La secrétaire au Trésor de Joe Biden serait Janet Yellen, ancienne directrice de la FED

La secrétaire au Trésor de Joe Biden serait Janet Yellen, ancienne directrice de la FED

Ce serait une première en 237 ans d’histoire. La nomination attendue de Janet Yellen au poste de secrétaire au Trésor – l’équivalent américain du ministre de l’Économie – du futur gouvernement de Joe Biden ferait d’elle la première femme à occuper ce poste.

Si ce choix, annoncé par plusieurs médias américains lundi 23 novembre, venait à se confirmer, Janet Yellen multiplierait même les premières fois. Celle qui a été la première femme à occuper le poste de directrice de la FED, entre 2014 et 2018, deviendrait la première personne à avoir été successivement présidente du Conseil des conseillers économiques d’un président – sous Bill Clinton –, patronne de la Banque centrale américaine et secrétaire au Trésor. Un CV à faire pâlir d’envie n’importe quel économiste ou haut fonctionnaire.

À gauche mais acceptable pour les Républicains ?

« Sa nomination va être accueillie favorablement par tous, aussi bien dans les milieux universitaires, que parmi les dignitaires étrangers et les acteurs des marchés financiers. Tout le monde la considère comme une dirigeante très expérimentée qui a su assurer une longue période de stabilité économique aux États-Unis [en tant que directrice de la Fed, NDLR] », a assuré Mohamed El-Erian, président du Queen’s College de l’Université de Cambridge, interrogé par le Financial Times. Lorsqu’elle avait quitté la Réserve fédérale, en 2018, l’économie américaine était au beau fixe « avec un chômage au plus bas depuis 20 ans », rappelle le Wall Street Journal.

L’option Yellen est aussi politiquement très attirante pour Joe Biden. Cette femme de 74 ans devrait satisfaire les attentes de l’aile progressiste du Parti démocrate : elle a multiplié, ces derniers mois, les prises de parole en faveur de plans de soutien à l’économie les plus généreux possibles, notamment pour les ménages les plus modestes et les petites entreprises, pour faire face à la crise économique engendrée par la pandémie de Covid-19.

Son profil ne devrait, pour autant, pas effrayer les républicains au point de les pousser à tenter de bloquer sa nomination. « Elle est plutôt modérée sur plusieurs sujets importants », relève le New York Times. Janet Yellen est ainsi plutôt une partisane du libre-échange et avait mis en garde, l’an dernier, les États-Unis contre la tentation de trop creuser les déficits. Une rigueur fiscale qui devrait lui faire gagner quelques points dans le camp conservateur.

Mais qu’on ne s’y trompe pas. Sans être à la gauche de la gauche américaine, elle a défendu et appliqué tout au long de sa carrière des idées qui en font une personnalité du camp progressiste. Cette économiste de formation a fait ses classes à Yale où son mentor a été James Tobin, le célèbre inventeur de la taxe éponyme sur les transactions financières internationales.

Contre l’obsession de l’inflation

Son mari, qu’elle a rencontré peu après avoir fait ses débuts à la Réserve fédérale en tant qu’économiste, à la fin des années 1970, est George Akerlof, un économiste spécialiste du marché du travail qui a partagé le prix Nobel d’économie, en 2001, avec Joseph Stieglitz, l’une des influences majeures pour les politiques économiques dites de gauche aux États-Unis. « Nous avons toujours partagé les mêmes idées économiques avec ma femme. Notre seul désaccord est qu’elle est peut-être un peu plus en faveur du libre-échange que moi », avait déclaré George Akerlof l’année où il a reçu sa prestigieuse récompense.

Janet Yellen appartient donc à la grande famille des économistes keynésiens, un courant de pensée favorable à une intervention de l’État pour corriger les dysfonctionnements du marché. Des valeurs qu’elle a défendues tout au long de sa carrière au sein de la Banque centrale, où elle s’est distinguée à plusieurs reprises avant même d’en prendre la tête.

Lire la suite de l’article sur france24.com

Source: Lire l'article complet de Égalité et Réconciliation

À propos de l'auteur Égalité et Réconciliation

« Association trans-courants gauche du travail et droite des valeurs, contre la gauche bobo-libertaire et la droite libérale. » Égalité et Réconciliation (E&R) est une association politique « trans-courants » créée en juin 2007 par Alain Soral. Son objectif est de rassembler les citoyens qui font de la Nation le cadre déterminant de l’action politique et de la politique sociale un fondement de la Fraternité, composante essentielle de l’unité nationale. Nous nous réclamons de « la gauche du travail et de la droite des valeurs » contre le système composé de la gauche bobo-libertaire et de la droite libérale.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Recommended For You