Stephanie Horner vise toujours une quatrième olympiade

Stephanie Horner vise toujours une quatrième olympiade

La nageuse originaire de Beaconsfield, Stephanie Horner, n’a pas laissé la pandémie ni les mesures de confinement la déconcentrer de son objectif : participer aux Jeux olympiques pour une quatrième fois, à l’été 2021.

L’athlète de 31 ans s’entraînait jusqu’à récemment au Centre de haute performance de Natation Canada à Victoria, en Colombie-Britannique. Lorsque le centre a fermé ses portes, en août, Mme Horner est revenue dans l’Ouest-de-l’Île.

«Je suis revenue m’entraîner à Pointe-Claire pour un petit bout. Ça allait quand même bien. Puis il y a eu une période où on n’avait pas tant que ça de temps de piscine. Puis, mon coach de Victoria a été transféré à Vancouver. Je suis rendue là. Je n’ai pas vraiment arrêté. Je continue l’entraînement. J’espère encore faire mes quatrièmes jeux olympiques», indique-t-elle en entrevue.

Sélections

Les sélections pour l’équipe canadienne d’eau libre n’ont pas encore été faites. Elles sont prévues en avril.

«Ils vont prendre les deux meilleurs athlètes féminins et masculins. Ces quatre athlètes iront en mai 2021 aux essais internationaux pour l’eau libre. Il me reste donc encore deux étapes avant de potentiellement faire l’équipe olympique», explique la nageuse.

L’athlète est optimiste quant à la tenue des Jeux olympiques de Tokyo à l’été 2021. Ceux-ci devaient se dérouler en 2020, mais le coronavirus a tout balayé sur son passage.

«Je pense que le vaccin va sortir. Je pense que ça va quand même débouler plus vite que plus tard. Dans ma tête, je me dis qu’avril et mai, il reste encore tellement de temps. Une fois que ça déboule, ça déboule. Je continue de m’entraîner comme si ça va se passer», souligne-t-elle.

Aux Jeux olympiques de 2016, à Rio, au Brésil, Stéphanie Horner avait pris le 23e rang à l’épreuve du 10 km.

Il y a un an, Stephanie Horner a reçu le titre de Meilleure nageuse en eau libre par la Fédération de natation du Québec (FNQ) pour une quatrième fois d’affilée.

<div class="cta cta--small flex-container flex-dir-column align-center align-middle">
    <form class="cta-form sign-up-form align-bottom align-justify">
        <input type="hidden" id="met_nonce" name="met_nonce" value="4c80b3c66f" /><input type="hidden" name="_wp_http_referer" value="/feed/" />            <div class="cta-content text-center">
            Inscrivez-vous à notre infolettre et recevez chaque semaine, un résumé de l’actualité de l&rsquo;Ouest-de-l&rsquo;île.
        </div>
        <div class="grid-x grid-margin-x grid-margin-y cta-body">
            <span class="cell small-6 medium-auto"><input type="email" class="email" placeholder="adresse courriel" name="emial" required></span>
            <span class="cell small-6 medium-auto"><input type="text" class="name" value="" name="FNAME" id="mce-FNAME" placeholder="Prénom" required></span>
            <span class="cell small-12 medium-shrink"><input type="submit" class="button" value="Je m’inscris"></span>
        </div>
                                    <span class="checkbox">
                <input type="checkbox" id="gdpr" name="gdpr" value="0601cbb71f" class="gdpr" required checked>
                <label for="gdpr" class="form-gdpr">
                    J’accepte de recevoir des communications du Journal Métro                   </label>
            </span>
                    <input id="group-id" type="hidden" name="group-id" value="9de31d5274" />
    </form>
</div>

Source : Lire l'article complet par Journal Métro

Source: Lire l'article complet de Journal Métro

À propos de l'auteur Journal Métro

Disponible dans plus de 1 000 points de distribution du lundi au vendredi, l'édition montréalaise du journal international Metro est une des seules à être imprimée français en Amérique. C'est également le quotidien le plus lu à Montréal (un million de lecteurs par édition). (Wikipédia)

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Recommended For You