Nous sommes les terroristes

Nous sommes les terroristes

par Caitline Johnstone.

L’administration Trump serait sur le point d’inscrire les rebelles houthis du Yémen sur sa liste officielle d’organisations terroristes désignées, dans le but de les étouffer financièrement et de les priver de ressources. Le chef du Programme Alimentaire Mondial des Nations Unies, ainsi que de nombreux autres experts, avertissent que cette désignation prolongera l’horrible guerre qui a fait plus d’un quart de million de morts et créera une barrière bureaucratique impénétrable empêchant l’aide humanitaire d’arriver au peuple yéménite.

Les Nations Unies estiment, avec prudence, que quelque 233 000 Yéménites ont été tués dans la guerre entre les Houthis et la coalition dirigée par les Saoudiens et soutenue par les États-Unis, principalement par ce qu’elles appellent des « causes indirectes ». Ces causes indirectes seraient la maladie et la famine résultant de ce que le secrétaire général des Nations Unies, Antonio Guterres, appelle « la pire famine que le monde ait connue depuis des décennies ».

Lorsque les gens entendent le mot « famine », ils pensent généralement à une famine massive causée par des sécheresses ou d’autres phénomènes naturels, mais en réalité, les décès par famine que nous observons au Yémen (avec un énorme pourcentage d’enfants de moins de cinq ans) sont causés par quelque chose qui n’est pas plus naturel que les décès par famine que vous verriez lors d’un siège médiéval. Elles sont le résultat de l’utilisation par la coalition saoudienne de blocus et de son ciblage délibéré des fermes, des bateaux de pêche, des marchés, des sites de stockage de nourriture et des centres de traitement du choléra par des frappes aériennes visant à rendre les parties du Yémen contrôlées par les Houthis si faibles et misérables qu’elles finissent par céder.

En d’autres termes, les États-Unis et leurs alliés ont aidé l’Arabie Saoudite à tuer délibérément des enfants et d’autres civils à grande échelle afin d’atteindre un objectif politique. Ce qui serait bien sûr un parfait exemple de toute définition standard du terrorisme.

Nous sommes les terroristes. L’Arabie Saoudite, les États-Unis, le Royaume-Uni, l’Australie, le Canada, la France et toutes les autres nations qui ont facilité les horribles atrocités de masse au Yémen – cette alliance étroite de puissance mondiale est une organisation terroriste comme le monde n’en a jamais vu auparavant. L’insondable sauvage et sanguinaire empire américain qui désigne les Houthis comme une organisation terroriste est la blague la moins drôle qui ait jamais été faite.

Nous sommes les terroristes. Je dis « nous » au lieu de nos gouvernements parce que si nous sommes honnêtes avec nous-mêmes, nous, en tant que population civile, sommes complices de ce massacre. Les horreurs au Yémen sont sans aucun doute la pire chose qui se passe dans le monde en ce moment, et pourtant elles ne représentent qu’une infime partie de notre conscience sociale. L’écrasante majorité d’entre nous a vu les photos et les vidéos d’enfants yéménites affamés, a pensé quelque chose du genre « Oh une famine, c’est si triste » et s’est remise à penser au sport ou à tout autre non-sens insipide qui occupe la majeure partie de notre attention.

Nous sommes les terroristes. Oui, il est vrai que nous sommes noyés dans la propagande sur notre complicité avec ce terrorisme et si les médias faisaient leur travail, le Yémen serait au centre de notre attention, mais nous sommes quand même complices. Nous y participons toujours, nous vivons toujours dans une société tissée par le massacre et la brutalité sans nous soulever et utiliser la puissance de notre nombre pour forcer un changement. Ce n’est pas parce que vous ignorez que vous dormez dans un lit d’enfants massacrés que vous n’y êtes pas couché.

Selon une nouvelle estimation (prudente) des Nations Unies, au moins 233 000 Yéménites
sont morts dans la guerre des États-Unis-Royaume-Uni-Arabie Saoudite.
Cette guerre criminelle a commencé en mars 2015 (sous Obama, puis a été étendue par Trump),
et se poursuit aujourd’hui, avec une faible couverture médiatique.

Nous sommes les terroristes. Mais nous ne sommes pas obligés de l’être.

Nous pouvons commencer à nous réveiller ensemble. Réveiller nos amis et nos voisins, faire prendre conscience de ce qui se passe, faire prendre conscience des horreurs que nos gouvernements commettent au Yémen et dans d’autres nations au nom de la domination impérialiste, s’aider mutuellement à voir à travers les voiles de la propagande combien de vie et de ressources sont consacrées à infliger des actes de terreur indicibles à notre monde au lieu de profiter à l’humanité.

Le gouvernement américain pourrait mettre un terme aux horreurs du Yémen presque immédiatement s’il le voulait vraiment. Si le maintien de l’hégémonie unipolaire était soudainement renforcé en donnant la victoire aux Houthis au Yémen au lieu de se battre pour assurer la domination de Washington, les Saoudiens se retireraient et la guerre serait terminée en quelques jours. Nous pourrions y parvenir si nous pouvions faire prendre conscience de la réalité de ce qui se passe au Yémen.

De vrais journalistes interrogeraient Biden sur le Yémen à chaque fois que l’occasion se présenterait
Biden a fait campagne sur la fin de la guerre. Il devrait donc être constamment
poussé sur cette question, à chaque interview et conférence de presse.
Il n’y a aucune raison légitime pour que cela ne se produise pas.

Brisez le silence sur le Yémen. Faites pression sur Biden pour qu’il respecte sa promesse de campagne de mettre fin à la guerre qui a été initiée sous l’administration Obama-Biden. S’opposer à l’impérialisme américain. Affaiblir la confiance du public dans les médias qui refusent de nous donner une image claire de ce qui se passe dans le monde. Aider les gens à réaliser que leur perception de la réalité est continuellement déformée et pervertie par les puissants.

Nous mettons fin à notre rôle dans le terrorisme de l’empire en éveillant les citoyens de cet empire à ses actes de terreur.

source : https://caityjohnstone.medium.com

traduit par Réseau International

Source: Lire l'article complet de Réseau International

À propos de l'auteur Réseau International

Site de réflexion et de ré-information. Aujourd’hui nous assistons, à travers le monde, à une émancipation des masses vis à vis de l’information produite par les médias dits “mainstream”, et surtout vis à vis de la communication officielle, l’une et l’autre se confondant le plus souvent. Bien sûr, c’est Internet qui a permis cette émancipation. Mais pas seulement. S’il n’y avait pas eu un certain 11 Septembre, s’il n’y avait pas eu toutes ces guerres qui ont découlé de cet évènement, les choses auraient pu être bien différentes. Quelques jours après le 11 Septembre 2001, Marc-Edouard Nabe avait écrit un livre intitulé : “Une lueur d’espoir”. J’avais aimé ce titre. Il s’agissait bien d’une lueur, comme l’aube d’un jour nouveau. La lumière, progressivement, inexorablement se répandait sur la terre. Peu à peu, l’humanité sort des ténèbres. Nous n’en sommes encore qu’au début, mais cette dynamique semble irréversible. Le monde ne remerciera jamais assez Monsieur Thierry Meyssan pour avoir été à l’origine de la prise de conscience mondiale de la manipulation de l’information sur cet évènement que fut le 11 Septembre. Bien sûr, si ce n’était lui, quelqu’un d’autre l’aurait fait tôt ou tard. Mais l’Histoire est ainsi faite : la rencontre d’un homme et d’un évènement. Cette aube qui point, c’est la naissance de la vérité, en lutte contre le mensonge. Lumière contre ténèbres. J’ai espoir que la vérité triomphera car il n’existe d’ombre que par absence de lumière. L’échange d’informations à travers les blogs et forums permettra d’y parvenir. C’est la raison d’être de ce blog. Je souhaitais apporter ma modeste contribution à cette grande aventure, à travers mes réflexions, mon vécu et les divers échanges personnels que j’ai eu ici ou là. Il se veut sans prétentions, et n’a comme orientation que la recherche de la vérité, si elle existe. Chercher la vérité c’est, bien sûr, lutter contre le mensonge où qu’il se niche, mais c’est surtout une recherche éperdue de Justice.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Recommended For You