • Cesser de répéter les idioties à la Skripal/Navalny inventées par les Anglos-sionistes au sujet de la Russie.
  • Se réunir avec les Russes et tout dirigeant d’Europe centrale mentalement sain d’esprit pour discuter de ce qu’il faut faire ensemble pour sauver l’Ukraine de son implosion actuelle (qui aura des conséquences très négatives sur l’UE, bien plus que sur la Russie).
  • Définir une liste de questions politiques dans lesquelles la Russie et l’UE pourraient travailler ensemble, comme l’immigration, la criminalité, le terrorisme, le takifirisme, l’espace, les crises sanitaires, etc.

Ce ne sont là que quelques suggestions de base. Une véritable liste pourrait s’étendre sur plusieurs pages et être beaucoup plus large que les quelques options que j’ai énumérées. Aucune d’entre elles n’exige de l’Europe quelque chose de douloureux ou de crucial, juste du bon sens.

Mais non, non seulement les dirigeants européens ne font pas le moindre pas pour revenir à la raison, mais ils pensent encore qu’ils peuvent intimider et menacer la Russie pour qu’elle se conforme à leurs engagements. J’aimerais que quelqu’un leur dise quelque chose d’aussi simple que « la Russie n’est pas la Pologne », vraiment.

Au fond, il y a une différence culturelle : Les Européens (et leurs patrons insouciants américains !) n’ont pas vraiment peur de la guerre. C’est pourquoi ils n’y sont pas du tout préparés. Les Russes ont très, très peur de la guerre, parce qu’ils la connaissent et s’en souviennent. C’est pourquoi l’Occident n’est que menaces et aucune action, alors que la Russie n’est que des actions et aucune menace. Du point de vue des Russes, la meilleure façon d’éviter la guerre est de s’y préparer vraiment, vraiment. On pourrait dire que 1 000 ans d’histoire russe ont été une leçon sans fin de préparation à la guerre, d’autant plus que la plupart des guerres menées par la Russie étaient existentielles.

Comme mon ami Andrei Martyanov l’a récemment mentionné dans un article, « les Russes ont aussi un dicton : une fois par siècle, les Européens rassemblent leurs forces et vont en Russie pour se faire tabasser ». Il a raison. Mais la dernière fois, la Russie a perdu plus de 30 millions de personnes dans des batailles vraiment horribles. Elle a également détruit la plus grande partie de son économie. Puis, dans les années 1990, la Russie a presque complètement disparu en tant que pays. En conséquence, il y a cette notion de « plus jamais ça – assez c’est assez ! » qui sous-tend la plupart des actions russes aujourd’hui.

Les États-Unis et l’Europe ne peuvent l’ignorer qu’au risque le plus grand possible pour leur propre survie. Voyez ce que Poutine lui-même a déclaré récemment : « En tant que citoyen de Russie et chef de l’État russe, je dois me poser la question suivante : Pourquoi voudrions-nous un monde sans la Russie ? »

source : http://thesaker.is

traduit par Réseau International

Source: Lire l'article complet de Réseau International

À propos de l'auteur Réseau International

Site de réflexion et de ré-information. Aujourd’hui nous assistons, à travers le monde, à une émancipation des masses vis à vis de l’information produite par les médias dits “mainstream”, et surtout vis à vis de la communication officielle, l’une et l’autre se confondant le plus souvent. Bien sûr, c’est Internet qui a permis cette émancipation. Mais pas seulement. S’il n’y avait pas eu un certain 11 Septembre, s’il n’y avait pas eu toutes ces guerres qui ont découlé de cet évènement, les choses auraient pu être bien différentes. Quelques jours après le 11 Septembre 2001, Marc-Edouard Nabe avait écrit un livre intitulé : “Une lueur d’espoir”. J’avais aimé ce titre. Il s’agissait bien d’une lueur, comme l’aube d’un jour nouveau. La lumière, progressivement, inexorablement se répandait sur la terre. Peu à peu, l’humanité sort des ténèbres. Nous n’en sommes encore qu’au début, mais cette dynamique semble irréversible. Le monde ne remerciera jamais assez Monsieur Thierry Meyssan pour avoir été à l’origine de la prise de conscience mondiale de la manipulation de l’information sur cet évènement que fut le 11 Septembre. Bien sûr, si ce n’était lui, quelqu’un d’autre l’aurait fait tôt ou tard. Mais l’Histoire est ainsi faite : la rencontre d’un homme et d’un évènement. Cette aube qui point, c’est la naissance de la vérité, en lutte contre le mensonge. Lumière contre ténèbres. J’ai espoir que la vérité triomphera car il n’existe d’ombre que par absence de lumière. L’échange d’informations à travers les blogs et forums permettra d’y parvenir. C’est la raison d’être de ce blog. Je souhaitais apporter ma modeste contribution à cette grande aventure, à travers mes réflexions, mon vécu et les divers échanges personnels que j’ai eu ici ou là. Il se veut sans prétentions, et n’a comme orientation que la recherche de la vérité, si elle existe. Chercher la vérité c’est, bien sûr, lutter contre le mensonge où qu’il se niche, mais c’est surtout une recherche éperdue de Justice.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Recommended For You