Derrière le veto de Viktor Orban à Bruxelles

Derrière le veto de Viktor Orban à Bruxelles

par F. William Engdahl.

Au sein de l’Union Européenne, ces dernières semaines, les gouvernements de Hongrie et de Pologne ont subi d’énormes pressions de la part de la Commission Européenne à Bruxelles pour leur menace d’opposer leur veto au budget extraordinaire de l’UE de 1,8 trillion d’euros au motif qu’il contient des dispositions concernant des quotas obligatoires d’immigrants ou de réfugiés que chaque pays doit accepter. La Hongrie et la Pologne sont toutes deux accusées de violer ce que l’on appelle « l’État de Droit ». Cependant, en examinant de plus près les différentes lois de l’UE, il apparaît clairement que cette expression est utilisée comme une nouvelle manipulation neuro-linguistique, un peu comme la « responsabilité de protéger » qui a été utilisée par l’administration Obama pour bombarder la Libye et la renvoyer à l’âge de pierre.

Le 26 novembre à Budapest, le Premier ministre polonais Mateus Morawiecki et le Premier ministre Viktor Orbán, lors d’une conférence de presse commune sur le veto hongro-polonais au cadre financier pluriannuel de l’Union Européenne et au fonds de relance de la prochaine génération, ont annoncé qu’ils avaient signé une position commune pour opposer leur veto au budget de l’UE, à moins qu’une section ne soit supprimée, exigeant que les États membres adhèrent à ce que Bruxelles appelle « l’État de Droit ». Se référant au sommet européen de juillet où l’Allemagne a commencé sa rotation de six mois en tant que président du Conseil de l’Union Européenne, Orban a noté que malgré les multiples efforts pour séparer la section « État de Droit » du paquet financier des parties financières, l’Allemagne, sous la lourde main de la chancelière Merkel, a refusé de bouger. La présidente de la Commission Européenne, Ursula von der Leyen, a déclaré le 21 novembre qu’il était « tout aussi important pour l’avenir de l’Union Européenne d’avoir un budget et l’État de Droit ».

« La proposition reste sur la table, qui lierait les fonds de crise à des critères relatifs à l’État de Droit, et ce n’est pas de nature juridique, mais politique ; et cette proposition, de la position de la Hongrie, n’est pas acceptable », a déclaré le Premier ministre Orbán. Il a souligné que le veto était un outil juridique légitime prévu par les traités de l’UE : « Dans le cas où un État membre estime que ses intérêts essentiels sont lésés dans une question particulière, il permet l’utilisation du veto », a-t-il déclaré.

Ce n’est qu’en menaçant d’opposer son veto au budget, ce qui est autorisé, qu’il peut faire pression sur l’UE pour qu’elle supprime la section « État de Droit ». La plupart des grands médias européens oublient que certaines décisions vitales des pays de l’UE ne sont pas prises selon la procédure complexe de la « majorité qualifiée », mais qu’elles peuvent faire l’objet d’un veto, même par un seul membre, si l’on estime qu’elles portent atteinte aux intérêts souverains vitaux d’un État. Dans ce cas, Orban et le gouvernement polonais ont rejeté l’idée que les quotas obligatoires d’immigration ou de réfugiés soient décidés par Bruxelles pour tous les États membres de l’UE sous le couvert d’un vague État de Droit défini par Bruxelles.

L’État de Droit en recul ?

L’utilisation du terme « État de Droit » par la Commission Européenne à Bruxelles est une dangereuse manipulation de tout vestige de la souveraineté nationale des 27 pays membres de l’UE. C’est une tentative habile de voler ce qui reste de la souveraineté nationale en laissant entendre que la Commission Européenne non élue a le pouvoir de décider de tous les aspects de la vie nationale des États membres, une raison majeure pour laquelle les citoyens britanniques ont voté pour le Brexit.

L’utilisation du terme « État de Droit » est encouragée par les professeurs de droit de l’Université d’Europe Centrale, une université financée et fondée par le financier George Soros et ses Fondations Open Society. En avril 2016, bien avant la crise budgétaire du coronavirus, deux professeurs de droit liés à l’Université d’Europe Centrale de Soros ont rédigé un article intitulé « Un mécanisme de l’UE sur la démocratie, l’État de Droit et les droits fondamentaux ». Les auteurs, Dimitry Kochenov et Petra Bard, de l’Université d’Europe Centrale de Soros, y écrivaient que la Pologne et la Hongrie étaient coupables de l’étrange accusation de « recul de l’État de droit », une formulation pour le moins orwellienne. Cette accusation fait référence à leur résistance aux demandes de la Commission Européenne de prendre un certain nombre de nouveaux réfugiés après l’invasion littérale de plus d’un million de réfugiés de Syrie, de Libye et même d’Afghanistan en 2015. À l’époque, George Soros faisait ouvertement pression pour que les pays de l’UE acceptent un minimum d’un million de réfugiés par an. Le gouvernement Orban a même soumis la question à un référendum populaire qu’il a remporté à une écrasante majorité, ce qui n’est guère le signe d’un régime autoritaire. L’Allemagne interdit tout référendum populaire.

Soros attaque la souveraineté hongroise

En avril 2020, Philippe Dam de Human Rights Watch, l’une des innombrables ONG financées par Soros, a écrit une attaque cinglante contre le gouvernement Orban pour ce que Dam a appelé la « prise de pouvoir autoritaire » d’Orban. Il a fait référence à l’adoption par le Parlement hongrois d’une série de lois d’urgence pour faire face à la situation extraordinaire du coronavirus. Dam a menti en affirmant qu’Orban avait adopté des lois faisant de lui un leader à vie et d’autres dispositions odieuses. Contrairement à l’Allemagne, où la coalition Merkel n’a pas pris la peine de consulter une approbation parlementaire, Orban a cherché et obtenu la majorité du Parlement. Les mesures ont été supprimées en juin avec l’assentiment du Parlement également, car les tests de coronavirus n’ont pas montré d’autres niveaux d’urgence.

Le 18 novembre, en réponse au veto hongrois et polonais sur le paquet financier de 1,8 trillion d’euros, Gorge Soros a lui-même écrit une tirade cinglante contre son ennemi juré, Orban, et le gouvernement polonais : « L’UE ne peut pas se permettre de faire des compromis sur les dispositions relatives à l’État de Droit. La façon dont elle répondra au défi posé par Orbán et Kaczyński déterminera si elle survivra en tant que société ouverte et fidèle aux valeurs sur lesquelles elle a été fondée ». Soros a ajouté : « La question est de savoir si l’UE, avec la chancelière allemande Angela Merkel en tête, peut rassembler la volonté politique ».

Soros, dont les ONG financées par Open Society, ainsi que son université d’Europe Centrale de Budapest, ont attaqué à plusieurs reprises Viktor Orban pour sa critique ouverte de l’ingérence de Soros dans les affaires intérieures hongroises, accuse le Premier ministre hongrois de « corruption personnelle et politique », mais sans présenter de preuves. Soros joue sournoisement le rôle de la victime juive, notant : « Étant d’origine juive hongroise, je suis particulièrement préoccupé par la situation en Hongrie… » Soros néglige de dire que pendant la guerre, de son propre aveu, il a obtenu de faux papiers en se faisant passer pour non-juif et a travaillé avec le régime pro-allemand pour aider à identifier les biens des familles juives exportés vers les camps de concentration. Il l’a admis à la télévision. L’émission américaine 60 Minutes a rapporté en 2006 : « Alors que des centaines de milliers de juifs hongrois étaient envoyés dans les camps de la mort, George Soros accompagnait son faux parrain dans ses tournées, confisquant les biens des juifs ».

Orban a répondu à la diatribe de Soros : « Le réseau Soros, qui s’est tissé à travers la bureaucratie européenne et son élite politique, travaille depuis des années à faire de l’Europe un continent d’immigrants. Aujourd’hui, le réseau Soros, qui promeut une société mondiale ouverte et cherche à abolir les cadres nationaux, est la plus grande menace à laquelle sont confrontés les États de l’Union Européenne. Les objectifs du réseau sont évidents : créer des sociétés ouvertes multiethniques et multiculturelles en accélérant la migration, et démanteler le processus décisionnel national, en le plaçant entre les mains de l’élite mondiale ».

Le Premier ministre hongrois a élaboré le programme Soros : « De nombreux hauts fonctionnaires de l’UE travaillent avec le réseau Soros pour créer un empire unifié. Ils veulent construire un système institutionnel qui, sous l’égide de la société ouverte, cherche à imposer un mode de pensée unifié, une culture unifiée et un modèle social unifié aux nations libres et indépendantes d’Europe. Ils cherchent à abolir le droit de chaque peuple à décider de son propre destin. C’est également le but de leur proposition « d’État de Droit » – qui ne reconnaît pas, en fait, l’État de Droit, mais de Force. Il serait plus honnête de l’appeler la « règle de la majorité ».

Qu’est-ce que l’État de Droit ?

De plus en plus, les bureaucrates de la Commission Européenne utilisent le terme neuro-linguistique « État de Droit » pour imposer un régime totalitaire de haut en bas aux États membres. Indépendamment du fait que l’État en question, comme la Hongrie ou la Pologne, a élu démocratiquement son gouvernement, les gouvernements respectent leur propre État de Droit national.

En mai 2018, lors d’une session plénière du Parlement Européen à Strasbourg, le président de la Commission Juncker a annoncé que dans le budget de l’UE pour 2021-2027, la Commission Européenne a proposé de lier l’accès aux paiements à un ensemble de critères d’État de Droit. Lors d’un débat animé en juillet 2020 sur le budget 2021-27 de la Commission Européenne de 1,8 trillion d’euros, les membres ont délibérément omis d’inclure la disposition relative à l’État de Droit en raison des objections de la Hongrie et d’autres pays. Malgré cela, la chancelière allemande Angela Merkel a déclaré que la présidence allemande de l’UE veillerait à conclure la procédure de l’article 7 sur l’État de Droit contre la Hongrie. Elle l’a fait.

L’UE de Bruxelles n’est pas un État-nation comparable, par exemple, aux États-Unis, qui ont ratifié une constitution nationale et qui définissent dans ce document les principes sur lesquels repose l’État de Droit américain. Il n’y a pas de véritables « États-Unis d’Europe ». Il n’y a pas d’élection démocratique des commissaires européens. Les décisions dans l’UE sont généralement prises par une coalition franco-allemande d’hommes forts imposée aux petits États. Orban est rare dans la mesure où il refuse à juste titre d’accepter un tel contrôle du haut vers le bas.

Le terme « État de Droit » est l’un de ces termes glissants qui peuvent être utilisés pour cacher une multitude de crimes. Il n’y a rien que l’on puisse appeler « loi » comme la Déclaration américaine des Droits qui a été acceptée par tous les États membres. Quelle loi Orban a-t-il violé en exerçant le droit de veto autorisé ? La Hongrie et la Pologne ont proposé d’approuver le budget si l’UE sépare la demande politique d’État de Droit du projet, ce que Merkel refuse.

Bruxelles associe généralement le terme « État de Droit » à ce qu’ils appellent les « valeurs fondamentales » de l’UE. Toute nation qui rejette sa définition de l’État de Droit est automatiquement cataloguée comme un État paria antidémocratique qui ne partage pas les valeurs de l’UE. Une partie de la stratégie de l’UE consiste à étendre la liste des « crimes de l’UE » au titre de l’article 83 (1) du Traité sur le Fonctionnement de l’Union Européenne (TFUE) pour couvrir les crimes et les discours haineux, notamment lorsqu’ils visent les personnes LGBTQI. Qui définit les valeurs fondamentales ? Existe-t-il une déclaration des droits dûment votée pour l’Union Européenne ? L’UE n’a même pas de banque centrale commune, car de nombreux États refusent les confins de la BCE. L’Europe n’est pas à ce stade une nation, et l’État de Droit tel qu’utilisé par Bruxelles ou les réseaux Soros signifie simplement un contrôle totalitaire descendant à peine déguisé sur des États souverains. Le déficit démocratique se situe à Bruxelles et non dans les États de l’UE.

source : https://journal-neo.org

traduit par Réseau International

Source: Lire l'article complet de Réseau International

À propos de l'auteur Réseau International

Site de réflexion et de ré-information. Aujourd’hui nous assistons, à travers le monde, à une émancipation des masses vis à vis de l’information produite par les médias dits “mainstream”, et surtout vis à vis de la communication officielle, l’une et l’autre se confondant le plus souvent. Bien sûr, c’est Internet qui a permis cette émancipation. Mais pas seulement. S’il n’y avait pas eu un certain 11 Septembre, s’il n’y avait pas eu toutes ces guerres qui ont découlé de cet évènement, les choses auraient pu être bien différentes. Quelques jours après le 11 Septembre 2001, Marc-Edouard Nabe avait écrit un livre intitulé : “Une lueur d’espoir”. J’avais aimé ce titre. Il s’agissait bien d’une lueur, comme l’aube d’un jour nouveau. La lumière, progressivement, inexorablement se répandait sur la terre. Peu à peu, l’humanité sort des ténèbres. Nous n’en sommes encore qu’au début, mais cette dynamique semble irréversible. Le monde ne remerciera jamais assez Monsieur Thierry Meyssan pour avoir été à l’origine de la prise de conscience mondiale de la manipulation de l’information sur cet évènement que fut le 11 Septembre. Bien sûr, si ce n’était lui, quelqu’un d’autre l’aurait fait tôt ou tard. Mais l’Histoire est ainsi faite : la rencontre d’un homme et d’un évènement. Cette aube qui point, c’est la naissance de la vérité, en lutte contre le mensonge. Lumière contre ténèbres. J’ai espoir que la vérité triomphera car il n’existe d’ombre que par absence de lumière. L’échange d’informations à travers les blogs et forums permettra d’y parvenir. C’est la raison d’être de ce blog. Je souhaitais apporter ma modeste contribution à cette grande aventure, à travers mes réflexions, mon vécu et les divers échanges personnels que j’ai eu ici ou là. Il se veut sans prétentions, et n’a comme orientation que la recherche de la vérité, si elle existe. Chercher la vérité c’est, bien sûr, lutter contre le mensonge où qu’il se niche, mais c’est surtout une recherche éperdue de Justice.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Recommended For You